Concentration

Guide : Comment réussir ses projets 2/2 : la méthode en 5 étapes

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

 


Dans le précédent article, nous avons vu quels étaient les 5 pièges  à éviter lorsque l’on souhaite concrétiser un projet. Maintenant, il est temps de se lancer !

Je vais prendre comme exemple un projet personnel parmi mes objectifs perso : Ecriture et publication d’un livre de 200 pages sur la mémoire en 6 mois.

Voici la méthode pas à pas, applicable à n’importe quel projet :

  • 1- Prendre un papier et un crayon

Je recommande fortement l’utilisation d’une feuille (ou de plusieurs) et d’un stylo. Un écran d’ordinateur ne suffit pas. Ecrire ce que l’on souhaite sur un papier a un effet cognitif important. C’est un peu comme rédiger un contrat pour soi-même. Plus tard nous verrons que nous aurons des tâches à barrer.
Barrer une tâche effectuée est beaucoup plus motivant sur un papier que sur un ordinateur d’après mes tests. Il y a une sorte de notion de « plaisir » qui entre en jeu en faisant l’action de barrer, alors que l’écran reste froid.

 

  • 2- Définir l’objectif du projet

Comme nous l’avons vu dans la première partie du guide, beaucoup de pièges proviennent d’une mauvaise définition des objectifs. Lorsque l’on a un projet qui naît dans notre esprit, et que l’on souhaite réaliser, il est essentiel de définir un objectif qui réponde à 3 critères.

  1. Il doit être clair et précis.
  2. Il doit être réaliste et réalisable
  3. Il doit être limité dans le temps
Pour mon projet de livre, l’objectif était assez précis : Ecrire un livre sur le thème de la mémoire (donc pas un roman, mais un livre plutôt scientifique et pragmatique) de 200 pages minimum (une certaine consistance et non un livret) en 6 mois. (objectif limité dans le temps, et plutôt réaliste).
Soyez clair dans vos intentions lorsque vous définissez votre projet sur papier. Il s’agit d’être honnête avec soi-même. Evitez les formules impliquant des conditions de type : « si ca marche, et bien je ferai ca »
  • 3- La planification des tâches

On rentre ici dans le vif du sujet. C’est l’étape cruciale une fois que votre projet est correctement défini. Votre objectif est donc l’aboutissement de votre projet et tout le bonheur et le succès qui vont avec. Seulement il est encore trop lointain. Vous devez segmenter votre projet en étapes clés.
Si vous ne le faites pas, vous vous démotiverez.
Vous allez donc prendre votre projet, et réaliser  un découpage en mini-objectifs. C’est la concrétisation de ces mini-objectifs qui, mit bout à bout vous permettra de réaliser votre grand projet.
Pour mon livre, je me suis donné les objectifs suivants :
1- concevoir le plan du livre, définir les parties, l’ordre, les chapitres, les annexes
2- Ecrire chapitre 1
3- Concevoir annexe 1
4- Ecrire chapitre 2
5- Concevoir annexe 2
etc.
15- Terminer première partie
16- Ecrire chapitre 1 de la deuxième partie
etc.
28- Terminer deuxième partie
29- Rédiger bibliographie
30- Envoyer à la relecture
31- Corriger
32- Ecrire page de remerciements
33- Concevoir la maquette
34- Faire relier
35- Publier
35 étapes (ou mini-objectifs) à réaliser. Cela peut sembler beaucoup, mais en pratique, on les réalise très vite, et comme on les barre au fur et à mesure de leur accomplissement, on a vraiment le sentiment d’avancer vite !
Dans le projet « mémoriser les capitales du monde« , il y en avait beaucoup plus, mais cela ne m’a nullement empêché de le réaliser
Peut-être que d’autres objectifs auxquels on n’avait pas pensé viendront se rajouter sur la liste, mais ce n’est pas gênant. Il suffit de les rajouter à la bonne place.
Vous pouvez également segmenter une étape en micro-objectifs. C’est ce que j’ai fait pour les chapitres :
Etape 2.1 : Ecrire deux pages chapitre 1
2.2 : Ecrire deux autres pages chapitre 1
2.3 : Finir chapitre 1
La micro segmentation empêche certaines étapes d’être trop longues et aide à rester motivé en avançant quotidiennement régulièrement plutôt que d’attendre d’avoir la motivation nécessaire pour écrire des trentaines de pages d’une traite (ce qui risque vite de vous lasser après la première séance)

  • 4- Planification du temps

Votre liste des tâches est effectuée. Vous vous êtes donné un objectif avec une contrainte de temps, une date limite de réalisation. Sans cela votre projet, même segmenté correctement risque de ne plus avancer ou d’avancer trop lentement. Il est temps de se mettre un stress positif pour être plus efficace !
Segmentez le temps disponible et répartissez le à travers les tâches et mini-objectifs pour leur donner une date limite.
1- Concevoir le plan du livre, définir les parties, l’ordre, les chapitres, les annexes (3 jours)
2- Ecrire chapitre 1 (3 jours) 
3- Concevoir annexe 1 (1 jour)
4- Ecrire chapitre 2 (3 jours)
5- Concevoir annexe 2 (1 jour)
etc.
15- Terminer première partie (2 mois au total, doit être terminé le 15 mai)
16- Ecrire chapitre 1 de la deuxième partie  (2 jours)
etc.
28- Terminer deuxième partie (2 mois au total, doit être terminé le 15 juillet)
29- Rédiger bibliographie (1 jour)
30- Envoyer à la relecture (1 mois au total, doit être terminé le 16 août)
31- Corriger (3 jours)
32- Ecrire page de remerciements (1 jour)
33- Concevoir la maquette (14 jours, doit être terminé le 3 septembre)
34- Faire relier (6 jours, doit être terminé le 10 septembre)
35- Publier (5 jours, doit être finalisé le 15 septembre)
Du 15 mars au 15 septembre, total = 6 mois
Les contraintes sont là. Pas le temps pour la procrastination ! Mon plan est défini, je sais dans quelle direction avancer et ce que je vais écrire (j’ai mit trois jours à faire le plan de ce que j’allais écrire tout de même !).
Par contre nous pouvons noter une chose importante : Certains objectifs ne dépendent pas de moi ! C’est le cas du numéro 30 (envoyer à la relecture) : en effet, si les correcteurs sont surchargés de travail déjà et qu’ils n’ont pas le temps, le reste du processus en sera ralenti !
Pour les objectifs qui ne dépendent pas de nous (exception faite d’un projet de type : se souvenir des visages inconnus par exemple), il n’est pas gênant de redéfinir les contraintes temps du reste du processus et des étapes, mais l’échelle doit rester la même. Dans mon exemple, je ne toucherai pas au temps estimé à l’accomplissement des tâches mais bien aux dates limites !
  • 5- Exécution des tâches et suivi 

C’est le moment, faites vous plaisir et barrez les tâches accomplies au fur et à mesure.
Bien sûr des problèmes surviendront, des tâches seront plus longues que prévues, mais cela n’est pas important. Vous vous êtes constitué votre gouvernail et vous mènerez votre navire à bon port.
Une fois votre projet terminé, vous pouvez vous faire un debriefing et faire le bilan de ce qui a marché et de ce qui n’a pas marché dans votre gestion.
Ainsi, vous pourrez améliorer votre efficacité et votre rapidité pour les prochains projets. Une fois arrivé à la fin de la dernière étape, le but est le perfectionnement.
Nous arrivons au terme de ce mini-guide sur comment réussir ses projets. J’espère qu’il vous aura été utile et que peut-être il aura aidé certains d’entre vous en donnant des pistes pour se sortir du syndrôme du « je commence plein de choses mais je finis rien » dont j’ai été victime durant tant d’années !
La méthode est sans doute perfectible (grâce à vos suggestions et vos remarques, entre autre) mais elle a le mérite d’être reproductible à tout type de projet et de lancer dans la bonne direction (je l’ai fait pour la théorie du cappuccino par exemple). En tout cas je n’ai plus de soucis depuis que je l’utilise 🙂
N’hésitez pas à me faire part de vos retours et de vos suggestions, ou à me demander des précisions. Au plaisir de vous lire.

 


sing-post-cta-potion-de-vie

22 Commentaires

  • Je m’intéresse comme toi à la productivité et à la gestion du temps. Je me suis intéressé a plusieurs méthodes de productivité (GTD, ZTD et Master your Workday Now) .

    Et ce qui se passe c’est que j’utilise un mix de tout ça ce qui me permet d’avoir mon propre système pour réaliser mes projets.

    Je vais quand même suivre ta méthode, au cas où une astuce pourrait s’imbriquer dans mon système ^^

    • Salut Pascal,

      Comme tu as déjà lu les grands classiques de la productivité, tu as du y déceler dans mon approche certaines ressemblances 🙂
      Je n’ai pris que les éléments qui pouvaient être reproductibles et applicables par tous. Comme tu as pu le voir, je ne conseille pas de matériel à part un papier et un stylo.
      Ca ne veut pas dire qu’il n’y a rien d’autre dans ma gestion de projets au quotidien, comme l’ordinateur, les corbeilles etc.

      J’ai voulu ce guide comme élégant, c’est à dire simple en apparence, de loin, mais lorsqu’on s’en rapproche, on s’aperçoit de multitudes de détails. Ces détails, c’est à chacun de les programmer à sa sauce.
      Je ne connais pas master your workday now, je vais voir si je peux le trouver, merci 🙂

  • Il existe beaucoup de méthodes de productivité. Certaines connues d’autres moins. A voir celle qui nous correspond le mieux. Et l’important est de respecter certains points particulièrement important. Tu les cites.

    J’insisterai particulièrement sur la définition des objectifs? Et d’objectifs précis et datés. 🙂

    A bientôt.

    • Merci Rémi 🙂
      Je cherche un moyen de créer un outil de suivi et d’amélioration de projet qui irait de pair avec.
      Un peu sur le principe de celui-ci : des fondations solides et reproductibles par tous, sur lequel chacun peut y greffer ses « options » plus personnelles.

      • En lisant ton commentaire, il me semble que le mind mapping pourrait t’y aider (cf. mon blog) . Ton commentaire est court et mérite plus d’explications pour mieux comprendre ce que tu veux mettre en place.

        L’avantage du mind mapping est que tu pourrais utiliser le centre de la carte pour y définir le projet, les branches primaires comme « fondations reproductibles par tous » et les branches secondaires comme « options plus personnelles ».

        A bientôt 😉

  • Bonjour jean Yves,
    excellent article,
    je tenais aussi à te dire que j’ai répondu à ton commentaire sur mon blog,
    et aussi un conseil pour faire plus d’échange de lien tu devrais les mettre en Dofollow,
    comme cela il y aurais plus de gens intéressé,
    A bientôt
    continu comme cela et j’ai hâte de voir ton premier bilan car ton blog est très pro.

  • Bonjour Jean-Yves

    Je vais m’inspirer de ta méthode pour faire mon planning de révision de l’année.Je passe un diplome tout en travaillant à temps plein donc je dois avoir un planning trés structuré pour être prête le jour de l’exam.Je dois réflechir aux découpages des chapitres ,prévoir des créneaux d’évaluation.Il faut aussi que j’améliores ma mémorisation des cours (tes conseils à ce sujet seront les bienvenues :))
    @+

  • […] Guide : Comment réussir ses projets ? 2/2 : la méthode en 5 étapes | Potion de… Une méthode pas à pas pour concrétiser ses projets. Source: http://www.potiondevie.fr […]

  • j’applique cette méthode et j’en suis ravie.
    Je confirme qu’il est important d’écrire sur une feuille son objectif et ses étapes. Et quel bonheur de rayer les étapes au fur et à mesure de leur avancement.

  • Merci pour ton commentaire Zou 🙂

    Et oui ! Rayer les mini-étapes est un plaisir, tu as raison.
    Je continue à le faire au quotidien, et je dois dire que c’est toujours aussi efficace, même une fois l’effet « nouveauté » passé !

  • Tout est dit !

    En appliquant tout ça, avec de la motivation et de la persévérence les objectifs seront (assez) facilement atteints.

    Trés bon article JY !

  • Merci pour ce guide ! Je plussoie la liste de micro-objectifs. Par contre au final, j’ai l’impression que si ils sont trop petits, cela donne l’impression de ne pas avancer. Du coup le plus difficile est de trouver le juste milieu pour ne pas attirer la méchante « procrastination » 🙂

  • j’ai trouvé une astuce, c’est de m’embaucher moi-même; il y a le ménage à faire, hop rendez vous avec mon clone femme de ménage qui travaille pendant une durée bien définie et qui est équipée avec tous ses outils sous la main… petit jeu de rôle, drôle et qui donne plus d’attrait à la tâche: concrètement, mon temps, c’est de l’argent

  • Un bon moyen de réussir un projet est parfois de sortir de sa zone de « confort », si on veux se lancer et qu’on garde par exemple son emploi au quotidien pour l’alimentaire, on est peut être pas autant motivé à réussir que si son repas doit être financé par les résultats du nouveau projet !! la carotte la carotte !!!

  • Court et efficace. Ca me surprend que cet article si ancien soit une pépite. Comme tu l’as dis dans une vidéo « le projet avance en arrière-plan de la vie, on l’emporte toujours avec soi ». Chose vraie, car à force de découper en mini-partie cela prend prend moins d’une minute pour en finir une 🙂 .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.