Mémoire

Comment mémoriser rapidement, étape 1 : augmentez de moitié vos capacités de concentration et de mémorisation

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Je vous l’annonçais hier : bienvenue dans votre plan en 3 étapes pour augmenter votre vitesse de mémorisation et devenir une véritable éponge à absorber les connaissances.

Afin de mémoriser plus rapidement, vous devez être capable de vous mettre en mode « concentration«  sur demande. Si vous y arrivez, vous avez déjà une bonne partie du chemin parcouru avant même d’avoir commencé

Le tout est de prendre quelques bonnes habitudes que vous allez mettre en place.

Comment faire dire « merci » à votre cerveau et augmenter vos capacités de mémorisation

Si vous voulez obtenir le meilleur de votre mémoire de travail (celle qui apprend les choses), vous devez porter votre attention sur 3 facteurs :

  1. Votre état de fatigue
  2. Votre lieu de travail
  3. Vos habitudes

Plus vous êtes fatigué(e), plus il vous est difficile de mémoriser (non sans blagues ?). Un cerveau reposé vous assure de disposer de toutes vos capacités pour manger de l’information à la chaîne.

Ce qui veut dire, que pour commencer, vous avez besoin de sommeil. Et pas qu’un peu.

« Bonjour, je suis le père La Morale, et tu vas m’écouter maintenant : tu vas te coucher tôt Nonmého »

C’est durant la période de sommeil profond que votre cerveau enregistre les connaissances apprises. Comme vous l’avez vu dans les cycles de sommeil, votre sommeil profond n’arrive pas rapidement et vous fonctionnez par cycle d’1h30 environ. Je ne vois pas comment apprendre efficacement en dessous de 4 cycles de sommeil. De plus, sachez qu’il existe des trucs pour optimiser votre sommeil.

Quant à l’endroit où vous avez décidé de travailler, lui aussi revêt une importance capitale. Essayez d’apprendre avec en fonds sonore Fun radio, votre série préférée, Skype et vos frères en train de se battre et je vous défie d’arriver à quelque chose.

Mémoriser dans un open space, c’est pareil (j’ai testé)

Pour maximiser votre apprentissage, vous devez vous bâtir un sanctuaire, lieu de repos et de concentration pour votre cerveau.

Vous devez enfin adopter des habitudes de travail efficaces (lol, le retour du père La Morale ! ) :

Eradiquez les interruptions.

Imaginez que vous souhaitiez mémoriser un cours. Vous vous y mettez. Il vous faut 5 minutes pour « entrer dans le bain ». Votre téléphone sonne. Vous répondez et vous parlez pendant 10 minutes. Vous vous y remettez. Il vous faut à nouveau 5 minutes pour vous replonger dans le bain.

Plus vous êtes interrompu(e), moins vous serez efficace. J’insiste vraiment là-dessus, d’ailleurs même Michel Cymes et le neurologue Bernard Laurent me l’ont confirmé lorsque j’ai posé la question !

En plus de votre lieu de repos donc, vous devez vous réserver un temps pour apprendre. Un temps pendant lequel vous ne ferez que cela. Pas la peine de réserver des heures non plus, mais vous avez besoin de vous fixer un temps régulier qui vous permettra à terme d’apprendre plus vite. (sans interruption on va toujours plus vite de toute façon).

En respectant ces quelques points, vous aurez augmenté sans rien faire d’autre vos capacités de mémorisation et de concentration de 50 % ! Evident, je sais, mais pourtant, combien y-en-a-t-il qui ne font ne serait-ce que couper leur portable ?

Si vous voulez être encore plus efficace, sachez qu’il y a un moment idéal pour retenir ce que vous apprenez.

Le meilleur moment pour retenir l’information

Sachez tout d’abord que mettre des écouteurs mp3 et vous passer votre cours en dormant ne marche pas. (Oui, j’ai même poussé le vice jusqu’à tester plusieurs fois).

Oui, mais oui, mais non.

Vous pouvez par contre multiplier par 1.5 votre taux de rétention en procédant comme suit :

Après avoir terminé votre séance de travail, accordez vous une pause de 10 minutes pendant laquelle vous ferez tout, sauf travailler. Une fois votre « mini-récréation » terminée, commencez à retenir vos informations.

Les études montrent que ce petit temps de repos augmente considérablement votre mémoire de travail !

Et si je suis malade et fatigué ? 

Si vous êtes malade, vous êtes de fait, moins efficace. Cependant, si vous donnez à votre cerveau l’habitude de ne pas travailler du tout chaque fois que vous vous sentez  « malade et fatigué », et bien vous allez vous sentir souvent « malade et fatigué » et vous n’allez pas progresser.

Ne nous voilons pas la face : vous n’avez pas besoin de conseils pour mémoriser rapidement vos passions. Par contre le reste, c’est souvent une corvée au début. Vous devez donc trouver un moyen pour progresser même en étant « pas d’humeur ».

Pour cela j’utilise une méthode qui a fait ses preuves :

« Un peu chaque jour », c’est carrément mieux que « beaucoup en fin de semaine ». Donnez-vous la peine d’essayer, vous gagnerez énormément de temps.

Dans le prochain épisode…

Dans la deuxième étape, vous découvrirez 7 techniques ultimes  pour mémoriser rapidement n’importe quel type d’information.

Je partagerai également avec vous LA méthode qui fait toute la différence entre l’apprentissage normal et l’apprentissage très rapide.


sing-post-cta-potion-de-vie

21 Commentaires

  • Les chiffres sont sûrement approximatifs (j’entends mémoriser 50% de plus par exemple), mais une bonne piqûre de rappel cela ne peut pas faire de mal !

    Un point où je suis particulièrement d’accord: les open space, une vraie misère…

    J’attends avec impatience les deux autres articles comme pour ce matin 🙂

  • Sympas ton article !
    Hâte de voir la suite …

    J’aurais une question : comment mémoriser une liste à deux colonnes ?
    Comme par exemple (superficie) :
    Inde 3287263
    Pakistan 796095
    France 675417
    Thailande 514000
    Australie 7686850
    Brésil 8514876

    Ou (n° de téléphone) :
    Antoine 0628124405
    Alain 0628191129
    Alex 0628110748
    Kikou 0628971377

    Juste qu’à maintenant c’était des listes d’une seule colonne. Sauf que dans la vie de tout les jours c’est intéressent de mémoriser rapidement deux informations.
    Comme le nom de la personne et son numéro ou le mot en anglais avec sa traduction.
    C’est possible ? Ou peux être tu compte en parler dans ton prochain numéro – je m’excuse alors de cette empressement.
    Merci beaucoup 🙂

    • Salut Defcon, merci de ta question !

      Effectivement dans la vie de tous les jours, tu dois souvent mémoriser des données ET des chiffres ET encore des données etc.
      Trop dense pour être résumé dans un article ce que tu me demandes là…
      En revanche je l’explique très bien dans mon livre : Napoléon joue de la cornemuse dans un bus 😉

      • Trop dense, pourquoi ?
        Tu es écrit des articles longs et raffinés, ça semble pas être un problème.
        Pour ton livre j’habite un peux trop loin pour me l’acheter. Je pourrai l’avoir l’année prochaine seulement. Et cette technique aurait eu beaucoup plus d’utilité maintenant en faite 🙂
        Enfin c’est pas grave, merci.

  • Je pense qu’il faut aussi préciser qu’un espace de travail (ce « sanctuaire ») doit être relativement propre et bien rangé, ça aide nettement à se motiver dans un premier temps (plutôt que de faire ça à cheval sur 6 dossiers, un paquet de biscuit et des stylos) et à réfléchir je pense =)

  • Au risque de passer pour un chiant, je trouve que tu rabâche souvent les même choses…
    Toujours des conseils généraux.

    Et si on a besoin d’une technique vraiment pointue qui n’est pas dans ton livre il faut chercher sur la blogosphère en anglais… ce qui est beaucoup moins marrant, déjà parce que s’est en anglais et ensuite car le peu que j’ai vu, soit c’est de l’archi amateurisme, soit c’est extrêmement compacte. Toi tu arrive à trouver le juste milieu…

  • Bonjour,
    Très belle saga sur ce thème si important de la mémorisation qui est sans aucun doute une des capacités clé de l’efficacité !

    Je te rejoins parfaitement sur les besoins en sommeil et en repos qui sont fondamentaux pour intégrer ce que nous avons appris.

    Pour ma part, quand dois vraiment apprendre quelque chose sur une longue durée et l’intégrer, je fais toujours une petite sieste de 20 min à peu près toutes les quatre ou six heures de travail.

    Cela donne la possibilité au cerveau de prendre le temps d’ordonner ce qui a été appris et de le relier à d’autres connaissances … Et c’est vrai que ça change tout !

    Merci pour ces info !

  • C’est une peu comme le principe de la croissance musculaire, il faut de la récupération et du sommeil pour reconstruire le muscle. Perso, je me mémorise plus le matin qu’en fin de journée.

  • Pourrait-on avoir plus de précisions concernant la concentration ?
    Parfois, bien que mon sanctuaire soit rangé, tout ce je dois faire noté pour ne plus y penser, je n’arrive pas à me concentrer.

    Merci

  • Une vraie source de connaissance ton blog !

    Je vais sur tous les articles ^^ !

    Pour « Le meilleur moment pour retenir l’information », je n’ai pas bien compris.

    En gros imaginons que je veuille apprendre une leçon d’histoire. Pendant 45 minutes je vais lire le cours, essayer de comprendre et le retenir (ça je vois pas comment faire à par me répéter dans la tête la date ou l’évênement).

    Ensuite à la fin des 45 min, je vais pendant 10 minutes faire autre chose que travailler, comme faire du sport ou une partie Fifa.

    Puis après, et c’est là où je ne comprends pas, qu’est ce que je fais ?

    Merci pour tous tes articles !

    Jérémie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.