Concentration Mémoire

Comment lire activement un livre pour mieux le mémoriser ?

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui j’ai le plaisir d’accueillir Grégory du blog Deviendragrand

Il s’agit du deuxième « échange de clés« © sur Potiondevie !

C’est quoi un « échange de clés »? Tout simplement qu’en même temps que Grégory publie sur Potion de Vie aujourd’hui, j’ai rédigé un article sur son blog. On s’échange les clés de nos blogs respectifs histoire de vous proposer le meilleur de nos deux blogs le même jour !

Assez palabré (j’aime ce mot, il sonne bien), je laisse la plume à mon ami Grégory !

 

Lire activement pour mieux mémoriser

 

Cet article a été écrit par Grégory, apprenti blogueur de 40 ans qui écrit sur Deviendra grand. Ce blog est certes l’outil de son propre développement. Mais il est aussi son média pour partager et échanger au sujet de ses expériences et de son expérience : développement personnel, organisation, productivité, efficacité. Mais aussi santé et finance. Toujours avec un souci de simplicité, de sérénité et de pragmatisme.

 

Comment lire activement un livre pour mieux le mémoriser

 

Le lecteur assidu de Potiondevie que vous êtes aura pris 2 choses importantes, parmi d’autres.

Tout d’abord, lire est important, voire essentiel.

Jim Rohn a dit

« les pauvres ont de grandes TV, les riches de grandes bibliothèques ».

 

Sans aller jusqu’à un tel extrême, il est clair que lire est une façon simple d’apprendre, d’élargir ses compétences et de découvrir de nouveaux horizons. Ce n’est pas pour rien que j’ai fait de la lecture quotidienne une habitude à cultiver.

 

Ensuite, mémoriser et retrouver une information quand on en a besoin, ce n’est pas simple.

 

Pour faire le lien avec l’idée précédente, lire un bon bouquin pour en oublier l’essentiel et ne pas l’exploiter, ça ne sert à pas grand chose. Autant aller peigner le cou d’une girafe …

Jean-Yves vous propose plusieurs techniques efficaces pour mémoriser des informations.

 

D’une manière générale, et par rapport à la lecture d’un bouquin, j’ai développé ma propre approche :

 

  •   je lis intelligemment et activement ;
  •   je reformule rapidement.

Pourquoi ne pas se contenter d’une lecture simple ?

 

Avant d’aller plus loin et de détailler ma méthode, voyons d’abord pourquoi il est préférable d’avoir une lecture active.

Quelques chiffres :

  •   une personne ne retient que 20% de ce qu’elle lit ;
  •   une personne retient 60% de ce qu’elle reformule ;
  •  une simple lecture nous garantit d’oublier la majorité du propos au bout … d’une semaine.

Les quelques courbes ci-dessous mettent en image (ce qui vaut mieux qu’un long discours …) la dernière information.

 

Graphique emprunté au site Mosacrea

 

Pour améliorer la mémorisation des informations, des relectures régulières sont donc nécessaires.

 

Ma méthode de lecture

 

Ma méthode de lecture se décomposait initialement ainsi :

 

  1. faire un premier survol du livre : histoire d’avoir une vue globale et d’enregistrer quelques mots clés ;
  2. lire chaque chapitre 2 fois avant de passer au suivant : d’abord une lecture rapide, puis une lecture approfondie plus classique ;
  3. ne pas hésiter à faire régulièrement des pauses et réfléchir : pour bien comprendre ce qui est dit et pour réfléchir à un cas concret ;
  4. prendre des notes au fur et à mesure.

 

A l’usage, cette méthode a évolué pour 2 raisons principales ;

 

  •   La double lecture de chapitres entiers, c’est assez pénible. Un chapitre peut être lu en plusieurs sessions. Le relire une 2° fois peut être tout aussi long. Ou alors, on le relit trop rapidement pour que ce soit efficace. À l’arrivée, le processus est plutôt pénible et n’apporte pas suffisamment en terme de mémorisation.
  •   La prise de notes, c’est très bien. Mais s’en contenter n’apporte pas grand chose en terme de reformulation, et donc de mémorisation, et de matières à exploiter après.

Voici comment maintenant je lis et exploite un ouvrage :

  1. faire un premier survol du livre : histoire d’avoir une vue globale et d’enregistrer quelques mots clés ;
  2. faire un premier survol de chaque chapitre : histoire d’avoir une vue globale et d’enregistrer quelques mots clés ;
  3. lire chaque chapitre normalement : une lecture approfondie plus classique ;
  4. avant chaque session de lecture, relire rapidement la lecture précédente : cela constitue une première réactivation ;
  5. prendre des notes au fur et à mesure ;
  6. reformuler chaque chapitre dès la fin de sa lecture ;
  7. synthétiser l’ensemble dans une carte heuristique.

Résumer ainsi, il n’est peut-être pas simple de comprendre ce que j’entends par «  relire rapidement la lecture précédente ». Voyons donc plus dans le détail comment je lis en chapitre …

 

Comment je lis un chapitre

 

L’auteur a structuré son livre en chapitres pour de bonnes raisons. J’en fais donc mon mètre-étalon de lecture. Mon processus de lecture et d’apprentissage est basé sur lui.

 

Avant la lecture

 

Avant la lecture classique, jesurvole chaque chapitre. Je lis en particulier les titres et les débuts de paragraphes, je m’attarde sur les textes mis en valeur (gras ou italique), je photographie les graphes et autres images, …

Cette première lecture, même sommaire, me permet de m’imprégner du message global et de sa structure. Ainsi, ma lecture est simplifiée et plus structurée.

 

Pendant la lecture

Puis j’attaque la lecture classique.

Selon la taille du chapitre, et mon temps disponible, cette lecture peut être faite en plusieurs fois. Le principe est de toujoursrelireledernierpassageluavantd’enlire un nouveau passage.

Prenons l’exemple d’un chapitre de 10 pages.

 

  1. J’en commence la lecture normale, et j’ai le temps de lire 4 pages. Je marque la page puis ferme le livre. Jusque là, rien que du très classique.
  2. Le lendemain, avant de lire les 6 pages restantes, je relis les 4 pages lues la veille. Et je n’attaque pas de nouvelles pages avant.

 

Contrairement à la double lecture de chapitre entier, c’est plus fun, plus rapide et plus efficace.

 

Dans les faits, j’utilise 2 marques-page :

 

  •  le premier est classique et marque le début de la zone lue ;
  •  le second est en fait ma feuille de prise de notes : il avance au fur et à mesure de ma première lecture et marque la fin de la zone lue.

Pour que ce soit plus clair, reprenons l’exemple précédent du chapitre de 10 pages …

 

  1. je commence la lecture du chapitre : je mets les 2 marques-page au même endroit, au tout début du chapitre
  2. je lis : le marque-page classique ne bouge pas, le marque-page-prise-de-notes avance avec moi ;
  3. j’ai fini la première lecture : le marque-page classique marque le début de ce que je viens de lire, le marque-page-prise-de-notes en marque la fin ;
  4. je relis le chapitre : ce que je dois relire est clairement indiqué, le marque-page classique avance avec moi et rejoint le marque-page-prise-de-notes ;
  5. je poursuis la lecture : les 2 marques-page sont au même endroit, et tout reprend à l’étape 2.

Comme son nom l’indique, le  marque-page-prise-de-notes me sert de marque-page et de support de prises de notes 🙂 Du 2-en-1, c’est bien plus pratique.

 

Cette méthode inclut à la fois un première et une deuxième réactivation de ma mémoire :

 

  •   la lecture classique est une première réactivation par rapport au survol du chapitre ;
  •   la relecture est une deuxième réactivation par rapport à la lecture classique.

Et tout cela reste simple et facile car dans le même mouvement.

 

Après la lecture

 

À la fin de chaque chapitre, jemefaismaproprefichedelecture :

 

  •  je reprend les titres et sous-titres sous forme de listes indentées ;
  •  je résume et reformule le message principal ;
  •   je n’exclue quand même pas les mots-clés ;
  •   je reprends ou crée un mode d’emploi, un processus ou une procédure pour obtenir un support exploitable et activable.

Les notes prises durant la lecture sont bien sur utilisées, mais je ne me prive pas de travailler avec le texte initial.

Cette étape constitue ma troisième réactivation de mémoire.

 

Et la fiche créée est à la fois un excellent support de quatrième réactivation et un excellent support de travail et de mise en œuvre du contenu du livre.

 

Fiche-résumé pratique et carte heuristique

 

À l’issue de la lecture de chaque chapitre, j’ai une fiche-résumécontenantlemessageprincipale,lesinformationsimportantesetdesmodesopératoiresexploitables.

À l’issue de la lecture du livre, j’ai un ensembledefichesrésumantl’intégralitédulivre.

 

Grâce à ces fiches, bien des opérations sont plus rapides, plus pratiques et plus efficaces : la relecture, le rappel, la mise en œuvre les leçons apprises, …

Depuis peu, je vais plus loin …

 

À partir de ces fiches, jeréaliseunecarteheuristique :

 

  •  le point central en est le livre ;
  •   chaque branche principale est un chapitre ;
  •  chaque branche principale est détaillée en fonction du contenu de chaque fiche-résumé ;
  •   les fiches ne sont pas entièrement reprise dans la carte, en particulier les procédures.

L’utilisation de cartes heuristiques est nouvelle pour moi. Il se peut donc que ma méthode évolue au fur et à mesure de ma pratique. En particulier, il est possible que la création de la carte soit intégrée au processus de lecture, durant la création de la fiche. Mais je crains que cela alourdisse un processus aujourd’hui fluide.

 

Cependant, l’avantage essentiel de la carte heuristique est qu’elle synthétise parfaitement le contenu d’un livre et qu’elle me facilite l’étape de rappel d’un contenu. Hormis pour les modes opératoires, j’ai de moins en moins besoin de me retourner vers mes fiches au fur et à mesure que je les ai lu et relu avec le support de la carte.

 

Les outils utilisés

 

Le marque-page classique est … un marque-page classique. J’en ai plusieurs, dont certains sont des cadeaux.

Le marque-page-prise-de-notes est une feuille de papier, accompagnée d’un stylo.

Les fiches-résumé sont créées sous Evernote. Au départ, je crée une note par fiche-résumé de chapitre. Puis toutes les notes sont rassemblées en une seule.

Les cartes heuristiques sont créées avec FreeMind. J’y incorpore un lien vers vers la fiche-résumé sous Evernote.

 

Conclusion

Lire est important. Mais pour que cela soit efficace, il faut que la lecture soit active et que la mémorisation soit aidée.

C’est dans ce but que j’ai, tout doucement, élaboré ma méthode de lecture. À l’usage, elle a fait ses preuves.

Ces points-clés en sont :

 

  •   une relecture régulière et intégrée au processus de lecture classique ;
  •   la réalisation d’un fiche-résumé par chapitre après chaque lecture de chapitre ;
  •   des réactivations de mémoire régulières grâce à ces 2 éléments ;
  •   la synthèse des fiches-résumé dans une carte heuristique.

Une petite citation ?

 

J’entends et j’oublie. Je vois et je me souviens. Je fais et je comprends.

 

Confucius, philosophe chinois (-551, -479)

 

Merci Grégory !

Pour découvrir l’article que j’ai écrit le jour même pour Grégory dans le cadre de notre « échange de clés », Cliquez ICI !

Bonne lecture !!!

 

Quelles sont vos questions pour la méthode de Grégory ? Avez-vous des compléments à apporter ? Utilisez-vous une approche similaire ? Retenez-vous ce que vous lisez ? Grégory vous répondra !

 

 

sing-post-cta-potion-de-vie

16 Commentaires

  • […] Etes vous victime de la loi de Parkinson ?By Grégory on 12 avril 2012 Cet article est un article invité. Il a été écrit par Jean-Yves, l’auteur du blog Potion de Vie, passionné de mémoire, et des pouvoirs du cerveau.  En même temps que Jean-Yves écrit sur mon blog, moi, j’écrit sur son blog. Un genre d’échange de clés de blogs, quoi 🙂 Rendons à César ce qui est à César : l’idée et la proposition sont de Jean-Yves. Un  grand Merci ! Ah oui … Mon article vous expliquera comment lire activement et mémoriser efficacement un livre. […]

  • Bonjour Grégory.

    Super article.

    Tu reprends toutes les notions essentielles pour bien lire et bien retenir ce que l’on lit:
    – survol
    – lecture
    – prise de notes via un mind map
    – réactivation en suivant la courbe de l’oubli.

    J’utilise ce genre de techniques et je peux dire que c’est vraiment efficace.

    A bientôt.

    Cyril

  • Bonjour Jean-Yves et Gregory,

    C’est vraiment un très bon article pour mémoriser les lectures. C’est là que je trouve que le blogging est un formidable outil, en prenant des notes et en générant des articles avec mes lectures, cela me permet de bien assimiler tout ce que j’apprends 🙂

  • @Jean-Yves: Merci de m’avoir accueilli sur ton blog. Cet échange de clés, c’est une très riche idée !

    @Cyril: Hello !

    J’essaie, effectivement, de mettre de mon coté tout ce qui favorise une mémorisation efficace et une réutilisation simple.

    Je me suis inspiré de ce que j’ai pu lire et valider par moi-même. Après, tout doucement, je suis arrivé à cette méthode qui me convient.

    @Johann: Hello !

    Merci 🙂

    Comme tu le dis, j’essaie de faire pareil pour les articles lus. Mais il y en a tellement que c’est nettement moins simple !

  • Intéressant. Et quand tu as un livre de 800 pages de droit administratif tu fais comment pour le relire autant ? Svp de l’aide pour une pauvre étudiant en droit.

    • De toute façon, y a pas de secrets : il faut prendre le temps de lire en étant concentré.

      Ah oui, ça, j’en parle pas dans l’article. Mais être concentré sur sa lecture, ça aide sacrément pour enregistrer et mémoriser.

      Après, un bouquin de 800, ça n’est jamais que 8*100 pages. Et 100 pages, ça reste faisable. Bon, le plus efficace, c’est de se caler sur les chapitres. Mais tu vois l’idée.

      Ou sinon, tu changes de filières 🙂

  • Merci pour ce super article, il aborde en effet de très nombreux points essentiels pour un meilleur apprentissage. La citation de Jim Rohn est juste magique =)

  • Bonjour, très intéressant de vous lire, mais quand vous avez un livre de 900 page concernant la programmation informatique comment faite vous pour retenir la matière apprise ?

    • Bonjour,

      Il est sur que mémoriser 900 pages, ça fait beaucoup.

      Cette méthode reste applicable pour résumer / synthétiser un pavé de 900 pages. En travaillant chapitre par chapitre, ça reste faisable. Long mais faisable. Je l’ai fait pour des bouquins sur le XML et le CSS par exemple, pour rester dans le domaine informatique.

      Après il est sur que pour la mémorisation … D’autant que le sujet est particulier : comprendre un langage (la logique, son fonctionnement, …) est une chose, mémoriser ses fonctions, paramètres, … en est une autre. En fait, cela se fera par la pratique donc sur la durée. La méthode proposée devrait facilite le processus. Et la méthode de Jean-Yves pour synthétiser (maligne, par ailleurs) devrait ajouter sa touche.

      Bonne continuation 🙂

  • Bonjour,

    Qu’est-ce vous appeler mode opératoire ? (« À l’issue de la lecture de chaque chapitre, j’ai une fiche-résumé contenant le message principal, les informations importantes et des modes opératoires exploitables. »)

    Merci ! 🙂

    Ju

    • Il est vrai que « mode opératoire », c’est peut-être un peu obscur … Surement une déformation professionnelle : on parle beaucoup de mode opératoire en informatique 🙂

      C’est tout le processus, les étapes du plan, les différentes actions ou la check-list qui sont donnés par le chapitre.

      Cela permet de passer au concret et à l’action.

      C’est plus clair ?

Laisser un commentaire