Concentration Mémoire

9 résultats d’études hallucinants sur le cerveau

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Le cerveau est une source intarissable de phénomènes insolites.

Ci-dessous, je vous ai compilé 9 résultats d’études très sérieuses menées du Canada aux Pays-Bas, en passant par les Etats-Unis bien sûr (là-bas on a les moyens de payer la recherche) l’Australie et la France.

Certains de ces faits vous feront rire, d’autres vous feront bondir, mais peu vous laisseront indifférent(e) !

C’est parti !

 

Facebook rend dépressif

 

Une étude canadienne révèle que les gens timides accrocs à Facebook ont de plus en plus peur de rencontrer les autres dans la vraie vie. Quant à ceux sont déjà phobiques sociaux, ils développent plus facilement des symptômes dépressifs. La vie virtuelle entretient la phobie sociale et les complexes plutôt qu’elle ne les soigne.

 

Certains d’entre vous sont invulnérables à Alzheimer

 

Certaines personnes n’auront jamais la maladie d’Alzheimer. Elles n’auront même pas non plus de déclin cognitif lié à l’âge !

Des chercheurs islandais ont mis en lumière qu’un octogénaire sur 100 possèdent une mutation génétique qui empêche la maladie de se développer et préserve les capacités cognitives. 1 sur 100, c’est pas énorme mais ils sont bien veinards 🙂

 

Comment mémoriser sans rien faire

Une étude écossaise montre que si vous vous accordez une période de repos éveillé d’une dizaine de minutes sans rien faire, juste après avoir travaillé, votre leçon sera mieux mémorisée. En revanche, si vous utilisez ces 10 minutes cruciales sur des activités mobilisant vos capacités de réflexions, vos informations se mémoriseront beaucoup moins bien !

Peut-être une stratégie de plus à adopter pour réussir vos études ?

 

10% des patrons de Wall-Street sont des psychopathes

Et j’avais également lu que 5% des patrons de grandes entreprises pouvaient également facilement être diagnostiqués comme tel ! Cela ne m’étonne pas, surtout pour Wall-Street. Pour réussir dans ce milieu, moins vous avez d’émotions, mieux vous réussissez car vous êtes moins sensible à la psychologie de masse.

 

Le football abîme le cerveau

La pratique du football conduit à des chocs répétés du ballon sur le crâne, ce qui a pour effet de détruire les neurones, et donc les capacités de réflexion et d’association. Rassurez-vous cependant, il faut un très grand nombre de « têtes » pour conduire à un mécanisme de destruction neuronale selon l’université de Nimègue aux Pays-Bas.

 

Le pouvoir rend paranoïaque

Des études réalisées à Stanford rapportent que les personnes occupant des postes à hautes responsabilités s’attendent à tout moment à être flattées par des gens désirant obtenir des faveurs. Ainsi, même un geste amical désintéressé devient suspect à leurs yeux.

Vous voulez un bon test de parano ? Appelez quelqu’un que vous connaissez au téléphone. Comme ça, juste pour prendre des nouvelles, sans autre raison. Vous serez surpris(e) de voir que ce genre d’attention désintéressée devient rare et même suspecte aux yeux des gens.

 

Les textos ne sont pas rassurants

Echanger des textos en situation de stress (par exemple pour régler un différent) ne vous calmera pas. Votre taux de stress restera le même, voir augmentera. Par contre, il diminuera si dans la même situation vous décidez d’appeler la personne. Les études du Wisconsin soulignent les effets rassurants de la voix humaine sur les hormones génératrices de stress.

 

Les mariés survivent mieux.

Une étude réalisée à Atlanta révèle qu’un patient marié a trois fois plus de chances d’être en vie 3 mois après une opération à coeur ouvert qu’un patient non marié. La présence du conjoint et la confiance pour traverser l’épreuve augmentent leur motivation de survie.

Quelle est votre courbe du bonheur ?

 

 

Enfin, pour finir : voici ce à quoi devrait ressembler l‘évolution de votre sentiment de bien-être à travers les âges selon l’INSEE. (Cliquez pour agrandir).

Donc le sentiment de bien-être ne cesse de décroître jusqu’à vos 50 ans, puis elle remonte jusqu’à 68-69 ans.

En gros, l’INSEE révèle que l’âge à laquelle les gens sont le plus heureux est à 65 ans et le moins heureux 45.

Perso, ma courbe ne fait pas cela du tout. Je suis bien plus heureux à 34 ans que je ne l’étais à 25 ans. Et pour rien au monde je retournerai à l’âge de mes 18 ans. Je ne vois pas non plus comment je pourrai être plus heureux à 65 ans que maintenant. Enfin, chacun son avis là-dessus.

 

Beaucoup de gens trouvent cette courbe plutôt effrayante pour un pays comme le nôtre.

 

« Mais c’est horrible ! On doit attendre 60 ans pour être heureux, notre pays va mal ! Demain c’est la fin du monde. Je ferai mieux de m’exiler à Bangkok ! »

 

Pour ma part je l’interprète ainsi :

Il est n’est pas anormal d’avoir un bonheur qui aille en déclinant sans arrêt de 20 ans à 45 ans.  Entre ce laps de temps, l’individu aura tendance à faire sa place dans la société du travail, gravira des échelons, des postes à responsabilités (et donc toutes les sources de stress qui vont avec).

En gros, les « enjeux » augmentent avec l’âge. Des enfants à gérer, du boulot en plus, plus de choses à perdre et le début des problèmes de santé chroniques sérieux à la quarantaine.

Si vous ajoutez à cela un éventuel divorce, une garde partagée qui se passe mal, des impôts, des procès parce qu’un caillou de votre résidence secondaire est tombée sur la voie publique, des crises d’ados à gérer après une journée de 12h etc….

Non, ce n’est pas « anormal ».

Les problèmes qui plombent la vie à 18-20 ans c’est plutôt du genre : « Comment je vais faire pour sortir avec Vanessa?« .

Objectivement moins « graves » donc, même si sortir avec Vanessa peut se révéler un tournant pour plus tard !

 

A 60-65 ans, c’est la fin du travail, et donc une bonne partie des sources de stress qui s’en vont. Plus de réveil le matin…

Pour moi cette courbe trouve au final des explications plutôt simples, même si à mon humble avis les courbes du bonheur des salariés et des entrepreneurs ne doivent pas être identiques !

Quelle est votre interprétation ? 

sing-post-cta-potion-de-vie

17 Commentaires

  • Coucou Jean-Yves,
    tu dis « Je ne vois pas non plus comment je pourrai être plus heureux à 65 ans que maintenant. » et moi je te dis, que tu seras ENCORE plus plus plus heureux à 65 ans que tu n’es déjà !
    Quelle chance !
    Allez au boulot pour nos supers vidéos !!
    Sandoo

  • Salut J-Y,

    Très intéressant ton article et toutes ces études.
    Mais, si on doit attendre 65 ans pour être heureux, et bien c’est génial!!!
    On fait quoi pendant toutes les années antérieures: on déprime, se stresse, etc…en attendant nos 65 ans.
    J’ai décidé d’être heureuse maintenant et ce quel que soit les circonstances de la vie.

  • Bonjour,
    L’information qui m’a le plus interpellé n’est pas celle de l’âge et du bonheur, mais celle qui dit qu’on mémorise bien mieux en ne faisant rien pendant 10 minutes après une effort intellectuel. C’est étonnant mais ce truc je vais l’appliquer tout de suite en espérant qu’il dise vrai.

  • je pense que je suis très heureux a 32ans que je l’étais a 18 ans vu la misère que j’ai du traverser pour en arriver là. Rien de comparable. J’ai aimé les études suivantes:
    – Le pouvoir rend paranoïaque: je suis d’accords 100%
    – 10% des patrons de Wall-Street sont des psychopathes: 100% ce sont des gens qui tuent légalement.
    – Comment mémoriser sans rien faire: je me rappellerai de cette étude pour que la communiqer a mon petit.

    Merci

  • 10% des patrons de Wall-Street sont des psychopathes : J’aimerais bien avoir la même étude pour les gestionnaires de fonds financiers qui sont parfois d’un niveau bien supérieur à ceux des patrons de Wall Street ! Enfin, cela n’a rien d’étonnant 🙂

  • C’est la magie de ce blog, j’ai encore appris quelque chose ^^

    Vivement qu’il trouve le moyen d’isoler la mutation pour Alzheimer, c’est vraiment une maladie terrifiante de notre siècle.

    Je dirai aussi qu’il n’y a pas que les patrons à Wall Street qui sont psychopathes. Lorsqu’on choisit le métier de Patron on doit se préparer à s’endurcir et avec le temps c’est de plus en plus facile. On ne gagne pas d’argent en ayant des sentiments, il y a forcement un perdant et un gagnant, and you don’t win silver.

    La courbe du bonheur est pour moi propre a chacun, et je dirai comme toi, la trentaine me réussit bien.

  • Malgré les recherches, je continue de penser que tout le monde peut être heureux quand il le décide, attendre que la situation s’arrange relève de l’utopie car les problèmes existeront toujours. alors, c’est maintenant qu’il faut décider d’être heureux!

  • Salut Jean-Yves,
    Très intéressantes ces études.

    Je rejoins les avis ci-dessus sur le fait que la courbe du bonheur est propre à chacun.

    Mais ceux qui s’intéressent aux développement personnel ont sans doute un avantage à ce niveau sur la majorité de la population qui n’a pas forcément autant de connaissances sur ce qui contribue réellement au bonheur.

    Il faut aussi garder en tête que mesurer le bonheur n’est pas chose facile.

    Mais c’est une moyenne qu’il ne faut quand même pas ignorer. Et je dirais que c’est quand même plutôt optimiste de savoir qu’on est en général beaucoup plus heureux en vieillissant… 🙂

    Benoît

  • Je ne pense pas sincèrement que l’âge ait un quelconque rapport avec le bonheur, d’autant plus que le bonheur peut être fait de toutes petites choses qu’on peu avoir à n’importe quel moment ou âge dans la vie. Par contre je veux bien croire que 10% des gros golden boys soient psychopathes :-). Il doit y en avoir des schyzo aussi.

    • En tout cas d’autres études s’accordent à dire que le bonheur est décorellé des possessions matérielles. Bien au contraire, notre société nous conditionne à associer les deux, ce qui est une erreur, car le besoin de possessions n’est jamais comblé et le bonheur durable, c’est la plénitude, un peu comme quand t’as mangé suffisamment après un bon repas 🙂

  • Pour ce qui est de Facbook je n’y croit pas trop, pour moi un personne timide va prendre confiance en elle est va s’essayé au monde extérieur.
    Et en ce qui concerne le bonheur a 65 ans, je ne vois pas non plus comment je peut etre plus heureux que maintenant 🙂
    a 65 c’est la retraite certe, mais pour ce qui adore leur métier ne sont pas préssé d’étre en retraite.

  • Pour la courbe du bonheur j’avais déjà lu un article là-dessus, c’est assez logique, l’expérience fait qu’à un certain âge on relativise beaucoup plus, on profite mieux de la vie et on est moins atteint par des choses qui nous pourrissaient le moral quelques années auparavant. La retraite doit pas mal aider à se sentir mieux aussi. Mais l’idéal reste tout de même de trouver une activité dans laquelle on peut s’épanouir avant d’atteindre 60 balais.

  • Merci pour cet article très instructif sur le cerveau. Concernant la courbe de vie, c’est peut être lié au fait qu’avec l’âge on est plus sage et qu’on apprécie mieux les petits moments de bonheur de la vie. Je vois ça comme l’expérience qui fait appréhender la vie différemment, de façon plus légère.

Laisser un commentaire