sexygamer

Comment développer vos compétences grâce aux jeux vidéos

15 novembre, 15h25 :

Nicolas Pène : « Ca te dirait que j’écrive un article invité pour Potion de Vie ?

JY : « Oui ce serait classe »

Nicolas Pène : « J’écris sur quoi ? »

JY : « Un sujet qui serait cool ce serait : comment les jeux vidéos m’ont aidé à …etc. mais c’est pas facile à écrire.

Nicolas Pène : « Pour l’article c’est le sujet parfait pour moi ! »

JY : « OK, dès que t’es prêt je publie »

 

Vous l’aurez compris, l’article qui va suivre n’est pas écrit par votre humble serviteur mais par mon ami Nicolas Pène.

nicopene

Auteur, blogueur et formateur en développement personnel, Nicolas Pène se spécialise dans des thématiques aussi liées que complémentaires telles : l’efficacité personnelle, la motivation, la réalisation d’objectifs ou bien les sciences sociales et tout particulièrement le charisme. Pour en savoir plus, faites un tour sur son blog principal dédié au développement personnel.

 

Bonjour,

Dans cet article je ne vais pas vous faire une énième théorie fumeuse afin de déterminer si les jeux vidéos sont bons ou nuisibles pour l’individu. Je pense sincèrement que le débat est ailleurs. Dès lors, afin de tirer le meilleur de chaque chose, en l’occurrence ici du jeu vidéo,  je vais au contraire vous détailler quelles sont les compétences que vous pourrez développer par leur biais ou, en d’autres termes, comment allier l’utile à l’agréable.

Avant de commencer, une petite présentation s’impose

Laissez-moi tout d’abord me présenter. Mon nom est Nicolas Pène, je suis auteur, formateur et surtout blogueur dans de nombreux domaines relatifs au développement personnel (efficacité, réalisation d’objectifs, charisme, motivation, entrepreneuriat…). Outre mes activités professionnelles, je suis également un grand passionné de rétrogaming. Pour vous dire, des mots tels Nes, MegaMan, Cartmoding, Neo Geo, Tool Assisted Speed Run ou bien pixel-art ont généralement le don de me faire vibrer.

Nostalgie, collectionnite aiguë, plaisirs simples, gros pixels ou peut-être un peu tout cela à la fois, font que je suis vraiment passionné par le sujet.

Cependant, si l’on devait en croire certains conseils de faux experts ou des croyances fréquemment répandues dans le développement personnel, jouer aux jeux vidéos c’est mal !

En effet, vous perdez votre temps, vous gaspillez votre énergie… Pire, vous vous fabriquez un monde imaginaire plutôt que de créer votre propre vie !

Il est vrai que certains abus, notamment autour de certains MMORPG peuvent faire froid dans le dos. Mais relativisons un peu la chose et oublions ces cas extrêmes. En effet, derrière tous plaisirs peuvent se cacher des addictions, cependant ces cas restent heureusement rares.

Dans un autre ordre d’idée, peut-on vraiment dire que l’on perd son temps avec les jeux vidéos ?

Rien n’est moins sûr ! Je suis même convaincu, preuve par l’exemple, qu’ils peuvent nous aider à développer de nouvelles compétences. Dès lors, sans plus attendre, découvrons ensemble quelles sont ces compétences et surtout, comment les développer intelligemment.

 

puce  1ère compétence : l’imagination

Dès que vous jouez à n’importe quel jeu vidéo, vous rentrez dans un univers. Un jour vous êtes un elfe sylvain qui, armé de son plus bel arc, tente de sauver la terre du milieu d’une invasion d’orques sauvages. Le lendemain vous vous retrouvez dans la peau d’un Tony Montana au volant d’une voiture volée conduisant fièrement dans les rues (et sur les trottoirs) de Miami. Dans la même journée, honteux des crimes que vous venez de perpétrer virtuellement, vous enfilez votre plus bel habit de plombier et brossez votre belle moustache pour aller sauver cette p*** de princesse qui, une fois de plus, s’est faite enlevée.

Vous l’aurez compris, les jeux vidéos nous font voyager vers des univers riches et découvrir des personnages parfois très profonds (je pense notamment aux RPG qui sont les meilleurs sur ce point).

L’imagination est une arme très puissante qui peut être utilisée dans bien des domaines de votre vie. Pour tout vous dire, il m’est arrivé à plusieurs reprises de puiser l’inspiration de quelques articles (dont celui-là) aux travers des jeux vidéos.

Dès lors, n’hésitez pas à puiser dans les jeux vidéos l’imagination nécessaire à vos projets. Un jeu, un personnage, une aventure, un univers, une situation que vous rencontrez… Tout cela, bien que virtuel, peut devenir une grande source d’inspiration pour vous. Dès lors, pourquoi s’en priver ? ;-)

 

puce 2ème compétence : la concentration

Ah ! Le manque de concentration ! L’un des maux de notre siècle. La faute à qui ?

Nos quotidiens surchargés ? Notre surconsommation de media ? Les nouvelles technologies ? Internet ? Les jeux vidéos ?

Concernant le dernier point, je ne peux que le réfuter.

Passer des heures sur un même jeu, refaire inlassablement le même niveau, répéter les mêmes gestes jusqu’à la perfection, rester concentrer pendant plusieurs minutes afin d’éviter un tir ennemi sorti de nulle part… Qui a dit que cela ne demandait pas de concentration ?

Pour ma part, en bon rétrogameur qui se respecte, je suis un grand amateur des jeux de plateformes 2D (Mario Bros, Mega Man, Sonic…) Sur certains de ces jeux, j’y ai consacré énormément de temps, notamment lors de mes recherches de salles secrètes dans Mario Bros ou mes quêtes de « perfect runs » sur Mega Man. Tout cela m’a énormément aidé à développer ma concentration et je suis loin d’être le seul dans ce cas !

Pour vous dire, j’ai senti une nette amélioration de mes capacités à rester concentré suite à un gros défi que je m’étais fixé il y a quelques temps : finir la majorité des titres de la série Mega Man. En effet, au bout de 2 ans et après plus d’une vingtaine de jeux de cette licence finie, j’ai clairement vu les résultats sur ma capacité à me concentrer.

Certes, ce n’était pas le seul facteur à cette amélioration, mais il est clair que ce fut l’un des plus importants.

memejeuxvideos

La concentration à tout âge !

puce

3ème compétence : la stratégie

Devenir un stratège et penser un projet à plusieurs niveaux n’est pas quelque chose d’innée. Il est nécessaire d’apprendre à voir et analyser un contexte sous différents angles afin d’améliorer vos capacités de stratège.

Ici aussi, les jeux vidéos peuvent devenir extrêmement utiles pour développer vos compétences et faire de vous un vrai stratège, le tout au travers d’un véritable apprentissage d’autodidacte. Mais attention, seulement certains jeux vous permettront cela. En écrivant ces quelques lignes je pense essentiellement à des jeux de stratégies en temps réels tel Civilization, Sim City, Warcraft, Starcraft ou tout autre héritier de l’un des pionnier du genre, j’ai nommé l’excellent Dune 2.

Dans ce type de jeux, vous devez apprendre à gérer différents contextes. Pour développer votre empire, il vous est nécessaire de le voir dans sa globalité tout et prenant en considération la plus petite unité à votre charge.

Ici, nous avons donc la gestion et le développement de vos ressources à différents niveaux. Il ne reste plus qu’à aborder la gestion des événements. Là, vous n’êtes pas en reste non plus, car il vous faudra une bonne vision des évènements et une grande capacité d’anticipation pour arriver à votre objectif. Le tout en gérant diplomatie et tactique pour défaire vos opposants.

Et oui, les échecs et le poker ne sont pas les seuls jeux permettant de développer votre esprit analytique, le jeu vidéo a également ses propres atouts !

 

puce 4ème compétence : l’optimisation

Pour vous détailler ce point, je vais volontairement revenir au rétrogaming car c’est là que nous allons trouver toutes les composantes nécessaires à l’optimisation d’un processus.

Tout d’abord, qu’est-ce que l’optimisation ou, en d’autres terme : l’efficacité que vous privilégierez à sa grande sœur la productivité. En une phrase simple, l’optimisation c’est tout simplement vous diriger d’un point A vers un point B le plus rapidement possible.

Savoir optimiser vos processus est une compétence importante à développer qui vous fera gagner un temps phénoménal et aller toujours à l’essentiel. Cependant, cette compétence demande de changer votre façon de penser, car il n’existe pas de techniques généralistes applicables à tous sujets. Par contre, il existe un véritable « mindset » à développer et c’est ici que les jeux vidéos vont nous y aider.

Dans l’univers du rétrogaming, il existe une discipline fortement liée à cela : on l’appelle le Super Play !

Le concept du Super Play consiste  à exploiter à fond un jeu afin de réaliser la performance la plus parfaite possible. Cela peut être réalisé par le « scoring » (en finissant le jeu avec le score le plus élevé) ou bien par des performances visant à la perfection (finir le jeu en une vie, finir un niveau avec le temps le plus court…).

(ND JYP : tiens je faisais cela sur GoldenEye sur N64 ;) )

Vous l’aurez compris, ici on parle également de stratégie et de focalisation. Pour optimiser votre performance vous devez vous entrainer inlassablement et être constamment focalisé sur votre but (focalisation) mais vous devez également trouver la stratégie optimale pour aller du point A vers le point B.

En résumé, un excellent exercice pour vous apprendre à développer vos compétences d’optimisation.

… et enfin : le plaisir

Je suis d’accord avec vous, le plaisir n’est pas une compétence, mais une émotion.

Cependant, là où se trouve le plaisir, se trouve également la motivation. N’oublions pas que, lorsque vous jouez aux jeux vidéos, vous vous faites plaisir !

Et quoi de mieux que d’améliorer vos compétences tout en vous en amusant ?

N’est-ce pas plus agréable de développer vos compétences stratégiques en jouant à Civilization plutôt qu’à lire 15 livres sur d’ennuyeux traités militaires ?

N’est-ce pas plus sympathique de travailler votre concentration en tentant de finir à 100 % un Super Mario World plutôt qu’en vous entraînant sur des tâches rébarbatives ?

N’oubliez pas, le plaisir est un excellent moteur pour améliorer vos compétences et il est clair que vous le trouverez au travers des jeux vidéos. Voilà pourquoi, si vous aimez l’utile à l’agréable vous pourrez trouver votre bonheur en jouant à vos jeux favoris.

Sur ce, je n’ai plus qu’à vous laisser rejoindre vos manettes et allumer le bouton « ON » de votre console préférée.

Enfin, n’hésitez pas à me dire en commentaire quel jeu vous a aidé à développer vos compétences !

Je serais heureux d’échanger avec vous sur ce sujet. 

 

48 réponses
    • Johann
      Johann says:

      Bonjour Nicolas et Jean-Yves !

      Voici un article qui me plait, j’ai retourné le sujet dans tous les sens pendant 1 an avant de sortir mon premier livre (Gamentrepreneur).
      Je reste persuadé que les jeux représentent un formidable outil de développement des soft-skills, d’ailleurs j’en parlais dans une interview avec Jérôme Hoarau.

      Les jeux permettent de connaître l’état de Flow qui est le parfait équilibre entre compétence et challenge, ce qui entraîne la concentration extrême. Jusqu’à aujourd’hui j’aime jouer aux jeux vidéo et j’avoue que les mécaniques utilisées sont un très bel exemple d’engagement qui peuvent être reproduite en marketing, management, business…

      Les serious games ont encore du mal à se développer en France, mais le marché monte en flèche en Amérique du Nord. Cet « art » a encore beaucoup à nous apprendre mais les gens restent sur des clichés de violence, geekerie et tout ce qui reste des croyances sur un domaine inconnu par ces personnes.

      J’avais fait un article complémentaire chez Jérôme, voici le lien si ça vous intéresse: http://www.pourquoi-entreprendre.fr/2012/01/30/gamentrepreneur-ces-jeux-video-qui-boostent-notre-esprit-entrepreneurial/

      Johann

      Répondre
  1. Emin
    Emin says:

    Tout à fait d’accord, mais faut dire que n’ai pas vraiment été grand fan de jeux vidéo. Mais quand je vois mes neveux qui jouent à longueur de journées je me dit c’est pas si nocif que ça.

    Répondre
  2. PY
    PY says:

    Article très intéressant pour un grand passionné de jeux vidéo comme moi . Je pense le relire bien en profondeur car je n’est que survolé et je connais bien la NES, la game gear :)

    Répondre
  3. Joan
    Joan says:

    Très bon article !

    J’ajouterais aussi que cela améliore aussi l’apprentissage de langues étrangères. Dans certains jeux en réseaux, on a souvent des coéquipiers étrangers avec qui il faut communiquer pour pouvoir avancé et cela « oblige » à apprendre.
    L’apprentissage se fait de manière ludique, c’est beaucoup plus intéressant qu’a l’école :)
    Bonne continuation.

    Répondre
    • Nicolas
      Nicolas says:

      C’est très bien vu. Dans les jeux rétro c’était également le cas car ils n’étaient jamais traduits en français.

      Je crois d’ailleurs que l’un des premiers d’anglais que j’ai appris était « Level » :D

      Répondre
  4. diane
    diane says:

    Nous on utilise la wii et la wii fit en rééducation fonctionnelle et pour la rééducation cognitive (développe la persévérance, la concentration, le contrôle de soi et le contrôle moteur, la coordination occulo manuelle, le contrôle tonique….)
    d’autres jeux vidéos style tétris améliore les capacités spatiales…
    bref, y’a plein de compétences que les jeux vidéo peuvent contribuer à développer a condition de ne pas se contenter de ce médiateur et d’agir aussi en vrai , sur des vrais objets et avec des vrais gens dans la vie!!!

    Répondre
    • Nicolas
      Nicolas says:

      Merci Diane. Ton retour est vraiment très intéressant car il donne des exemples concrets d’applications des jeux vidéos. Je ne connaissais d’ailleurs pas cette utilisation de Tetris :-)

      Répondre
  5. fabien
    fabien says:

    Tout a fait d’accord avec toi sur le développement de certaines compétences par le biais des jeux vidéos. Attention toutefois au niveau de l’imaginaire a ne pas confondre fiction et réalité. Travaillant dans les quartiers nord de Marseille avec des enfants ayant des troubles du comportement, on a vite fait de retrouver du GTA par la fenêtre. Soyons donc vigilant aux règlementations de l’âge sur les jeux vidéos afin qu’ils continuent a être bénéfique pour notre développement.

    Répondre
    • JY Potion de vie
      JY Potion de vie says:

      Je suis d’accord avec le problème de fond que tu soulèves Fabien où l’imaginaire et la réalité peuvent arriver à se confondre. C’est un autre débat, très épineux qui rejoint le : « les jeux vidéos rendent-ils violents ? »

      On va toutefois essayer de ne pas embrayer sur ce débat dans les commentaires, beaucoup trop polémique et passionné.

      Répondre
      • Nicolas
        Nicolas says:

        Tout à fait, c’est un peu ce que je pointe en début d’article. Il y a du mauvais et des extrèmes en toutes choses. Pour ce point, les notations d’ages pour les jeux (les fameux PEGI) sont là pour ça.

        Répondre
  6. Corpsy
    Corpsy says:

    J’ai lu je ne sais plus où que les jeux de stratégies et les jeux de tirs à la première personne sont bon pour la mémoire de travail vu qu’ils faut gérer diverses choses à la fois. C’est également bon pour le côté stratégique, comme expliqué dans l’article.

    Niveau gestion il y a un jeux que je trouve excellent et est très complet : Dwarf Fortress.
    On commence avec quelques nains, le but est de créer une forteresse et de faire prospérer tout le machin, gérer les attaques, la nourriture, le moral, l’expansion de la forteresse….

    Le soucis c’est qu’il est peu accessible, c’est graphiquement très… oldschool, et le jeux est un peu complexe (parce que très complet), il faut des journées pour estimer le connaître un peu.

    Répondre
  7. Monique
    Monique says:

    J’ai beaucoup joué à scud racer en jeu d’arcade de conduite de voitures ( c’est d’une autre époque ), et je dois dire que j’était devenue experte à ce jeu, et un jour je me suis retrouvée face à face avec un camion qui a brulé un stop, ce jour la au lieu de freiner, j’ai eu le reflexe d’esquiver et de faire un petit dérapage comme dans le jeu vidéo !!! Ce jeu vidéo m’a sauvée la vie !!!!

    Répondre
  8. Mikie
    Mikie says:

    Je rejoints tout à fait l’article! J’ai beaucoup joué et je joue encore pas mal, et je n’ai aucun regret, j’ai même parfois l’impression de connaître certaines choses que d’autres ne connaissent pas. Puis niveau culture G c’est franchement pratique aussi. Sans parler de l’anglais! C’est fou tout ce que j’ai pu apprendre grâce aux jeux =) Contente des recherches aillent dans ce sens là maintenant.

    Répondre
    • Nicolas
      Nicolas says:

      C’est vrai que culturellement, les jeux peuvent apporter beaucoup, les dessins animés aussi.

      Pour ce dernier cas, je crois que j’ai plus appris sur la biologie humaine avec « Il était une fois la vie » qu’avec les cours ennuyeux de SVT.

      Répondre
  9. Jérôme
    Jérôme says:

    Super original cet article.
    A la lecture du titre, je m’attendais à trouver l’amélioration de la concentration et des réflexes mais je n’avais pas du tout pensé à l’efficacité.
    Mais c’est vrai, le fait de devoir chercher une solution, en allant le plus vite possible (parce qu’on veut pas bloquer dessus des heures), ça entraine la bonne mécanique du cerveau.

    Répondre
  10. Jean-Emmanuel
    Jean-Emmanuel says:

    Je partage tous vos avis concernant des types de jeux tels que les FPS, RTS, etc qui demandent une réactivité, une précision, et une rapidité de prise de décision qui relève quelques fois de la folie chez certains joueurs professionnels.

    Néanmoins, je tiens à poser un très large bémol quand il s’agit des jeux de type « MMORPG », qui sont des mondes persistants où l’unique but est de plonger le joueur dans un monde imaginaire prenant vie 24h/24. Le résultat est souvent catastrophique, et il l’a été chez moi également. On se « prend au jeu » de manière souvent extrême au point de délaisser sa propre vie dans la société.
    Qui plus est, ces jeux n’apportent pas grand chose en terme de « compétence », si ce n’est apprendre à se faire des amis / ennemis virtuels.

    Je préférerais voir mon enfant de 10 ans abattre des ennemis sur un FPS avec des « Headshot » spectaculaires 1h/jour, plutôt que de le laisser cotoyer mickey et minie dans un monde persistant qui risque de le priver du monde « réel » définitivement.

    P-S : j’suis pas objectif ^^

    Répondre
    • JY Potion de vie
      JY Potion de vie says:

      Pas objectif, mais je partage ton avis sur les mmo, j’y ai perdu pas mal de temps et cela m’a pas mal affecté socialement à une époque.
      Mais bon, il faut avoir du recul pour s’en rendre compte, donc une certaine « bouteille » :(

      Répondre
        • JY Potion de vie
          JY Potion de vie says:

          L’esprit de compétition peut-être également.
          Le problème avec les qualités dont tu parles, c’est qu’elles ne se transposent pas « dans la vraie vie ». J’étais un pur leader, les gens se battaient pour grouper avec moi et pour que je les mène dans un certain mmo, mais dans la vraie vie j’étais un associal individualiste, rien de plus :-)
          C’est un schéma que j’ai retrouvé chez beaucoup de mes collègues de l’époque

          Répondre
          • JY Potion de vie
            JY Potion de vie says:

            J’ai une explication qui ne tient que d’un avis personnel, absolument rien d’étayé scientifiquement :
            Selon moi le joueur qui s’investit énormément dans un mmo au point d’en devenir un acteur majeur prend une revanche dans le jeu par rapport à la « vraie vie » suite à quelques complexes. Il trouve dans le MMO un remède à sa souffrance, puis une occasion de « rétablir la balance ». Ensuite il finit par mépriser le monde réel (et ses habitants) car ses besoins(pouvoir, amis, suspens) car il a l’impression que ses besoins ne sont comblés que par le monde persistant.

            Ce n’est que lorsqu’il se rendra compte que certains de ses besoins ne peuvent être comblés par le virtuel qu’il amorcera un retour à la vie réelle, plus ou moins rapide, plus ou moins douloureux selon les personnalités.

            Cependant, il existe une solution pour « gagner » dans le monde réel : il s’agit de transformer celui-ci en MMO.
            Et c’est un peu ce qu’on fait toi, moi, Jean-Emmanuel et de très nombreux autres : on se lance dans l’entrepreneuriat comme on se lançait dans notre MMO préféré.

  11. Jean-Emmanuel
    Jean-Emmanuel says:

    Dans notre société, on a toujours tendance inconsciemment à se « censurer » à cause de notre âge, notre look, notre façon de bouger, notre façon d’être. Si tout ce que l’on paraît n’est pas totalement congruent avec ce que l’on aimerait être au fond de nous, alors cela ne fonctionne pas.

    Quand on est derrière son ordi, anonyme, on se « révèle » tel que l’on aimerait être. La réalité est souvent bien différente. On peut plus facilement se créer un paraître dans le virtuel, que dans le réel.

    Celui qui va « leader » dans un jeu, a pour moi « une âme de leader ». Mais dans la vraie vie, il va inconsciemment se censurer au profit d’autres leaders tout simplement plus charismatiques.

    Parce que communiquer dans un jeu, c’est souvent compétences dans le jeu (si tu es plus fort, tu vas leader) et communication verbale.
    Or, dans la vraie vie, la communication est surtout non-verbale (oui oui, j’insiste !)

    Répondre
    • Nicolas
      Nicolas says:

      Vos retours sont très intéressant et bien complémentaires pour expliquer ce décallage.

      La pression sociale est souvent très forte et, l’idée de repartir à zéro, « ailleurs », sans jugement ou pression, aide à se réveler plus fortement.

      Répondre
  12. Magicelites
    Magicelites says:

    Bonjour,
    Très bon article, c’est vrai que les jeux vidéos améliorent beaucoup de chose en soi, mais tout le monde n’est pas toujours du même avis. Moi même, avant je jouais beaucoup et là ça fait un peu plus d’un an que j’ai arrêté. En lisant l’article, j’ai compris pourquoi certain de mes facultés ont connu des baisses. Je pense que je vais m’y remettre, même si c’est juste pour le plaisir.

    Répondre
  13. Thierry
    Thierry says:

    Je rejoins complètement l’avis de Jean-Emmanuel, les jeux vidéos vont permettre à des personnes qui ont « l’âme de leader » de s’affirmer mais attention à ne pas tomber dans la dépendance du paraître qui peut se créer dans les jeux virtuels.

    Un autre avantage essentiel des jeux vidéos est clairement le développement d’un esprit de compétiteur qui va persévérer pour atteindre son objectif, un peu à la manière d’un sportif.

    Répondre
  14. Basile
    Basile says:

    Super article,

    Passionné des jeux vidéo depuis toujours je ne peux qu’être d’accord !
    Un autre point que j’ai souvent constaté, c’est celui de la culture générale.
    Par exemple dans Assassin Sreed 2 (entre autres)
    De nombreuses références à l’histoire y sont faites.
    (Notamment sous forme de fiches, textes que l’on peut consulter quand on veut et qui En plus s’affiche lorsque l’on passe devant un bâtiment ou un personnage historique)
    De plus ont constates assez vite que les développeurs ont apporté une petite touche D’humour dans presque chaque fiche historique ce qui m’a rendu la mémorisation Encore plus simple et efficaces !
    Le résultat c’est que j’ai retenu plein d’informations,
    Sur l’époque dans laquelle se déroule le jeu (Rennaisance)
    (même des dates, fin de l’épidémie de peste en Italie 1350 ou plutôt diminution dans sa virulence pour être exact)

    Répondre
  15. Pierre
    Pierre says:

    Merci pour l’article je vais le transmettre à ma copine! Sinon vous avez oublié de parler de la condition physique! Qui n’a jamais été lessivé après avoir joué à un jeu du style « jeux olympiques » épreuve du 100mètres (bouton a-bouton b-bouton a-bouton b….)!!

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. [...] Comment développer vos compétences grâce aux jeux vidéos (article invité de Nicolas Pène sur le blog Potion de Vie de Jean-Yves) [...]

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>