Concentration Confiance en soi

Comment prendre de meilleures décisions sans avoir à réfléchir 107 ans

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Cet article est ma contribution  dans le cadre du Festival « La croisée des Blogs » organisé cette fois-ci par Mathieu du blog Penser et Agir.  Il s’agit de la 48e édition du festival qui regroupe différents articles de qualité venus des quatre coins de la blogosphère ! Ce mois-ci, le thème est »A quel moment devez-vous passer à l’action« . (Cliquez sur la bannière pour accéder au site de la croisée des blogs.

 

Et accessoirement, il s’agit de ma 14e participation.

C’est Mathieu qui organise cette édition donc. J’aime beaucoup le style, le message et la motivation de Mathieu. En plus son blog est super classe, ce qui n’enlève rien à son talent et au plaisir de le lire !

 

Imaginez que vous pouviez faire apparaître votre double là maintenant tout de suite. Imaginez que votre double, c’est vous à l’époque de l’adolescence ou de votre période : « Je brûle la vie par les deux bouts« .

Vous le faites apparaître, il est là, se ballade chez vous, il regarde ce que vous faites. Il s’étonne parce que vous êtes bien différent(e) de l’époque où votre seule règle était de ne pas en avoir justement.

Maintenant vous êtes dans le moule, un(e) adulte qui prend des décisions réfléchies et qui mène sa vie vers…. vers quoi d’ailleurs ? C’est quoi votre mission ?

 

Vous réfléchirez à cela plus tard en fait.

Comment l’expérience vous a changé

 

La vie n’a pas toujours été bienveillante avec vous. En fait elle ne l’a été pour personne. Mais l’expérience a cela de bon qu’elle vous a permis de réfléchir avant de prendre des décisions. Ce que vous ne saviez pas forcément avant d’agir de manière stupide.

Quand j’avais 15 ans, je pensais qu’il était super cool de faire des tractions sur un balcon avec le vide derrière pour impressionner Karen.

Bon, non seulement Karen n’est jamais sortie avec moi, mais en plus elle a déménagé un an après pour aller vivre en Italie.

Triste histoire.

 

On est quand même super con à 15 ans.

Mais j’avais un avantage à cet âge.

Si je faisais apparaître le moi de l’époque où j’avais 15 ans là tout de suite, comme j’en parlais plus haut, il me dirait :

 

Bon, c’est quand que tu bouges ?

 

Ben oui.

A ses yeux, je ne serai vraiment pas fun. A son époque, j’enterrais des trésors à déterrer 20 ans plus tard. Et là ben… je met 107 ans à réfléchir avant de prendre une décision.

 

Pourquoi ? 

 

Ben, j’ai beaucoup à perdre ! Et plus le temps passe, plus j’ai de choses à perdre. Et vous c’est pareil : Vous ne pouvez plus vous permettre de faire n’importe quoi. Vous êtes devenu(e) sage, parce que si vous ne l’êtes pas, vous risquez de perdre des relations, de la confiance, de l’égo, des espoirs que l’on a placé en vous etc.

En gros, vous risquez la honte et la douleur.

Avant, je mettais 107 ans à prendre une décision, mais ca, c’était avant. ©

 

Vous n’avez plus 15 ans, et vous ne vous mettez pas en danger de mort inutilement. Enfin j’espère. Donc techniquement, les chances de prendre des décisions de vie ou de mort dans la vie contemporaine sont réduites.

Au Moyen-Age, par exemple, c’était pas pareil.

 

Là, vous avez le temps de réfléchir. Vous avez les outils pour prendre les meilleures décisions. Parfois, vous les utilisez bien, parfois vous tapez « mal à la tête » sur Google et vous repartez en pensant avoir une tumeur.

 

Vous attendez d’être sûr(e) à plus de 90% avant de faire quoi que ce soit d’un peu risqué. C’est comme ca. La vie n’a pas toujours été bienveillante.

 

J’étais pareil, et je le serai toujours un peu, mais j’ai trouvé quelque chose qui m’a un peu révolutionné la vie il y a quelques années et qui peut-être révolutionnera la vôtre.

 

Il était une fois dans le joyeux monde de l’internet…

 

Un jour, alors que je cherchais comment faire pour me lancer sur internet avec le site le plus parfait possible (à mes yeux hein), je n’avais toujours rien de concret, sauf les interrogations dans ma tête.

 

Alors que je me reposais (d’avoir beaucoup réfléchi), je perdais mon temps devant la télé sur les chaines de la TNT. Je suis tombé sur un reportage sur les soldats d’élite de la NAVY.

Trop flemmard pour changer de chaîne, je m’affalais sur le canapé en regardant sans vraiment regarder, avec la motivation d’un poulpe en fin de vie.

Je voyais des soldats qu’on pressait d‘aller vite pour se déployer, pour attaquer, pour s’entraîner, pour faire des signes, pour tirer, etc.

A un moment le journaliste arrive vers ce qui semblait être un sergent instructeur, et il lui pose une question :

 

« Pourquoi vous les faites aller si vite ?  »

Ce à quoi il répond :

 

« Ils ne doivent pas prendre trop de temps pour réfléchir. Ils doivent prendre l’habitude d’agir, de prendre des décisions, et de baisser leur seuil de certitude à 70% au lieu de 100%, sinon, ils se retrouvent paralysés sur le champ de bataille et ils se font tuer. Parfois, leur vie ne tient qu’à une décision prise en une seconde ».

 

Ca m’a fait tilt. C’est vrai que je suis du genre à attendre d’être convaincu à 100% avant de prendre une décision. Que se passerait-il si j’abaissais mon seuil de conviction de 100% à 70% ?

Après tout, on forme des soldats d’élite à le faire justement pour leur sauver la vie, c’est que ca doit pas être si stupide que cela ?

 

2 ans après ce traitement…

 

J’ai donc joué le jeu, et je me suis engagé (très important de s’engager avec soi-même) à baisser petit à petit mon seuil de conviction à ces fameux 70%. 

D’abord c’était pas facile, puis ca l’est devenu, jusqu’à devenir une seconde nature.

Résultat des courses, vous lisez mes articles, ici ou sur d’autres blogs, j’ai écris un livre, j’ai participé à de nombreux projets, et j’en ai encore beaucoup en cours.

Si j’avais attendu d’être à 100% de conviction avant de me lancer… je crois que je ne me serai jamais lancé.

 

Est-ce que mes décisions ont été bonnes ?

 

Pour la qualité des articles, c’est à vous de répondre, pour le livre, j’en suis extrêmement fier et en plus il se vend bien, donc je pense que c’était une bonne décision d’y travailler pendant des mois.

J’ai rencontré beaucoup de blogueurs quand l’occasion se présentait, certains sont devenus des amis.

Je me suis formé, je continue d’apprendre, mais je passe beaucoup plus vite à la pratique. L’avantage c’est que je fais beaucoup plus de choses, et je corrige beaucoup plus vite le tir.

Bien sûr je continue à faire des erreurs, mais je n’aurai pas pu les éviter si tout cela était resté « dans ma tête ». Je sais également qu’il existe plein de petits trucs et astuces pour penser moins et agir plus, et celle technique de seuil de conviction marche pour moi.

Marcherait-elle pour vous ?

 

sing-post-cta-potion-de-vie

27 Commentaires

  • Bonjour Jean Yves,

    tu as tout a fait raison, nous prenons trop de temps à refléchir, à évaluer les conséquences de nos actes.

    Apprendre à réagir rapidement n’est pas évident, mais ne pas réagir peux dés fois être bien pire. Je le remarque régulièrement que ce soit dans le business ou la finance.

    Une petite citation que j’aime particulièrement et qui me motive a prendre des décisions :
    Errare humanum est, perseverare diabolicum

    • Salut Jeff,

      Il est toujours question de réfléchir aux conséquences, mais moins. En fait j’ai remarqué, il arrive un moment où on a intérieurement tranché la question au fond de nous, et le fait d’attendre peut remettre en question le passage à l’action, d’où la baisse de ce fameux seuil à 70% au lieu des 90%-100% que l’on a l’habitude d’attendre

  • Bonjour Jean-Yves,

    Merci pour ta participation et les compliments sur mon blog en début d’article. Tu es un des premiers blogueurs à m’avoir influencé et ces compliments me font sincèrement plaisir 🙂 !

    Heureusement que tu as descendu ton seuil de conviction à 70%, sans quoi nous ne profiterions pas de tout ce que tu partages avec nous jour après jour !

    Tu es un bel exemple de réussite dans la blogosphère et je suis certain que le projet que tu nous concocte en ce moment même ne fera que renforcer cela.

    Bonne continuation dans tous tes projets et encore merci pour ta participation 🙂

    A bientôt,
    Mathieu.

  • Haaa, prendre 107 ans pour prendre une décision, c’est tout à fait moi et le pire, c’est que celle qui est prise au final n’est même pas forcément la meilleure xD

    Par contre, comment baisser son seuil à 70 % ? Comment faire en sorte que la peur d’échouer cesse d’être plus forte que la peur de passer à côté de quelque chose ?

    Je ne sais pas si ça s’en rapproche mais j’ai l’impression que c’est assimilable à la zone de confort. Plus on repousse les limites, plus ça devient facile. Là, ça concernel a prise de décision. Quand il s’agit de décider quelque chose dont les éventuelles conséquences néfastes sont faibles voire nulles, ça y a pas de soucis, je suis dans le « qui ne tente rien n’a rien ». Par exemple, pour postuler à un boulot ou poser une question en cours, j’ai jamais réfléchit plus de 2 minutes parce que je n’avais rien à perdre (à part 2 feuilles pour le CV et lettre de motiv et un peu de temps pour aller les déposer quand il s’agit d’un job ou bien rien du tout en ce qui concerne une question. Au pire, le prof dit qu’il a déjà répondu ou qu’on verra ça plus tard ou qu’il ne sait pas et je prends mon mal en patience pour avoir ma réponse plus tard)

    Mais pour d’autres domaines de la vie, je crois que 107 ans ne serait même pas suffisant, lol.

    Par exemple, étant bientôt diplômée, je pense à ouvrir prochainement un site. Mais j’ai beau lire plein de trucs sur internet, plein de choses m’échappe et j’ai trop peur de faire quoi que ce soit.

    Du coup, je vais en profiter pour poser une question : pour l’hébergeur, je vois que sur les sites (j’ai regardé OVH et 1&1), il y a plusieurs offres.
    Mais je ne vois pas bien quelle offre me conviendrait le mieux. J’ai peur de prendre une offre trop élevée pour ce que je souhaite (et je n’ai vraiment pas d’argent à balancer par les fenêtres en ce moment ^_^ !) ou trop basse et me retrouver coincer à ne pas pouvoir mettre plus de 10 articles sur mon blog !
    Du coup, que choisir comme offre ? De combien de Go ai-je besoin ?

    Autre question : je pense ne pas vouloir me limiter à un blog, je crois que je vais en faire un autre en même temps. Donc ok, ça fait un autre nom de domaine à payer. Mais concernant l’hébergement ? Ça non plus j’y comprends rien. Y a pas des offres genre « pour X euros par mois, vous possédez 2 noms de domaine de votre choix qui seront hébergés chez nous et vous pouvez mettre tout plein d’articles dessus sans vous inquiétez de la capacité de stockage »

    Oui, je sais, je débute donc je pose des questions ridicules. Bon, je débute pas dans le blogging et internet, j’ai déjà blogué et j’ai déjà touché du html et du CSS mais c’était sur des plateformes gratuites et puis y a longtemps donc je ne me posais pas autant de questions. Là, je veux carrément créer mon propre site donc ça change la donne =).

  • Je réponds à ma propre dernière question : j’ai re-regardé les offres de 1&1 et ça précise bien combien de domaines on peut avoir. Ça, c’est fait ^_^

    Mais bon, voilà, 10 Go et 100 Go pour les deux offres les moins chères, est-ce suffisant O_o ?

  • Salut Jean-Yves,

    Pas mal l’histoire 🙂
    C’est vrai que souvent on attend trop pour agir. J’ai appris à agir également sans être sûr de ce que je fais. Je regrette parfois les erreurs que j’ai faites (mais pas trop) et j’essaie de les régler quand c’est possible par la suite.

    Ce sont grâce à des principes comme ces 70% que l’on avance dans la vie 🙂

    Dorian

      • Hmm.. J’ai appris à me faire confiance. 70% implique qu’il y a déjà des bonnes bases. Et donc de bonnes chances de réussite.

        Et puis au diable. Qu’ais-je à perdre à me lancer si j’en ai envie ? J’ai appris à effacer les barrières du genre « ça ne marchera pas », « les autres vont me prendre pour un gros débilos », etc.

        Et entre nous, je me lance souvent plutôt à 50% voire moins. Et je grapille les % au fil du temps. Exemple : Je lance mon blog, je ne suis pas prêt, j’apprends sur le tas, je me rend compte que j’ai fait des erreurs, j’essaie de rectifier. Au final je suis parti avec 40% de certiude et je finis en étant à 90% sûr d’arriver à faire quelque chose de très bien.

        Bref, au feeling quoi 😀

        • Mais justement, on peut perdre beaucoup parfois ! De la famille, des amis, de la confiance en soi, du temps, notre santé, de l’argent. Il y a des décisions dont les conséquences peuvent être très bénéfiques mais aussi très néfastes. Il est donc légitime de ne pas se lancer tant que l’on est pas sûr(e) au maximum. Nous ne sommes pas toujours face à de petites décisions, parfois nous sommes face à une situation qui demande de faire un choix qui pourrait radicalement changer notre vie en bien…ou en mal. Nous ne vivons pas dans un monde de Bisounours =/

          • Je suis bien d’accord !

            Je parle de baisser à 70%, pas à 50 Aurore 😉 Ca sous entend qu’au fond de toi tu as déjà pris ta décision. Les derniers %, tu n’as pas remarqué que c’était que lorsque tu recherchais des « témoignages » pour savoir l’avis des autres ?

            Et puis, tu peux être sûre et te tromper complètement. Quelle est la meilleure façon de rectifier le tir ? « Apprendre de ses erreurs » comme dit la sagesse populaire.

            A un moment il faut trancher et prendre une décision. L’inaction devient une habitude qui se répercute aux « petites » décisions. A ce moment la paralysie s’installe…

          • Tout dépend effectivement de l’importance de la décision. Si c’est un changement radical de vie, je suis entièrement d’accord que cela requiert un très fort % de certitudes.

            Et cela dépend de ce que cela implique pour d’autres. Si cela impacte d’autres personnes,oui la réflexion doit être plus profonde.

            Une des règles principales de gestion du temps est de ne pas attendre pour agir quand l’on peut agir. Ne pas agir tout de suite mène parfois (et trop souvent) à l’avandon de nos projets.

            Dorian

          • Le doute, puis l’abandon des projets oui, c’est effectivement le processus.

            Le but de mon message était juste de se décider plus vite, pas de se décider sans penser aux conséquences ;p

          • Oui Jean-Yves j’ai bien saisi 😉

            Mais il est intéressant de voir que le % va fortement varier en fonction de l’importance du projet et de son impact sur notre environnement.

            Bonne journée 🙂
            Dorian

  • Bonjour Jean-Yves,

    Merci pour cet excellent article !
    C’est vrai qu’il n’est pas évident d’agir devant certaines situations.
    La technique des 3 secondes est pour moi très efficace, mais il faut que je me fasse violence…
    Comme tu le dis si bien, il faut s’entrainer sans relache !

  • Bonjour Jean-Yves

    c’est marrant, je crois que j’étais un peu comme toi.
    Mais qui ne l’était pas ?

    Toujours à essayer d’avoir un truc parfait, d’avoir 100% de certitude…
    Depuis, je me force à agir avant de réfléchir 🙂
    D’ailleurs, la technique des 3 secondes est pas mal pour cela.

    par rapport à « je continue à faire des erreurs », c’est justement à l’aide de ses erreurs que l’on apprend… a ne plus les reproduire 🙂

  • Je ne sais plus qui a dit  » Mieux vaut avoir des remords que des regrets ».

    Je confirme !

    Qui n’a pas le souvenir d’une rencontre avortée à cause d’une timidité excessive ou d’un manque de confiance en soi, cette rencontre qui aurait peut-être changé notre vie ?

    Mais difficile d’aller contre sa nature non ? 😉

  • Bonjour Jean Yves,

    Je participe également à l’édition à la croisée des blogs.

    Je pense que beaucoup d’entrepreneurs débutants se bloquent à l’étape de l’action. C’est dommage.

    Aujourd’hui, je sais que le point clé est d’agir et d’adapter son projet en fonction de son plan stratégique établi au départ.

    Nous faisons tous des erreurs. c’est humain. La réussite passe par accepter ces erreur et les corriger.

    Jérémy Goldyn

  • Faire des erreurs fait parti du rôle de l’humain. Qui ne fait pas d’erreurs? Par contre ne pas apprendre de ses erreurs est conditionné par la peur. « Ah oui c’est toujours pareil »

    Bref j’ai choisi de ne pas résiter à la vie et oui çà va vite , oui je fais des erreurs, oui je ne suis pas plus riche, oui je suis plus libre dans une vie satisfaisante

  • Bonjour Jean-Yves,
    Le risque étant à la base de tout succès, comme disait Louis de Broglie, si on attend d’avoir toutes les certitudes pour agir, on ne prendra aucun risque et on n’arrivera à rien.
    Par ailleurs, l’erreur est non seulement humaine mais formatrice.
    Bref, le doute et l’erreur doivent être les deux mamelles du succès.

  • Coucou JY ! Il est vrai que la plupart des gens reflchissent toujours 3 plombes avant d’agir et des qu’ils ont pris leurs decisions, c’est souvent trop tard pour agir. Je pense que cette technique est une bonne idee qui nous epargnera bien du temps, de l’energie et du stress.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.