Concentration Mémoire

Palais Mental : le guide ultime

palais mental
Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Le palais mental ou palais de mémoire est sans doute la technique la plus puissante et la plus impressionnante pour booster votre mémoire. Je vais vous expliquer en quoi consiste cette technique, puis vous montrer comment vous pouvez l’utiliser dans une certaine mesure pour mémoriser vos cours, bien plus efficacement qu’avec les méthodes classiques.

Le palais mental, c’est quoi

Le palais mental est stocké dans votre mémoire épisodique et votre mémoire des lieux. Imaginez un endroit que vous connaissez si bien que vous pouvez y naviguer mentalement. Ce peut-être chez vous par exemple. Vous n’avez pas besoin d’être présent chez vous pour vous rappeler où sont rangés vos meubles, comment sont faites vos pièces, où sont rangés (normalement) vos fringues etc. Si je vous demande où peut-on trouver un stylo chez vous, vous sauriez me répondre. L’idée d’un palais mental est donc de stocker dans une gigantesque série de lieux que vous connaissez déjà (le « palais ») des informations que vous voulez mémoriser à très long terme (vos cours par exemple).

La technique du palais mental n’est pas nouvelle. Elle existe depuis la Grèce antique. mais elle a dernièrement été popularisée par deux séries : Tout d’abord The Mentalist dont un épisode en particulier (celui du Casino, saison 1) où Patrick Jane dit l’utiliser en expliquant son principe ou bien dans cette petite séquence (en anglais)

Ensuite, une hallucinante vidéo du mentaliste Derren Brown l’a de nouveau mise en avant en mémorisant les cartes du Black Jack. Là encore, c’est en anglais, mais depuis le temps que vous trainez sur Potiondevie, vous êtes bilingue non ? 😉

Enfin, l’ami Nico Pène m’a interrogé sur cette technique dans sa vidéo :

Plus récemment, c’est la série Sherlock qui en a reparlé avec notamment cette scène (oui en anglais aussi, mais c’est pas grave, car on comprend ce qu’il s’y passe). Ce que j’ai vraiment apprécié dans l’illustration de la technique dans la série, c’est le côté associatif des choses. On a un meilleur aperçu de ce qu’il se passe dans la tête de quelqu’un qui entre dans son palais de mémoire. Dans celui-ci, vous ne stockez pas des données de types « chapitres de livres entiers au mot près », vous y stockez des associations d’idées, des sons, bref vos souvenirs.

Ce qui veut dire que vous allez devoir transformer des cours difficiles en souvenirs mémorables, et comme dirait Napoléon : « C’est là que ça se Corse ! » Pas de panique, je suis là pour vous aider. Mais avant cela, voyons comment vous pouvez créer votre propre palais mental, comme Sherlock !

Comment créer votre palais mental

Etape 1 : créez le début de votre palais

J’aimerai que vous imaginiez un parcours que vous connaissez, une séquence de 10 lieux ou de 10 « points de repères » (comme par exemple un gros objet comme un frigo) dans un ordre que vous déterminez comme vous le souhaitez, tant qu’il a une logique pour vous.

Comme un bon exemple vaut mieux qu’un long discours, je vais partager avec vous le début d’un de mes palais mentaux (oui j’en ai plusieurs !)

  • Etape 1 : ma chambre.
  • Etape 2 : le hall d’entrée
  • Etape 3 : mon bureau
  • Etape 4 : le canapé du salon
  • Etape 5 : La télé du salon
  • Etape 6 : La cuisine
  • Etape 7 : La buanderie
  • Etape 8 : Les toilettes (oui, vous pouvez utiliser vraiment n’importe quelle « étape » dans votre palais de mémoire !)
  • Etape 9 : Le meuble de la salle de bain
  • Etape 10 : La douche

Ces 10 étapes forment le début de mon palais mental et correspondent grosso modo au parcours que je fais quand je me lève le matin et que je me prépare à aller au travail. Cette séquence d’étapes (lieux) est logique pour moi. Je sais que cela commence dans ma chambre, et qu’ensuite, il y a le hall, puis le bureau etc.

Ces lieux je les connais. Je n’ai pas besoin d’être présent physiquement pour pouvoir m’y déplacer mentalement. Un autre début de palais mental pourrait être des points marquants dans la rue que vous empruntez tous les jours pour aller à la fac, chez votre pote ou dans le quartier. Une porte de garage, un arrêt de bus, une enseigne de boutique flashy… tout ceci peut former le début d’un palais mental même si ce sont des lieux extérieurs.

Pourquoi choisir une séquence de lieux (ou étapes) dans un ordre précis ?

La séquence (l’ordre dans lequel vous choisissez vos étapes) est importante car elle vous permet de vous rappeler de l’ordre de ce que vous mémorisez. Par exemple : à l’étape 1, vous stockez la première partie de votre cours, à l’étape 2 la deuxième partie, etc.

Cela vous permet également de ne pas oublier des informations stockées en route ! Même si vous vous souvenez que vous avez des toilettes chez vous, vous pouvez oublier le fait que vous l’aviez choisi comme étape, et donc, perdre les informations que vous y aviez stockées !

Vous avez vos 10 étapes ? Bien ! A présent fermez les yeux et essayez de naviguer mentalement à travers chacune d’elle, dans l’ordre, un peu comme si vous faisiez un « voyage hors de votre corps ». Normalement, vous devriez arriver très vite à mémoriser vos 10 étapes.

La mémoire des lieux est la plus puissante que vous possédez, et le but est maintenant de l’utiliser en vous servant de votre palais mental comme d’un gigantesque hangar de rangement de vos cours 🙂

Etape 2 : Transformez vos informations en associations mentales

Vous n’allez pas stocker des phrases telles qu’elles dans votre palais mental. Vous devez trouver un moyen de les compresser (comme un fichier zip), de les symboliser, bref, de les synthétiser.

Pour cela, vous allez avoir besoin de les associer mentalement à quelque chose de plus mémorable qu’à une série de mots écrits sur un polycopié. Ces associations mentales doivent respecter plusieurs règles pour être vraiment mémorables.

  • Elles doivent être exagérées ou absurdes (si vous devez mémoriser « ballon », pensez à un ballon hors du commun, rose de taille gigantesque, avec des motifs dessus et pas un simple ballon classique que votre cerveau aura tendance à balayer car trop banal.)
  • Elles doivent faire appel à vos sens : Une association ce n’est pas que de la mémoire visuelle. Ce peut être une musique qui vous rappelle le bout de texte que vous cherchez à mémoriser, ou bien le son d’un mot de vocabulaire en anglais qui vous rappelle un mot bien français, comme dans cet exercice sur ma chaîne Youtube. Vous devez utiliser chacune de vos mémoire pour tenter de l’associer à quelque chose. Vous cherchez à mémoriser « Mitochondrie » par exemple ? Quelle odeur aurait une « mitochondrie » ? A quoi cela ressemblerait ? Quelle sensation cela vous procurerait-il au toucher ? Quelle bruit une mitochondrie ferait en se déplaçant ? Quel goût cela aurait ? Difficile d’imaginer n’est-ce pas ? Faites cet effort d’imagination, ou alors inventez totalement, mais il est important de solliciter tous vos sens.
  • Elles doivent être rapides : la plupart des erreurs des débutants qui cherchent à caser des associations dans leur palais mental vient du fait qu’ils cherchent une association « parfaite » qui représente exactement ce qu’ils cherchent à mémoriser. Ils ont peur de choisir quelque chose de très éloigné de ce qu’ils cherchent à mémoriser. Par exemple, lorsqu’ils cherchent à se souvenir d’un événement comme « les accords de Yalta », ils cherchent à associer le mot accord, puis Yalta et enfin à essayer d’imaginer le document des accords et ce qui est marqué dessus. C’est trop long. Le mot clé c’est « Yalta ». Vous n’avez pas besoin de mémoriser « accord ». Vous avez juste besoin d’une clé d’accès, d’un petit indice pour votre mémoire qui agirait comme un élément déclencheur et qui vous rappellerait le reste. On appelle cet élément déclencheur le « mot clé ». Et dans le cas des accords de Yalta, le mot clé c’est « Yalta ». Yalta ca me fait penser à « Malta » (Malte). Ca n’a strictement rien à voir avec « Yalta », ça ne s’écrit même pas pareil, mais quand je fais tourner en boucle « Yalta » dans ma tête, mon cerveau semble me proposer « Malta » et j’ai l’image d’une chanteuse de l’eurovision représentant ce pays et de la présentatrice qui dit « Malta ! ». On est bien loin de Staline et de la 2e guerre mondiale, mais j’ai juste besoin d’une association mentale rapide et instinctive. Prenez ce que votre cerveau vous propose lorsque vous faites tourner la notion en boucle dans votre tête. Lorsque vous voudrez mémoriser des cours sur une année, vous allez avoir énormément d’associations mentales à créer, alors autant être rapide !
  • Elles doivent être en mouvement : des associations mentales en mouvement sont beaucoup plus mémorables que statiques. Pour reprendre l’exemple du ballon, il est plus mémorable en train de rebondir sur votre fenêtre que posé par terre dans le hall. Imaginez vos associations mentales en mouvement

Si vous voulez maîtriser l’art de créer les associations mentales, je vous recommande l’exercice contenu dans les secrets d’une bonne mémoire ou de vous entraîner sur les jeux du site.

Important : Cela peut paraître évident, mais il ne sert strictement à rien d’essayer de mémoriser quelque chose dont vous ne comprenez pas le sens dans un palais mental. Comment faire pour savoir si vous comprenez ce que vous cherchez à mémoriser ? Tout simplement en respectant cette philosophie :

palais mental

Exemple : comment enseigneriez-vous le mot « marketing » à un enfant ? Avec des mots simples, et avant qu’il ne décroche ? SI vous êtes capable de le faire, alors vous le comprenez, et donc vous pouvez l’associer mentalement.

Ma proposition : « le marketing ? C’est savoir vendre ».

Deux mots, mais qui décrivent la notion en question en des termes accessibles et qu’un enfant pourrait comprendre. En tant qu’adulte, je sais que c’est plus compliqué que cela, mais j’ai réussi à le synthétiser en 2 mots. Et cela veut dire que je peux le stocker efficacement dans mon palais mental !

Que faire quand vous avez du mal à comprendre des notions ou des concepts à mémoriser ?

Parfois les cours sont très compliqués avec plein de nouvelles notions. Comment faire alors pour éclaircir tout ça ? En faisant cela :

  • Demander à quelqu’un de vous l’expliquer (tout le monde sait qu’il faut le faire, personne le fait)
  • Chercher activement des exemples (cela vous donnera par la même occasion des idées d’associations, donc vous gagnez du temps en le faisant)
  • Utiliser l’information : en cherchant à la replacer dans une conversation par exemple, un peu à la manière du jeu du vocabulaire dont je parlais il y a quelques temps.
  • Rendre l’information fun. A quoi pouvez-vous relier cette information difficile ? Même si votre référence n’a rien à voir, sachez que cela fonctionnera. A titre d’exemple, je reliais très souvent des informations difficiles à des jeux vidéo auxquels je jouais (ex : « ah oui, cette molécule, ca fonctionne exactement comme le système des compétences dans World of Warcraft)

Lorsque vous utilisez un palais mental, ce sont ces associations (images, sons, bribes de souvenirs) que vous allez rechercher, et ce sont elles qui vous rappelleront l’information exacte. Vous ne stockez pas l’information elle-même.

palais mental

Dans cette illustration, Sherlock va dans une pièce de son palais mental (sans doute celui qu’il a crée pour la culture générale!) et recherche des associations concernant la notion de « modèle de liberté ». Cela lui rappelle la devise Française : « Liberté, égalité, fraternité », ce qui lui rappelle la Marseillaise, qui lui rappelle autre chose, etc. jusqu’à ce qu’il trouve l’information exacte.

Ce type d’enchaînement (ceci me rappelle cela qui me rappelle ça) s’appelle une chaîne d’associations. Et votre cerveau est particulièrement doué pour le faire. Quand vous aurez pris l’habitude d’utiliser votre palais mental, vous allez tout naturellement réutiliser des associations que vous aurez utilisées pour d’autres mémorisation, un peu comme si vous disposiez d’une banque d’icônes mentale gigantesque. Lorsque vous en serez à ce niveau, je vous recommande de vous lancer dans des défis mémoire pour vous donner une super confiance en vous ! Pourquoi ne pas essayer d’apprendre le squelette humain en 2h par exemple ?

Testez votre palais mental maintenant !

OK, grâce aux deux étapes de la partie précédente, vous savez qu’il faut stocker vos associations mentales dans une séquence de lieux que vous avez déterminé à l’avance (le fameux palais mental en question)

Comme Sherlock, vous ne stockez pas les informations complètes, mais des repères, des mnémotechniques, des bribes d’informations. Il est à présent temps de mettre ceci en pratique avec un exemple. On va le faire ensemble 🙂

palais mental exemple

Prenez votre séquence des dix lieux que vous avez choisis précédemment. Pour l’exemple, je vais choisir la liste que je vous ai donnée en exemple précédemment.

A la première étape, associez l’image d’une bouteille d’eau. Attention de bien respecter mes consignes, c’est à dire une image qui sort de l’ordinaire, qui utilise vos sens, en mouvement et en interaction avec votre lieu.

Etape 1 :

Le lieu numéro 1 de mon palais mental est ma chambre. Je dois stocker la bouteille d’eau dedans. J’imagine une bouteille d’eau gigantesque en train de se déverser sur mes draps. C’est tout mouillé !

Explication :

La bouteille gigantesque est une image mémorable. Elle se déverse sur les draps, ce qui ajoute la fameuse interaction avec le lieu du palais mental. La sensation de mouillé est un détail de plus qui aide à la mémorisation en faisant fonctionner la mémoire kinesthésique. Surtout ne mémorisez JAMAIS une simple bouteille banale parce que vous voyez le mot « bouteille ». C’est l’une des pires erreurs. Votre cerveau déteste les images banales et chiantes.

Etape 2 :

Dans votre deuxième lieu, imaginez une montgolfière. Si vous avez du mal à vous le représenter, regardez dans google image, tout simplement. C’est important de prendre ce réflexe d’éclaircir tout ce que vous avez du mal à vous représenter. Sachez qu’il existe des montgolfières carrées, ce sera donc parfait pour me créer une image mémorable.

Mon deuxième lieu de palais mental étant le hall d’entrée, il me faut un moyen de relier les deux. Ma Montgolfière carrée va donc rebondir sur le plafond du hall jusqu’à éclater contre le lustre. BOOM ! Le bruit (mémoire auditive) est effrayant !

Etape 3 :

L’association à caser dans votre palais mental : des piles. Exemple perso : mon 3e lieu est mon bureau. J’imagine qu’à la place des pieds de mon bureau se trouvent 4 piles gigantesques. Le tout n’est pas très stable, et bouge beaucoup, alors tout menace de s’effondrer ! N’oubliez pas la notion de mouvement dans vos associations.

Etape 4 :

L’association à caser dans votre palais mental : un baril. Exemple perso : mon 4e lieu est le canapé du salon. J’imagine un baril en bois vermoulu rebondir sur la méridienne de mon canapé. Je prends le temps d’imaginer l’aspect vermoulu (mémoire visuelle) car c’est ce détail qui rend le baril extraordinaire.

Etape 5 :

Association à caser dans votre palais mental : bords. Exemple perso : mon 5e lieu est la télé du salon, et ici ce n’est pas évident, car je dois stocker des « bords ». Le type d’association typiquement très difficile à imaginer. Bon, « bords » ca me fait penser à quoi ? Le bord de l’eau ? Des rebords de fenêtre ? Bora Bora ? (Le mot ressemble !) ou bien Boar (sanglier en anglais) ? Je vais imaginer le bord d’une piscine. Je dois associer mon bord de piscine à ma télé. J’imagine que ma télé est allumée sur les Jeux Olympiques. C’est l’épreuve du plongeon. Le plongeur s’apprête à sauter. Il s’élance et glisse sur le bord de la piscine, ce qui le fait tomber et…. traverser ma télé ! Ca c’est une association qui va rester en mémoire et qui respecte les critères !

Etape 6 :

Association à caser dans votre palais mental : des spaghettis carbonara (et rien d’autre !). Mon exemple : mon 6e lieu est ma cuisine. Cela peut sembler être évident avec les spaghettis, cela va bien ensemble, mais attention, c’est un piège ! Votre mémoire balaie ce qui est banal et évident. Vous allez devoir rendre ces spaghettis carbonara mémorables. J’imagine Max. Max est mon pote et sa spécialité, c’est les Carbo. A tel point qu’on a donné un surnom à sa spécialité : les Carbonamax ! J’utilise ici un souvenir lié à une anecdote personnelle. Il s’agit de la mémoire épisodique, et je vous recommande d’utiliser ce genre d’astuces et de liens chaque fois que c’est possible pour vous garantir une mémorisation puissante et durable.

Etape 7 :

Association à caser dans votre palais mental : Mazout. Dans mon exemple, le 7e lieu de mon palais est la buanderie. Dans cette pièce, j’ai la machine à laver. Je décide d’imaginer la machine à laver faire énormément de bruit, tourner, puis s’ouvrir toute seule en vomissant du mazout. C’est parfait et suffisamment mémorable. N’hésitez pas à y ajouter votre mémoire des odeurs également lorsque vous avez de tels éléments.

Etape 8 :

Association à caser dans votre palais mental : bouteille d’oxygène. Mon 8e lieu : les toilettes. Pour une raison inconnue, une bouteille d’oxygène bouche les toilettes. Je vois le sommet de la bouteille sortir des toilettes. La pression est énorme et les toilettes menacent d’exploser. Je sais, c’est n’importe quoi, mais lorsque vous mémoriserez des choses plus compliquées que des mots, il vous faudra ruser et créer vos propres histoires mémorables.

Etape 9 :

Association à caser dans votre palais mental : dentifrice. Mon 9e lieu : le meuble de la salle de bain. J’imagine un gros coeur dessiné en dentifrice dégoulinant sur le miroir de ce meuble. Cela suffit si vous prenez le temps d’imaginer cette scène.

Etape 10 :

Association à caser dans votre palais mental : une enseigne lumineuse. J’imagine une enseigne lumineuse Coca Cola dans la cabine de douche. Celle-ci est en marche, et tout disjoncte. J’imagine les étincelles, la fumée, et le bruit que cela ferait, tout comme l’enseigne qui clignote une dernière fois avant de rendre l’âme. Tellement de sens impliqués dans cette association mentale qu’elle en devient plutôt facile à mémoriser.

palais mental revue

Bien, passons maintenant en revue votre palais mental, on va voir ce que cela donne !

 

La restitution de votre palais mental

On va faire le test maintenant. Est-ce que vous pourriez restituer les éléments que vous avez stocké dans votre palais rien qu’en y déambulant mentalement, sans tricher ? Lorsque vous vous baladez dans votre séquence de lieux choisis au tout début, arrivez-vous à retrouver vos histoires mentales ?

Si vous avez a fait l’exercice correctement, alors oui, c’est très net.

Si ce n’est pas le cas, voici les causes possibles :

  • Vous n’avez pas pris suffisamment le temps de créer vos associations et de les imaginer : elles n’ont donc pas eu le temps d’être mémorisées.
  • Vos associations sont trop banales (vous avez vu : bouteille d’oxygène, alors vous avez visualisé une bouteille d’oxygène, grosso modo, sans détail particulier, vous êtes tombé dans un piège classique)
  • Vous n’avez pas crée d’interaction entre votre association et votre palais mental : cette interaction entre l’image et le lieu est importante, car il s’agit de ce qui va « coller » cet élément dans votre mémoire.
  • Vous n’avez pas compris ce que vous cherchiez à imaginer (ex : vous avez vu « mazout » mais vous ne savez pas trop ce que c’était alors vous avez essayé d’imaginer le mot lui même) : éclaircissez toute chose que vous ne comprenez pas sinon rien ne fonctionnera
  • Vous n’avez pas fait l’exercice car cela vous semblait trop compliqué ou long : c’est de la paresse ou de la procrastination. Malheureusement, personne ne va passer d’exams à votre place donc à vous de voir. Il existe des solutions contre la procrastination.

palais mental sherlock

Le palais mental adapté à vos cours

Vous avez pu mémoriser vos éléments dans votre palais mental de façon

C’est tellement net que vous pourriez restituer les éléments dans l’ordre, dans le désordre, et sans en oublier un seul. Imaginez un peu si à la place de ces bêtes éléments c’était vos cours les plus importants. Ce serait cool non ?

C’est un peu ce que vous venez de faire en fait. Je m’explique :

Les associations que j’ai choisi représentent les 10 premiers éléments du tableau périodique des éléments chimiques :

  1. Hydrogène
  2. Hélium
  3. Lithium
  4. Berrylium
  5. Bore
  6. Carbone
  7. Azote
  8. Oxygène
  9. Fluor
  10. Néon

Chacun de ces éléments chimique, je l’ai symbolisé par une association mentale qui agit comme une « poignée » pour votre mémoire. Cette poignée rend la mémorisation plus facile.

Hydrogène devient « une bouteille d’eau » car hydro me fait penser à hydrater.

Hélium, c’est avec quoi on gonfle les montgolfières pour qu’elles s’envolent

Les piles sont faites pour la plupart avec du lithium. Le baril est un mot qui ressemble au bérylium. le bord de la piscine pour le bore, les spaghettis carbonara pour le carbone, le mazout pour l’azote (juste parce que les mots se ressemblent), la bouteille d’oxygène pour l’oxygène, le dentifrice pour le fluor, et l’enseigne lumineuse pour le néon.

Certaines de ces associations n’ont pratiquement rien en commun avec ce que vous cherchiez à mémoriser, sauf une vague ressemblance de la prononciation du mot. Ce n’est absolument pas grave car cela fonctionne du tonnerre quand même !

Synthétisez vos cours

Vous l’avez compris tout au long du processus : pour mémoriser des cours avec un palais mental, vous allez devoir stocker des associations mentales sous formes de mini images qui symboliseront à elles seules une partie de votre cours.

Il est donc MEGA important de choisir les bonnes associations. Sur Potiondevie, j’ai l’habitude d’appeler ces associations les « mots-clés » : ce sont les mots de votre texte sans lesquels vous ne pouvez PAS comprendre le sens de votre cours. Cela demande une qualité qui devient très rare (mais également très précieuse de nos jours) : l’esprit de synthèse.

L’article en lien vous donne un exercice simple et difficile à la fois : simple parce qu’il faut 5 secondes pour le comprendre, et difficile parce qu’il est assez exigeant. Mais je peux vous garantir qu’il s’agit du meilleur exercice pour trouver des mots clés. Vous aurez beau en chercher d’autres, celui-ci vous fera vraiment progresser.

Tous les types d’informations ne se synthétisent pas de la même manière. Par exemple, pour les schémas, graphiques, diagrammes, cartes du monde, le plus simple est tout simplement de les reproduire plutôt que de chercher à les caser dans un palais. Redessinez les à la main, car cela va faire travailler votre mémoire kinesthésique, celle des émotions et des mouvements.

Par curiosité, vous devriez essayer de taper dans le moteur de recherche du site des requêtes comme « comment mémoriser…. » suivi de votre type d’information, car il y a de bonnes chances pour que j’aie écrit un article sur votre sujet. Potion de Vie dispose de pas loin de 500 articles sur des thématiques parfois ultra-précises, et j’essaie d’y mettre un maximum d’exemples à chaque fois. Le site est régulièrement qualifié de « mine d’or » par les lecteurs, ce qui est à chaque fois une fierté et un honneur à mes yeux.

La technique du mot par paragraphe

Une autre technique pour vous apprendre à synthétiser qui marche également du tonnerre est celle du mot par paragraphe. La langue française est ainsi faite : chaque paragraphe développe une idée. Ce qui veut dire que techniquement, une seule association pourrait suffire à mémoriser l’ensemble du paragraphe 🙂

Plus facile à dire qu’à faire, mais pourtant c’est quelque chose que je vous recommande de vous entraîner à faire à chaque fois lorsque vous galérez à choisir la bonne association.

Agrandir votre palais mental

palais mental

Evidemment, un palais mental qui comporte 10 étapes (ou pièces) ne va pas vous permettre de mémoriser tout un programme d’une année ou beaucoup de choses ! Vous allez devoir l’agrandir.

Comment faire ?

La solution la plus naturelle consiste à continuer le « voyage » que vous faites dans votre tête lorsque vous déambulez à l’intérieur de vos lieux. On pourrait par exemple très bien imaginer que je continue mon périple en dehors de mon appartement, que je choisisse des points de passage le long de la route qui mène à la boulangerie, puis au boulot, puis au restaurant du coin, le bowling, la piscine. Je pourrai même entrer dans la piscine et choisir des lieux, même si je n’y suis allé que 2 ou 3 fois dans ma vie !

En fait, tout peut devenir une étape ou une partie de votre palais de mémoire, car votre mémoire des lieux est la plus puissante à votre disposition. Votre palais mental n’a pas besoin non plus de « logique » particulière. Par exemple si j’avais envie d’ouvrir la porte de ma chambre et d’y coller à la place toute la piscine municipale et bien je pourrai. Votre cerveau connait déjà les lieux que vous choisissez, alors peu importe que vous les colliez entre eux, vous saurez vous y repérer, tant que c’est vous qui décidez de l’ordre et de l’enchainement des étapes et pas qu’on vous l’impose !

A partir de là, votre palais peut s’étendre à l’infini, vous pouvez faire une succession de lieux quasi infinie. Il vous restera à travailler votre imagination pour faire de vrais palais infinis. Si vous manquez d’idées, sachez que j’ai construit pour vous 50 idées de palais mentaux pour vous aider.

Si vous êtes créatif, vous pouvez même créer, dessiner ou agrandir votre palais mental à partir de rien, vous pouvez juste l’imaginer, le dessiner, vous servir de lieux existant seulement dans les jeux vidéo… Tout peut vous servir à créer un palais mental contenant l’ensemble de tout ce que vous connaissez sur terre.

Maintenant c’est à vous de jouer et de devenir l’architecte de votre mémoire !

sing-post-cta-potion-de-vie

37 Commentaires

  • Merci beaucoup cette article répond a tous mes doutes même ceux sur la synthèse je crois t’avoir expliqué que parfois je me retrouvais avec 30 à 40 mot c.a.d 40images donc 40 lieux de passages c’est pas impossible le lecteur de pdv le sait. Mais……. Le temps à mettre a contribution pousse direct a se rabattre sur le par coeur…..
    Du coup la technique du mot par paragraphe change complètement la facons de voir le cour.. Je m’y …..mets
    Et pour la surprise à la fin je m’y attendais jyp qui fais mémorisé 10 mot bidons a ses lecteurs ???? Nonnnnn!!¡!!!!!
    Merci encore
    Un dernier truc comment introduire les formules dans le voyages ??????
    Une fois de plus merci pour tes articles…. Que vive la pédagogie mnémonique !!!!!!!!!!¡ :))

    • Salut O’Neal ! Les formules c’est plus chaud pour mettre dans un palais, vaut mieux les apprendre une par une par technique d’association, merci pour ton commentaire, j’ai vraiment mis beaucoup de temps à écrire cet article

  • Salut Jean-Yves, j’ai étudié ma leçon de physiologie avec les techniques, et je peux te dire que plus tu pratiques moins de temps tu prends à retrouver les informations.( j’ai même plus besoin de 5 secondes pour restituer les parties du reins et les définir, puis les images diminués peu à peu et a la fin t’as besoin que d’une seule petite image pour te rappeler de beaucoup de mots) woww. Merci pour cet article et à très vite
    TF#1

  • Salut jean yves
    Comment peut on créer un voyage pour la culture générale ? Tu en parlais pour scherlock. Je ne vois pas quel type d’information on peut y ranger, ce serait en quelque sorte un voyage » fourre tout »…

  • Cela reviendrait à caser tout ce que l’on connait dans des voyages.d’accord.
    Mais alors, il faudrait peut être tenir une liste avec tout ce que l’on connait, et y marquer toutes les nouvelles connaissances à chaque fois que l’on apprend quelque chose, non ?
    Comme ça, on pourrait effectuer des répétitions de temps en temps, en étant sur de rien oublier

  • Excellents rappels 🙂
    Quelques remarques :
    « au mot prêt » : près
    « une bonne chance que j’ai écris un article » : que j’aie écrit
    « vous saurez vous y repérez » : repérer

  • Simplement parfait Jean-Yves ! C’est exactement ce qu’il me fallait pour mieux comprendre le palais de mémoire. En fait c’est très simple :D. Comme toi, j’essaie d’apprendre à apprendre en bloguant. Je trouve que c’est la meilleure méthode !

  • Salut,

    supposons que je retourne en primaire et que j’apprenne ces chapitres de maths :
    Chapitre 1 : L’addition
    Chapitre 2 : La soustraction
    Chapitre 3 : La multiplication
    Chapitre 4 : La division.
    Je me suis posé une question : est-ce qu’on « reset » le voyage entre chaque chapitre (que ce soit ici ou dans d’autres exemples) ? Est-ce qu’on « reset » le voyage si j’ai décidé d’utiliser le même pour la géométrie et le calcul et si j’ai fini le programme de calcul ?

    Merci d’avance pour la réponse, Jean-Yves

  • Bonjour Jean-Yves, le palais de la mémoire, Idriss Aberkane en parle dans son livre mais ton article est beaucoup plus complet à ce niveau là je dois dire. Merci donc pour cette somme sur ce fameux palais, je commence à en ériger un dès à présent! 🙂

  • Salut, tu préconise d’espacer les étapes du voyage d’au moins un mètre, mais si ce sont des petits personnages qui ne prennent pas beaucoup de place, les rapprocher ne pose t-il plus de problème ?
    Ou ce n’est pas une question de dimension de l’image ?

    • Si tu fais en sorte que tes personnages soient touts petits alors oui, la méthode « minipouce » peut marcher, et du coup tu peux en caser plus, c’est une bonne idée, mais pas immédiatement pour un débutant 😉

  • et j’aurais également une autre question …
    pour des listes plus ou moins longues, je sais qu’il faut utiliser le voyage, mais pour quelques informations qu’il n’est pas nécessaire de retenir dans l’ordre, que faut-il faire ?
    Je prends un exemple : les neuf muses de la mythologie…
    Je rencontre parfois le problème de ne pas savoir quel voyage choisir( ou je n’en trouve pas un qui corresponde). Alors faut-il utiliser les premières lettres des noms de chaque muse pour créer un mot ou une phrase?
    Ou bien créer une association en chaine (Ce qui est toutefois plus délicat)?

  • ou même simplement une liste que l’on souhaite retenir plus ou moins à long terme ( je parle ici de jamais plus de 12-15 éléments)

  • […] Palais mental : le guide ultime – Mémorisez comme Sherlock ! Le palais mental ou palais de mémoire est sans doute la technique la plus puissante et la plus impressionnante pour booster votre mémoire. Je vais vous expliquer en quoi consiste cette technique, puis vous montrer comment vous pouvez l’utiliser dans une certaine mesure pour mémoriser vos cours, bien plus efficacement qu’avec les méthodes classiques. Le palais mental, c’est quoi Le palais mental est stocké dans votre mémoire épisodique et votre mémoire des lieux. Imaginez un endroit que vous connaissez si bien que vous pouvez y naviguer mentalement. Ce peut-être chez vous par exemple. Vous n’avez pas besoin d’être présent chez vous pour vous rappeler où sont rangés vos meubles, comment sont faites vos pièces, où sont rangés (normalement) vos fringues etc. […]

  • BONJOUR a tout le monde ?
    Comment vas-tu JY ?
    Cela fait longtemps que je lie les articles de potion de vie, et c’est aujourd’hui la première fois que je poste un message. Je voulais tout simplement te remercier de prendre de ton temps pour les autres, c’est génial.
    J’ai choisi de poster ce message su cet article car je le trouvais très bien, et il conclut la série de conseils sur les voyages.

  • Et aussi, je voulais juste savoir combien de temps tu mettais en moyenne pour écrire un article, et si leur sujet te venais comme ça, ou alors si tu sais depuis longtemps tout les articles que tu vas rédiger, en les entrant au fur-et-à-mesure ?
    Car en tout cas, ce site est la caverne d’Ali baba, en ce qui concerne la mémoire

  • bonjour jean yves j’ai acheté ton nouveau livre et très chargé avec pas mal d’info merci
    est il possible de se contacter via mail pour une demande spécifique?
    encore merci

  • Une mémoire en béton… mon rêve, car depuis que je suis épileptique j’oublie de plus en plus de choses importantes. Est ce qu’un tel édifice permettrait de stocker mes infos plus longtemps ? Ou dois partir du principe que j’oublierai de toute façon dans quel placard de mon palais j’ai rangé mes photos de vacances ?
    Merci de votre réponse et super site soit dit en passant. J’aime bcp.

  • Bonjour,
    Merci pour cet article très agréable à lire et à mettre en pratique.
    J ai deux questions :
    1. La technique du palais mental permet de retenir des listes à 1 dimensions quel serais ton conseil pour assimiler plusieurs informations sur un même élément.
    pour reprendre l exemple du tableau périodique des éléments chimiques.
    Grâce à toi maintenant je me souviens des 10 premier élément mais je ne sais pas à quelle famille ils appartiennent (Métaux alcalins, gaz nobles…) ou encore leur symbole chimique (H, He…).
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/91/Tableau_p%C3%A9riodique_des_%C3%A9l%C3%A9ments.svg

    2. si j utilise le même palais mental pour deux liste différents est ce que je ne vais pas mélanger les différents parcours dans ce même palais ?

Laisser un commentaire