Confiance en soi

Faut-il être intelligent pour écrire un livre ?

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Aujourd’hui, je laisse la parole à Mohamed  MOURAS pour cet article et ce sujet que je sais que bon nombre d’entre vous attendaient des réponses et des conseils 🙂

 

Nous sommes en 2010 dans le Sultanat d’Oman, pas loin de Dubaï. Je ne suis pas encore auteur de guides pratiques, je suis alors professeur de Français Langue Etrangère et formateur en Technologies de l’Information et de la Communication dans une école internationale. J’aime vraiment mon job et je me plais dans mon école. Il y a juste un souci… certains élèves !

En fait, il serait plus juste de dire que le problème vient d’un élève en particulier. Son attitude déplorable m’empêche de me focaliser sur les résultats que j’aimerai voir s’accomplir pour sa classe.

Étant jeune prof à ce moment-là, je jouais exactement le jeu que cet élève voulait que je joue. Je lui donnais toute l’attention qu’il désirait. Comme pour tous les enfants (et tous les adultes) ce sur quoi vous focalisez se met à être répété. Ce jeune manquait cruellement d’attention et sa manière d’en obtenir était de me mettre hors de moi.

C’était décrété : cet élève était bête et rien ne pouvait faire avancer un élève stupide !

 

Le pouvoir de l’expérience

Un jour, un collègue à moi d’une cinquantaine d’années à décidé de s’y prendre autrement avec ce jeune. Mon style, en tant que prof, est d’être assez direct… bref, je suis en tant que prof comme je suis dans la vie réelle. J’imposais un certain résultat et une certaine manière de travailler.

Mon collègue a décidé de prendre le problème d’une manière différente : il a décidé de lui accorder toute liberté pour un projet bien spécifique. Le but de la classe était de créer une fusée alimentée par de l’eau gazeuse. Le but de ce jeune homme fut de créer la rampe de lancement pour cette fusée.

Le bouleversement fut complet !

Lorsque cet enfant fut donné toute la liberté de création dont il avait besoin, il s’est mis à chercher des solutions optimales et des matériaux spéciaux. Sa rampe fût parfaite et le process de fabrication n’en était pas moins détaillé qu’avec la présence d’un professeur par-dessus son épaule. La vérité s’est imposée à moi : j’ai failli passer à côté du fait que cet enfant était un ingénieur né !

Certes ses problèmes de comportements n’ont pas été réglés du jour au lendemain, mais il est beaucoup plus facile de travailler avec quelqu’un dont on reconnait les capacités… et l’intelligence !

Pourquoi je déteste le concept d’intelligence !?

De par mon ancien travail et mon activité de blogueur professionnel sur SemeUnActe.com dans les domaines du développement professionnel et personnel, je suis toujours subjugué de voir des gens tout à fait capables… se prendre pour les plus grands idiots de la planète ! C’est tout simplement stupéfiant… et vraiment malheureux. C’est malheureux, car comme dit Nietzsche :

L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes.

Je n’aime pas le concept d’intelligence, car il est totalement abscons. On peut mettre tout et n’importe quoi derrière ce mot… et surtout faire croire n’importe quoi à n’importe qui grâce à ce mot. D’où une question qu’on m’a posée dernièrement du fait des 6 livres que j’ai déjà écrits : comment as-tu fait pour devenir aussi intelligent ?

Comment j’ai fait pour devenir aussi « intelligent » ?

LOL

Ma femme, blogueuse littérature depuis 2008 du haut de ses 1500 articles publiés sur LesLecturesDeLiyah.com, m’appelle souvent Robert Einstein… le frère indigne et caché du célèbre Albert. C’est dire à quel point je peux être pas très « fut-fut » parfois. Mais cela ne m’a pas empêché d’écrire plus de livres qu’elle ! (Dans tes dents chérie ^_^)

Je pense qu’écrire un livre ou des livres et les publier, n’a strictement rien à voir avec le fait d’être intelligent. Je ne nie pas bien sûr qu’il faut un minimum de certaines choses, mais ce n’est pas à proprement parlé de l’intelligence. Je dirais que c’est la conjonction de plusieurs choses qui font qu’on peut un jour s’asseoir et commencer quelque chose qu’un jour d’autres appelleront « livre ».

1. Une question

Je pense sincèrement que tout bon livre répond à une simple question. C’est à vous de trouver laquelle. Mon dernier livre répond à la question « Comment vendre son livre ? ». Et c’est pour cela que je l’ai intitulé Comment Vendre Son Livre Sans Faire Le Tapin. La couverture est bien sûr un jeu avec le titre.

 

Couverture Comment Vendre Son Livre333

 

2. Un sommaire

Certains bloquent sur cette étape et pourtant elle est assez simple quand vous avez déterminé la question à laquelle vous voulez répondre avec votre livre. Les parties ne seront rien de plus, rien de moins que les réponses que vous apporteriez si vous étiez en train de discuter avec un ami. Si je voulais transformer cet article en livre, ma question serait : comment écrire un livre sans être particulièrement intelligent, et mes parties 1 et 2 seraient : formulez une question, et rédigez un sommaire.

3. Définissez un nombre de mots par jour

Le squelette de votre livre désormais prêt, il vous reste à écrire votre livre et pour cela la meilleure chose à faire est d’être discipliné. Lorsque je suis en période d’écriture pour mes livres, je me fixe un objectif de 500 mots par jour. Cela n’a rien d’extraordinaire et pourtant 500X30 font 15000 mots. Mes guides font entre 15 et 30000 mots, vous voyez donc que l’effort n’est pas insurmontable.

4. Choisissez entre plaisir à court terme et réussite à long terme

En ce moment, je suis plongé dans la série Sherlock et je préférerai largement terminer la fin de l’épisode 3 plutôt que d’être ici à écrire. Mais, cet article est important pour un tas de raisons. Parfois il faut savoir faire ce qui doit être fait même et si vous n’avez pas envie de le faire. C’est d’ailleurs le seul secret de la réussite que je connaisse.

5. Fermez la porte quand nécessaire

Ce point est dédié à toutes celles et ceux qui travaillent depuis leur domicile. Même si vous êtes salarié, je partirai du principe que vous n’écrivez pas votre livre depuis votre bureau. En tous les cas, même si c’est difficile, il vous faudra parfois prendre sur vous-même, vous enfermer et cela dans le but de vous focaliser assez longtemps pour que la machine s’enclenche. Je passe parfois une demi-heure à une heure avant de voir les premières bonnes lignes s’écrire. C’est ce que j’appelle le préchauffage. Ce moment est extrêmement important, et c’est du fait que beaucoup ne se laisse pas le temps de préchauffer qu’ils finissent par croire qu’ils n’ont ni talent ni imagination.

6. Ne passez pas trop de temps dans le cerveau des autres

Je connais une auteure talentueuse qui a repoussé son livre de plusieurs mois, car elle a tout simplement peur des remarques qu’on va lui faire. C’est ce que j’appelle « passer trop de temps dans la tête des gens ». Certaines personnes vont détester votre art, d’autres vont l’adorer. Même si nous préférons tous être adulés, objectivement, dans un cas comme dans l’autre cela ne vous regarde pas. C’est l’affaire d’autrui !

Comme vous avez pu le voir. Aucune des étapes décrites ne requiert d’être particulièrement intelligent. De la discipline, oui ! De l’imagination, certainement ! De la confiance en soi, un zest ! Et c’est pour moi la conjonction de tous ces facteurs qu’on nomme l’intelligence.

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà pensé à écrire un livre ? Qu’est-ce qui vous à arrêté ?

 

Mohamed Semeunacte150

  A propos de l’auteur : Mohamed MOURAS est auteur de 6 livres que vous pouvez retrouver sur Amazon. Vous pouvez télécharger gratuitement son premier livre sur son blog principal  SemeUnActe.com/livre-gratuit. Ses sujets de prédilection le leadership, l’efficacité et la motivation. N’hésitez pas à le contacter pour des conseils, il aboie beaucoup, mais mord peu 🙂

sing-post-cta-potion-de-vie

28 Commentaires

  • Discipline, imagination, confiance en soi… 3 éléments essentiels pour arriver à ce que l’on souhaite. Merci pour ces quelques rappels ! Et oui, quand on lit certains livres, on sait bien que l’intelligence n’a rien à voir avec la capacité à l’écrire 🙂
    L’intelligence est en général bien mal cernée. Très souvent elle n’est mesurée que par la capacité à résoudre des problèmes logiques. C’est une petite partie de l’intelligence ! Howard Gardner a identifié 8 formes d’intelligences : http://blog.efficartes.fr/les-8-intelligences/
    Si on peut toutes les faire éclore, nous avons alors un bouquet magnifique !

  • Oui , je suis tout a fait d accord avec vous , cependant , je pense qu il y a d autres points qui peuvent empecher d ecrire notament dans mon cas , j ai commencé a ecrire mon livre il y a une semaine ( comme quoi cet article tombe a pic)et certaines questions me viennent me bloquent , a t on le droit d ecrire sur des sujets comme les techniques de memorisations sans avoir de compte a rendre a quelqu un ? Peu ont empreinter des citations ,ou autres exemples que l on metteraient a notre sauce , sans problemes?A qui proposer notre livre une fois ecrit et quels statut devons nous avoir pour pouvoir le commercialiser  » ecrivain independant  » ? je rigole biensur mais toutes ses questions qui ont des reponses je sais , peuvent aussi empecher d ecrire de peur de faire des erreures , je passe beaucoup de temps a chercher sur internet des reponses que je ne trouve pas..Je pense que pour ecrire il faut egalement tres bien connaitre sont sujet donc lire les livres des autres avant ,et dans notre livre , apporter un truc en plus ,qui fera que votre livre ne sera pas qu une pure copie de plusieures pensees , et qui vous demarquera des autres ….qu en pensez vous ?

    • Plusieurs choses Charline,

      1. La seule et unique question à te poser c’est : est-ce que j’ai écris mon quota de mots aujourd’hui ? Si la réponse est non, pas besoin de te poser d’autres questions car c’est juste la peur qui parle et qui essaie de te trouver des excuses pour procrastiner. Si oui tu peux passer au point 2.

      2. Toutes tes questions de « forme » sont légitimes mais je vais te citer deux phrases :
      a. Personne n’a rien inventé de nouveau depuis 5000 ans (ce n’est pas de moi mais la personne qui l’a dit ne mourra pas si je ne la cite pas… m’en souviens même plus de toute façon)
      b. Les bons artistes copient, les grands artistes volent. Pablo Picasso. Et si tu veux voler des phrases de mon livre sans me citer eh bien tu peux le faire, car c’est ce que j’ai fait aussi. Personne n’en mourra.

      Voilà Charline, bosse sur ton livre et rien d’autre. Tu auras tout le temps de te concentrer sur la forme, une fois ton livre fini.

      Mohamed Semeunacte

    • – Les techniques de mémorisation ca date de Simonide de Céos, dans l’antiquité. C’est dans le domaine public depuis assez longtemps…

      – Oui tu peux emprunter des citations, tant que tu ne te les approprie pas et que tu mets bien le nom de l’auteur originel

      – Pour les exemples, si tu t’inspires d’une oeuvre déjà existante, t’as plutôt intérêt à trouver tes propres exemples justement, car sinon ce peut être considéré comme du plagiat.

      – N’importe qui peut écrire un livre. Avant tu avais besoin d’un éditeur pour le publier, mais maintenant ce n’est plus le cas. Tu passes par une auto-édition. Si tu veux le commercialiser (et donc toucher des revenus), tu as plusieurs solutions. J’ai choisis l’auto-entrepreneuriat, mais tu as également d’autres possibilités pour les oeuvres de l’esprit (prend un « guide de du travailleur indépendant » par exemple si tu veux en savoir plus)
      Dans ma démarche, je suis accompagné d’un ami qui vient de terminer ses études de droit sur la propriété intellectuelle, justement, donc ca va aller niveau droit pour ma part, pour répondre à tes remarques 🙂

      Ecris d’abord, réfléchis ensuite sinon ton livre ne verra jamais le jour.
      Si tu penses que ton livre n’apportera rien à la communauté, ne l’écris pas.
      Si tu penses qu’écrire c’est créer un texte dont les idées n’ont jamais été abordées dans aucun livre, tu n’écriras jamais ton livre, car TOUT a déjà été écrit d’une certaine manière.
      Ce qui fait la différence, c’est ta plume et la façon dont tu fais passer ton message.

      • Très bon commentaire JYP mais je nuancerai un seul point :

        « Si tu penses que ton livre n’apportera rien à la communauté, ne l’écris pas ».

        Ce n’est pas à l’auteur d’en juger, c’est au lecteur. Ecris ton livre et ce sera peut-être du génie, peut-être de la merde mais ce n’est pas à l’auteur d’en juger.

        Ton boulot en tant qu’auteur est d’allonger les mots et les idées d’une manière qui te ressemble et/ou qui pourrait trouver un public. Le reste c’est au lecteur de s’en occuper.

        Merci pour le débat intéressant 🙂

  • Je pense qu’avec de la motivation et de la rigueur, en suivant par exemple les étapes et conseils donnés par Mohamed, il est tout à fait possible d’écrire un livre…mais il faut quand même avoir une fibre littéraire que tout le monde n’a pas, et je fais partie de ceux qui ne l’ont pas. Ecrire est quand même quelque chose de très particulier, j’avoue que j’aurais bien aimé avoir ce talent, et je ne parle pas ici d’intelligence bien sur.

    • William, je pense que tu te trompes quand tu parles de fibre littéraire nécessaire pour écrire un livre.

      Ta qualité d’écriture n’est pas un talent inné comme le dessin, mais bien une compétence qui se travaille et qui s’affine avec le temps. Tous ceux qui tiennent un blog depuis plus d’un an pourraient corroborer mes dires je pense 🙂

      Si tu penses qu’il faut avoir les qualités de Proust ou Zola pour écrire un livre, tu risques d’avoir du mal à te lancer !
      Regarde les livres qui paraissent, et tu verras qu’il n’y a pas tant de monde avec cette fameuse fibre littéraire. Il y a même un livre de Justin Bieber qui est sorti…, même si ce n’est techniquement pas lui qui l’a écris, le contenu est quand même le sien et il se vend… 🙂

  • Bonjour Mohamed,

    Ton article tombe à merveille puisque je suis actuellement dans un projet de rédaction d’un livre.

    Généralement les idées ne manquent pas, ce qui est plus difficile c’est effectivement d’organiser le schéma. je trouve très utile ce post et je tiens vraiment à t’en remercie.

    cordialement à toi

  • Bonjour Mohammed,
    Les étapes dont tu parles sont intéressantes,
    j’ai moi-même écrit un ouvrage sur l’auto-hypnose « auto-hypnose, un voyage au centre de vous-même » et j’ai suivi un certains nombre de ces étapes.
    Une petite différence apparaît au niveau du sommaire, je suis plutôt parti d’une carte mentale (mindmap) pour organiser mes idées et structurer mon ouvrage.
    Ensuite, j’ai constitué une équipe de relecture de 15 personnes (comme dans une édition classique). Ce groupe était constitué de différentes personnes, certaines connaissant le sujet pour être des enseignants en hypnose comme moi ou certains autres n’aillant jamais était en formation et n’ayant jamais pratiqué l’auto-hypnose. Le seul point commun était l’intérêt pour le développement personnel.
    Le retour de ces personnes m’ont permis de confirmer l’utilité du livre et même de l’améliorer avec leurs retours.
    C’est bien de diffuser pleins d’ouvrages mais malheureusement aussi sans un petit filtre un se retrouve aussi avec de très nombreux ouvrages qui n’apportent rien à personne et même ont tendance à décrédibiliser certains auteurs. Certains même n’ont aucune corrections grammaticale ou orthographique et c’est une épreuve de les lire.
    J’aimerai souvent que les auteurs de ces fameux livre ait réellement une expérience approfondie dans le sujet de leur livre plutôt que la seule envie de « vendre » et « faire du fric » sans se préoccuper du message qu’il diffuse.
    Quelque fois l’auteur est le dernier à pouvoir juger de son propre travail et je te rejoins complètement là-dessus cependant il me semble important qu’il se soumette à une petite vérification avec un groupe de lecture ou autre pour obtenir un retour honnête sur son travail. Ne penses-tu pas ?

    • @Franck, nous parlons de 2 choses différentes je pense.

      Perso je parlais d’un livre qui en a fini avec les étapes dont tu parles. Sortir un livre sans l’avoir fait relire c’est du suicide (et je l’ai fait, mais DIEU merci, 1. je n’en ai pas beaucoup vendu et 2. mon orthographe n’est pas complètement nulle).

      Ensuite :
      Les livres nuls : je ne les lis pas
      Les livres écrits pour l’argent : je ne les lis pas
      Les livres non corrigés : je ne les lis pas
      Les livres d’une valeur de 27€ pour récupérer mon email : je ne les lis pas

      Pourquoi m’encombrer de plus d’épreuves ? J’en ai déjà assez dans ma vie.

      Merci Franck 🙂

  • Très bon article, autant sur la forme que sur le fond.
    La démarche est à la fois scientifique et littéraire.
    En somme, j’aime vraiment.
    Merci. 🙂

  • Merci a vous pour vos reponses ! Si j ai decidé d ecrire ce livre c est que je suis passionnee et que je veux le partager.
    J ai eu la chance de rencontrer plusieurs fois Mr Olivier Lejeune ( je pense que vous le connaissez …)car sa fille est une tres bonne amie a moi et c est lui qui m a donné son livre .Mon premier .Et comme a nous tous je pense , le premier livre est une revelation , on ne comprends pas pourquoi on n en avait jamais entendu parler avant ….Apres avoir devalisé la mediatheque de tous les livres capables de m informer sur le sujet, et maintenant que je le maitrise, je voudrais faire partie de ceux qui l enseignent .
    Je n ai pas envie de me tromper , car je le dois a tous ceux qui lirons mon livre .Je ne veux pas leur gacher leur 1ere fois 😉

    Mon rythme d ecriture est plutot variable car j ai 3 enfants … Alors je ne peux ecrire que pendant les siestes ou le soir et quelques fois pas du tout …Alors que les idees fusent …

    JYves , j aime beaucoup ta facon d ecrire c est d ailleurs ce qui m a fais accrocher et regarder plus profondement ton site.Félicitation , j ‘ admire vraiment ton travail qui ce demarque des autres , c est agreable de te lire !

    • Merci Charline 😉

      Je t’encourages vraiment à écrire, et corriger ensuite, plutôt que de faire l’inverse. Ce sera plus facile pour toi d’adapter ton manuscrit une fois qu’il est déjà écris 😉

      Tu n’as non plus besoin de beaucoup de temps d’affilée pour écrire, mais d’un temps régulier : le livre doit être présent dans ta tête quotidiennement, même si tu n’écris pas

      Tiens moi au courant !

  • La cohérence du style durant l’ensemble de la rédaction peut aussi être une problématique pour certains auteurs. Il ne faut ainsi pas hésiter à se relire pour se remémorer son style qui peut être amené à évoluer.

    En tous les cas, cet article est très intéressant !

    • Très bonne remarque Eliane. J’ai pris un peu plus de 2 semaines de relecture de mon livre Comment Se Motiver et Avoir Cette Satanée Volonté et effectivement j’ai fini par remarqué que je n’écrivais pas de la même manière au début des 2 semaines et à la fin.

      Conclusion : il ne faut pas dépasser 3 ou 4 jours même si ça prend VRAIMENT la tête 🙂

  • Je voulais vous remercier pour l’article et les commentaires, je suis AM et je voudrais , je vais me lancer dans l’écriture d’un livre et vous m’avez donné le chemin, merci

    Maryse

  • Merci pour cet article, je suis tout a fait d’accord avec le propos qui est de dire que les compétences s’acquièrent et qu’avec de la motivation, du travail et de la régularité on peut accomplir quasiment n’importe quoi dans la vie, y compris écrire un livre 😉

    Bon courage pour la suite, ce site est toujours excellent.

Laisser un commentaire