Concentration

Comment stopper ton addiction à la dopamine

addiction à la dopamine
Ecrit par Jean-Yves Ponce

Est-ce que tu t’es déjà demandé à quoi ressemblerait ta vie si tu avais accompli tout ce que t’avais décidé ? Si tu n’avais pas d’addiction à la dopamine ?

Si tu avais pu tenir tous tes engagements, si tu avais pu relever tous les défis mis sur ta route, sans jamais faillir ?

Tu as l’impression que le temps passe et que tous tes rêves s’évanouissent les uns après les autres. Tu n’es pas assez ceci, ou ce n’est pas le bon moment pour cela.

Bref, tu es comme paralysé par une force.

Je sais. Tu n’as pas trop envie d’en parler. Ça te rend triste, ca te gêne, tu es impuissant. Tu vois bien qu’il y a un problème, mais tu ne sais pas comment le régler.

Je vais te dire pourquoi tu es paralysé. Pourquoi tu ne fais pas les choses qui pourtant te rendraient la vie meilleure. Pourquoi tu ne fais rien.

Ensuite je te proposerai un plan, ou plus exactement Un défi.

Un défi que je ferai avec toi et qui changera ta vie j’en suis persuadé.

L’addiction à la dopamine

Car tu vois, l’immense majorité des gens sont dans la même situation que toi.

Ça aussi tu l’as peut-être remarqué.

En fait, tu n’as que trois réactions possibles :

Première option : Tu te dis que quand tu le veux vraiment, tu es capable de faire de grandes choses. Tu es inarrêtable. Alors si tu ne fais rien, c’est que quelque part, ce n’est pas la bonne idée, ou pas le bon moment. Le jour venu, quand ta vie sera menacée, tu vas te réveiller et montrer au monde ce dont tu es capable.

Comme dans les films où le héros est au pied du mur et qu’il se révèle.

C’est une belle histoire. Est-ce que le héros se réveillera avant qu’il soit en âge de partir à la retraite ?

Deuxième réaction possible : tu te dis que tu es comme ça et malgré tous tes efforts tu n’y peux rien. Tu as essayé des choses, mais cela ne dure jamais. Alors tu commences à accepter le fait qu’entre tes désirs et la réalité, il y a une grosse différence.

Alors tu apprends à être « réaliste » comme on dit, et tu cherches à te motiver. Un jour peut-être tu auras le courage de rassembler toutes tes forces dans un projet, une idée, qui a du sens et qui changera ta vie à tout jamais. Mais au fond tu n’y crois pas vraiment.

Tu es comme ça. De toute façon, tu as certainement un déficit de l’attention ou t’es hyperactif, ou alors tu es HPI, tu penses à trop de choses et cela t’empêche de te canaliser.

Bla bla bla.

Crois ce qui t’aide à mieux dormir la nuit.

Enfin troisième réaction possible : Si tu es comme ça, c’est que tu n’es pas assez productif, pas assez discipliné. Tu es trop paresseux ou tu n’as pas encore trouvé le système qui te permettrait d’être la personne la plus organisée et efficace sur terre.

Une fois que tu auras trouvé ce système, ta vie va changer.

Tu connais tous les gourous de la productivité. Tu as peut-être même acheté leurs livres, ou participé à leur séminaire hors de prix. Tu as « investi sur toi-même » et c’est la meilleure chose possible non ?

Un jour cela finira par payer n’est-ce pas ?

Peut-être jamais. Peut-être demain. Mais pas aujourd’hui, c’est certain.

En attendant, c’est toi qui raques.

Ok ca va, on a compris. Personne ne réagit comme il ne faudrait, c’est ça ? C’est facile de juger.

Je ne juge pas. En réalité je te décris ce que moi je vivais quand j’avais le sentiment que rien n’avançait et que j’étais frustré.

Donc si ca te parle, c’est parce que je l’ai déjà vécu pendant de longues années.

Et j’ai trouvé un moyen de briser le cycle.

Tout passe par savoir comment fonctionne ton cerveau.

Chaque fois que tu fais une activité qui te procure un plaisir immédiat, ton cerveau sécrète une substance : une hormone appelée dopamine.

C’est pour cela que quand tu entends parler d’hormone du plaisir, c’est à celle-ci qu’on fait référence.

Tu joue à un jeu vidéo addictif : tu libères de la dopamine. Tu visionnes une vidéo marrante après une journée épuisante : tu as un shoot de dopamine.

Quelqu’un like ta publication : dopamine.

Tu regardes un contenu inspirant : dopamine.

Tu regardes des films de Biip : dopamine.

Scroller un fil d’actualité : dopamine.

La dopamine sert à réguler ton humeur, ta motivation et ta prise de décision. Et c’est bien là le problème, je vais y revenir.

Tu as également d’autres hormones du plaisir : l’endorphine par exemple, est celle qui est libérée après un effort ou pendant le stress. L’hormone qui récompense ton effort en quelque sorte.

Les autres hormones du plaisir.

Il existe également la sérotonine qui est plutôt sécrétée en fin de journée ou l’ocytocine, la vasopressine, etc.

Le problème ne vient pas de celles-là.

A la base, tes flux hormonaux sont équilibrés.

C’est-à-dire que naturellement tu vas les produire. Parfois, il y a des différences. Par exemple, les personnes qui sont un peu plus dépressives vont sécréter moins de sérotonine ou d’ocytocine.

En temps normal, il existe un certain équilibre naturel chez toi.

Mais cela fait quelques années qu’il s’est complètement déréglé.

Petit à petit, par tes comportements, et par ceux que tu imites, tu t’es mis à sécréter de plus en plus de dopamine.

Le cerveau est programmé pour rechercher le plaisir et éviter la souffrance.

Et ça, les publicitaires, les médias, et les professionnels du divertissement l’ont bien compris.

Avec l’avènement des neurosciences, on a compris un peu mieux comment le cerveau fonctionne… et comment on peut l’influencer, pour ne pas dire manipuler.

Parce que la dopamine, c’est une arme plus efficace pour te contrôler que n’importe quelle drogue ou caméra.

Tu modifies ton comportement. Au lieu de bosser, tu prends ton shoot de dopamine en scrollant sur tiktok. Au lieu de trouver de nouveaux clients, tu prends ton shoot de dopamine. A la place d’étudier, tu passes le temps sur des conneries.

Tu deviens addict et cela ruine ta vie petit à petit. Tu le sais, et tu ne peux rien faire.

C’est un peu comme si tu te regardais en train de te faire ken dans le miroir.

Déjà tu n’as pas à culpabiliser, car tu n’es pas seul dans cette situation. C’est comme ça. C’est le monde dans lequel on vit.

Le nerf de la guerre c’est ton attention. Car si on arrive à attirer ton attention, on peut t’injecter de la dopamine.

C’est pour cela que tu entends régulièrement parler de « culture du zapping » ou de « temps de cerveau disponible » ou bien encore des gens qui disent qu’ils ont incapacité à rester concentré longtemps ou qu’ils ont une vie surchargée et qu’ils n’ont « pas le temps ».

Tout le monde se bat pour avoir ton attention, car c’est par là que ton cerveau recevra sa dose de dopamine.

Comment vaincre ton addiction à la dopamine ?

Alors concrètement tu peux faire quoi ?

Soit tu laisses faire, soit tu reprends le contrôle de ta vie.

L’idée n’est pas de couper tout ce qui te fait plaisir et te transformer en moine ou en ermite.

Ce que je te propose c’est un rééquilibrage.

Le temps que tu reprennes le contrôle de ta vie.

Et tu ne dois pas tout attaquer de front.

C’est pour ça que je te propose un défi que je vais faire avec toi. Parce que je n’estimerai jamais à l’abris d’une rechute et que je pense que ça peut faire l’un des meilleurs sujets de vidéo qui existe.

Si tu me suis, c’est que tu es intéressé de savoir comment ton cerveau fonctionne et comment en tirer le meilleur. C’est littéralement ce que je vais te proposer.

Mais avec en plus un côté aventure humaine, d’où mon idée de défi.

Si tu veux participer à ce défi, alors tu trouveras dans la description le lien où t’inscrire pour participer, c’est gratuit.

Le seul prérequis est ta volonté de reprendre le contrôle de ta vie parce que tu en as marre. Si tu es juste curieux ou que t’as juste envie de me parler, ce n’est pas pour toi.

En quoi le défi va consister ?

Chaque semaine, on va s’attaquer à une partie de ta vie pour rééquilibrer et stopper ton addiction à la dopamine.

Dans mon idée, je me voyais en train de constituer une communauté et poser un défi commun par semaine, pour deux raisons :

  1. C’est plus facile de réussir à plusieurs que tout seul dans son coin. Personne n’a la force de se sortir d’une addiction, seul.
  2. Parce que l’addiction à la dopamine, ce n’est pas que ton portable. Cela impacte ta vie en général.

Par exemple, savais-tu que ton addiction à la dopamine influe sur ton sommeil, et donc sur ta mémoire, tes capacités d’attention et même ton humeur quotidienne ?

Avec tous ces aspects de ta vie pollués, il est normal que tu ne prennes plus de décisions rationnelles.

Que tu te retrouves anesthésié ou frustré.

Tu n’as plus la force de lutter.

Alors je vais te reposer la question :

Est-ce que tu t’es déjà demandé à quoi ressemblerait ta vie si tu avais réellement la force d’accomplir tout ce que tu avais décidé ?

Pour ma part, lorsque je me suis posé la question, je pouvais tout résumer en un mot.

Liberté.

Alors si ce que je te dis te parle, inscris-toi à mon défi et rejoint le mouvement pour te libérer de cette addiction qui va ruiner ta vie.

D’ailleurs, parmi toutes les sources qui existent d’addiction à la dopamine, il y en a une qui te bouffe plus le cerveau que les autres ?

Laquelle ?

Tu peux me le dire dans les commentaires.

sing-post-cta-potion-de-vie

Laisser un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.