Mémoire

Mémoriser rapidement, étape 3 : Fixez définitivement vos informations dans votre mémoire

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Cet article fait partie de la série : « comment mémoriser rapidement les informations et devenir une machine à absorber les connaissances en 3 étapes » commencée ici.

Dans la première étape, vous avez découvert comment augmenter de 50% vos capacités de concentration et mémorisation.

Dans la deuxième étape, je vous ai livré 7 techniques diablement efficaces pour mémoriser rapidement tout type d’informations.

Dans cette troisième et dernière étape, vous allez voir comment garder vos informations mémorisées, même un an après !

 

Vous découvrirez également le secret qui fait que 95% des gens ne progresseront jamais, même après avoir lu cette série d’articles.

La courbe de l’oubli vous connaissez ?

 

 

 

Le psychologue Allemand Herman Ebbinghaus est à l’origine de la courbe de l’oubli. Pour en comprendre le sens, il vous suffit d’observer le diagramme ci-dessus.

Avec le temps, vous perdez de plus en plus d’informations de votre mémoire. Vous devez voir celle-ci comme un réservoir percé de nombreux trous par lesquelles s’échappent vos informations.

En gros, selon la courbe d’Ebbinghaus un étudiant fraîchement diplômé aura perdu 60% de son savoir un an après, s’il n’a pas utilisé les connaissances apprises.

Fort heureusement, des rappels judicieusement placés vous permettent de relancer la courbe vers le haut, un peu comme si vous rajoutiez de l’essence dans votre réservoir percé, tout en colmatant les brèches.

A un moment, les trous de votre réservoir seront peu nombreux, vos informations stockées de façon quasi-permanente dans votre mémoire à long terme.

Encore faut-il le faire bien, avec la bonne méthode.

 

Je vous livre ma méthode de rappel pour mémoriser rapidement les informations à long terme

L’année dernière, j’ai réalisé plusieurs défis mémoire dont vous trouverez un rappel sur cette page.

J’ai procédé à des rappels planifiés sur certains défis comme la mémorisation des capitales du monde, le squelette humain et absolument aucun sur d’autres (PI, métro de Paris)

Pour les défis sur lesquels je n’ai pratiqué aucun rappel planifié, j’estime avoir perdu 70% des données mémorisées à l’époque (ca date de moins d’un an)

Pour les défis sur lesquels j’ai utilisé ma méthode, j’estime mon taux de rétention à 95%. Les 5% d’erreurs sont en fait de simples inversions et non des trous de mémoire.

Si vous voulez vraiment retenir ce que vous apprenez à long terme, je vous suggère de procéder à des rappels planifiés de vos informations. Ci-dessous, vous trouverez ma séquence idéale. Vous pouvez vous en inspirer, elle marche.

 

Voici comment faire :

  1. Vous mémorisez votre information
  2.  H (heures)+3, vous effectuez votre premier rappel total.
  3. J+1, vous effectuez deux rappels de la totalité des informations. (Idéalement un rappel le matin, un le soir)
  4. J+2, vous effectuez un rappel total de l’information
  5. J+3, vous effectuez un rappel total de l’information
  6. J+5, vous effectuez un rappel total de l’information
  7. J+7, vous effectuez un rappel total de l’information

A la fin de cette séquence, votre mémorisation est très solide. Si vous rajoutez des informations à mémoriser « par dessus » ce que vous avez déjà appris, vous devrez trouver un moyen de « tenir les comptes » de ce que vous avez rappelé.

Astuce :
Habituellement, les premières informations que vous mémorisez sont les plus solides dans votre mémoire. Commencer par apprendre le plus difficile à retenir en premier est une stratégie qui peut se révéler payante !

 

Une fois la première semaine passée, vous devez encore rappeler vos informations mémorisées, mais à un rythme plus espacé :

  • Semaine 2 : Débrouillez-vous pour effectuer 2 rappels de la totalité de l’information au cours de la semaine 2
  • Semaine 3 : Débrouillez-vous pour effectuer 1 rappel de la totalité de l’information au cours de la semaine 3
  • Semaine 4 : Un rappel dans la semaine
  • Mois 2 à 6 : Un rappel dans le mois suffit.
  • Au delà du mois 6 : deux rappels par an suffisent.

 

Pourquoi 95% des gens ne progresseront jamais dans leur mémorisation ? (et comment se retrouver dans les 5% restants)

Si vous lisez ces lignes, vous avez probablement au moins 15 ans et peut-être que vous en avez même 70+. Quoi qu’il en soit, vous avez déjà des réflexes d’apprentissage que vous avez intégrés en vous depuis longtemps.

Des réflexes et des méthodes personnelles qui marchent plus ou moins bien. Ce qui veut dire que si vous voulez intégrer des nouvelles méthodes d’apprentissage ou de mémorisation (comme les techniques présentées dans cette série d’articles), cela vous demandera une période d’acclimatation assez rude.

Au début, vous serez beaucoup plus lent en utilisant ces nouvelles techniques, car vous n’avez pas l’habitude.

Repensez à votre première fois derrière un volant de voiture (ou la première fois que vous avez du apprendre vos tables de multiplication pour ceux qui n’ont pas de voiture encore !)

Cette période d’acclimatation n’est pas longue, mais elle est inévitable au début. Les véritables gains de vitesse en mémorisation sont après. Une fois ce seuil franchi, vos nouvelles méthodes de travail s’imposeront comme une évidence tant elles balayeront en efficacité vos anciennes façons d’apprendre.

Cependant, 95% des gens sont découragés par cette période d’acclimatation, et ne progresseront donc jamais.

Comment être dans les 5 % restants ? 

La série d’articles se termine, vous avez découvert beaucoup de nouveaux concepts, de nouvelles techniques et des façon d’apprendre peut-être radicalement différentes de ce que vous aviez l’habitude de faire.

Je vous demande de choisir un seul de tous les points que j’ai listé au travers de ces 3 articles et de vous attachez à l’utiliser avec persistance pendant un mois complet sans faillir.

Vous ferez votre bilan après, et vous pourrez intégrer d’autres habitudes petit à petit, vous verrez, vous serez surpris(e) 😉

Mais au fait, parmi toutes les techniques et tous les points évoqués, quel est celui qui vous a le plus marqué, intrigué ou motivé ? Partagez-le dans les commentaires ci-dessous !

sing-post-cta-potion-de-vie

17 Commentaires

  • Hello,

    Une technique complètement nouvelle pour moi j’avoue, ces rappels planifiés.
    Mais certainement très intéressant en termes de résultats.

    J’avoue aussi que c’est ma première fois de découvrir la courbe de Herman Ebbinghaus.
    Bon, après tout ça ne doit pas être surprenant vu que dans nos expériences personnelles, nous faisons le même constat.

    En tout cas, merci pour ces techniques dévoilées au cours de cette série d’articles.

    Bien amicalement,
    Olivier

  • C’est vrai qu’à priori cette technique semble marcher. Mais ne crée-t-elle pas une sorte de dépendance qui fait que sans ces rappels planifiés nous oublierons tout ?

    Avez-vous testé un sevrage brut ?

    Dans tout les cas, merci pour ces articles qui nous donnent des petits « life hack » bien sympathique.

    Amicalement,

    Valentin.

  • À mon avis, pour faire de la répétition espacée, le mieux est d’utiliser un logiciel SRS (spaced repetition system) comme Anki.
    J’ai appris 2042 kanjis (les idéogrammes japonais) en 6 mois grâce à ça ^_^

  • Je suis toujours impressionné par le fait que l’on puisse aussi bien quantifier ce qui se passe dans notre cerveau (avec les intervalles de rappel par exemple).

    Par contre merci pour l’information concernant le fait d’apprendre le plus dur en premier, j’ai tendance à faire l’inverse, puis je finis par abandonner le plus dur, faute de temps en général (pas bien!)

  • C’est une très bonne série d’articles qui peuvent constituer une bonne base pour les débutants . J’avais lu que si nous repensons, dans notre tête, à ce que nous voulons garder, le cerveau met l’information de côté pendant une semaine. Comme s’il mettait un post-it dessus : « à garder pendant une semaine ». Au bout d’une semaine, si nous n’avons pas fait revivre mentalement l’information, elle est reléguée aux oubliettes, autrement, elle est mise de côté pendant un mois. Comme s’il rajoutait un post-it : « à garder pendant un mois ». Dans le mois écoulé, même chose. Si nous faisons revivre cette information, elle sera gardée six mois, etc. Du coup il suffirait de relire ses cours le soir même, puis une semaine après, puis un mois ? T’a méthode de rappel est sans doute plus efficace mais c’est difficile de faire ca pour tous les cours .

    Ma méthode pour les cours: un rappel en rentrant chez moi des cours de la journée puis un rappel avant de me coucher, des cours du lendemain . Ainsi, mes cours sont réactivé plusieurs fois dans la semaine . Par contre, j’ai toujours eu du mal à garder mes cours sur le long terme, je vais donc intégrer une réactivation sur les semaine suivantes puis le mois . Je pense que si je fais ça, je devrais avoir moins de révisions de dernière minute pour mon bac non ?

  • Bonsoir,
    J’ai découvert ce blog récemment et j’en suis très content car j’ai pu tester les différentes méthodes d’apprentissage, lecture rapide, map mind, méthode des loci et les résultats sont vraiment surprenants si cela est fait sérieusement. J’ai commencé à utiliser ces techniques pour mes cours de médecine mais le problème qui se pose est : comment retenir des centaines de schémas (vu au fur et a mesure des cours) de façon efficaces? En effet la lecture rapide convient parfaitement au cours denses, les loci ou alors des phrases mnémotechniques pour des réactions en cascades.
    Mais comment faire pour les schémas? Comment organiser les formules math/physique correctement dans sa mémoire selon les conditions d’applications, etc… ?
    Sinon la motivation pour bosser est vraiment importante, du coup organiser son travail avec des post-it et cocher ce qu’on a appris est très jouissif. Par contre, pour ma part je rajoute régulièrement des post-it pour ne pas m’arrêter sous pretexte que tel matière est finie !

    • Pour les schémas associe les plutôt à des formes familières. Si c’est impossible, dessine toi même les shémas à la main, ce sera déjà plus facile à les mémoriser. Associe chaque composante pour leur donner un sens.
      Mais j’écrirai un article dessus pour être plus précis.

      Pour les formules j’avais fait un article dessus :
      http://www.potiondevie.fr/comment-memoriser-formules-math/

      Long à mettre en place au début, mais terriblement efficace avec un peu de pratique

      • merci pour ta réponse rapide 🙂
        trouver une forme amusante marche bien en générale pour des schémas assez simples, pour ce qui est plus compliqué je vais essayer de les décomposer en formes familières. Aux pages 24, 30, 33 du lien tu verras ce que je dois affronter, il n’y a pas mes notes mais ça donne une idée des schémas. Sinon il y a aussi le métabolisme des glucoses et lipides qui sont casse-tête à apprendre: glycogénolyse/génèse, cycle de Krebs, béta oxydation, shunt des pentoses,…

        http://udsmed.u-strasbg.fr/emed/courses/PAES1UE2/document/Cours_Mme_Gaub/Cours3%2B4-2012-2013.pdf?cidReq=PAES1UE2

        • Pour la page 24, imagine l’intégralité de ton schéma comme une scène se passant dans ton jardin (ou un parc)

          Chaque élément doit être associé à quelque chose de mémorable pour toi.
          Par exemple, les deux premiers dessins à gauche (les boules qui se touchent), ca me fait penser à un homme et une femme qui s’embrassent. Pourquoi pas un couple que je connais ?

          Je l’imagine donc à gauche du jardin dont je te parle. Un peu après, il y a SH2 et SH3. Pour moi ce sont des reporters SHinois (chinois) qui se planquent dans les fourrés pour prendre en photos des gamins qui jouent dans le parc à côté du parc. GRB (great britain, un gosse anglais) et GAP (un gamin avec un t-shirt GAP). Etc.

          Cette petite histoire, tu vas mettre du temps à la fabriquer, c’est clair.
          MAIS

          il y a quatre énormes avantages :

          1- Si tu vois un autre GAP quelque part dans un autre schéma, ton image sera déjà toute prête, ce qui te fera gagner beaucoup de temps
          2- Ta mémorisation sera beaucoup, beaucoup plus puissante en procédant ainsi.
          3- Tu auras besoin de beaucoup moins de répétitions pour ancrer l’histoire sans rien oublier 🙂

          Le quatrième avantage arrive à moyen terme :

          4- Tu mémoriseras plus vite les schémas suivants, ton cerveau va accélérer le procédé car il va prendre l’habitude. Comme quand tu apprends à conduire. Au début tu dois tout décomposer, mais après, c’est automatique.

  • Intéressant. Dans les civilisations traditionnelles, le rappel est lié à la liturgie : un peu comme à la messe, on récitait certains textes sacrés ou mythologies à des périodes déterminées de l’année.
    On pourrait extrapoler cette méthode en se créant nos propres calendriers liturgiques selon nos besoins particuliers.

  • Bonjour Jean-Yves

    Super article !! Le rappel doit se faire mentalement ou il peut aussi se combinait avec un rappel passif (juste lire son cours en le comprenant ) ? d’ailleur il existe une technique qui repose Sur le même principe de loci mais il n’y pas besoin de lieux pour le mémoriser il faut juste se créer un image loufoque et l’associer à quelque chose que l’on connaît déjà à celle que l’on apprend.

  • ma méthode c’était la privation quand je mémorise une définition qui refuse de se grave je me prive d’ une chose par exemple moi qui aime tellement jouer aux Playstations je me dis dans ma tête tant que j’ai pas mémorisé cette leçon je n’irai pas jouer et s’il le faut même plus d’une semaine ,là c’est comme deux personnes qui travaillent dans une entreprise l’une attendant un salaire après le travail l’autre qui n’aura rien après, elles n’ont jamais la même envie de travailler sachant que je serai payé à la fin de mon service je ne sentirai pas la fatigue et les efforts comme l’autre qui ne reçoit rien sincèrement ça a toujours marché

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.