Concentration

Qu’est ce que le syndrome du baigneur imprudent ?

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Salut les vacanciers et les non vacanciers,

 

Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais à la fin de mon dernier article, j’avais lancé un appel à idées sur le prochain article de Potiondevie (celui-ci donc). Le premier ou la première d’entre vous à avoir une idée du prochain article, je le rédigeais. Une sorte d’exercice de style imposé quoi.

En l’occurence il s’agit d’une demoiselle qui a répondu à l’appel et sur un autre article : Comment vaincre la procrastination (suite et fin)

En effet, dans les commentaires, Plume, 15 ans m’a posé une question assez pertinente.

Je vous copie son commentaire ci-dessous, ca vous évitera de chercher pendant des heures (mais vous pouvez quand même lire l’article que j’ai mis en lien hein ! Il est super en plus)

Plume, lectrice de Potiondevie

 

Alors voilà : je suis une adolescente, 15 ans, en pleines vacances d’été. Ça fait trois ans que chaque vacances (et pas mal de week-end ) je reste fixée à mon ordinateur. Ça me dégoûte de plus en plus et je sais que je devrais arrêter, mais je n’y arrive jamais. Il y a toujours quelque chose, une fausse excuse, un  » cette fois je vais l’allumer juste pour bosser  » qui me retient. Il y a aussi le fait qu’en tant qu’ado en vacances, je n’ai strictement rien à faire de vraiment constructif. Même les bibliothèques sont fermées !
J’espérais que vous pourriez parler un peu du grand problème d’internet un petit peu plus en détail, ou pourquoi pas de celui des adolescents. J’aimerais éviter une vie de procrastination, malheureusement, dans notre chère société moderne, j’ai été élevée avec les technologies et je n’ai même pas eu l’occasion de goûter la vie sans. Je n’ai absolument aucun repère pour me motiver ni aucune idée de ce que je pourrais faire d’autre. J’en ai parlé autours de moi à d’autres adolescents : ils sont presque tous dans le même cas.

 

J’avais pas pensé à cela.

 

La vie d’un ado avec ou sans le net.

 

Plume a 15 ans. Elle a toujours connu la vie avec l’intraweb mondial. Et c’est le cas de tous les ados et de tous les gosses qui vont arriver sur notre bien chère terre.

Que ferait Plume si elle n’avait pas le net ? Ben elle ferait comme tous les ados à mon époque : Elle stagnerait avec des copines en bas de chez Maud et des garçons viendraient en BMX pour discuter toute la journée.

Ou alors elle irait à la piscine. Ou alors elle irait boire des bières chez Alex. Elle se lèverait à midi, mangerait, etc.

Bref, elle vivrait une vie normale d’adolescente.

 

Seulement voilà, Internet est venu chambouler nos vies. S’il est facile pour un croulant comme moi (34 ans OMG) d’imaginer une vie sans le net, cela l’est nettement moins pour la génération qui suit.

Et la génération avant moi c’est encore pire : Ils ont le net mais ils y vont pas dessus.

 

Le vrai problème c’est pas internet, mais c’est la dépendance

 

Internet procure une dépendance. C’est un plaisir de surfer, de consommer, de communiquer, de regarder des vidéos un peu partout et de lire vos blogs préférés.

Au début vous découvrez tout ce que vous pouvez faire avec internet, et rapidement il vous faut une dose de plus en plus grande pour éprouver du plaisir. Et avant que vous ayez eu le temps de dire ouf, le net a remplacé la plupart de vos loisirs, a mis la barrière de l’écran entre vos amis et vous, vous a rendu dépendant(e) à coup d’alerte facebook/msn etc.

Pas de soucis.

Si le net existait pas, Plume serait peut-être dépendante des bonbons, de la bière de chez Alex, des achats compulsifs, des SMS, des jeux vidéos, de la musique au volume maximum dans les oreilles etc.

Voire de tout en même temps.

 

Ne vous voilez pas la face : les ados sont beaucoup plus faciles à tomber dépendants de quelque chose. C’est pour cela que les parents mettent vachement l’accent sur la prévention, les recommandations excessives etc.

Le fait est qu’un ado ne peut pas vraiment faire grand chose pour influencer le monde qui tourne. Alors “passer le temps” avec internet ou une petite dépendance passagère de derrière les fagots n’est pas non plus anormal.

 

Le problème c’est de garder un tempérament dépendant une fois dans l’âge adulte, et là ca craint. C’est ce que j’appelle …

 

Le syndrome du baigneur imprudent

 

Quand j’étais ado justement, j’aimais bien me baigner dans des rivières, aller me foutre sous les chutes d’eau et méditer (!)

En fait je voulais faire comme lui :

Par la fureur du dragon ! tout ca tout ca… pourvu qu’ils ne lâchent pas le barrage

 

Ben ouais. Les chevaliers du Zodiaque, Cobra, Dragon Ball, etc. c’est ce qui remplaçait internet. Est-ce que les résultats étaient mieux ? A mon sens oui. Mais là n’est pas le débat.

Le truc c’est que j’étais imprudent, car un peu plus haut en amont, il y avait un barrage. Et ils leur prenait souvent de le vider ce barrage. Donc si j’avais été sous ma chute d’eau comme un boulet au moment où ils l’avaient vidé ne serait-ce qu’une fois, mon blog se serait appelé :

“Poisson de vie” : arrêtez votre vie en moins d’un an !”

 

Je me serai laissé emporter par le courant. Métaphoriquement parlant, le courant c’est la petite dépendance dont je parlais plus haut. Là pour nos ados, le courant, c’est internet.

Alors c’est pas grave de se baigner de temps en temps et de jouer là où c’est dangereux de rester trop longtemps, mais le problème c’est que beaucoup de gens importent leur(s) dépendance(s) à l’âge adulte, et là est le vrai piège. Ils seront emportés à vie par un courant trop fort pour eux.

En gros ils passeront leur vie à chercher comment s’en sortir sans pouvoir regagner “la berge”. C’est le syndrome du baigneur imprudent.

Etes-vous un baigneur imprudent ?

 

Vous êtes peut-être un baigneur imprudent si :

  • Si vos seules préoccupations sont celles de la vie quotidienne : l’essence c’est trop cher, tous des pourris le gouvernement, faut que je paie ma facture, faut que je me gare etc.
  • Si vous n’avez aucune passion.
  • Si vous ne sortez plus de chez vous et que vous n’y recevez personne.
  • Si vous ne vous sentez en vie que le vendredi soir jusqu’au dimanche soir.
  • Si votre dernier coup de folie remonte à vos 20 ans.
  • Si vous voyez systématiquement le côté négatif des choses en tout premier lieu.
  • Si vous attendez systématiquement ce que font les autres avant de prendre position.

 

Ces signes sont les plus distinctifs. Vous avez l’impression que le baigneur imprudent ne rêve plus. Impossible alors qu’il réalise quoi que ce soit avec cet état d’esprit.

 

Comment éviter de devenir un baigneur imprudent dans quelques années ?

 

J’ai été un baigneur imprudent jusqu’à 30 ans à peu près. Donc je le suis resté relativement tard. Mais comme je le disais plus haut, certains sont emportés à vie par le courant de l’inertie, donc j’estime que je m’en sors honorablement.

Et comme je le disais précédemment également, il est difficile pour un ado de changer le monde. Aucune indépendance, pas d’argent, aucune liberté etc. C’est les règles du jeu. On est tous passés par là, et les générations futures le feront aussi.

C’est donc pas non plus anormal de se sentir frustré(e) à l’age adolescent.

 

Comment faire alors pour ne plus procrastiner, devenir dépendant dès le plus jeune âge ?

J’ai mis au point une mnémotechnique simple avec une technique qui l’est tout autant.

Elle m’a vraiment beaucoup aidé, et peut-être vous la trouverez intéressante aussi.

Pour lâcher le PC, retournez en CP

 

Enigmatique comme phrase non ?

Non, je ne suis pas sous LSD.

Cette phrase est une mnémotechnie. Un peu comme celles-là.

P comme Producteur

C comme Consommateur

 

Un ado dépendant du net ou quelqu’un qui ne sait pas quoi faire de sa vie, entre dans le schéma “P-C” : Producteur -> Consommateur

C’est à dire que le monde produit, et lui il consomme. C’est un consommateur de vie.

Consommateur d’ordinateur, de téléphone, de nouvelle musique à la mode, de bière d’Alex, d’achat compulsifs, de jeux vidéos etc.

Il consomme.

Il est dans le “PC”. Donc pour sortir de ce schéma, il faut l’inverser. Il faut entrer dans le schéma “CP” Consommateur -> producteur. C’est à dire qu’il faut “produire de la vie” pour le monde, qui la consommera.

Je vous parle chinois ?

Ok, avec un exemple ce sera plus clair.

 

Si Plume est dépendante de l’ordinateur, ce qu’elle peut commencer à faire pour sortir de ce schéma, c’est de poser une question toute bête à son cerveau :

Qu’est-ce que je pourrai produire ?

Plume, si tu devais produire quelque chose, si tu devais créer quelque chose avec ton ordinateur, ce serait quoi ? Si tu mets ton énergie à répondre à cette question, une dynamique pourra s’enclencher à un moment et tu n’auras plus à te soucier de la procrastination, car tu voudras réaliser quelque chose qui te dépasse.

Ne t’arrêtes pas de réfléchir tant que tu n’as pas répondu à cette question.

Pour ma part ca a été Potiondevie. Depuis je procrastine clairement moins. J’ai enfin regagné la berge.

Vous avez toutes et tous quelque chose pour laquelle vous excellez ! Quelle est-elle et comment pourriez-vous créer quelque chose avec ?

 

sing-post-cta-potion-de-vie

25 Commentaires

  • Merci énormément pour cet article ! C’est un honneur de voir une de mes idées sur Potion de Vie ! ^^
    En plus, il est de très bonne qualité, et en le lisant j’ai décidé de commencer quelque chose…Je vais me mettre à l’écriture, on verra bien ce que ça va donner =)
    Merci pour les précieux conseils, et les renseignements ^^ Je n’avais jamais pensé à d’autres réelles addictions en fait xD
    Je pense aussi qu’essayer de rester sous une cascade est quand même plus “intéressant” que de rester devant l’ordinateur, mais j’avoue que j’ai été surprise en le lisant ^^
    Encore merci !

    • Donc tu veux produire des histoires ou des guides pratiques ? 🙂

      Tu vois, les questions de départ en entraînent beaucoup d’autres…. un livre pour qui ? dans quel but ? fiction/pratique ? etc.

      Puisque l’on en est dans les bons conseils, je vais citer un de mes auteurs préférés

      “Si vous voulez écrire, écrivez”
      -S. King

      C’est plus profond qu’il n’y parait ! En effet beaucoup de gens souhaitent écrire mais ne le font pas, par peur d’avoir une mauvaise plume !
      Merci pour tes mots gentils et ton commentaire,
      JY

  • Merci pour ta réponse ^^
    Tu es vraiment de bon conseil, c’est génial ! =D
    Je m’essaie à la fiction, c’est beaucoup plus dur que ça en a l’air xD
    Je rame mais j’avance.
    On verra dans un mois si j’ai assez de matière pour créer un petit blog-fiction sans prétention, au moins je ferais quelque chose n’est-ce pas ? ^^

    J’avais lu le livre de Stephen King par curiosité, “Ecriture”, où il donne ce conseil =) Il a raison, j’ai longtemps hésité avant d’écrire…Je garde ce conseil en mémoire et j’y retourne ! ^^

    Encore merci,

    Plume.

  • Merci pour cet article Jean-Yves. En ce moment l’encouragement de Stephen King me parle énormément 🙂
    Nous pouvons le transformer pour d’autres activités : “Si vous avez envie de cuisiner, cuisinez !” ; “Si vous avez envie de courir, courez !” (ceux qui ont des setters irlandais comprendront) ; “Si vous avez envie de dormir, dormez !” (hum hum) ; “Si vous avez envie de prendre des vacances, prenez des vacances !” ; “Si vous avez envie d’être heureux, soyez heureux !” (celui-là est très fort).
    Qui a d’autres déclinaisons ?

      • re!

        et voui, j’écris toujours, doucement mais sûrement, et d’ailleurs, si je n’ai pas craqué sur “Ecriture” de S.King, j’ai craqué sur “Comme par magie: les secrets d’écriture d’un best-seller de fantasy” ,de Terry Brooks, et c’est franchement bien foutu aussi^^

        bonne chance pour la suite, te souhaite plein de succès grand!!!

  • Merci pour ce billet!
    Bon je pense que comme moi, beaucoup ont été faire un tour sur wikipédia pour connaitre le sens de “mnémotechnie”. Je connaissais déjà bien entendu ces phrases mais j’ignorais qu’il leur avait été attribué un mot!

    En tout cas pour en revenir à “produire quelque chose qu’on aime”, on pourrait en tirer leçon que la paresse n’existe pas, qu’il s’agit simplement d’intérêt ou désintérêt!

    A bientôt 🙂

  • C’est arrivé à beaucoup de monde d’être procrastinateur, il ne faut pas que cela devienne une habitude.
    Pour les addictions c’est effectivement de plus en plus difficile de s’en débarrasser avec l’âge.

  • Bonjour
    Tiens, c’est marrant, au fur et à mesure du développement de l’article, je pensais justement à l’écriture (et un peu à la peinture/dessin aussi) !
    Le tout c’est de trouver une activité qui soit passionnante. Du temps, on y passera probablement autant de temps, mais sans plus avoir le sentiment de ne rien faire, puisqu’on est productif.

  • Excellent article! Un grand merci pour les opinions! On sait que maintenant on vit dans l’évolution de la technologie mais les ados ont besoins de s’amuser en dehors de l’ordinateur et de l’Internet afin qu’ils puissent développer ces capacités intellectuels.

  • Bonjour Jean-Yves,

    J’ai trouvé le lien sur le site de Romain Collignon (Le décodeur du non verbal) et je ne suis pas déçu de ma visite !

    Félicitation pour cette article et pour tous les autres d’ailleurs !
    Et merci pour le plaisir que ton site me procure…

    Je viens de mettre le lien sur mon site, en espérant t’amener du monde

    Bonne fin de journée,

    Hervé

  • J’étais comme toi, j’étais comme Pulme. Procrastinateur, la journée devant l’ordi passait à la fois terriblement lentement parce que je n’avais rien à faire… Et si vite, tant une fois le soleil couché je regrettais de ne pas avoir eu le temps de faire autre chose que surfer sur Internet.

    Aujourd’hui, avec mon blog, j’ai aussi constaté que je procrastinais moins de manière générale. Le fait de commencer par un sujet qui nous passionne, m’a clairement donné un rythme. Ne serait-ce que deux articles par semaines. Au début ça paraît facile, mais après quelques mois, cela demande un certain travail sur soi de maintenir le rythme. Et je suis assez fier du résultat. Aujourd’hui, je ne me vois absolument plus m’arrêter. Mon projet a dépassé toutes mes ambitions initiales, et j’ai l’impression de simplement me laisser porter… Par le courant ? 😉

    • Bonjour à toutes et à tous et merci pour vos commentaires !

      Je suis content et honoré que cet article vous ait plu !

      Oui, avoir un grand projet comme un blog élimine pas mal de procrastination et je suis dans le même cas que toi J-E !

      Bravo pour ton blog et toutes tes vidéos ! Dès que je passe sur Toulouse, je passerai te voir 😉

      Tu ne te laisses pas emporter par le courant mais par le flow 😉

  • Effectivement, être productif c’est une bonne solution, mais attention, il faut aussi se blinder de volonté, et être productif sur le long terme, car si on se décourage, on retombera alors vite dans ses travers. Mais si on choisi vraiment quelque chose qui nous passionne, là le risque reste limité.

  • Bonjour Jean Yves,

    le “vieux croulant” que je suis (1 an de plus que toi) est complètement d’accord avec cet article, il faut arrêter d’être un simple consommateur et devenir producteur.

    Il faut vivre ses passions et si on peux travailler dans celle ci, c’est encore plus le bonheur (et on n’a pas le temps de s’ennuyer)

    Comme disais Sacha Guitry : “Travailler sans en avoir envie. ça n’est pas un travail qu’on fait, c’est une besogne. Et c’est à ces moments là qu’on se rend compte à quel point l’on a peu de mérite à faire les choses qui vous plaisent.”

  • La procrastination et, surtout, le manque de buts … Je pense que beaucoup d’ados ont connu ça, moi le premier. Et que beaucoup de non ados le connaissent aussi. Moi le premier 🙂

    Concernant les addictions et autres détourneurs d’attention et d’intention, la société moderne dans laquelle nous vivons est très très forte : partout où on regarde, on tombe sur un de ces braqueurs.

    Pas simple …

    Je trouve tes acronymes (CP et PC) terribles pour se rappeler l’importance de produire plutôt que de consommer. Ca permet de se placer en tant qu’acteur, et non plus simplement comme un spectateur, et d’avoir une vraie plus-value.

    D’un autre coté, être consommateur n’est pas simplement mauvais. Si cela est fait dans le but d’alimenter note coté producteur, de se former, d’apprendre et de découvrir, c’est même recommandé. Être consommateur passif est fortement déconseillé (à prohiber?). Par contre, être consommateur pro-actif, c’est très bien car on choisit ce qu’on consomme, pourquoi, quand, …

    Et une passion, un sujet de prédilection, est effectivement le meilleur des moyens d’y arriver.

    Cela étant dit, je suis bluffé par Plume, adolescente de 15 ans.

    Quand j’étais un ado, à 15 ans, je ne me posais pas ce genre de questions. J’étais passif. Point. Je n’avais pas ce début de prise de conscience. Je ne m’interrogeais pas trop sur l’usage de mes journées. C’est venu bien plus tard. Ce n’était pas trop tard mais si cela avait été plus tôt …

    Tout part d’une prise de conscience. C’est la petite graine plantée dans notre tête qui nous améne à nous interroger, à chercher, à réfléchir. Et après, il y aura forcément des choix et des décisions. Et des actes.

    Plume, tu n’as peut être que 15 and, mais tu es malgré tout sur la bonne voie, même si tu ne t’en rends pas compte.

    Cela m’améne d’ailleurs à un dernier point : sois indulgente avec toi-même.

    Procrastiner, tout le monde l’a fait et le refera. C’est naturel et humain. C’est sur la durée que tu accompliras de belles choses. Et procrastiner de temps en temps, avoir un trou ou coup de moins bien, c’est naturel et pas si grave.

    Et si aujourd’hui, tu te sens un peu désemparée et déçue, je t’assure que tes questions, et le fait de suivre des blogs comme celui de Jean-Yves, prouvent que tu es sur la bonne voie. Et Jean-Yves t’a donné quelques bonnes réponses.

    A toi de trouver les autres. Et je ne doute pas que tu vas a arriver.

  • Qui est ce fameux Alex? Elle doit être bonne, sa bière…
    Blague à part, bravo pour ce blog que je découvre auhjourd’hui avec beaucoup d’intérêt.
    Bonne continuation!

Laisser un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.