Concentration

Comment arrêter de tout remettre au lendemain et se mettre enfin au travail

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

C’est bien beau de parler cerveau, réussite, de donner les meilleures techniques pour mémoriser tout ce qui est possible, mais si vous n’arrivez pas à vous mettre au travail, tout cela ne sert à rien.

Si vous avez du mal à vous concentrer, si vous êtes du genre à travailler à la dernière minute (ou à ne jamais commencer), cet article est pour vous. Si vous êtes également perfectionniste à l’excès, ou si vous culpabilisez de vous amuser alors que vous devriez être en train de terminer ce boulot depuis longtemps, cet article est également pour vous.

Ce fléau, cela s’appelle la procrastination, peut-être connaissiez-vous déjà ce terme. La procrastination, c’est un peu comme des sables mouvants. Une fois dedans, vous êtes pris de panique et vous essayez de vous débattre, mais vous vous enfoncez davantage. Il vous est de moins en moins facile d’avancer, jusqu’à l’immobilisation complète et l’étouffement

(au fait, si vous vous voulez vous sortir des sables mouvants, vous devez avancer comme si vous gravissiez un escalier)

 

Votre petite voix intérieure 

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais on se parle souvent à soi-même avant de commencer un boulot, une tâche, ou n’importe quoi. Constamment on se parle à soi-même.

Parfois vous vous encouragez :

« Allez vas-y tu vas y arriver ! »

Parfois vous vous démotivez :

« T’es con ou quoi ? »

Et souvent, vous vous faites la morale :

« il faut que je fasse ceci. Je devrais faire ça aussi. »

 

Conséquences : vous avez l’impression de vivre une vie faite de devoirs, remplie de « choses à faire absolument« . Le travail en général (que ce soit pour vos projets ou alorsle travail exigé de vous) vous ôte toute sensation de liberté, et pour relâcher la pression, vous finissez devant la télé, devant internet à surfer, ou à jouer à des jeux en ligne sans en avoir tellement envie/besoin au fond.

Un jour, c'est plus possible.

Un jour, c’est plus possible.

Qu’importe le moyen que vous utilisez pour procrastiner, le résultat est le même : vous n’avancez pas dans votre vie et vous continuez de vous engueuler intérieurement.

Pour lutter contre ce phénomène, je vais vous donner une technique toute simple qui va vous donner de très bons résultats pour résultats pour lutter contre votre procrastination, très rapidement.

 

La technique de la reprogrammation

Vous procrastinez, vous remettez tout au lendemain et vous avez l’impression de passer beaucoup trop de temps sur des activités inutiles. En fait, ces activités ont une fonction. Elles vous libèrent du sentiment d’obligation et de la perte de liberté qu’impose le travail qui vous attend.

Vous êtes capables du meilleur, au fond vous le savez bien, mais quand vous êtes obligé(e) de faire quelque chose, vous avez une sensation de frustration qui monte. Vous vous sentez constamment à DEVOIR faire des choses. Alors pour retrouver de la liberté, vous faites ces activités inutiles. Vous les faites en culpabilisant (parce que vous devriez être en train de travailler et cela vous angoisse) du coup votre travail n’avance pas, et vos loisirs sont sans plaisir.

Ce que je vous propose, c’est de reprogrammer non pas la façon dont vous travaillez (comme beauuuuucoup de livres/vidéos/articles le suggèrent) mais de reprogrammer d’abord la façon dont vous vous parlez.

Cela peut paraître gentillet et un peu trivial à première vue, mais je vous garantis que c’est le point de départ si vous voulez vraiment reprendre les choses en main.

Suivez la technique ci-dessous :

puce

Etape 1 : surveillez bien la façon dont vous vous parlez intérieurement, et guettez les « je dois faire ça » ou « je devrai faire ça » ou « il faut que je le fasse vite » etc. Toutes les fois où vous vous mettez des obligations à contrecoeur.

puce

 Etape 2 : chaque fois que vous êtes confronté(e) à l’une des affirmations précédentes, transformez la. Choisissez de faire les choses ou non. Reprenez le contrôle en choisissant de faire ce qui vous attend ou de ne pas le faire ! Mais prenez une décision qui vient de vous et non d’une obligation extérieure.

Vous avez un rapport à terminer ? Vous avez du temps devant vous ? Vous devriez le terminer maintenant ? D’ailleurs vous n’arrêtez pas de vous le répéter en boucle. Et bien choisissez de vous y mettre. Prenez un engagement envers vous-même et transformez cette petite voix qui vous sermonne en :

« Je choisis de le faire maintenant, je m’engage à y travailler 1h maintenant et 1h ce soir, après manger. Je passe l’après midi-dehors/sur l’ordi à m’amuser »

ou bien :

« Je choisis de ne pas faire ce rapport. J’ai bien évalué les conséquences et je choisis de les accepter et de les encaisser ».

Vous devrez retrouver le choix. En retrouvant vos capacités à choisir, vous retrouvez un peu plus de liberté. Cette liberté diminuera votre procrastination ET la sensation de culpabilité que vous éprouverez lorsque vous aurez choisi de faire une autre activité en pleine connaissance de cause.

puce

Etape 3 : engagez-vous avec vous-même, mais de façon réaliste.

Là ce n’est plus le patron ou le prof qui vous demande un rendu, c’est vous-même. C’est vous qui avez choisi. Et vous êtes du genre à tenir vos promesses. On peut compter sur vous. Vous êtes fiable (ou vous avez dans l’intention de le devenir).

Mais vous ne prenez pas pour autant des engagement irréalistes. N’oubliez pas que vous êtes dans des sables mouvants, vous devez vous en sortir comme si vous franchissiez des escaliers. Marche après marche. Il ne sert à rien de trop vouloir en faire d’un coup. Prenez déjà l’engagement de reprogrammer systématiquement tous les « je dois faire ca » « je devrais faire ceci », « il faut absolument que je … » etc. par « Je choisis de… » pour la journée d’aujourd’hui.

Petit à petit.

Je vous propose de tester systématiquement pendant 24H. C’est tout, juste une journée à reprogrammer votre dialogue interne de la sorte ! Vous allez voir des résultats qui vont vous surprendre…

synapsefull

Lancement de SYNAPSE

SYNAPSE est une formation complète de 82 jours dans laquelle vous apprendrez à vous débarrasser de la procrastination, du travail à la dernière minute et de l’excès de perfectionnisme qui vous empêche de vous mettre au travail.

La conception de SYNAPSE a pris plus de 6 mois à temps plein et s’enrichit constamment de modules bonus et de mini-formations. Mind mapping, Art de la mémoire, techniques spéciales d’efficacité, toutes ont pour but de vous aider à vous mettre enfin au travail et à faire de vous une machine à réussir.

Tout cela pour dire que je ne prend que 30 inscriptions, alors choisissez (ou pas) de faire partie des 30 futurs étudiants de SYNAPSE, mais ne tardez pas non plus trop longtemps car la prochaine session ne sera pas en juillet comme je l’avais prévu mais…. beaucoup plus loin !

30 étudiants, cela me permet d’effectuer un suivi de qualité et de passer du temps avec chacun d’entre vous, de répondre à vos questions de façon rapide. N’oubliez pas que je fait tourner Potion de Vie et un boulot à plein temps en parallèle (oui j’utilise les techniques de SYNAPSE pour faire tout ça !) alors désolé, mais je ne prend que 30 inscriptions, pas plus !

Si vous savez déjà que vous voulez vous inscrire ou si vous voulez connaître le programme détaillé de SYNAPSE, cliquez ICI.

Je vous en reparle bientôt !

 

sing-post-cta-potion-de-vie

31 Commentaires

  • Oui, la procrastination est vraiment l’ennemi à abattre. Si on ne passe pas à l’action, tout le reste ne sert à rien : les formations ne servent à rien (c’est un formateur qui parle), les ebooks sur tous les sujets possibles et imaginables ne servent à rien, le développment personnel reste virtuel et donc ne sert à rien. Evidemment on peut devenir un expert dans plein de domaines, mais un expert qui n’agit pas (donc qui n’a pas de résultats) a peu de crédibilité… Bref, merci Jean-Yves pour ces bons conseils !!

    Christophe

  • Merci pour cet article rafraîchissant. Beaucoup plus que l’organisation et le gain de temps iI nous ramène à la notion de plaisir! Changer le regard que l’on pose sur les choses à faire plutôt que de lutter pour en mettre le plus possible.

  • Votre article est un petit remèdes pour beaucoup de paresseux ou pour ceux qui manquent d volonté pour se mettre au travail.
    En effet beaucoup de personnes tombent dans l’inactivité faute de courage et de vouloir faire le premier pas pour commencer à travailler…. 9a devient une habitude qui aliène le corps et l’esprit et il est difficile de s’en débarrasser, sauf un hasard ou un choc violent pour l’en sortir.
    Peut-être cet article sera un bon choc pour faire sortir ces gens de leur état passif et inactif.

  • Merci pour cet article
    Mais comme vous l’avez déjà dit. On est dans le sable mouvant et c’est pas évident du tout.
    Comme choisir de faire une tâche tout en ayant conscience qu’on doit la faire ou refuser et en subir les conséquences.
    Moi ce que je fais, c’est visualiser le résultat final. ça m’aide beaucoup.

  • Bonjour
    ce qui est dingue avec la procrastination, c’est que tous ceux qui en sont ‘victime’ en ont conscience. c’est pas fou de se dire qu’on n’arrive pas à y remédier alors qu’on a bien identifié le problème ?
    En tout cas, je pense que ce genre de petits trucs doivent marcher, car ils changent notre rapport à la tâche. Mais ça demande quand même une démarche active. On n’a rien sans rien.

  • Ce que je constate, ce n’est pas tant le sentiment du devoir qui me fait repousser au lendemain que le manque d’information pour savoir comment faire : ex : je commence à écrire un roman, et puis je stoppe parce que soudain je n’arrive plus à écrire la suite : même si je sais ce que je veux dire, c’est comme si je ne trouvais pas les mots, comme si je manquais de savoir-faire.
    Et c’est comme ça pour beaucoup de choses. Pour moi, procrastiner est une façon d’éviter de me confronter à mes manques.

  • Étant étudiant, la procrastination est aussi un problème majeur, notamment dans mes études… !!!

    Alors, pour avoir eu l’opportunité de suivre la formation, je peux vous dire que j’ai vraiment appris des techniques très puissantes ! Je n’ai pas encore tout assimilé, mais je suis carrément sur la bonne voie ! (mon 2ème semestre se passe nettement mieux !)

    Je sais ce qu’il faut que je fasse. Reste à m’en donner les moyens.

    Merci Jean Yves pour ton boulot de qualité ! 🙂

    A bientôt !

  • Merci, en voilà de bons conseils. Je suis plutôt adepte du « mini challenge », l’engagement dont tu parles. Quand on arrive au bout des choses on peut profiter de son temps libre pleinement sans culpabilisé, comme tu dis!
    Bon, par contre, en ce moment j’ai du mal à lutter contre les petites choses qui viennent me déconcentrer comme mon téléphone ou les réseaux sociaux 😉
    je prend bonne note de la formation…

    • Justement les réseaux sociaux et le téléphone, j’en traite à un moment. Et je suis tout à fait en phase avec toi au sujet des mini-challenges, c’est d’ailleurs un point clé de SYNAPSE, c’est effectivement en prenant les choses comme un défi que l’on progresse plus vite 😉

  • Intéressant. Je ne connaissais pas la technique de la reprogrammation qui va peut-être me permettre d’arrêter de procrastiner à tout bout de champ. Surtout à cause me addiction à facebook. Parfois j’ai honte.

  • L’éternel problème du choix… Il est clair que le choix réaliste doit être fait, mais la difficulté est la mesure de ce qui l’est et ne l’est pas… Et là j’ai du mal. Il doit bien y avoir un critère objectif, sans passer par une reprogrammation, qui permette de voir de façon évidente ce qui est réaliste ?

  • C’est une technique intéressante, qui impose un gros travail sur soi-même. Il faut réussir à se mettre en condition et regarder plus loin que le bout de son nez. Si on prend l’exemple d’un étudiant, il faut regarder le gain qu’il y aura à l’issue du travail demandé: Si je réussi mes études, je pourrai potentiellement trouver un bon emploi qui me permettra de subvenir à tous mes besoins. Donc il est intéressant que je me mette à étudier ce cours car c’est dans mon intérêt pour l’avenir…

    Mais il faut admettre que c’est loin d’être facile 😉

  • Ha la la, la procrastination c’est terrible!!
    Merci pour cette article, ça donne de bonnes idées pour lutter contre ça. Pour moi ce qui marche pas mal c’est de faire un planning avec pleins de petites taches simple au lieu d’un gros dossier: je décompose une action en pleins de petites et je les fait petit à petit…

    Sinon pour les sables mouvants je croyais que c’était l’inversse, qu’il ne fallait pas bouger! Merci pour le conseil, je ne sais pas si ça va servie mais on ne sait jamais.

  • Pour Damien un peu plus haut : ben dis donc, elles ont l’air d’être flippantes tes études pour que tu sois obligé de te raccrocher au fric que tu vas gagner, plus tard : le problème, c’est que c’est maintenant que l’on vit, plus tard n’est pas motivant, pas plus que l’argent qui est une valeur fluctuante et jamais sûre, en plus pas passionnante en soi : c’est quoi ce coup de blues que tu exprimes là ?

  • C’était tout le problème des sables mouvants justement, si tu bouges tu t’enfonces et si tu bouges pas bé tu restes la…j’imagine q’il fallait être 2 avec un baton. La morale serait de ne jamais se balader dans des zones de sables mouvants tout seul.

  • Bonjour JY,

    la procrastination est un ennemi redoutable.
    Ta méthode pour lutter contre est intéressante.

    Personnellement lorsque je sens que je vais ou que je risque de repousser une tâche ou encore si je veux me motiver pour l’accomplir, je me concentre sur sur les points intéressants de celle-ci (j’en trouve toujours), sur son importance, ce qu’elle va apporter etc…

    En ce qui me concerne c’est efficace

    A bientôt
    Amicalement
    Rémi

  • D’abord, la procrastination c’est terrible : il faudrait pouvoir prononcer ce mot. Ensuite dans les résultats, c’est clairement expliqué dans l’article… Comme vous le proposez, j’essaye de trouver un intérêt immédiat dans un chose qui me rebute à faire, au moment de la faire (avant, je ne peux pas, trop de résistances). ça va un peu mieux, je me lasse moins vite je dirai, lmerci pour m’avoir donné l’idée du fun.

  • Bonjour JY,
    C’est beaucoup d’effort à faire sur soi-même, être pugnace. EN revanche, il y a nécessairement des éléments remis au lendemain si l’on ne veut pas devenir exclave du travail (je vous assure qu’après 12 heures de travail journalier, j’ai besoin de faire un break et de remettre à demain ce qui n’est ni important, ni urgent).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.