Confiance en soi

Comment gérer un souvenir douloureux envahissant ?

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Hervé Petit est psychologue et psychothérapeute à Nantes. Il anime le blog psychologie où il apporte tant les réponses de la psychologie scientifique que des outils directement opérationnels pour dépasser les petits et gros tracas de la vie.

***

Dans la famille “les petits problèmes quotidiens”, je demande : “le souvenir douloureux envahissant”.

 

Nous avons tous de mauvais souvenirs. Ils sont indissociables de l’expérience de vie, c’est ainsi, et cela n’empêche pas d’avancer. Ou tout du moins, cela ne devrait pas empêcher d’avancer.

Or parfois, suite à un événement vraiment désagréable, nous nous retrouvons avec un souvenir qui s’incruste. On y repense sans arrêt et, pire encore, il revient avec son émotion désagréable. A la clé un impact négatif non négligeable sur la qualité de vie.

Comment faire ? Plusieurs techniques sont envisageables et je vais vous en donner une très simple : la désensibilisation.

1) Installez-vous confortablement et relaxez-vous.

2) Repensez à la scène douloureuse et laissez monter l’émotion

3) Quand celle-ci devient pénible :

  • levez-vous et marchez
  • ce faisant, soufflez, puis inspirez un petit peu, restez en apnée deux secondes, puis soufflez lentement
  • reprenez une respiration normale et comptez à rebours de sept en sept à partir de cent jusqu’au retour du calme

4) Revenez vous asseoir et recommencez ces trois étapes jusqu’à l’apaisement de l’émotion douloureuse.

Comment ça fonctionne ?

 

Cette technique doit son efficacité à ce qu’elle s’appuie sur plusieurs phénomènes distincts, à la fois neurologiques, physiologiques et psychologiques.

En premier lieu elle utilise le symptôme, c’est-à-dire le fait que vous ne pouvez vous empêcher de penser à la scène douloureuse. En cela elle est plus maligne que de s’empêcher d’y penser (ce qui aggrave la situation) ou de laisser défiler les pensées sans s’y attacher (techniques de méditation de type “pleine conscience”). Elle est donc plus efficace.

La technique de respiration qu’elle contient induit une relaxation par un effet neurologique. C’est la relaxation “vagale”. Cela permet d’expérimenter la scène douloureuse dans un contexte où les manifestations émotionnelles douloureuses (augmentation du rythme cardiaque et respiratoire) sont absentes.

La tâche de compte à rebours pour sa part demande beaucoup d’attention, ce qui bloque la rumination de la scène par saturation de la mémoire de travail.

La technique permet de se confronter à la situation douloureuse de façon contrôlée, et non plus de façon subie. Ainsi cela change la représentation du souvenir puisque l’on passe d’un souvenir envahissant à un souvenir que l’on choisit ou non de revivre.

Enfin, la confrontation répétée à la scène douloureuse incite notre cerveau à réagir émotionnellement de moins en moins fort. Imaginez par exemple que vous vouliez sauter d’un plongeoir de dix mètres. Plutôt que de rester au bord en regardant le vide, regardez-le, puis tournez le dos et faites un calcul mental, puis regardez-le, puis tournez-le dos, etc. Cela fonctionne très bien : c’est le phénomène d’habituation.

Initialement stratégie de choix auprès des personnes souffrant de phobies, la désensibilisation est en fait intéressante dans de très nombreuses situations de souffrance émotionnelle.

Sa seule restriction est qu’elle n’est pas à utiliser en cas de stress post-traumatique. C’est-à-dire si le souvenir envahissant vous submerge totalement en vous coupant du réel et vous plongeant brutalement dans la scène. Ce cas relève d’autres approches et d’une prise en charge effectuée par un professionnel. Et dans toutes les autres situations, n’hésitez pas à utiliser la désensibilisation, c’est une méthode toute simple qui marche très bien.

Encore fallait-il la connaître et savoir l’utiliser… ce qui est votre cas à présent.

Crédit photo : Another VLL (Le Penseur, Auguste Rodin, 1902, Musée Rodin, Paris).

 

 

D’autres articles d’Hervé qui pourraient également vous intéresser :

 

[Podcast] Pansez vous-même vos blessures d’enfance

Etes-vous perfectionniste ? (et si oui, comment vous en sortir) ?

Changez votre vie grâce à Homer Simpson

Un grand merci à toi Hervé pour ton article 😉


sing-post-cta-potion-de-vie

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.