Mémoire

Comment devenir Dr House grâce à votre mémoire (partie 3)

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Et c’est déjà la troisième partie de notre série d’articles consacrée à la mémorisation des maladies rares pour en savoir comme le Dr House !

Vous pouvez consulter la première partie ICI

Et la seconde LA

Vous savez maintenant quel est votre terrain de mémorisation (le corps humain), et vous avez personnifié les maladies rares.

Il vous reste maintenant à faire le plus dur (mais le plus passionnant) : mémoriser les symptômes et les associer à vos maladies. Vous verrez par la suite comment apprendre le reste, mais pour l’instant, concentrez-vous sur votre troisième niveau de maîtrise…

 

Niveau de maîtrise 3 : mémoriser les symptômes

Mais comment faire pour mémoriser tous les symptômes sans s’emmêler les pinceaux ?? Pas évident n’est-ce pas ? Et pourtant il existe une technique de mémorisation toute simple une fois que vous en êtes à ce point.

Comme pour les maladies, vous allez associer chaque symptôme à une image mentale dans votre esprit. Je vous recommande d’utiliser au maximum la symbolique dans vos images. Par exemple si un de vos symptômes est « inflammation de … » pensez à des flammes. Un feu vif et brûlant. Le mot « raideur » pourrait être associé à un manche à balais (raide comme un manche à balais, c’est de la mémorisation kinesthésique ça non ? 🙂 )

Plutôt simple dans l’idée non ?

Sauf que vous vous rendrez vite compte que vous devrez chercher ce que certains mots veulent dire. Si je reprend l’exemple de mon article précédent et de la maladie de Berger, l’un des symptômes est une « hématurie« . C’est quoi une hématurie ?

Je n’en sais rien, je n’ai jamais fait médecine. Mes deux années de latin m’indique que Hemo/hema etc. ca veut dire qu’il y a du sang quelque part.

Après vérification auprès de l’omniscient Google, je me rend compte que l‘hématurie est en fait la présence de sang dans les urines. En gros, on « pisse le sang« . C’est plutôt facile à imaginer et assez mémorable si vous respecter les règles de mémorisation élémentaires.

Vous devrez faire pareil à chaque fois qu’un symptôme vous est inconnu. Déjà, cela vous rendra plus intelligent, plus cultivé, plus curieux en général de prendre l’habitude de ce genre de démarche. Mais également, vous pourrez ainsi mémoriser beaucoup plus facilement si vous comprenez ce que vous lisez !

Dès que vous voyez un symptôme, vous le transformez en image. Au bout d’un moment, vous aurez une « banque de données » mentales avec plein de petites images.

 

L’étape finale : tout mémoriser en UNE seule image !

Toute la beauté réside là. Qu’allez-vous faire de toutes vos images ? Vous allez les toutes les relier en une seule image gigantesque comprenant une image clé et des petites images « fixées » dessus.

L’image clé (ou support) c’est celle de votre maladie.

Les petites images qui viennent se greffer dessus, ce sont celles que vous avez associées à vos symptômes.

Le tout vous donne une très grosse image, mais unique et qui comprend tout !

Un exemple ? Allez je reprend mon Berger et sa maladie de Berger.

Voici pour schématiser quelques symptômes de cette maladie :

  • Hématurie
  • Douleurs lombaires
  • Asthénie (fatigue)
  • Goût particulier dans la bouche
  • Nausées après alimentation

Mon Berger pisse le sang (hématurie), Il se tient le dos d’une main (douleurs lombaires). Il a un casque d’Astérix sur la tête (asthénie) et de la fumée s’échappe de sa bouche (goût particulier dans la bouche, à laquelle j’associe une odeur désagréable pour faire travailler ma mémoire des odeurs !!!!!). Il a clairement envie de vomir (nausée) en voyant la pizza devant lui (après l’alimentation : prenez votre plat préféré pour symboliser l’alimentation en général)

 

Votre image support comporte tous vos symptômes. Evidemment il faut bien procéder à des répétitions espacées pour les ancrer à long terme et tout retenir à long terme, mais cela fonctionne !!

Comment je le sais ? Parce que je suis en train de mémoriser ce livre (un vieux rêve de gosse) et c’est exactement le même principe.

 

Que se passe t-il maintenant ?

Regardez un épisode de Dr House, et chaque fois qu’un symptôme apparaît faites le surgir dans votre esprit tel un élément d’un puzzle géant. Exactement comme le fait le personnage de la série d’ailleurs. Lorsque vous aurez suffisamment de pièces du puzzle mémorisées, vous serez capable de faire des hypothèses, et vous vous étonnerez vous-même !

Oui mais …

Ce n’est évidemment pas tout. Il y a d’autres éléments à prendre en compte pour vraiment faire la différence et tirer la quintessence de la technique. Cela exigerait une quatrième partie, que je créerai si (et seulement si) j’ai de la demande dans les commentaires ci-dessous, sinon je passe à un autre sujet 🙂

A vous de me dire ! (ou pas !)

sing-post-cta-potion-de-vie

21 Commentaires

  • Voilà que je viens de finir les 3 articles 🙂
    Bon de prime à bord cela ne devrait pas m’intéresser. Mais si on regarde de plus prêt je peux vraiment utiliser ce genre de technique dans mon domaine. Puisque je dois moi aussi mémoriser beaucoup de nouvelles informations en continue.

    J’ai découvert le mind mapping, il y a peu, cela me permet de faire un carte du « tout globale » ensuite je fais exactement comme tu le dis pour compléter chaque partie 🙂

    Encore merci pour ce précieux partage 🙂

    Amicalement
    Chris

  • Jean-Yves,

    Dans ce troisième volet de ton article tu nous montres comment utiliser la technique d’association en l’appliquant à la médecine. Mais tu nous donnes aussi un conseil important qui pourrait presque passer inaperçu : avant de mémoriser il est nécessaire de comprendre ce que l’on veut retenir.

    Cela me rappelle qu’il existe cinq stratégies utiles dans la mémorisation :

    La stratégie de compréhension, la stratégie de motivation, celle de mémorisation, celle de transfert des connaissances d’un domaine à un autre, et celle de vocalisation très utile pour apprendre une langue étrangère.

    Et la stratégie de compréhension passe par le l’importante de traiter l’information à retenir, c’est à dire par le fait de prendre le temps de lui donner un (du) sens.
    Une nouvelle fois, merci.

    • Salut Pierre, effectivement, c’est indispensable de comprendre ce que l’on cherche à mémoriser. Pas trop de problèmes pour un étudiant en médecine qui cherche juste un moyen rapide et efficace de mémoriser les maladies, mais quand c’est un néophyte (comme moi) qui s’y colle, WIkipedia et les manuels d’anatomie sont nos nouveaux amis !

      Plus le jargon est technique plus la mémorisation est longue

  • Ah Jean Yves ces 3 articles me rappellent de vieux souvenirs de médecine et étudiant infirmier. Je confirme que personnaliser une maladie c’est très efficace, je ne connaissais pas la maladie d’Allgrove par exemple, et c’est en rencontrant une personne qui est devenu un ami que j’ai appris quelle était cette maladie.

    Alors pour mémoriser certaines maladies (notamment les maladies infectieuses), je visualisais un patient et ce patient était le centre d’une mind map (imaginaire bien sur) ^^

    • Salut Pascal, oui très utile la mind map, surtout pour les réviser !

      IL existerait même un moyen encore plus puissant à mon sens pour mémoriser les symptômes : les matérialiser, avec des legos ou de la pate à modeler. Les objets en volume aident vraiment à la mémorisation.

  • moi je veux bien savoir la suite !! le 4e article potentiel. car après tout « toute connaissance est bonne à prendre ».
    concernant le debut, l’idée de personnifier une maladie est bie,n mais il y a souvent beaucoup trop de symptômes associés pour créer une seule image. je suis étudiante en médecine, donc je creuserai sans doute l’idée , peut-être pour retenir les « mots clefs » de chaque maladie… bref, la suiiiiiite ?????

    • Rien ne t’empêche de prendre 2 images (ou plus) pour personnifier ta maladie 😉

      La suite ?
      Je ne sais pas, j’attend de voir si j’ai d’autres demandes, car pour l’instant c’est une série d’articles qui demande déjà un certain niveau de compréhension des techniques de mémorisation, pas facile à atteindre pour un débutant !

  • slt, je suis un étudiant en medecine . c’est vrai cette methode d’image mentale est tres puissante mais le probleme reside dans la confusion des elements memorises vu leur nombre assez important

  • Super intéressant le blog et le livre, une vraie mine d’or mais j’ai quelques questions ? Combien de personnage et d’étape as tu utilisé ? Qu’elle sont tes références en ce qui concerne les maladie ? Et à quand la suite ? manifestez vous les gars, ce n’est pas trop tard, on veut un quatrième article !!

    • Salut Section9 et merci pour tes encouragements 🙂
      J’ai plus réagi par espaces que par nombre d’étapes. Le nombre d’étape est utile quand tu veux retenir l’ordre des informations. Là, tu as juste besoin de retenir l’information en elle-même, tu peux t’affranchir du nombre d’étapes.
      Il n’y aura pas de suite je pense 🙂
      C’est la partie « frustrante » du travail de blogueur. Parfois, tu es le seul à trouver un truc amusant, alors il faut vraiment passer à autre chose, et puis il y a tant de projets et si peu de temps…
      Certains ne savent pas quoi faire et s’ennuient un peu. Moi c’est l’inverse, j’ai beaucoup de choses à faire et je dois en sacrifier beaucoup.

      Quant au nombre de personnages utilisés, quelques centaines avec pour référence seulement wikipédia… je n’ai pas eu de cours de médecine et je n’ai jamais eu la prétention de remplacer un médecin. Juste de désacraliser ce qui est soit-disant « impossible à retenir ». C’est ce type de défi qui me plait.

  • Dommage, peux tu faire un article sur une série d’application ou de support de memorisation, que ce soit free**** pour les mindmap ou An** pour les repetitions espacées.
    PS: Peux tu activer mon compte sur le forum.

  • En tant qu’étudiant en médecine, évidemment que cette trilogie d’article m’a interessé… reprendre un peu une autre technique d’apprentissage après tant d’années d’études à ramer contre le courant en réussissant que moyennement aux examens…
    par rapport à dr House, je suis sûre que nombreuses sont les personnes qui regardent et quel bonheur plus important que celui de comprendre et parfois pouvoir faire des hypothèses quand au diagnostique.. alors même si cet article a été publié il y a longtemps, je vote pour un 4e article!! 😉

  • Hello!!! etant en 2 eme année de médecine (grace a vous :P), je vais essayer de la mettre en place en sémiologie. La quantité a apprendre est tellement enorme que je suis larguée, oui oui malgrés mon amour pour les techniques de mémorisation! un 4eme article m’interesserai donc 🙂

    si non je n’ai pas compris quel sera le theme de votre 3eme livre?!

    enfin je voulais en profiter pour vous demander des conseils pour mieux retenir les chiffres. En effet en médecine on a beaucoup de valeurs a retenir et je les ancre pas du tout a long terme pour la majorité d’entre eux. Et a court terme si et seulement si j’en ai peut (je sent pas du tout les partiels ^^). Il y a des unité différentes, des chiffres differents, bref le gros « bordel » dans ma tete :/

    Bravo pour votre article, blog et a bientot!

  • Bonjour, je viens de retomber sur ce super article et j’aurais une question : pourquoi avoir choisi de mémoriser le livre des classifications de violence ? je m’intéresse grandement à ce domaine et j’aurais aimé savoir quel est ton but en faisant cette mémorisation et si ce n’est pas trop dur de le mémoriser en anglais puisqu’il me semble qu’il n’existe aucune traduction. merci ton blog est une vraie mine d’or pour moi !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.