Concentration Créativité

Utilisez-vous la théorie des jeux ?

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Gagnant, perdant. Tous les jours, de façon inconsciente, une multitude d’échanges se passent entre nous et nos interlocuteurs. Que ce soit en amour, en relations professionnelles, en commerce, ou n’importe quoi d’autres nous utilisons des stratégies que l’on pense optimales pour obtenir le meilleur. 

C’est ce que l’on appelle la « théorie des jeux », et elle s’applique à tous les champs de votre vie, que vous en soyez conscient(e)s ou non.

Quelques exemples

Vous faites un troc sur internet. Vous envoyez l’argent à Arnac98, mais celui-ci ne vous envoie jamais votre produit. Vous êtes perdant(e) et Arnac98 est gagnant (sur le court terme)

Vous passez la soirée avec 4 amis. Vous payez l’ensemble des boissons, tous les repas, et vous ramenez chacun d’eux chez eux. Vous êtes perdant(e), vos amis sont gagnants.

Vous méritez votre promotion, mais votre chef décide de promouvoir votre collègue. Vous êtes perdant(e) et votre collègue est gagnant(e).

Vous avez une idée géniale. Un concurrent vous la pique. Vous êtes perdant (à court terme) et votre concurrent est gagnant (à court terme).

Votre ami(e) passe son temps à vous appeler pour se plaindre de l’injustice de la vie. A la fin de la conversation, vous êtes démoralisé(e) et votre ami(e) est soulagé. Puis, quand c’est votre tour d’avoir une baisse de régime, vous l’appeler pour vous confier. Votre ami(e) ne vous accorde pas de temps. Vous êtes perdant(e), votre ami(e) est gagnant(e).

Jérémy vous vend sa voiture 5000 €. L’entretien est fait, le prix est honnête pour la voiture. Vous êtes tous les deux gagnants.

 

Vous vous prenez la tête pour une connerie avec un collègue. Le ton monte et les échanges deviennent incontrôlables. Les insultes commencent à pleuvoir. Vous êtes tous les deux perdants.

Quelqu’un que vous ne laissez pas indifférent vous invite à manger dans le plus cher restaurant de la ville pour vous séduire. Vous ne l’appréciez pas, mais vous décidez quand même d’accepter parce que bon… ce serait impoli de refuser. Vous êtes gagnant(e), l’autre personne est perdant(e).

Du bon sens dites-vous ?

Avec tous les exemples ci-dessus, vous vous dites :

Donc si je veux tirer le maximum de la vie, il faut que je sois égoiste ?

 

Non.

Et c’est là que la théorie des jeux, et plus particulièrement l’équilibre de Nash entrent en action.

Il y a une leçon de court terme/long terme qui entre en jeu.

Si chacun optimise ses stratégies dans l’intention d’être gagnant aux dépends de l’autre, au final le résultat sera plus faible que si les deux protagonistes avaient gagné un peu moins chacun, mais avaient obtenus tous les deux quelque chose.

Je me permet de mettre la phrase ci-dessus en gras et en rouge parce qu’elle a changé ma vie.

A l’heure où on nous rabâche les notions de compétition, être le meilleur, devancer les autres, parvenir au sommet peu importe le prix à payer etc. voici donc une notion un peu contre-intuitive.

Et une notion très bien expliquée dans cette courte scène de film :

Cliquez ici pour visionner

Un film d’ailleurs génial au passage. Certains ont déjà remarqué que cette vidéo fait partie des favoris de la chaine Youtube de Potion de Vie.


Illustration avec l’exemple du cinéma

 

Imaginez que vous alliez au cinéma une fois par semaine avec votre copain/copine. Imaginons que vos goûts et les siens soient complètement différents. Vos films préférés sont ceux qu’il/elle déteste. 

Imaginez que chaque film vous rapporte à chacun des unités de plaisir. Chaque semaine vous avez le choix entre :

Votre film préféré : +4 unités de plaisir pour vous, -2 unités pour votre partenaire

Un film ok, plutôt dans vos goûts : +2 unités de plaisir pour vous, +1 pour votre partenaire

Un film ok, plutôt dans les goûts de votre partenaire : +1 unité de plaisir pour vous, +2 pour votre partenaire.

Le film préféré de votre partenaire : -2 unités de plaisir pour vous, +4 pour votre partenaire.

 

Vous pouvez débattre deux heures avant la séance, chaque semaine, et vous pouvez vous en tirer à chaque fois avec votre choix, à savoir votre film préféré, à toutes les semaines.

Vous êtes archi-gagnant(e). Au bout des 52 semaines, vous avez généré 208 (52 semaines x 4 unités)  unités de plaisir, et votre partenaire a perdu 104 unités de plaisir (52x(-2))

Au total, vous avez généré 208-104 unités de plaisir, soit 104 unités de plaisir au total. Et votre partenaire n’ira plus jamais au ciné avec vous (en imaginant qu’il/elle ait tenu un an à ce rythme)

 

La solution la plus intuitive consisterait donc à alterner : « cette fois ci on va voir mes films, la prochaine fois ce sera le tiens, etc. »

Pendant la moitié de l’année, vous allez générer 4 unités de plaisir, pendant l’autre moitié, vous allez en perdre 2. Idem pour votre partenaire.

Vous allez donc générer 4×26 (la moitié de l’année) unités de plaisir et 26x(-2) unités de plaisir, soit un total de 52 unités de plaisir pour vous, et 52 unités de plaisir pour votre partenaire.

Vous êtes gagnant, votre partenaire aussi et vous avez généré un total de 104 unités de plaisir, soit la même somme que dans le premier exemple.

En suivant l’équilibre de Nash, c’est à dire en déterminant la meilleure stratégie pour les 2 partenaires plutôt que pour un seul, l’optimisation aurait été bien meilleure :

La moitié de l’année, vous choisissez un film plutôt dans vos goûts et l’autres moitié de l’année un film plutôt dans ses goûts sans jamais sélectionner vos préférés.

Vous gagnez donc 26 x 2 unités de plaisir la moitié de l’année et 26×1 unités de plaisir l’autre moitié de l’année. Idem pour votre partenaire

ce qui fait un total de 78 unités de plaisir et pour vous, et pour votre partenaire. C’est à dire bien moins que si vous aviez regardé tous vos films préférés, mais vous auriez généré un total de 156 unités de plaisir pour vous deux dans une stratégie où chacune des deux parties seraient gagnantes.

La stratégie est bien meilleure et crée bien plus d’unités de plaisir.

 

Accepter de gagner moins est parfois une stratégie bien plus efficace à long terme.

Cet état d’esprit semble donc primordial pour lier des relations de commerce, amoureuses, intellectuelles fiables et saines.

sing-post-cta-potion-de-vie

16 Commentaires

  • Bonjour !
    Merci beaucoup pour cet article!
    En plus c’est dans le jeu lui même qu’on prend un maximum de plaisir : interférer, action / réaction par rapport à son(ses) vis à vis! C’est l’essentiel de l’échange et du partage à mon sens.
    Bonne journée
    @bientôt Sinje

    • Salut Sinje et merci pour ton commentaire.
      L’essentiel est dans l’échange, tu l’as dit. La théorie des jeux est un excellent moyen de filtrer les relations perdant/gagnant et les relations « malsaines ».

  • Bonjour Jean-Yves,

    Dans un jeu nous avons souvent un gagnant et un perdant, les règles sont ainsi faites pour la plupart des jeux. Mais dans le monde réel, si nous arrivons à avoir une vision plus globale (pas seulement moi, mais aussi moi et les autres dans un environnement donné), alors c’est plus de valeurs créées pour tout le monde. Cette approche est plus complexe que la vision « je gagne / tu perds » (ou inversement), mais elle est une ouverture à un mode collaboratif qui permet de mieux rendre compte de nos interdépendances. Merci pour ton article qui nous aide à y penser !

    Christophe

  • Hmmm c’est super intéressant, et je vais regarder le film tiens.

    Quelque part cette méthode existe déjà, puisque comme tu l’as dit, personne ne veut continuellement rester perdant. Donc sur le long terme, seul ce système existe.

    Tu aurais des conseils sur la façon de gérer ce système? Plutôt que de tenir un nombre de points…

    Merci pour l’article !
    Nicolas

  • Comme quoi la théorie des jeux présente de nombreuses applications, y compris dans la vie de tous les jours.

    Elle mérite qu’on s’y intéresse, ne fût-ce que pour sa culture générale. D’ailleurs, ne serait-ce pas au programme du cours d’économie de Yale ? 😉

  • J’adore tes articles de psycho Jean-Yves !

    Ce principe est vraiment une des bases de la vie, je remercierai toujours mon père de me l’avoir apprit dés la maternelle avec le « troc » de billes 😉

  • Pour rajouter un truc sur ta notion de « points de plaisir », on peut dire que le fait de faire une petite concession sur le choix du film et de marquer « immédiatement » 1 point de plaisir permet à terme d’en obtenir 3 ou 4 de plus.

    Une fille sera dans de meilleures dispositions pour poursuivre l’aventure après avoir vu un film qui lui tenait à cœur qu’après avoir passé 1H30 à s’ennuyer.

    Par conséquent, mieux vaut marquer 1 point de suite et 4 supplémentaires dans la soirée que 3 points immédiatement et aucun ensuite car elle n’a qu’une envie, rentrer chez elle pour se coucher.

    Je sais pas si je suis très clair pour le coup 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.