Mémoire

Comment ne pas oublier ce que vous apprenez

ne plus oublier
Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Comment ne pas oublier ce que vous apprenez ?

Vous le savez peut-être si vous suivez Potion de Vie depuis un moment : pour apprendre et ne pas oublier, vous avez besoin de rappeler les informations. Ce que vous n’utilisez jamais, vous finissez par oublier. C’est normal, c’est le processus logique et sain de votre mémoire : le travail d’oubli.

Le problème, c’est que des fois, on n’a pas du tout envie d’oublier les choses ! Notamment si vous avez des cours à apprendre et que vous aurez à réviser en vue de passer un examen ou un concours.

L’idée est donc de rappeler les informations en vous faisant faire des petites « révisions mentales ». Malheureusement beaucoup de gens confondent ces révisions mentales avec le bachotage pur et dur qui consiste simplement à répéter les informations. En plus, les adeptes du bachotage façon « bourrin » ont tendance à vouloir répéter les choses tous les jours pour ne pas oublier ! Cette cadence infernale et ce côté bourrin peut à lui seul vous dégoûter d’apprendre des choses.

Et si je vous disais que vous n’avez pas besoin de jouer les bourrins pour mémoriser durablement vos informations et ne plus les oublier bêtement, ça vous dirait ?

Lisez bien ce qui suit !

 

Le rythme idéal des rappels espacés

Ok, donc pour mémoriser à long terme et ne plus oublier, vous avez donc besoin de rappeler les choses, mais de ne pas non plus entrer en « mode bourrin » c’est ça ? Comment faire ?

L’idéal, c’est évidemment de suivre la courbe de l’oubli, que l’on appelle aussi courbe d’Ebbinghaus.

ne plus oublier ebbinghaus

En environ 7 rappels de votre information, vous pouvez commencer à émettre l’hypothèse qu’elle est à présent gravée dans votre mémoire à long terme ! Cette hypothèse demandera ensuite à être confirmée, et cela, ce n’est qu’en rappelant l’information que vous le saurez !

D’autre part, sachez que plus votre information est longue et complexe, plus vous aurez besoin de rappels pour la maintenir en mémoire. Considérez cela comme une opération de « maintenance » que vous devez engager.

Rassurez-vous, au bout d’un moment, vous allez très vite pouvoir espacer la fréquence de vos rappels (d’où le nom de rappels espacés !).

Si l’information est facile, généralement, un ou deux rappels suffisent à encoder l’information directement dans la mémoire à long terme.

Cette courbe de l’oubli, c’est un idéal.

Et parfois, cet idéal est loin de la réalité…

 

Comment faire si vous n’avez pas le temps de respecter la courbe de l’oubli ?

Lorsque je parle de la courbe de l’oubli d’Ebbinghaus, voici une réaction qui arrive souvent :

7 rappels ? Mais c’est énorme ! Je n’ai pas le temps d’en faire autant ! J’ai plein de cours, et ça arrive constamment ! Je ne peux pas m’organiser, je n’ai pas le temps matériel pour faire 7 rappels, ou alors je ne peux rien faire d’autre ! Comment faire ?

Depuis ma dernière technique, j’ai passé de longues années à travailler avec des écoles, des employés, des étudiants, mais aussi des chefs d’entreprise, des cadres et des gens qui avaient simplement envie d’augmenter leur culture générale.

Enormément de domaines et énormément de personnalités différentes. Après avoir testé plusieurs formules pour ne plus oublier les choses, voici les résultats de mes conclusions :

Premier rappel

Rappelez impérativement les informations mémorisées le jour même.

Le tout premier rappel est le plus important de tous et à lui seul, il peut vous faire économiser énormément de temps d’apprentissage et de révision. Si vous ne voulez plus oublier, misez beaucoup sur celui-ci.

Pourquoi il est plus important que les autres ?

Durant la nuit, lorsque vous vous reposez, votre mémoire n’est pas inactive.

Elle procède à un grand nettoyage. Un grand ménage.

Votre mémoire a enfin le temps de ranger vos informations de la journée ! Soit elle garde les choses, soit elle les jette.

Lorsqu’elle n’a pas le temps de procéder à ce rangement (par exemple une nuit blanche à réviser), elle décide simplement de jeter les choses, par manque de place disponible dans votre mémoire à court terme !

En d’autres termes : les nuits blanches c’est mal.

Mais si vous avez déjà rappelé vos informations le jour même, vous envoyez un message subconscient à votre mémoire : vous lui dites implicitement que ce que cette information-là est beaucoup plus importante que les autres, et qu’il ne faut pas la jeter !

Vous multipliez ainsi considérablement vos chances de ne plus l’oublier pendant la nuit.

Le deuxième rappel

Le 2e rappel, est également crucial, et il devrait avoir lieu le lendemain.

Peu importe l’heure.

Ce premier écart de temps va vous servir de premier test.

Qu’avez-vous retenu d’hier ?

Si la réponse est « pas grand chose », alors mauvaise nouvelle, vous avez mal mémorisé.

Peut-être que vous n’avez pas utilisé les techniques de Boostez votre mémoire par exemple !

Si la réponse est : « plutôt pas mal » ou « pratiquement tout, j’ai juste oublié un ou deux détails« , alors bravo, vous êtes sur la bonne voie !

Cela veut dire que vous avez relativement bien appris. Réapprenez sommairement ce que vous avez oublié dans la nuit et vous devriez être très bon pour le 3e rappel !

 

3e rappel

Il n’est pas à négliger, bien au contraire. Le 3e rappel est en général celui qui va faire en sorte de faire transiter vos informations. De la mémoire à court terme à la mémoire à moyen/long terme.

C’est un peu le « level-up » de la force de votre mémorisation.

Cela peut sembler banal, mais l’immense majorité des gens ne vont pas jusqu’au 3e rappel. Ils abandonnent à un ou deux rappels.

Ils abandonnent aux portes de l’arrivée.

Dommage.

Je vous encourage fortement à effectuer ce 3e rappel qui devrait avoir lieu le lendemain du 2e, tout simplement.

A ce stade-là, votre mémoire a deux nuits dans les dents, et vous pouvez être sûr qu’elle aura balayé quelques « trucs » à la poubelle ! A vous de découvrir lesquels.

Surtout ne perdez pas espoir. Il suffit très souvent d’une simple réactivation et c’est reparti !

 

Pas besoin de plus de rappels pour ne plus oublier ?

Après le 3e rappel, c’est libre à vous. Si vous êtes à l’aise, vous pouvez commencer à espacer vos rappels à partir de là.

Plus c’est facile, plus vous pouvez vous permettre de faire vos petites révisions mentales loin dans le temps, mais attention, sans jamais les abandonner totalement !

De plus, si l’information est complexe et fait appel à d’autres matières également difficiles, cela veut dire que vous devrez peut-être procéder à beaucoup d’autres rappels avant de les espacer !

Respectez scrupuleusement la règle des 3 premiers rappels. Après, faites surtout au feeling et comme vous pouvez ! Ne culpabilisez pas si vous n’arrivez pas à procéder à plus de 3 rappels.

Ne perdez pas trop de temps dessus, passez à la suite !

Mieux vaut ne pas prendre de retard sur le rythme des informations que de vouloir tout mémoriser parfaitement.

sing-post-cta-potion-de-vie

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.