Concentration Mémoire

Comment réviser en groupe

réviser en groupe
Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Réviser en groupe est un article écrit par Valentin du blog Marginal SUP pour Potion de Vie 🙂

Réviser en groupe peut être une aide formidable durant les examens.

Soutien émotionnel, déstressant, meilleure mémorisation, motivation et rigueur, de nombreux avantages parfois difficiles à se procurer seul.

Cependant, si certaines conditions ne sont pas respectées, si certaines règles ne sont pas établies, alors travailler en groupe peut s’avérer être un véritable fiasco.

Car, en effet, s’organiser à 3, 4 ou 5 n’est pas chose aisée.

C’est pour cela qu’aujourd’hui vous allez découvrir les fondamentaux à mettre en pratique tout de suite pour travailler efficacement en groupe.

Réviser en groupe : Mes erreurs

Lorsque j’étais encore en faculté de psychologie, il y avait un petit groupe avec lequel je m’entendais vraiment bien.

Nous étions 4 et passions le plus clair de notre temps ensemble.

Alors quand vinrent les premiers examens, travailler ensemble fut pour nous une évidence. A cette époque, j’habitais dans une résidence universitaire assez sympa, avec une grande salle aménagée au rez-de-chaussée dans laquelle nous pouvions aisément nous éparpiller.

Les premiers jours furent agréables et productifs. Trois d’entre nous visions même les 3 premières places (sur 1200). Le matin, le midi et le soir, nous mangions ensemble, et si j’avais eu de quoi les loger dans mon appartement, je l’aurai sûrement fait.

Puis, au bout de 2, 3 jours, quelques-uns d’entre nous ont décidé d’inviter 2-3 personnes avec qui on s’entendait bien et qui galérait franchement dans leurs études.

Grosse erreur

Le problème n’était pas du tout qu’elles galéraient, cela aurait au contraire pu même nous aider (en réexpliquant les concepts, on les retient mieux). Mais ces personnes parlaient sans arrêt. Et pas des cours.

Notre salle paisible s’est vide transformée en un refuge de commérage, et le groupe s’est scindé en 2, une partie qui travaillait, une partie qui bavardait puis demandait ce qui s’était passé, quels cours on travaillait, sur quel QCM on s’entraînait. Le tout en bavardant sans aucune gêne pour les décibels.

De 4, nous passions à 3, commencions à nous isoler de plus en plus, attendions avec une impatience grandissante la pause clop’ (je fumais encore à l’époque).

Et personne n’a atteint le top 3.

A qui la faute ?

Sûrement pas celle des pipelettes, ou celle de ceux ayant invité des pipelettes. C’est la mienne et uniquement la mienne.

Pourquoi ?

Parce qu’en tant qu’organisateur, je n’ai pas rempli mon rôle. J’aurais dû imposer une organisation aux nouveaux arrivants, car c’est comme cela qu’on bossait, j’aurais dû imposer des règles, car ce sont ces règles que l’on respectait avant sans avoir à les énoncer. J’aurais dû leur parler frontalement de leurs bavardages, sans langue de bois et sans détour, pour qu’elles arrêtent.

Ou bien j’aurais dû simplement refuser les nouvelles car tout se passait bien à 4.

Personne n’a été dans le top 3, mais surtout nous n’étions que 2 à avoir notre semestre sans rattrapage.

Ne faites pas les mêmes erreurs

A cette époque, je ne faisais pas trop attention à l’ensemble des méthodes d’apprentissage, du contexte, de la concentration, etc. Je ne m’intéressais qu’aux techniques de mémorisation, j’étais un solitaire qui travaillait avec d’autres solitaires.

Je ne m’en rends compte que maintenant, et si j’avais eu conscience de ce genre de caractéristique avant, il n’y aurait pas eu de problème.

Alors surtout, ne répétez pas les mêmes erreurs que moi. Dans cet article, je vais allier mes connaissances à mon expérience pour vous expliquer comment travailler efficacement en groupe.

Et un travail efficace, ça commence avant même la première session.

Avant de réviser en groupe

Comme la guerre ou les batailles, les victoires sont définies avant la première passe d’arme.

Des règles et de l’organisation

Si vous espérez être efficace, il y a des points à écrire noir sur blanc, auxquels tout le monde doit adhérer.

Vous ne pouvez pas commencer comme si de rien était à travailler ensemble et espérer raisonnablement que tout se passera bien. A ce niveau, c’est une question de chance.

Alors, sans être trop stricte, voici les points que vous pouvez définir ensemble

  •                Qui peut venir travailler dans ce groupe ?
  •                Quand peut-on parler, s’interrompre, etc ?
  •                Quelles matières/épreuves sont à travailler chaque jour ?
  •                Qui ramène quoi (café, repas) ?

Et oui le dernier point est important pour éviter des querelles inutiles.

Ces points sont peu nombreux mais permettent à eux seuls de donner le rythme au groupe. Même si vous êtes solitaires, vous travaillez les mêmes sujets. Vous avez besoin de parler, mais vous respectez le besoin de calme de chacun. Aussi, le groupe se retrouve limité en taille (personnellement, je pense que 5 est le maximum pour rester productif).

Bien choisir vos équipiers pour réviser en groupe

Vous partez à la guerre ensemble. Donc, vous devez vous entourer de personnes de confiance, qui vous tirent vers le haut même si elles ont un moins bon niveau que vous.

C’est d’une importance primordiale.

Et qui dit “bien choisir” dit “savoir virer”. Si le geste est mal perçu, c’est très probablement que la personne choisie était justement la mauvaise. N’ayez pas peur (en tant qu’organisateur) de virer vite, fermement tout en vous expliquant clairement à la personne concernée.

Rien de pire que le drama de groupe lors des révisions.

Maintenant, pour bien choisir, il y a 4 critères à prendre en compte :

  • Appréciez-vous la personne ?
  • Partagez-vous les mêmes intérêts du fait de travailler ensemble ?
  • Cette personne vous donne-t-elle de l’énergie ? (il faut donner pour recevoir)
  • L’ego de cette personne passe-t-il avant ses examens ?

Si, pour un membre potentiel du groupe, vous répondez “oui”, alors vous devriez oublier. Choisir ses équipiers n’est pas une tâche aisée, j’en parle plus en profondeur dans cet article.

Pendant les sessions de révisions

Le plat de résistance, si vous le voulez bien.

En fonction des gens avec qui vous étudiez, le déroulement des sessions diffèrent. Cependant, il y a certains points communs, peu importe les règles que vous vous êtes fixés.

Réviser en groupe : Interactions et discussions

Deux choses à ne pas confondre.

Les discussions, c’est pour les pauses. Ce sont des moments de détente, de relaxation. Vous ralentissez le temps d’un café ou d’un repas afin de bien reprendre.

C’est aussi en fin de session que l’on profite pour discuter. Cela resserre les liens entre les membres et améliore la cohésion du groupe.

Mais la discussion n’est pas synonyme d’interaction.

Lorsque vous travaillez, les échanges sont en rapport avec le cours, et respectent les quelques règles mises en place. Si vous décidez de travailler avec la méthode Pomodoro, alors définissez l’objectif de chaque tranche de 20 minutes.

Si les 20 minutes sont en solitaire, silence. Si elles ont pour objectif de mieux comprendre un cours, c’est le moment d’échanger sur le cours. Vous comptez réaliser un QCM : vous le faites puis correction commune, avec question en cas d’erreur de l’un des membres.

Encore une fois, tout dépend de l’organisation que vous avez établie à l’avance pour réviser en groupe. Mais pour votre efficacité comme pour celle des autres membres, respectez les moments d’interaction et ne la cofondez pas avec le papotage.

Prenez soin de l’énergie du groupe

Il est commun de voir l’énergie du groupe baisser, entraînant avec elle la motivation des membres. Prêtez-y attention, il suffit d’une seule personne démoralisée pour entraîner l’ensemble.

Cela arrive à tout le monde, alors soyez bienveillants les uns envers les autres. S’il faut 5/10 minutes pour qu’un membre en reboost un autre, prenez le temps nécessaire. Vous êtes en groupe, vous êtes soudés.

Car cela peut vous arriver aussi, et dans ces moments vous aimeriez qu’une des personnes de confiance qui vous entoure viennent vous remotiver. Il faut donner pour recevoir.

Transformez les tests en compétitions bienveillantes

Si vous avez la possibilité de vous tester et de vous auto-corriger en groupe, alors créez une atmosphère de compétition.

Mais attention, le but n’est pas de battre les autres. Vous êtes en compétition contre 2 entités :

  •                Vous-mêmes
  •                Le “score” moyen du groupe

Cela vous force à progresser et à aider les autres membres à faire de même.

En créant une atmosphère de ce type, vous vous tirerez tous mutuellement vers le haut. C’est aussi pour cela qu’il faut éviter les personnes avec un fort ego, qui n’auront que faire du groupe mais uniquement de leurs personnes.

Quand l’ego est mis au service du groupe, alors vous chercherez la performance chez chacun des membres, pour que l’ensemble grimpe dans le classement en comparaison aux autres étudiants de la promo.

Mais lorsque le groupe est mis au service de l’ego d’un individu, alors il n’est qu’un prétexte pour que cet individu affirme son sentiment de supériorité inutile.

Certaines personnes sont toxiques en groupe. Faites attention à qui vous choisissez, et alors les compétitions se passeront bien.

Et à la fin de chaque session

Réviser en groupe ne s’arrête pas à la fin des révisions de la journée. Il y a encore deux points importants à considérer.

Le débriefing

C’est le moment où chacun parle de son ressenti de la journée et fait ses remarques. Ce qui s’est bien passé, ce qu’il n’a pas apprécié, etc.

Le but est de ne pas reproduire les mêmes erreurs, et d’écouter les besoins de chacun. Vous êtes un groupe, vous n’êtes pas ensemble uniquement pour profiter des avantages. Partage des risques, des sacrifices sont nécessaires pour profiter ensemble des bienfaits du travail de groupe.

La récompense

Travailler, c’est aussi sérieux que se récompenser.

Faites en sorte d’avoir une récompense de groupe sympathique pour tout le monde, un moment à partager, un joyeux souvenir à créer. En plus de renforcer les liens, cela vous motivera pour les futures sessions à venir.

Travaillez sérieusement, fêtez cela sérieusement.

Aussi, même si cela a peu de chance d’arriver, n’oubliez pas de fêter ensemble la fin des examens. Je compte sur vous, la fête est une chose importante.

Soyez courageux

Les examens ne sont pas une période facile, mais ils peuvent créer de puissants souvenirs.

Alors faites preuve de courage, et vivez intensément cette période, ensemble si possible. Vous n’en serez que plus heureux.

Aidez les autres, ils vous le rendront, soyez déterminés et ne fuyez pas la période. Le courage est mère de toutes les qualités.

Si vous avez des problèmes de méthodologie dans vos études, je vous invite à découvrir Marginal Sup.

De mon côté, j’espère que l’article Réviser en groupe vous aura aidé, que vous y avez découvert des choses intéressantes. A mon tour de vous souhaiter bon courage, et à très bientôt !

sing-post-cta-potion-de-vie

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.