Concentration Créativité

Comment utiliser vos petits plaisirs comme des armes de motivation ?

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Cet article est ma 17e contribution  dans le cadre du Festival “La croisée des Blogs” organisé cette fois-ci par Marina du blog Heureuse en amour.  Il s’agit de la 51e édition du festival qui regroupe différents articles de qualité venus des quatre coins de la blogosphère ! Ce mois-ci, le thème est”Les petits moments de bonheur au quotidien. (Cliquez sur la bannière pour accéder au site de la croisée des blogs)

 

J’aime beaucoup le samedi matin. C’est le moment où je prend mon temps, je fais chauffer mon café, je n’ai pas à me presser, je me fais mes tartines avec de la confiture et je pense aux futurs articles que je vais écrire (dont celui-ci, un comble !)

J’aime beaucoup le vendredi soir après le travail. Je vais à la salle de sport, je cours, je fais du vélo, je soulève des poids. Le moment de plaisir, ce n’est pas l’effort, mais ce qui vient après, quand je sors fatigué. J’en profite pour manger à la cafétéria du coin. Je m’installe, je mange, je reprend des forces. Je suis bien.

Des moments comme ceux-ci, je pourrai vous en citer plein d’autres, et vous pourriez aussi m’en citer jusqu’à n’en plus finir… enfin j’espère… le pourriez-vous ??

 

Pourquoi ce genre de moments inutiles est indispensable 

Imaginez votre vie sans ces petits moments. Elle serait grise et terne, fade. D’ailleurs ce ne serait plus “la vie”, mais “la survie”. A quoi bon vivre sans plaisir ? Et pourtant, il y en a plein qui le font. Ils ressemblent à M. Caillou ou bien ont une vie faite exclusivement d’obligations et de devoirs, comme lui :

Vis ma vie de garde chaste dans la neige au milieu des monstres 365 jours par an !

 

Saviez-vous qu’un vrai moment de plaisir peut réellement être une arme dans vos projets ? J’ai bien dit “vrai” moment de plaisir. Ca veut dire qu’il y en a des faux. Des moments de plaisir “Canada dry“, qui ont l’aspect du plaisir, la couleur du plaisir, mais qui n’en sont pas.

Les faux moments de plaisir :

Mater un épisode des Simpson pour échapper au boulot

Traîner sur Facebook sans but et consulter la vie palpitante de Tania qui poste sa 8e photo de bébé/chat/image humoristique de la journée au lieu de commencer à rédiger ce mail important.

Avoir la joie de voir qu’un autre que vous se charge de faire le boulot que vous étiez censé accomplir.

Acheter la moitié d’un magasin pour faire diminuer votre stress du moment.

 

Là aussi, on pourrait en citer des dizaines. En gros, tout moment de plaisir pour lesquels vous éprouvez de la culpabilité sont des faux plaisirs.

Maintenant, la question qui vous intéresse :

 

Comment transformer vos moments de plaisir en armes ?

Comme je vous le disais dans les 5 secrets pour réussir vos études, la concentration n’est pas possible pendant de trop longues périodes. L’attention diminue automatiquement au bout de 45 minutes ininterrompues d’une activité quelle qu’elle soit.

L’idée est donc d’utiliser vos petits moments de plaisir un peu comme des “boissons énergisantes“. Vous les utilisez quand vous avez un coup de mou, pour vous requinquer et vous remettre au travail ou pour vous redonner la motivation d’atteindre vos rêves (vous savez ceux qui ne se réalisent pas en un jour et qui sont loin !)

Afin d’illustrer tout ceci, je vais vous montrer l’exemple de Gérard :

 Salut, moi c’est Gérard ! Avant de vous foutre de ma tête, regardez bien comment j’avance plus vite que vous

 

Gérard est salarié dans une entreprise. Contrairement au monsieur dans la neige que vous avez vu dans la photo précédente, Gérard n’irait pas mourir pour sa boite. Les clients le saoulent, son patron le saoule, et quand arrive le week-end, là encore c’est l’arnaque : il doit faire les courses, le ménage (oui Gérard est un mec bien, il est adepte des tâches réparties dans son couple !) et tout un tas de trucs qu’il n’aime pas forcément.

Il aimerait faire plein de trucs, mais bon… il est fatigué, et le seul moment où il peut, c’est les week-ends, car Gérard a un travail épuisant. Un jour il en a eu marre, et voici ce qu’il a fait :

Gérard en avait marre d’être fatigué du lundi au dimanche matin, alors il a utilisé ses petits plaisirs comme des potions d’énergie (haha vous avez crû que j’allais dire “vie” hein ?)

 

  Gérard a noté qu’il était déprimé les dimanches soirs en pensant à la semaine qui allait venir et que finir plus tôt les vendredis ne lui apportait pas grand chose, vu qu’il était déjà content d’être en week-end. Avec l’accord de son patron et d’un autre employé tout heureux, il a décidé d’échanger sa journée courte du vendredi avec celle du lundi. Finir plus tard les vendredis ne le dérangeait pas, c’est le début du week-end après tout.

En échangeant son petit plaisir de finir plus tôt au lundi plutôt qu’au vendredi, il a remarqué qu’il était moins déprimé le dimanche soir, et qu’il avait beaucoup plus la pêche le lundi. Ce qui lui permis de caser une autre corvée qu’il détestait : les supermarchés.

Gérard a remarqué que les lundis, il n’y a personne dans les supermarchés, contrairement aux vendredis ou aux samedis. Alors il s’est dit que finir plus tôt les lundis lui permettrait de faire ses courses dans la foulée.

Sa corvée est compensée par son petit plaisir.

 

  Gérard adore les pizzas également. C’est son petit plaisir. Et il avait l’habitude de les caser le samedi soir. Il a remarqué que s’il casait sa soirée pizza le mardi (jour insipide au possible), et bien cela rendait son mardi plus attrayant.

 Gérard a remarqué qu’il détestait les séances de plusieurs heures de ménage. Il a remarqué par contre qu‘il aimait le faire en musique. Il planifie donc de courtes séances de ménage (genre une seule pièce par session) avec sa musique préférée. Mieux encore : il le fait en écoutant des podcasts en Coréen, car il veut apprendre le coréen et n’a jamais le temps de le faire les week ends.

 

Bref, Gérard manage ses petits plaisirs comme une petite entreprise. Il ajoute l’ingrédient final : la flexibilité. Si un jour il n’a pas envie de faire les courses le lundi, et bien il ne les fait pas, ce n’est pas grave. Il ne se condamne pas non plus à manger sa pizza tous les mardis soirs. S’il en a envie le jeudi, et bien il décale au jeudi.

L’idée n’est pas de faire une planification rigoureuse, mais de se motiver par le plaisir et non par la peur, comme on le voit trop souvent :

“Oh mon dieu, il faut que je finisse cela avant lundi sinon ca va être la cata, allez je me motive !!”

 

Espérons que les Simpsons ne passent pas à la télé ce week end…

 

Selon vous, comment Gérard pourrait faire encore mieux et arriver le week-end en pleine forme ?

sing-post-cta-potion-de-vie

30 Commentaires

  • Hello JY,

    Quel défi relevé avec brio !

    En tout cas, merci une fois de plus pour ces astuces. Utiliser ces petits moments de plaisir comme arme de motivation, je n’y avais jamais pensé.

    Mais là, l’exemple de Gérard m’amène à adapter ma situation pour ne pas subir certaines situations comme des corvées.

    Au fait, il suffit souvent d’un simple changement dans nos habitudes pour être plus épanoui.

    Bien cordialement,
    Olivier

  • Gérard pourrait aussi se demander si l’argent qu’il gagne lui sert à quelque chose et si quelques heures de travail en moins pour un salaire moindre ne serait pas un choix bénéfique.

  • je suis totalement en accord avec gérard, j’avoue que j’applique ces petits plaisirs / récompenses depuis peu, pour le grand plaisir de ma femme, qui du coup, quand elle rentre n’a plus qu’à mettre les pieds sous la table,

    Et comme Gérard, je suis tout heureux à la sortie,

    Par contre, à la différence de Gérard, j’envoi ma femme faire les courses, personne n’est parfait… hi hi hi

  • Gérard a tout compris! En adaptant son emploi du temps et ses corvées à ses envies, il a pu les rendre moins pénibles. Je n’ai pas de conseils à lui donner parce que pour moi il a vraiment réussi à rendre sa vie plus agréable.

  • Salut Jean-Yves,

    Que du vrai ici. Finalement, organiser correctement son emploi du temps en fonction de nos petits plaisir est un méthode d’efficacité. Astucieux tout cela 🙂

    Et cela nous évite les phrases de type “il faut que” ou “je devrais”. Tout bénef !

    A bientôt.
    Dorian

  • Hello,
    J’avais retenu la leçon la dernière fois quand tu as parlé de la baisse de concentration au bout d’un certain temps et tu as bien raison, je fais quelques petites poses arrosage de plantes (j’adore ça me déstresse) ou d’autres petites choses comme ça qui ne durent que quelques minutes et je suis beaucoup plus efficace au final :-). Maintenant je vais me pencher sérieusement sur le cas Gérard.

  • Ahhh gérard, mon ami gérard (c’est amusant je pense a Coluche avec ce prénom)

    tu es sur la bon chemin pour vivre heureux. Mais tu peux aller plus loin.

    Avant “carpe diem”, il y a “carpe horus” (cueille l’heure en traduction). Pourquoi profiter uniquement des week end, il faut profiter de chaque journée comme si c’était la dernière. S’accorder chaque jour un peu de temps pour soi et ses plaisirs, cela est indispensable au bonheur.
    Ensuite ce n’est pas évident de faire un travail qu’on aime, mais pourtant lorsqu’on compte le nombre d’heure ou nous allons travailler dans notre vie, cela fait réfléchir.

    Adapter ses horaires de travail pour sortir du 9h12h / 14h18h. Je travail tôt le matin et tard la nuit, je ne me déplace jamais le matin (je n’aime pas les embouteillages) et je suis un inconditionnel du télétravail.

    Moi aussi je déteste les supermarchés (beaucoup trop de monde), mais il existe maintenant le Drive et le comble c’est d’aller chercher les courses au drive le lundi après midi quand il y a personne.

    En plein milieu de la semaine j’ai besoin d’un coup de boost, le mercredi est une journée de rangement (chaque chose doit être a sa place) ou j’apprécie un repas tranquille au restaurant (je n’aime pas la pizza, je suis plutôt steak haché saignant a cheval).

  • Merci Gérard, je retiens l’idée de d’utiliser les petits plaisirs pour alléger les corvées! De mon côté, pour me donner un coup de boost en milieu de semaine et illuminer cette fichue soirée du mercredi (c’est foot à la télé), je monopolise la salle de bain délaissée par monsieur vautré sur le canapé.

  • Bonjour Jean-Yves,
    Bonne idée de mettre ses petits plaisirs au service de sa motivation. Surtout pour faire des “corvées”. Est-ce qu’il ne serait pas encore plus efficace de transformer les dites corvées en petits plaisirs ? Car, en réalité, on désigne certaines choses qu’on n’a pas envie de faire comme des corvées, mais si on a envie de les faire, ce ne sont plus des corvées, c’est une question de point de vue. Par exemple, il y a un truc que je remettais toujours au lendemain, c’était le rangement de courriers, papiers, etc. Je me suis rendu compte que ranger avait un résultat positif sur mon moral. Après, je suis satisfait, j’ai l’impression d’avoir rangé dans ma tête, je sais où toute chose se trouve, et donc, cette “corvée” est devenu un plaisir.

    • Salut Jean,

      Si, ce serait efficace de transformer les corvées en plaisir, mais ce n’est pas possible avec tout. Il y a des choses que tu ne pourras jamais transformer en plaisir. Tu peux diminuer la sensation négative qu’une tâche te procure, mais renverser la vapeur et la transformer en plaisir, c’est plus dur, et c’est plus difficile à rendre “durable” !

      😉

  • Super Article ! Il est trop fort ce Gérard, et en plus il ressemble comme deux gouttes d’eau à Jim Carrey, vraiment bogosse !
    Gérard a tout compris, et je vais m’inspirer de ce qu’il a fait pour mieux organiser mes plaisirs et corvées.

  • En lisant le titre de ton article, j’étais assez sceptique … En général, le conseil bateau c’est “calez un plaisir après une tâche, ou le travail, pour vous récompenser d’avoir travaillé” …

    J’ai vraiment beaucoup de mal avec ce conseil. Voire je ne le comprends pas du tout …

    Personnellement, ma récompense, c’est le travail accompli, le résultat obtenu, la graine plantée. Pas le plaisir que je m’accorde après. Bien sur que je m’accorde des plaisirs. Mais ce sont des moment de repos et de récupération, pas des récompenses !

    Ce que tu proposes va au-delà et est plutôt malin. Réorganiser son temps et ses activités pour créer des synergies et alimenter sa motivation.

    De mon coté, je recherche toujours de ressortir un plaisir de chaque tâche “corvée” : une petite méditation, faire 2 tâches en même temps, améliorer ma performance, m’en amuser, … Et l’aspect corvée disparaît …

  • Je suis a 100% d’accord avec vous , la “politique ” des petits plaisirs est indispensable à notre équilibre. Sans avoir besoin d’un psychologue pour nous l’expliquer, votre article montre bien que spontanément nous avons besoin de cela. L’exemple du petit déjeuner copieux du samedi ou du dimanche matin est une merveilleuse illustration

  • Un problème que vous n’avez pas abordé il me semble… Et si on est habitué à ce que ces “petits plaisirs” constituent TOUTE notre journée, en gros qu’on est en “pause” toute la journée ? 🙁

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.