Confiance en soi

Les 7 règles pour convaincre

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui vous allez apprendre à convaincre !

Aujourd’hui je reçois Johann du blog Pro-Influence ! Vous vous souvenez certainement de lui, car nous avons déjà travaillé ensemble sur l’excellent livre Mentalisme !

Toujours dans le but de vous aider à changer de vie, à réaliser vos rêves (si le système ne vous les a pas encore détruit) vous allez découvrir dans cet article une facette importante de la réalisation de soi : apprendre à convaincre.

Apprendre à convaincre, pour défendre ses idées, ses rêves, gagner en confiance et s’affirmer. 

Assez parlé ! Je laisse la parole à Johann

 

Article invité rédigé par Johann du blog Pro-Influence. Il partage de nombreuses techniques d’influence afin d’aider les gens à booster leur pouvoir de persuasion dans leur vie personnelle et professionnelle.

 

Nombreuses sont les situations où vous devez convaincre les autres que votre opinion est la bonne.

 

Lorsque vous différez d’opinion avec quelqu’un, votre but ne doit pas être de gagner l’argument, mais d’amener l’autre à changer sa propre opinion et à voir les choses de votre point de vue.

 

Par conséquent, vous ne devez pas alerter son égo. Vous devez glisser vos raisons logiques au-delà de son ego puis conclure en lui laissant une porte de sortie pour s’échapper de sa position antérieure.

 

Voici les 7 règles à suivre pour y parvenir:

 

  •  1)  Permettre à l’autre d’exposer son cas

 

Laissez l’autre parler sans l’interrompre. Laissez-le exposer son point de vue. Appliquez l’écoute active, montrez que vous êtes attentif à ce qu’il dit et que vous comprenez son point de vue.

 

La plus grosse erreur qui est faite lorsque des opinions sont divergentes est de vouloir interrompre l’autre pour lui dire qu’il a tord ou avoir une attitude qui montre que son point de vue ne vous intéresse pas du genre: «Oui oui, cause toujours !».

 

Si vous ne prenez pas le temps d’écouter l’autre, vous allez créer automatiquement une barrière.

 

 

  • 2)  Faites une pause avant de répondre

 

Cela laisse penser à l’autre que vous considérez ce qu’il a dit a assez d’importance pour que vous y pensiez et que vous le considériez. De même, lui-même remettra en doute ce qu’il a dit s’il n’est pas convaincu, c’est une technique redoutable en négociation.

 

La pause doit être légère, pas trop longue sinon vous donnerez l’impression de bafouiller ou de ne pas savoir quoi dire.

 

 

  • 3)  N’insistez pas pour gagner à 100%

 

La majorité des gens cherchent à prouver qu’ils ont raison. Les persuadeurs habiles, cependant, concèdent toujours quelque chose et trouvent des points d’accord.

 

Plutôt que de chercher les points de désaccord en priorité, mettez en avant les points d’accords. La formule qui fonctionne bien est la suivante: «Je suis d’accord avec vous sur ce point… j’aimerai rajouter que…»

 

 

  • 4)  Exposer votre cause calmement et précisément

 

Nous avons tendance à exagérer et lancer un appel trop vigoureux. Les méthodes énergiques donnent l’illusion de battre l’autre: vous le ridiculisez, il ne peut plus dire un mot, votre auditoire applaudit, mais il n’a toujours pas accepté votre point de vue.

 

Une technique très habile consiste à dire que vous pouvez faire erreur, votre interlocuteur recevra mieux ce que vous avez à dire. Commencez par «Je me trompe peut-être…», «Je n’ai pas la science infuse cependant…».

 

Parlez en toute modestie, vous mettez en avant votre opinion et non la vérité absolue. Mais si vous prenez un ton d’arrogance et de positivisme, l’autre deviendra votre adversaire.

 

  • 5)  Parlez par une tierce personne

 

Les avocats font comparaitre des témoins.

Les vendeurs utilisent des témoignages clients.

Les postulants à un emploi apportent des recommandations.

 

Apporter une tierce personne peut donner du poids. Vous pouvez utiliser des dossiers, des faits historiques, des personnes d’autorités, des statistiques, des citations… Par exemple X% des gens…

 

Ne vous mettez pas en avant. Parlez à travers d’autres personnes ou d’autres choses.

 

Prenons l’exemple d’une demande d’augmentation de salaire:

 

Vous aurez plus de points si vous dites «Je crois que mon dossier démontre que je mérite une augmentation…» au lieu de «Je crois que je mérite une augmentation».

 

D’autres bons exemples mêmes:

 

Au lieu de: «Je suis le meilleur pour…» utilisez: «mes expériences montrent que…», «ma position me permet de…»

 

Ne parlez pas en votre nom, mais via un intermédiaire. Testez ce principe dans vos demandes, vous verrez rapidement des résultats.

 

  • 6)  Permettez à l’autre personne de sauver la face

 

Si l’autre est d’accord avec vous, l’autre changera volontiers d’opinion. Mais il faut toujours lui laisser une porte de sortie.

 

Assumez que l’autre ne connaissait pas tous les faits avant de se présenter: «je peux comprendre que vous pouviez croire que…puisque vous ne saviez pas que…»

 

Trouvez des excuses: «n’importe qui d’autre aurait pensé comme vous dans les mêmes circonstances.» «Je croyais comme vous au début et depuis que…»

 

Une autre méthode un peu moins «fairplay» est de lui suggérer un moyen de passer la responsabilité à quelqu’un d’autre. «C’est certainement que X ne vous avait pas donné toutes les informations…»

 

  • 7)  Évitez les «mais»

 

Ce principe, très mis en avant par Tony Robbins dans ses livres, consiste à tout simplement supprimer ce mot qui à une forte influence négative dans un débat d’opinion.

Le «mais» à le pouvoir d’anéantir toute la crédibilité de l’autre. A partir du moment qu’on vous dit «mais» vous ressentez cette petite inquiétude, comme une sanction qui va tomber.

 

Bannissez ce mot, c’est un exercice très difficile, mais essayez dans les prochains jours de supprimer le «mais» de votre vocabulaire dès que vous discutez avec quelqu’un.

 

Si tout le monde suivait ces principes, on éviterait toutes ces prises de tête qu’on voit régulièrement, surtout à la télévision. L’essentiel est de savoir mettre son égo de côté et faire preuve d’écoute (et d’empathie) ce qui ouvre bien plus de portes qu’on pourrait le penser.

 

Je vous donne une semaine, chaque jour, forcez-vous à appliquer un de ces principes.

Lundi vous appliquerez le premier, mardi le premier et le deuxième et ainsi de suite, jusqu’à en faire une habitude. Vous verrez que vos rapports avec les autres s’amélioreront et que vous parviendrez plus facilement à convaincre que votre point de vue est le bon.

 

Si vous souhaitez découvrir davantage de techniques d’influence et de persuasion à appliquer tous les jours, retrouvez Johann sur son blog Pro-Influence.

 

 

sing-post-cta-potion-de-vie

20 Commentaires

  • […] Lisez la suite de l’article sur Potion de Vie de Jean-Yves […]

  • En lisant tes règles je me rend compte que les politiques n’ont, dans un débat, vraiment pas pour but de convaincre qui que se soit.

    Sinon l’article est tres intéressant et mérite que l’on mette ses conseilles en pratiques.

    • Oui généralement je n’aime pas aborder le sujet sous l’angle politique car je souhaite que ce genre d’articles restent intemporels et neutres mais j’avoue quand dans le contexte actuel on se rend bien compte que nos chers politiques n’appliquent pas ces concepts…hélas !

  • Bonjour Jean-Yves,

    Merci pour cet article.

    Une formule qui fonctionne bien en cas de conflit est:
    – Je comprends parfaitement votre situation ou ce que vous ressentez, toutefois je…

    Gilbert

  • Bonjour,
    Je ne connaissais pas Johann ni son blog, lourde erreur de ma part que je vais vite rectifier. Son article est très bien, particulièrement pertinent surtout et il fait passer les messages de façon très claire sans en écrire des tonnes et c’est vraiment appréciable 🙂

  • 7 points importants pour convaincre en effet.

    Pour compléter cet aspect, je citerai 2 bons livres sur le sujet : Convaincre en moins de 2 mn de Nicholas Boothman et le classique comment se faire des amis de Dale Carnegie.

    A bientôt.

  • Dans les débats de cette saison d’élection présidentiel, un politicien ne cherche pas à convaincre son confrère 🙂 C’est donc un peu normal qu’il n’utilise pas ces techniques …

    Par contre, face à un journaliste, un politologue (?) ou un citoyen, la situation est différente : il doit convaincre.

    J’apprécie particulièrement l’attention qui est portée à l’ego … Souvent, on fait cette erreur : on froisse l’ego de l’autre. Et après, c’est trèèèès dur à rattraper, et ça peut durer longtemps. A moins que l’autre ne soit pus intelligent que nous n’avons su l’être 🙂

    • Bon déjà pour convaincre il faut être convaincu soi-même (sans blagues ?)

      Ce qui veut dire ne pas s’énerver. Parce que si on s’énerve, on est sur la défensive, donc plus frustré et moins convaincu.

      Si je suis convaincu de ce que dit, je n’ai pas à m’énerver. Je vais plutôt au contraire accepter les arguments de l’autre pour les inclure dans ma logique. Un peu comme une amibe en fait.

      C’est celui qui englobe l’autre dans sa « réalité » qui gagne.

      • Je persiste : dans le cadre d’un débat, un politicien ne veut pas convaincre l’autre.

        Par contre, une chose est sure, le voir s’emballer et s’énerver ne lui fera pas gagner de crédibilité auprès des spectateurs.

  • Merci pour cet excellent article! Je trouve que la dernière recommandation (ne pas utiliser le mot « mais ») est redoutable, et surtout la plus difficile à mettre en pratique dans une négociation.

  • …voilà un article que j’aime!
    Comment convaincre? J’aime la formule : »Accompagner l’autre pour le conduire… » …La voici développée!

  • Bonjour,

    Très bon article,

    ça semble évident, n’oublions pas qu’avant les mots la cohérence globale servira de support .

  • Bon article (il faut le reconnaître;)) ! Je rajouterai juste le temps de silence avant de répondre (point 2) peut être utilisé en plusieurs circonstance!
    Il a été prouvé que lorsque quelqu’un défend une idée, garder le silence pendant 7 secondes (oui ok c’est un peu long), va déstabiliser la personne qui va vouloir combler ce « blanc » en argumentant toujours plus, et souvent en se mélangeant un peu les pinceaux!
    Ah c’est pas toujours très sympa mais ça fonctionne bien!:)

  • En général je laisse parler les gens difficiles. Je reste ouvert, j’essaie de poser les bonnes questions au bons moments. Il faut surtout de la psychologie et de la patience.
    Il est clair que rester calme est toujours indispensable. Certains sont toujours à l’affut de la perte de calme pour en prendre l’avantage.
    Très bon article.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.