Créativité

J’ai lu pour vous : Et si vous en saviez assez pour gagner en bourse…

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

5ème livre chroniqué ici. J’ai décidé aujourd’hui de prendre un livre parlant de bourse. Donc un livre chiant. Et bien non ! C’est tout le contraire ! Vous allez découvrir Peter Lynch et sa façon particulière de parler du domaine financier et de « l’argent bête »

Je voulais un livre qui parle d’argent, mais sans m’ennuyer. Je voulais découvrir les subtilités de la bourse sans devoir calculer des ratios à longueur de journée.

Lorsque j’écumais les sites et les avis consommateurs, j’ai été frappé par le nombre de critiques positives de ce livre. J’ai donc décidé de l’acheter et de lui donner une chance !

Qu’est ce que ce livre ?

Et si vous en saviez assez pour gagner en bourse est à mi-chemin entre les confidences d’un gestionnaire de fonds et un livre de conseils pratiques. Il s’adresse aux petits porteurs, c’est à dire aux particuliers ! Et ca c’est intéressant. Ici, il n’est nul question d’avoir des connaissances poussées dans le domaine. Le livre de Peter Lynch est écrit dans un style simple et imagé, bourré d’humour et d’anecdotes passionnantes.

Aucune martingale boursière, dans « Et si vous en saviez assez pour gagner en bourse » c’est le bon sens qui prime. Et les conseils de l’auteur vont en ce sens.

 Qui est Peter Lynch ?

Jusqu’à sa retraite, il a été à la tête de la plus grande SICAV américaine, le Fidelity Magellan Fund. Peter Lynch est connu pour avoir fait toucher 20 fois à la mise à des millions d’américains dans les années 80. Vingt fois. Ca veut dire qu’en investissant à cette époque 1000€ dans son fond de placement, vous auriez eu 20 000€ à la fin. 

En 1992, il a été le gestionnaire de fond le plus connu et le plus médiatisé des USA.

Aujourd’hui à la retraite donc, cela n’empêche pas ses conseils d’être intemporels et précieux lorsque l’on aborde ce domaine.

Peter Lynch a cette particularité qu’il est persuadé que les amateurs ont plus de chances de gagner en bourse que les spécialistes eux-mêmes !

Première partie : se préparer à investir

Dans les premières pages, Peter Lynch nous fait part d‘une anecdote à partir de laquelle il a déterminé la stratégie idéale pour gagner en bourse. Dans une famille américaine, le père se spécialisait dans la bourse depuis longtemps et investissait sur les valeurs à la mode. Il ne gagnait pas énormément d’argent et passait beaucoup de temps à acheter des actions de sociétés compliquées.

Un jour sa femme lui a fait part d’une nouvelle boutique en ville, absolument géniale. Cette boutique s’appelait « Stop and shop ». Son mari lui répondit qu’il préférait mettre ses billes dans les nouvelles technologies et les mastodontes.

Quelques temps après, le cours des actions nouvelles technologie s’est effondré, pendant que la toute nouvelle chaine de boutiques « Stop and shop » a multiplié sa valeur par dix.

Cet effet, Peter Lynch l’appelle le « 10-baggers ». Une action qui rapporte à son acquéreur, 10 fois sa mise. Et il y a nulle besoin de passer des heures à analyser les comptes des plus grandes sociétés du marché (qui sont déjà chères!) , il suffit de se balader en ville et d’ouvrir les yeux !

Deuxième Partie : Trouver les gagnants

Peter Lynch nous livre ses conseils et ses anecdotes hilarantes pour trouver donc l’action parfaite à savoir, une action qui ne vaut pas grand chose, mais qui ont peu de dettes, un taux de roulement des stocks satisfaisant et des perspectives de croissance intéressantes.

Il nous rappelle également d’investir dans des produits simples, avec peu de concurrence et indispensables quand même !

Un type d’actions à priser selon lui ce sont…. les carrières de pierre ! Avec peu de concurrents et ne coûtant généralement rien (on peut remplir son jardin avec une tonne de cailloux pour le prix d’un jus d’orange!) les carrières font d’excellents investissements.

Peter Lynch déballe ses conseils avec énormément d’humour. Il a eu le don de transformer un livre sur la bourse en un récit passionnant, tout en distillant des conseils précieux.
 

 

Troisième partie : Vision à long terme

 
Peter Lynch n’a pas de vision à court terme. Ainsi donc, vous ne trouverez pas de conseils de trading, mais bien une stratégie de long terme. Se constituer un portefeuille, le gérer, trouver le meilleur moment pour acheter et pour vendre, la stratégie de répartition… Dans un chapitre très intéressant, l’auteur passe en revue les 12 choses les plus stupides et les plus dangereuses que l’on dit sur la bourse et les actions. 
Bien sûr il nous indique les ratios importants à connaître. Il nous indique à quoi ils correspondent, mais ce qui est fort appréciable c’est qu’il ne se perd pas à nous raconter des détails techniques ennuyeux et donc à nous endormir. Au contraire, Peter Lynch utilise une fois de plus de son humour corrosif pour nous parler de choses chiantes… et cela marche ! Enfin, il déconseille fortement les autres produits financiers que sont les options et les futures. Très compliqués et terriblement dangereux pour les petits porteurs non informés. J’ai apprécié ce point de vue, étant tout à fait en phase avec les arguments.      

 

Mon sentiment Génial !  

Transformer un livre de bourse en récit passionnant et hilarant est un exploit en soi. Et Peter Lynch y arrive à la perfection. Nous ne le voyons pas venir, car les premières pages sont plutôt « sérieuses ». Mais c’est vraiment que les toutes premières pages, parce qu’après, cela n’arrête plus ! On prend énormément de plaisir à suivre les conseils de Peter Lynch, tout en dévorant ses anecdotes. Le livre est très agréable à lire.
Pas de petits caractères, de police d’écriture bizarre ou de mise en page farfelue. Il se lit plutôt vite dans un langage accessible. Le livre s’adresse aux petits porteurs, et cela aussi c’est intéressant.
Il nous explique le jargon en des termes simples et nous convainc des réelles possibilités de gains et de trouver ces fameux 10-baggers même 20 ans après les premiers.    

Du côté des points négatifs : Je dirai que comme le livre est américain et qu’il a été écrit dans les années 90, les exemples ne sont pas tous transposables pour nous, européens. Cependant, cela n’est pas -trop- gênant, car on comprend bien l’essence des arguments. Je dirai également qu’il est certainement moins aisé de trouver des 10-baggers en 2011 qu’en 1982. Cependant, c’est tout de même loin d’être impossible, même en temps de crise.
Avec

           

          • Pour les alchimistes avec une vision long-terme, donc patients et stratèges.
 Quels ingrédients obtient-on avec ce livre ?
            • Selon la formule Potion de Vie, l’intellect et les idées produisent le succès. Avec ce livre, on bénéficie un peu de l’intellect et des idées de quelqu’un qui a eu énormément de succès.
          • Enormément de conseils de bon-sens, de mises en garde et d’idées d’investissements
          • Une bibliographie de classiques de la finance, permettant ainsi d’améliorer ses connaissances dans le domaine.
          • On obtient également un gain de temps en se concentrant sur les ratios vraiment utiles au lieu de partir dans des heures d’analyses de bilans financiers.
Nombre de pages : 216
Facilité de lecture : Facile (enfantin pour un familier du jargon de la finance)

 

 

 Une dernière chose : J’ai encore synthétisé ma manière de faire mes chroniques. Le but est de les rendre encore plus agréables à lire. Ai-je réussi mon pari ?

 

sing-post-cta-potion-de-vie

9 Commentaires

  • La lecture semble intéressante, j’ai toujours hésité à ouvrir un compte de trading tant je n’ai pas confiance à la bourse, il n’y a qu’a voir tous les petits porteurs qui se sont fait ruiner avec la crise, et vu les pubs que faisaient les banque sociétés de courtage cela ressemble même à de la fraude et de l’arnaque.
    Enfin pour résumer la question est peut on encore faire un placement sans risque en 2011 ou l’avenir du système bancaire et boursier est des plus incertain ?

    • Attention, ce n’est pas un livre de trading 🙂

      Peter Lynch parle vraiment d’investissement à long terme !

      Un placement est par définition à risque !
      Pour ma part j’ai décidé de miser sur des entreprises solides et dont on ne peut pas se passer en temps de crise. Je gagne moins qu’un gars qui passerait ses journées à trader, mais je dors bien mieux la nuit 🙂

      En fait, j’ai survécu à la crise de cet été sans m’inquiéter plus que cela 🙂

      Je suis chez Binck, ils sont réglos, après je ne connais pas les autres…

  • Ha ben je ne connaissais pas non plus ce livre, et je pense que je vais faire un nouvel achat littéraire dans pas longtemps 😉

    Par contre je suis déjà convaincu que la bourse est un bon vecteur d’investissement, mais comme pour tout il y a certain risque, et quand il y a des risques il faut se documenter sur le sujet pour les mitiger …

    • Salut Laurent,
      Si tu ne connais pas le style de Peter Lynch, alors effectivement je te conseille fortement ce livre, il est très accessible, très intéressant, je l’ai dévoré ! et pourtant c’est un livre sur les finances quoi !

  • Salut, avec ce livre avons-nous les bases pour savoir ou placer son argent sur le marchés des actions ? Et sinon connais-tu d’autres livres à conseiller sur ce domaine pour commencer en bourse ? Merci. 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.