Non classé

QCM : comment les réussir ?

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Du point de vue d’un examinateur, le QCM (questionnaire à choix multiples) est un moyen rapide et facile de contrôler si vous avez retenu les notions les plus importantes.

Il peut ressortir les mêmes chaque année, sans changer le contenu ou presque.

En revanche, du côté de la personne qui passe le test, c’est une autre histoire ! Le stress, le doute, les erreurs d’inattention peuvent faire échouer même les personnes les plus préparées.

Je ne compte plus le nombre de fois pendant mes études où j’ai échoué à ce type de test alors que j’étais persuadé d’avoir fait un sans-faute ou presque.

Lorsque vous avez mémorisé l’intégralité de vos cours avec des techniques de mémorisation dans un palais mental par exemple, le QCM est l’épreuve la plus facile, car la bonne réponse sera devant votre nez.

Mais comment faire si vous n’avez pas eu le temps (ou la motivation, on ne va pas se mentir !) d’utiliser les techniques ?

Je vais vous partager les meilleures stratégies et conseils pour réussir vos QCM et éviter de perdre des points bêtement. Certains de ces conseils m’ont directement été donné par des profs qui avaient l’habitude de les rédiger, et d’autres sont issus de mes lectures sur le sujet.

Vous êtes prêts ?

Alors on y va !

QCM : survoler le tout avant de commencer

Lorsque vous recevrez votre QCM, la tentation est grande de vouloir commencer directement pour ne pas perdre de temps.

Pourtant, à ce stade votre cerveau ignore la quantité d’énergie nécessaire pour répondre à l’ensemble du questionnaire.

Et donc vous pouvez vous retrouver à passer beaucoup plus de temps que nécessaire sur certaines questions.

Au final, vous risquez donc de manquer de temps pour finir le QCM ! Ironique non ?

Le mieux avant de commencer est donc de survoler l’ensemble des questions.

En survolant l’intégralité des questions avant de commencer à répondre, vous aurez deux avantages :

Le premier, c’est que vous préparerez votre cerveau à l’ensemble de l’épreuve. En psychologie cognitive, on appelle cela l’amorçage.

Cela permet à votre cerveau de préparer à l’avance dans quelle partie de votre mémoire à long terme il va rechercher les réponses aux questions. Ce phénomène, quasi inconscient, vous fait donc en réalité gagner du temps.

En amorçant votre cerveau, vous rechercherez directement au bon endroit dans votre mémoire, contrairement à quelqu’un qui découvre chaque question et qui doit repartir de zéro dans sa recherche de réponse.

L’autre avantage à effectuer ce survol d’information, c’est que certaines questions vous donnent des éléments de réponses aux questions précédentes !

Un peu comme des indices supplémentaires. Cela peut vous aider à déduire quelques réponses en vous mettant sur la bonne voie.

Lisez chaque question attentivement deux fois. Je vous conseille vraiment de la répéter dans votre tête comme si quelqu’un vous parlait.

Si le QCM est à domicile car vous répondez à un cours en ligne, n’hésitez pas à répéter la question à voix haute pour stimuler votre mémoire auditive.

En lisant deux fois, vous éviterez de foncer tête baissée dans les erreurs d’inattention.

Vous éviterez aussi plus facilement les pièges comme les tournures de phrase comme par exemple :

« Entourez la bonne réponse » « entourez la ou les bonnes réponses » qui signifie que plusieurs réponses peuvent être choisies alors que vous n’en aviez imaginé qu’une seule.

Si vous prenez l’habitude de faire cela, alors vous vous éviterez beaucoup de points perdus bêtement, croyez-moi, je sais de quoi je parle !

QCM : utilisez vos deux modes de réflexion

Dans son excellent livre « on ne nait pas brillant, on le devient », Barbara Oakley met en évidence les deux modes de fonctionnement de votre cerveau : le mode concentré

(celui que vous utilisez pour répondre à un QCM par exemple)

et le mode diffus

(celui que vous utilisez de façon automatique lorsque vous faites des tâches faciles ou lorsque vous vous reposez).

C’est grâce à votre mode diffus que vous trouvez magiquement la réponse à des questions difficiles alors que faites autres chose !

Vous pouvez utiliser cela à votre avantage dans les qcm, voici comment :

Lors d’une question difficile dans votre QCM où vous hésitez sur la réponse, commencez par réfléchir quelques minutes de façon intense sur la question, puis sans répondre, passez aux questions suivantes.

Votre cerveau ne va pas oublier la question difficile, il va la traiter en arrière-plan.

Bien souvent, la bonne réponse émergera alors que vous serez en train de répondre à une question beaucoup plus facile, plus tard !

Usez un maximum de ces deux modes de fonctionnement de votre cerveau et ne restez pas bloqué sur les questions difficiles. Passez simplement à la suite pour faire travailler votre mode diffus.

Cela fait partie de votre stratégie.

QCM : méfiez-vous du biais de confirmation

En parlant de questions difficiles, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais bien souvent, vous avez une intuition qui se forme dans votre esprit lorsque vous hésitez beaucoup.

Parfois ces intuitions sont bonnes, mais bien souvent, elles vous mènent à l’erreur.

Dans système 1 Système 2 de Daniel Kahneman, vous découvrez que votre cerveau déteste les choses qu’il ne sait pas expliquer et qu’il va donc chercher à créer assez rapidement des intuitions. Ensuite, il va chercher à conforter sa première théorie pour éviter de perdre trop d’énergie à réfléchir et remettre en question ses intuitions.

En gros, il est parti sur une piste, et plutôt que de chercher d’autres pistes, il va chercher confirmer cette piste.

On appelle ce phénomène le biais de confirmation.

En terme de QCM, vous arrivez sur une question difficile et vous hésitez sur la bonne réponse. Cela arrive très souvent n’est-ce pas ?

Bien souvent, votre cerveau vous murmure son intuition première et votre réflexe est de choisir la bonne réponse qui viendra confirmer son intuition.

C’est comme cela que vous en arrivez à être persuadé d’avoir choisi la bonne réponse alors qu’en fait, vous n’avez que chercher à confirmer une intuition pour qu’elle ait l’air cohérente.

Pour éviter cela, sur les questions difficiles qui vous font hésiter, plutôt que de chercher tout de suite la bonne réponse, attachez-vous à éliminer d’abord une réponse que vous savez fausse, et tentez de vous expliquer pourquoi. De cette façon, vous prendrez plus de recul sur la question, et vous éviterez plus facilement les mauvaises intuitions.

En plus, chaque mauvaise réponse éliminée vous rapproche de la bonne réponse, ça peut donc aussi être une façon de gagner des points !

SI vous le pouvez, buvez un peu d’eau lors de votre QCM après quelques questions difficiles, même si vous n’avez pas soif.

N’oubliez pas que l’eau est le carburant de votre cerveau et que les minéraux peuvent lui donner un second souffle dans cette épreuve qui consomme énormément d’énergie.

Il n’y a pas besoin de boire beaucoup. Une simple gorgée suffit.

A force de voir défiler les questions, vous pouvez être affecté par ce qu’on appelle l’effet tunnel.

Cet effet peut vous rendre aveugle à tout un tas d’éléments important qui se passent autour de vous :

le temps qui passe, les indices qui peuvent vous aider pour des questions précédentes, des tournures de phrases qui vous piègent, etc.

Pour éviter cela, entre chaque question difficile, levez la tête, détournez le regard, clignez des yeux, inspirez, et passez à la suite.

Ces micro interruptions agiront comme une sorte de réinitialisation pour votre cerveau et cela vous aidera à rester concentré sur l’épreuve.

Essayez, je vous garantis que même si cela n’a l’air de rien, cela permet de réinitialiser votre cerveau et de garder votre attention à long terme.

Lorsque vous avez fini, relisez-vous pour être sûr que vous n’avez pas commis d’étourderies, mais attention lorsque vous le faites !

Ne changez vos réponses pour une autre QUE lorsque vous êtes convaincu à 100% que vous avez fait une erreur.

Souvent le doute et le stress peuvent vous faire prendre des mauvaises décisions alors que vous aviez sélectionné pourtant la bonne réponse.

Souvenez-vous du biais de confirmation !

Votre cerveau peut être tenté de vous faire douter et de vous faire changer vos réponses pour confirmer son intuition première..

Lorsque vous avez commis une erreur et que vous vous en apercevez à la relecture, vous sentirez comme si votre cœur arrêtait de battre un instant.

Donc CA c’est une étourderie.

Lorsque tout échoue

Lorsque tout échoue, que vous n’avez plus aucun moyen de trouver la bonne réponse, et qu’il n’y a plus que le hasard pour vous aider, voic quelques petites choses de dernière minutes qu’il est bon de savoir etg qui peuvent vous rapporter quelques points précieux :

Lorsque des réponses extrêmes sont mentionnées, comme « toujours » ou « jamais » par exemple, il y a de bonnes chances pour que ces réponses soient incorrectes car il existe peu de choses dans le monde qui n’ont absolument aucune exception !

Ensuite, si parmi les réponses vous avez deux exactes opposées, alors il y a de bonnes chances pour que la bonne réponse soit l’une des deux à la question. Exemple :

A-Kevin l’a fait

B-Kevin ne l’a pas fait

C-Léa l’a fait

D-Martin ne l’a pas fait.

La bonne réponse est sans doute A ou B car l’une de ces deux affirmations implique que l’autre est exacte.

Soyez vigilant, cela peut aider !

D’autre part, dans les réponses proposées, Lorsque vous voyez la mention : « toutes les propositions ci-dessus » ou bien « aucune des propositions ci-dessus », sachez que statistiquement, ces réponses se révèlent bien plus souvent être les bonnes réponses.

Enfin, dernière méthode ultime si VRAIMENT vraiment vous êtes largué et qu’il n’y a plus rien pour vous aider.

Je tiens cette astuce d’un prof :

Si une des réponses est beaucoup plus longue que les autres, il y a de bonnes chances que ce soit la bonne réponse car lorsque l’on a envie de formuler une affirmation exacte, on utilise naturellement beaucoup plus de mots par soucis de précision.

Surtout si c’est un prof qui a rédigé le QCM

Voilà j’espère que cette vidéo vous a plu et qu’elle vous fera gagner quelques points précieux lors de votre prochain QCM !

Pour me soutenir, sachez que la meilleure façon est de parler de la chaîne autour de vous et de m’aider sur Tipeee.

Un grand merci à ceux qui le feront, car chaque euro compte !

J’ai prévu énormément de cadeaux en contrepartie pour votre aide, donc n’hésitez pas à jeter un coup d’œil, vous serez surpris !

A très vite, et déchirez tout dans votre prochain QCM ok ??

Salut !

sing-post-cta-potion-de-vie

2 Commentaires

  • Haaa, la technique imbattable du QCM! C’est vrai qu’il y a de bonnes techniques et ce que tu proposes semble excellent pour s’en sortir avec de bons résultats.
    J’aimerais toutefois donner une contrepartie à ces astuces, et là on entre en phase de réflection philosophique.
    D’un côté c’est bien de savoir comment aborder un QCM pour ne pas se faire avoir par des tournures de phrases ou par le temps qui passe trop vite. Tes techniques (surtout les premières) permettent de se remémorer ce que l’on a appris.
    En revanche, j’ai personnellement un peu de mal avec les ‘astuces pour gagner des points’.
    Personnellement je parle plus de l’expérience d’enseignement de l’anglais langue étrangère. Certains tests reconnus tels que le TOEIC sont basés sur des QCM et malheureusement les techniques pour gagner des points faussent complètement la valeur du test (d’autant que toutes les questions ne valent pas le même nombre de points!).
    J’ai ainsi eu des élèves avec un score très acceptable du genre 750/990, mais qui pourtant avaient du mal à suivre en cours.
    D’où ma question philosophique, faut-il ruser pour obtenir un maximum de points, ou accepter que le test reflète notre niveau réel?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.