Mémoire

Comment apprendre en dormant

apprendre en dormant
Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Apprendre en dormant.

C’est connu que le cerveau a besoin d’un bon sommeil pour être au top.

Je le sais ça.

D’ailleurs quand je ne dors pas bien, je suis énervé et j’ai du mal à me souvenir des choses. J’ai même du mal à me concentrer.

Mais si le sommeil est si bénéfique, est-ce qu’il serait possible d’apprendre des choses pendant que je dors ?

Je sais que ça a l’air débile, mais pourtant, J’ai entendu tout et son contraire à ce sujet.

Je me souviens d’un gars très sérieux dans une vidéo qui affirmait pouvoir apprendre pendant son sommeil. Il mettait des écouteurs et s’endormait avec.

Il utilisait les ondes Alpha.

Ou beta, ou gamma, je ne sais plus.

Bref, ce que je sais, c’est qu’il utilisait des ondes. Une sorte de fréquence à laquelle le cerveau est beaucoup plus réceptif.

Je me souviens également avoir lu et entendu assez régulièrement que ce n’est pas possible d’apprendre en dormant. Que c’est une légende urbaine, un mythe.

Il est temps de répondre à la question, car la vérité n’est peut-être pas aussi tranchée qu’on veut bien nous le faire croire…

Est-il possible d’apprendre en dormant ?

Salut tout le monde, j’espère que vous allez bien !

Et oui ! Qui n’a pas un jour rêvé d’apprendre énormément de choses dans la nuit, pour être prêt à un test le lendemain ? hein ?

Ce serait pas génial d’aller au lit en se mettant un enregistrement de tout ce qu’on a à apprendre et de se réveiller le lendemain en se rappelant de tout ?

Bon, alors autant vous le dire tout de suite, ce n’est évidemment pas possible. On le sait depuis 1955 dans des études qui sont assez catégoriques,

Vous ne pouvez pas apprendre de nouvelles choses pendant que vous dormez.

Le sommeil vous permet de consolider ce que vous avez appris pendant la journée.

Pour rappel, votre mémoire fonctionne ainsi :

Vous apprenez des choses dans la journée, vous vivez votre vie, et votre cerveau crée des connexions neuronales pour relier toutes ces choses entre elles.

Et dans la nuit, votre cerveau stocke les informations, les classes et commence à créer ce qu’on appelle des souvenirs.

Vos informations deviennent plus solides et vous vous en souvenez encore le lendemain si vous faites vos répétitions espacées.

C’est le processus classique d’apprentissage, et le sommeil y joue un rôle crucial.

Mais là où ca devient intéressant, c’est qu’il semblerait qu’il existe un moyen de « hacker » ce processus nocturne !

Des études intéressantes

En 2007, des neuroscientifiques ont demandé à des gens d’apprendre et de mémoriser les endroits où étaient placés différents objets aléatoirement. Pendant qu’ils faisaient cet exercice, une odeur de rose était diffusée à la moitié des participants

Plus tard, lorsque les gens commençaient à s’endormir, les neuroscientifiques ont recommencé à diffuser l’odeur de rose.

Lorsqu’ils se sont réveillés, les gens qui avaient été exposés à l’odeur de rose se souvenaient bien mieux des lieux et des objets que ceux qui n’avaient pas été exposés à l’odeur.

Les neuroscientifiques en ont donc déduit que les gens qui avaient senti la rose avant de s’endormir avaient ainsi boosté sans le savoir le processus de consolidation des souvenirs car leur cerveau avait réussi à associer l’odeur aux lieux des objets.

Lorsque les gens ont senti l’odeur de rose le lendemain, cette dernière a donc agi comme un activateur de souvenir, ce qui a encore renforcé leur mémorisation.

Alors au début, c’était une seule étude, petite et isolée.

Mais Plus le temps passait, plus les études qui testaient l’expérience s’enchaînaient avec les mêmes conclusions.

Et vous savez quoi ?

Une étude a même réussi à démontrer que ça marche avec autre chose que les odeurs.

Ca marche aussi avec le son !

Quelques années après, des scientifiques ont demandé à des gens de placer 72 images d’objets à différents endroits sur un écran d’ordinateur.

A chaque fois qu’une image d’objet était posée, un son spécifique à l’objet était joué.

Par exemple, lorsqu’ils posaient l’image d’un chat quelque part sur l’écran, le participant pouvait entendre un « Miaou » représentatif.

On a dit aux participants que se rappeler de chaque objet plus tard leur rapporterait un certain nombre de points.

La moitié des objets valaient beaucoup de points, l’autre moitié avait peu de valeur.

Mais pour valider les points, les gens devaient se souvenir d’absolument tous les endroits de l’écran où ils avaient placé les images d’objets.

Je vous rappelle qu’il y en avait 72 quand même.

Même en utilisant des techniques ce n’est pas si facile !

Une fois que les participants ont placé leurs objets sur l’écran, ils sont partis faire une sieste de 90 minutes.

90 minutes, cela correspond à environ un cycle entier de sommeil justement.

Pendant que les gens dormaient, on a diffusé à la moitié d’entre eux 18 sons associés à des objets de faible valeur en points.

L’autre moitié des gens n’avaient pas de son diffusé.

Lorsque tout le monde fut réveillé, on leur a évidemment demandé de se souvenir du maximum d’images et de leur placement sur l’écran.

Evidemment, la plupart des gens se souvenaient assez bien de beaucoup d’images et de leur positionnement des objets à forte valeur en points.

Normalement si on vous demandait de faire cet exercice, vous feriez comme tout le monde, vous essayeriez en priorité de mémoriser les objets qui valaient le plus de points, en délaissant totalement ou presque ceux qui ne valaient pas grand-chose.

Mais ce qui est intéressant c’est que les gens qui avaient été exposés aux sons des 18 objets de faible valeur pendant la nuit avaient également tendance à bien mieux se souvenir de ces 18 objets et de leur place, alors qu’ils ne valaient pas grand-chose !

Tout comme les odeurs, les sons semblent jouer un rôle de consolidation pendant la nuit et de réactivateur le lendemain.

Et dans une autre étude, les scientifiques ont même réussi à démontrer dans le même type d’expérience que des gens qui apprenaient une langue et essayaient de mémoriser des mots avec lesquels on associait des sons mémorisaient mieux ces mots s’ils rejouaient ces sons pendant la nuit.

Ca veut dire quoi « se souvenaient mieux » ?

Ca veut dire : 10% mieux que quelqu’un qui aurait mémorisé sans les sons.

Ce n’est pas ouf, mais c’est quand même mieux, et sans faire d’effort en plus ! Plutôt pas mal non ?

Rappelez-vous : c’est le son qui sert de réactivateur, pas le mot ! Cela ne sert à rien de vous enregistrer des nouveaux mots dans les oreilles avant de dormir, vous ne vous en souviendrez pas plus le lendemain. ! C’est bien le son associé au mot qui va vous aider.

Comment apprendre en dormant

Maintenant, en dehors de ces études très intéressantes, que pourriez-vous faire pour hacker votre capacité d’apprentissage pendant le sommeil.

Et bien déjà sachez quelque chose de très important sur le sommeil et votre mémoire.

Lorsque vous apprenez quelque chose de totalement nouveau pour vous, il est bon de faire une sieste ou une micro sieste pour renforcer le processus de mémorisation de l’information, dans les 90 minutes qui suivent.

C’est pour cela que beaucoup d’étudiants pensent qu’ils mémorisent mieux la veille au soir. Ils travaillent, puis vont directement se coucher.

Mais ce n’est pas pareil qu’apprendre en dormant…

Il est inutile d’attendre le soir avant de vous coucher pour apprendre de nouvelles choses, les micro siestes aident particulièrement à mémoriser également. Et vous n’avez pas besoin de 90 minutes de sommeil.

Lorsque je mémorisais de nombreuses données, j’ai testé les micro siestes du temps de midi, tous les jours. Pour ne pas m’oublier et m’endormir pour de bon, je mettais mon alarme pour retourner à temps au boulot.

Très souvent mes siestes duraient quelques minutes. Et comme j’avais l’alarme, je pouvais fermer les yeux en toute sérénité.

Dans votre micro sieste, il va se passer deux choses :

  • La première c’est que votre cerveau va effectivement en profiter pour mémoriser et consolider les informations
  • La deuxième c’est que vous allez vous mettre à rêver en étant semi conscient. Ce qu’on appelle les rêves éveillés, ou les rêves lucides. Il y aurait énormément de choses à en dire, et ce sera sans doute le sujet d’une autre vidéo.

Je n’ai pas d’études scientifiques sur le sujet, mais lorsque je mémorisais tout le plan du métro parisien ou les 1200 premières décimales de pi, j’avais l’impression très nette que ma mémoire était beaucoup plus performante grâce aux micro siestes.

Aussi, je vous recommande de tester, surtout si peu de temps avant vous avez fait l’effort d’apprendre quelque chose.

Mais attention toutefois.

Imaginez que vous appreniez quelque chose de tout à fait nouveau, comme une nouvelle langue par hasard. Vous la parler pendant 1h. Vous stoppez, puis vous décidez d’apprendre une autre langue sans dormir.

Votre processus d’apprentissage va être considérablement parasité, et votre cerveau ne va plus être en mesure de créer des connexions neuronales solides. Il va parfois mélanger les deux langues.

Peu de gens apprennent deux langues en même temps, je suis bien d’accord,

Mais ce phénomène de parasitage intervient dans tous les domaines. Vous apprenez à taper au clavier avec vos dix doigts pendant une heure. Puis vous retournez à vos vieilles habitudes sans être allé dormir avant, votre cerveau ne va pas mémoriser votre nouvelle façon de faire.

L’idéal pour apprendre en dormant, reste donc de se servir du sommeil comme d’une vraie pause lorsque vous passez du temps à apprendre quelque chose, surtout si cette chose est radicalement nouvelle et que vous n’avez que peu de connaissances dessus.

Enfin, pour les petits malins : sachez que la privation de sommeil est évidemment contre-productive et faire une nuit blanche juste avant de passer des tests ruinera la qualité de votre apprentissage, car votre cerveau n’aura pas eu le temps de créer de vrais souvenirs.

Voilà, j’espère que cette vidéo vous aura plu et aura remis un peu d’ordre dans tout ce qu’on dit à propos du rôle du sommeil dans l’apprentissage. Maintenant vous y voyez plus clair !

Si votre problème n’est pas le sommeil mais la concentration, n’oubliez pas de jeter un œil à ma toute dernière masterclass, que vous pourrez trouver ici ou en description, comme les études que j’ai mentionné tout au long de cette vidéo :

A très vite et bon courage pour apprendre en dormant 🙂

Pour aller plus loin, je vous recommande le petit Top 10 des meilleures stratégies pour apprendre.

sing-post-cta-potion-de-vie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.