Concentration

Ces cinq minutes qui vous perdront…

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Bonjour ! Oui, vous les connaissez bien ces 5 petites minutes hein ?

Aujourd’hui, ce n’est pas moi qui tient la plume mais Alexandre Philippe !

Vous allez découvrir comment vous débarrasser de ces fameuses 5 minutes, vous savez, celles qui vous empêchent de vous mettre au travail ou de réaliser toute tâche pénible que vous repoussez sans cesse…

Je laisse la parole à Alexandre :

 

 

Récemment, je discutais sur mon blog de l’idée de prendre des pauses fréquentes. Je trouve que c’est un remède efficace pour dissiper les effets négatifs d’une journée stressante.

Ce conseil, je l’ai longtemps appliqué de travers.

C’était pour moi une bonne excuse pour éviter les tâches les plus ingrates :

  • Rédaction de rapports ennuyeux
  • Procédures fastidieuses à suivre à la lettre
  • Prises de tête sur des problèmes insolubles

Dans ces moments-là, je me disais : « Allez juste 5 minutes de pause et je reviens tout frais pour la suite ».

Or, comme en général ce n’était pas encore l’heure de la « pause officielle » (on a bien parlé de pauses fréquentes) il fallait bien que je me trouve un petit plaisir discret.

Vous devinez lequel ?

L’internet bien sûr !

 

L’internet : Pays des Merveilles ou Boite de Pandore ?

Rempli de bonnes intentions, je me faufilais donc dans l’un des nombreux terriers de lapin de l’internet :

  • emails personnels
  • lecteur de flux RSS
  • quotidiens en ligne

(5 minutes… j’ai bien dit 5 minutes…)

Et comme dans tout Pays des Merveilles, je me retrouvais bientôt absorbé dans d’extraordinaires découvertes que je me faisais un devoir d’explorer de fond en comble :

« Ah, aujourd’hui c’est l’anniversaire du roi du Bhoutan ? »
« Tiens, je me demande où c’est le Bhoutan… allons voir sur Wikipedia »
« LoL : c’est le dernier pays qui a eu la télévision ! »
« Tiens, ça a l’air joli comme pays, je me demande à combien sont les vols pour le Bhoutan »
« Ah, un peu cher quand même, en plus le gouvernement taxe 250 dollars par jour aux touristes »

…une heure après, j’étais encore en train d’explorer les pays exotiques de l’Asie du Sud-Est.

Certes, j’avais nettement comblé certaines lacunes de ma culture générale. Ca aurait pu me servir pour une prochaine participation à « Question pour un champion » ou pour épater tout le monde à une soirée scrabble.

Mais du point de vue de ma journée de travail, j’avais ouvert une véritable Boite de Pandore.

Et lorsque ce petit manège se reproduisait trop fréquemment, je prenais un retard catastrophique sur mon travail.

 

Un grand complot

Evidemment, je ne suis pas le seul dans ce cas. Vous avez sans doute aussi constaté l’effet addictif d’une séance de surf sur le net.

L’accès immédiat à tant d’informations alléchantes est un véritable délice. Et ce n’est pas un hasard. Les sites internet travaillent d’arrache-pied pour capturer votre attention.

C’est devenu presque une science. Des compagnies comme Facebook rivalisent d’ingéniosité pour qu’on reste le plus longtemps possible sur leur site. Chaque amélioration vise à vous faire interagir plus étroitement avec leur interface.

Il existe même une littérature sur l’art de captiver les visiteurs. On peut citer le livre Lean Startup ou Hooked, un livre à paraître par Nir Eyal sur l’utilisation des mécanismes psychologiques humains pour mieux fidéliser les visiteurs.

D’ailleurs ce n’est pas l’apanage des grandes compagnies. Sur les blogs aussi, on cherche à vous séduire, y compris votre humble serviteur 🙂

 

Comment échapper aux charmes de l’Internet ?

Forts de ce constat, plusieurs stratégies peuvent vous aider à échapper aux charmes d’une séance de surf addictive sur l’internet.

La première stratégie est tout simplement de ne pas céder à la tentation. Ne suivez pas le lapin dans son terrier ! Ignorez la tentation de sortir le nez de la tâche pénible sur laquelle vous planchez.

Vous vous rappelez de votre ami « bonne conscience » ? Oui, celui qui se dispute toujours avec votre petit diablotin personnel.

Faites-lui une faveur : tâchez de lui trouver les bons arguments pour se défendre contre son compère.

Voici par exemple ce que me dit ma bonne conscience lorsque je suis à deux doigts d’abandonner mon travail au profit de mes emails perso ou lorsqu’un collègue m’envoie un lien alléchant :

  • « Tu sais bien que ces 5 minutes innocentes vont se transformer en une heure d’égarement. As-tu les moyens de te payer ce luxe ? »
  • « As-tu vraiment envie de rester 1 heure de plus ce soir pour rattraper le temps perdu ? »
  • « Tu as la chance d’avoir trouvé un moment calme pour réaliser ton travail. Tiens-tu vraiment à le compromettre en attendant le déferlement de la prochaine vague d’urgences ? »

Après, si vous avez réellement besoin de prendre une pause, prenez une vraie pause relaxante.

Allez voir le ciel bleu 5 minutes. Fermez les yeux et respirez à fond. Ainsi vous serez assez lucide pour ne pas prolonger votre pause indéfiniment.

 

Comment faire quand on a déjà mis les pieds dans le plat ?

Maintenant, voyons le cas épineux où vous êtes déjà en pleine séance de surf sur la toile.

Première remarque, il se peut que vous soyez sur le net pour une raison vraiment légitime. Peut-être que vous avez besoin de faire une recherche pour trouver une solution à un problème lié à votre travail.

Dans ce cas précis, vous verrez que vous serez beaucoup moins susceptible de succomber à des liens futiles.

Pourquoi ? Parce que vous avez un but précis. Et vous avez hâte de trouver la solution à votre problème pour pouvoir terminer votre travail. Du coup, vous êtes beaucoup moins influençable.

Donc voilà déjà un premier conseil : avant de partir sur le web, fixez précisément le but de votre séance. Vous aurez ainsi beaucoup moins de chance de partir en mode freestyle.

Deuxième remarque, même si vous êtes assez lucide pour vous rendre compte au bout d’un moment que votre séance de surf s’éternise, vous aurez peut-être du mal à faire le deuil de toutes vos belles découvertes.

Eh oui, vous êtes peut-être tombé sur des trésors que vous voulez explorer plus attentivement plus tard.

Par exemple :

  • un logiciel à essayer
  • un livre à lire
  • une vidéo à voir
  • ou une nouvelle idée de recherche

Autant d’affaires en cours que vous ne pouvez pas clôturer vu qu’elles ne sont pas terminés. Et ces affaires en cours constituent autant d’onglets de votre navigateur que vous refusez obstinément de fermer.

Mon conseil dans ce cas est de sauvegarder vos liens sur le disque dur.

Créez-vous un dossier “Affaires en cours”. Puis faites glisser vos liens dans un nouveau sous-dossier daté. Faites-le pour chaque affaire en cours.

Par exemple ça pourrait donner ceci :
20130214-recherche livres sur le fonctionnement du cerveau
20130214-logiciels gratuits de retouche d’images
20130215-documentaires sur la guyane

8

(ici j’utilise des dates inversées pour que la liste se trie automatiquement lorsque je la consulte)

Une fois que vous aurez tout fermé, vous pourrez tranquillement vous remettre au travail. Au besoin, vous pourrez reprendre plus tard une de vos recherches là où vous l’aviez arrêtée.

Je vous conseille aussi de vous habituer à limiter le nombre d’onglets ouverts pendant votre séance de surf. A chaque fois que vous finissez une recherche, fermez tous les onglets correspondants.

Si vous n’arrivez pas à le faire, vous pouvez utiliser une extension qui alloue un nombre maximal d’onglets ouverts dans votre navigateur, comme cette extension Google Chrome : Controlled multi-tab browsing.

Enfin dernier point : si vous voulez vraiment vous faire plaisir sur le net avec une séance « freestyle », prévoyez au moins un garde fou. Faites-en sorte que vous soyez interrompu naturellement pendant votre séance de surf débridée.

Vous pouvez par exemple commencer votre séance une demi-heure avant de partir manger avec vos collègues. Ainsi, vous serez fatalement interrompu et vous aurez évité que les heures défilent. A défaut, vous pouvez toujours utiliser un minuteur ou une alarme.

Si ces quelques conseils vous ont inspirés, vous pourrez trouver quelques pistes supplémentaires dans mon prochain livre : Agir pour de bon actuellement en cours de lancement.

 

alexandre_philippe

 Alexandre Philippe est l’auteur du blog C’éclair ! L’efficacité au quotidien, qui vous aide chaque semaine à  rester scotché à vos objectifs. Il anime également la plateforme Developpement Personnel.org, la communauté des passionnés de développement personnel.

 

sing-post-cta-potion-de-vie

14 Commentaires

  • Bon, va falloir que j’installe ce plugin « controlled multi-tab browsing », parce que pour l’instant, c’est à peine si je peux voir tous mes onglets…
    Mais mon problème avec la technique du j’enregistre le lien et je vois plus tard, c’est que ça s’accumule, s’accumule, et des années après, je ne les ai toujours pas tous regardés!
    Et c’est valable aussi pour les activités à essayer, les techniques à apprendre, les pays à visiter,…
    Je crois qu’au lieu de les mettre de côté pour plus tard, il faudrait surtout faire le deuil de la toute-puissance et arrêter de croire que j’ai 100 vies.
    Et pourquoi pas, commencer par en vivre une, le mieux possible. Mais c’est loin d’être facile avec toutes les jolies expériences à vivre…. 🙂

  • @Jean-Yves : merci de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer sur ton blog !!

    @Musa : lol eh oui, on a sans cesse la tête dans un monde numérique, alors on crois qu’on est comme lui : sans bornes…
    Mais essaye quand même de mettre des dates dans ce que tu enregistres. Tu verras pour moi ça marche plutôt bien. Lorsqu’on voit que des choses auxquelles on attachait de l’importance datent, en général on arrive mieux à en faire le deuil.

  • Personnellement, j’utilise depuis peu Evernote avec l’extension web pour capturer les pages ou articles à lire plus tard.
    Je l’avais déjà essayé il y a quelques années et n’avait pas accroché mais la dernière version est vraiment facile d’utilisation.

    De plus je commence à prendre l’habitude de dicter certaines de mes idées via l’app sur mon iphone, cela va souvent plus vite que de les noter.

    Pour en revenir au sujet principal, Tim Ferriss, dans sa semaine de 4 heures, à tout un chapitre sur « The low-information Diet » ou il me semble qu’il conseil de gérer de façon assez strict le temps que l’on passe sur le web.

    Il est vrai qu’on a vite fait de perdre 1 ou 2 heures chaque jour en voulant faire juste un break de 5 minutes sur FB, twitter ou en voulant lire ses emails.

    Olivier.

    • Salut Olivier,

      J’adhère vraiment à ton idée d’utiliser la voix plutôt que l’écrit pour la prise de note en ce sens. C’est un réflexe que je n’ai pas encore pris, et qui permet de prendre « à la volée » des idées.

      Pour la low information diet de Tim Ferriss, il faisait plus référence aux informations liées à l’actualité il me semble, et il préconisait effectivement de les enlever de l’équation car elles n’apportaient rien.

      Le surf sur internet, peut permettre de faire avancer ton entreprise et tes connaissances.

  • Oui pour Tim Ferriss tu as tout à fait raison, je suis allez relire le passage entre temps et c’est en effet sur le sujet des informations liées à l’actualité.

    Et je suis bien d’accord avec toi le surf est important mais je parlais plus du fait, de perdre du temps en « checkant » trop souvent ses mails, ou facebook etc.

    Olivier

  • @Jean-Yves : c’est normal si à chaque fois que je viens sur ton blog, j’ai envie de dire « Potion de Vie » avec l’accent de l’indien qui nous avait souhaité Joyeux Noël ? 😀

    @Olivier : pour ma part, je sauvegarde les pages sur mon disque en format MHT grâce à Save as Plus, et j’édite avec le logiciel BlockNote.
    J’aime bien parce que ça me permet d’avoir tout sur mon disque.

    La dictée sur mobile ? Intéressant ! Moi perso, je ne sais pas si je serais assez patient 😛
    Et puis je n’ai pas de smartphone mais une tablette avec un clavier.
    Mais ça doit beaucoup servir quand on sait bien s’en servir sur un smartphone.

  • Bonjour,
    C’est vrai que quand on bosse avec comme principal outil internet, la tentation est dure de le pas s’éparpiller par-ci par là à divers endroit plutôt que de rester concentré sur sa tâche. Avant je faisais les mauvaises pauses dont tu parlais mais j’ai mis un holà il y a plusieurs années. Par contre faire des petites pauses est vraiment nécessaire car rester concentré plus de 2 ou 3h c’est très difficile. Maintenant je vais prendre 5 minutes pour me promener dans mon jardin et c’est tout aussi bien.

  • Bonjour Alexandre

    Merci beaucoup pour cet article. J’apprécie en particulier les conseils simple que tu donnes afin d’éviter l’agitation (qui en analyse transactionnelle est une forme de passivité, c’est à dire un bon moyen de ne pas résoudre un problème ou de satisfaire un besoin).

    J’aime en particulier le conseil de sauvegarder sur un DD les choses à faire plus tard.

    Merci
    Pierre

  • Bonjour Alexandre,

    J’ai moi-même été plus d’une fois piégé par cet effet boite aux trésors, passant d’un lien à un autre, d’un sujet à un autre et hop le temps est passé à toute vitesse et finalement rien de bien concret, de bien utile n’a été fait.

    J’ai appris à les éviter tout simplement.
    J’évite d’y mettre le doigt, sauf volontaire, alors que j’ai le temps et pour le plaisir de m’y perdre.

    Mais je dois avouer que ce n’est pas toujours simple parfois en réalisant de vrai recherche on peut se laisser tenter….

    A bientôt
    Amicalement
    Rémi

  • Moi j’ai trouvé un truc bête comme bonjour : la session privé de google Chrome.

    Je part du principe que si il y a trop d’effort à faire pour me distraire, je vais éviter de le faire.
    Du coup, quand je travail j’utilise la fenêtre privé de google chrome qui « oublie » tout les identifiants et mots de passe, du coup, si je veux me distraire je suis obliger de tout re-rentrer dedans. Ce qui m’empêche donc de me distraire de trop ^^. un peu comme un principe des 20 sec^^

    Amicalement
    Chris

Laisser un commentaire