Concentration

Comment vaincre la procrastination en 3 étapes

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Bonjour à toutes et à tous. Aujourd’hui, je vais vous montrer comment j’ai pu terrasser la procrastination et comment vous pouvez en faire autant. Ce fléau est le premier (et souvent le seul) ennemi au changement que vous souhaitez.

 

Vous n’aurez aucune liste à faire, ni même de papier ou de crayon à sortir.

La procrastination ne se combat pas avec des listes de choses à faire dans un ordre donné. Vous n’aurez aucun livre à lire, aucun exercice à faire tous les matins pendant 15 jours, et vous n’aurez pas à réfléchir 30 minutes pour écrire ce que vous désirez.

Vous savez déjà ce que vous désirez.

Pour vaincre la procrastination, il faut la comprendre, et connaître ses points faibles. Le but de cet article est de vous montrer le véritable adversaire, de provoquer une réelle prise de conscience. Pas besoin de papier et crayon pour cela. Juste besoin de votre attention maximale.

Etape 1 : Comprendre le fonctionnement de l’ennemi

Qu’est ce que la procrastination ?

Même si la plupart le savent déjà, il est bon de la définir. La procrastination est le fait de tout remettre au lendemain. Elle se manifeste dans tous les aspects de votre vie professionnelle et personnelle. C’est celle qui vous dit que ce serait bien d’apprendre l’espagnol mais qui vous empêche de le faire pour X raison (souvent le temps). Celle qui vous dit que ce serait bien de voyager en Inde et en Chine, et aux USA et en Australie, pour vous retrouver 10 ans plus tard à visiter l’Italie parce que « c’est moins long à organiser et c’est aussi joli« . Vous achetez des légumes parce qu’il faut avoir une vie saine, et ils finissent à la poubelle parce que vous avez oublié de les manger.  Vous allez lire un livre génial que l’on vous a conseillé, mais pas aujourd’hui, vous êtes trop fatigué(e), vous commencerez demain. Votre bibliothèque déborde de livres que vous n’avez jamais lu. Cette fois c’est sûr, vous allez attaquer ce rapport important pour votre carrière. Pas obligé de commencer maintenant quand même, vous avez 3 mois pour le faire. Vous le rédigez la nuit à la veille de sa remise, bâclé. Vous allez arrêter de fumer, c’est décidé. C’est votre 12 ème tentative, mais cette fois c’est différent. Vous allez écrire un article génial pour votre blog. Mais d’abord, vous passez par votre boite mail, vous consultez les réponses aux commentaires sur un autre blog, vous regardez votre page facebook, vous regardez une dernière fois les actualités du jour (on sait jamais, peut-être qu’une guerre a éclaté entre-temps ?) Vous êtes prêt(e) à commencer, mais avant vous allez manger un petit quelque chose et appeler un(e) ami(e).

Comment la procrastination fonctionne

Le mode opératoire de ce criminel, vous le connaissez. La procrastination retarde vos actions pour aller vers ce que vous désirez. Jusqu’au moment où ces actions sont tellement retardées que vous oubliez, ou que vous placez dans la pile des actions à faire et que vous ne ferez jamais. Lorsque vous prenez conscience que vous ne ferez jamais ce qui serait bien pour vous, vous vous sentez comme une merde, vous déprimez, jusqu’au jour où vos désirs se re-manifestent pour quelque chose d’autre, vous commencez à planifier ce que vous devrez faire pour l’obtenir, et la procrastination reviendra. Vous n’aurez jamais ce que vous voulez. La procrastination y veillera et retardera vos actions.   A partir de là,  cinq solutions sont habituellement testées.

 

      1. Le déni. Cette fois vous le ferez. Ce n’est pas la procrastination qui vous en empêchera. Vous vous imposez une discipline de fer qui marchera un temps. Pas suffisant pour les longs projets et renforce le sentiment de déprime lorsque vous échouez.

 

    • La raison karmique. Finalement si vous ne l’avez pas fait, c’est que vous ne le vouliez pas vraiment, pas vrai ? Vous vous amusez de votre naïveté pour vous rendre compte plus tard que ce sera la même chose pour tous vos désirs. Vous passerez votre vie à « vous chercher » et à ne jamais terminer ce que vous commencez.

 

    • L’abandon. Finalement à quoi bon se lancer dans des projets irréalistes ? Je ne suis pas fait(e) pour cela. Ce n’est pas mon caractère. D’ailleurs, j’ai du repassage à terminer.

 

    • La recherche de trésor. Vous avez acheté le dernier livre révolutionnaire. Avec lui, c’est sûr, vous allez vaincre une fois pour toutes la procrastination. Vous allez vous transformer en machine à déplacer les montagnes. 3 semaines après vous rangez le livre sur une étagère à la fin du 3ème chapitre. Lorsque vos amis vous demanderont si ce livre est bien, vous direz qu’il est génial pour masquer votre honte de n’avoir pas testé les exercices demandés. Vous vous rendez compte qu’il faudra bien plus qu’un livre ou une méthode payante à 1000€ pour vaincre la bête.
    • L’auto-réconfort. Vous savez ce qu’il faudra faire le temps venu lorsque de VRAIES idées arriveront. La procrastination, vous la connaissez comme si vous l’aviez faite. Vous ne savez pas pourquoi, mais ces idées n’arrivent jamais et vous ne vous sentez pas plus heureux(se). En attendant, vous prodiguez aux autres des conseils anti-procrastination que vous n’appliquez pas vous-même.

 

D’ailleurs, ce ne serait pas ce que je suis en train de faire ?

 

Pas exactement. Pour l’instant, je n’ai donné aucun conseil miracle. Aucune méthode. Je n’ai fait que vous rappeler ces épisodes douloureux qui surgissent beaucoup plus souvent que l’on pense.

 

Si ces exemples vous parlent, c’est parce je les ai vécus  comme vous et parce qu’ils continueront de nous arriver.

 

La procrastination ne meurt jamais

 

Aussi rassurant qu’un premier ministre parlant de la crise, je vous assène ça comme cela. Et pourtant c’est vrai. La procrastination, c’est comme la série des Scream. Quand vous pensiez en avoir fini, voilà qu’ils vous en pondent un autre encore plus abominable.

 

La raison de cette vie éternelle est simple : Si la procrastination meurt, vous mourrez aussi.

 

Pourquoi donc ?

 

La procrastination est reliée au centre des plaisirs de notre cerveau. Celui qui anticipe les récompenses à venir. Si vous préférez passer votre week-end chez des amis à boire et à faire la fête plutôt que de réviser pour votre examen, ce n’est pas pour rien.

 

Si manger une salade c’est plus sain, vous préférerez manger une pizza si l’occasion vous est offerte.

 

Si taper un rapport est chiant, il le sera moins après avoir regardé le dernier épisode de votre série ou après avoir écouté votre musique préférée.

 

Faire du sport c’est bien, mais aujourd’hui il pleut, et passer le reste de l’après-midi sur le canapé est beaucoup plus confortable, alors tant pis, vous en ferez deux fois plus la prochaine fois.

 

Partant du principe que nous sommes reliés à la recherche de plaisir, si nous éliminons définitivement cette recherche, nous éliminons donc nos désirs. Nous mourrons. Pas au sens physique du terme, mais au sens de l’âme.

 

Le combat  est quotidien et ne porte pas que sur les grands projets.
La procrastination fait partie de vous.


Les gens changent constamment de projets

 

Encadrez cette phrase, collez-la sur votre frigo et lisez la quotidiennement s’il le faut. Au moment où vous avez une idée géniale en tête, vous pouvez avoir le plan précis et les étapes du début à la fin pour arriver à vos faire ce dont vous désirez.
Vous vous voyez même déjà à la dernière étape de ce projet. Vous êtes sur-motivés. Mais s’il est « facile » de se motiver pour faire le ménage, aller courir 10km ou réviser un texte de droit, cela l’est beaucoup moins lorsqu’il s’agit de projets plus longs comme organiser un voyage, se lancer à son compte ou apprendre une langue par exemple.

 

Il y a un facteur qui est mal utilisé, c’est le temps.

 

Entre le moment où vous êtes sur-motivés et le moment où les choses commenceront à prendre une tournure plus sérieuse, moins fun, vous aurez changé.

 

Votre état d’esprit ne sera plus le même, vos priorités auront été redistribuées. Si vous deviez réaliser en un coup de baguette magique votre rêve tout de suite, vous le feriez. Seulement ce n’est pas possible et un grand projet implique une sur-motivation quotidienne. Dès que votre idée géniale n’est plus « fun » pour votre cerveau, d’autres choses passeront avant.
Vous savez que ce dossier à rendre vous améliorerait votre carrière à terme, seulement vous préférez jouer à des jeux vidéos.
Vous savez que vous devriez finir ce livre ou ces exercices, mais vous avez quelque chose de plus fun à faire juste avant.

 

La vérité est que notre cerveau redistribue constamment nos priorités avec le temps. Vous pouvez avoir une priorité un jour et une autre le lendemain.
Vous pouvez avoir un agenda vide et pourtant réussir à repousser des rendez-vous pénibles (qui a dit le dentiste ?)
Vous n’êtes pas le même qu’il y a 5 minutes et vous ne serez pas le même demain.

 

Bouddha disait « il n’y a rien de constant, si ce n’est le changement« 

 

En être conscient va vous permettre de lancer un plan d’attaque spécial.

 

Le but de ce plan est tout simplement de faire tout ce que l’on désire sans tout faire foirer à cause de la procrastination.

Si vous voulez avoir accès directement au programme complet cliquez ici

sing-post-cta-potion-de-vie

35 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.