Concentration Confiance en soi Créativité

Comment reprogrammer son cerveau

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Il est possible de reprogrammer son cerveau et de l’orienter exclusivement vers la réussite, le bonheur, la forme, et dans une certaine mesure, la santé.

Vous me croyez si je vous dit que vous avez le pouvoir de changer comment votre cerveau traite les choses et d’avoir ce que vous voulez ? Et si finalement vous passiez du stade de bille en anglais à celui de bilingue ?

Et si vous passiez subitement du stade de déprimé à celui de dynamique et confiant ?

Vous me traiteriez de doux rêveur dans le meilleur des cas.

Et pourtant.

Vous avez le pouvoir de littéralement mener votre vie dans la direction où vous le voulez. Je vais vous proposer des moyens pour reprogrammer votre cerveau, qui au fond sont des thèmes abordés dans d’autres domaines comme les thérapies comportementales cognitives, la psychologie de base, les dynamiques sociales, donc des choses qui existent déjà.

Depuis que j’utilise ces programmes, mon taux de confiance est plus durablement élevé, mon moral est haut, mon stress est maîtrisé et je commence même à voir des changements dans mes relations sociales quotidiennes.

J’ai l’impression d’avancer plus, et plus vite.

Voici donc une liste de programmes destinés à vous donner des pistes pour aller enfin dans la direction de vos rêves. Encore faut-il en avoir ! Quels sont les vôtres ?

Programme numéro 1 pour reprogrammer son cerveau : Le sentiment de compétence

C’est le premier point qui peut changer. Si vous vous sentez compétent dans un domaine, vous aurez envie d’en savoir plus, de maîtriser encore plus pour être encore plus compétent. etc.

Si vous excellez dans une activité, il y a de bonnes chances pour qu’elle puisse devenir une passion. Jusqu’à présent, rien d’extraordinaire.

Votre premier programme consiste à mettre votre énergie à devenir plus compétent, que ce soit dans votre métier, votre matière phare, ou au contraire votre matière détestée.

Tout commence par…. la mémoire !

Vous vous sentirez bien plus compétent si vous maîtrisez les informations en les mémorisant. Si vous retenez tout ce que vous lisez, ou tout ce que vous devez apprendre pour tel ou tel examen/concours, vous allez vraiment vous sentir compétent.

 

Ce qui fait que vous allez envie d’en savoir plus.

J’étais nul en maths, nul en géographie, nul en lecture. Maintenant, je mémorise les 1000 décimales de pi, tous les pays du monde, les régions, les départements etc. c’est devenu ce que je préfère mémoriser !

Pour la lecture, une formation de lecture rapide, de l’auto-discipline et me voilà devenu un lecteur de plus en plus compétent. Le chemin est encore long, mais au moins, c’est la bonne direction.

Y a t-il eu un miracle ? non.

Par contre, j’ai eu la chance de tomber sur les bons outils : les techniques de l’art de la mémoire.

C’est comme si on vous donnait une baguette magique. Vous l’utilisez et vous vous rendez compte que vous pouvez faire plein de choses avec. Qu’est ce que vous faites ? Vous la reposez ou vous continuez de l’utiliser ?

Quant aux effets sur la confiance en soi, ils sont absolument énormes (et reproductibles à l’infini !)

Exercice : Renforcez votre sentiment de compétence

Prenez un domaine sur lequel vous n’êtes pas un(e) expert(e) ou un(e) passionnée, et mémorisez trois idées/concepts clés.

Votre exercice consiste à replacer ces idées/concepts clés dans une conversation au cours de la semaine. Attention, il s’agit d’illustrer vos propos, de faire des métaphores ou comparaisons ou de démarrer un sujet de conversation ex: »Tiens tu savais que les égyptiens blablablablabla ?, j’ai lu ca dans un article.

Il ne s’agit PAS d’étaler une bribe de savoir pour susciter l’admiration comme l’histoire de la culture et de la tartine. 

Exemple : Si vous êtes nul(le) en anglais, utilisez les techniques pour mémoriser 3 mots de vocabulaire ou 3 expressions anglaises que vous avez pris dans une série par exemple, puis replacez les dans un cours d’anglais si vous étudiez, dans une chat room, dans un mail ou par écrit etc. 

Le but est de vous rendre compte qu’acquérir définitivement de nouvelles connaissances n’est pas aussi difficile qu’on veut bien nous le faire croire et que vous pouvez augmenter votre bagage de culture générale simplement en le décidant. Si vous répétez cet exercice chaque semaine, je peux vous garantir que votre sentiment de compétence va déclencher en vous une véritable frénésie de l’envie d’apprendre.

Programme numéro 2 : Le reframing pour reprogrammer son cerveau

Ce point mériterait un article à lui tout seul tellement il est puissant et tellement il y a de choses à dire. En attendant, ce concept vient du mot anglais « frame » qui veut dire « le cadre ».

On entend ici par « frame », le cadre de la réalité.

Votre « frame » est votre interprétation de la réalité. La réalité est une notion subjective au possible.

Un petit exemple ?

Vous avez une mauvaise note dans une matière, ou vous échouez à un entretien d’embauche. Si cela vous arrive régulièrement, vous allez inconsciemment adopter la réalité suivante : « Je suis nul(le) dans ca » ou « je suis nul(le) » tout court.

Si vous arrivez pour la première fois dans une conférence et que l’on vous dit que vous êtes assis(e) à côté d’un prestigieux chef d’entreprise réputé pour sa créativité, vous allez intégrer cet élément et cela va influencer votre réalité, même si en fait c’est un mensonge, vous allez vous comporter en accord avec votre realité !

Encore un exemple :

Vous vous appelez Sonia, et Bastien, le VRP sexy du deuxième étage vous invite à prendre un verre pour parler boulot. Si vous avez un certain succès auprès des membres du sexe opposé, votre réalité interprétera cette proposition comme un rencard.

Si en revanche vous avez intégré depuis longtemps la réalité que vous n’êtes pas attirante, vous allez interpréter cette proposition comme un simple rendez-vous d’affaires voire être triste en pensant qu’il ne voit en vous qu’une amie !!!

Pourtant la proposition de Bastien reste la même. Seul lui sait pourquoi il vous invite, et encore ce n’est pas sûr. Ce peut être un ensemble de choses complètement déconnectées de la séduction d’ailleurs. Mais votre façon d’interpréter (de framer) cet échange peut s’avérer déterminante.

Car si le contexte était bel et bien amoureux, si votre réalité est celle du manque de confiance, les résultats ont de fortes chances d’être différents.

 

Pour finir un exemple encore plus parlant :

Si vous êtes déprimé(e), vous interprétez les évènements de façon négative. Votre réalité se teinte d’une couleur sombre. C’est l’histoire du verre à moitié vide et moitié plein, sauf que là, il est complètement vide. C’est pour ca que dans les thérapies comportementales cognitives, l’accent est mis sur la ré-interprétation des évènements de manière plus positive.

Si vous voulez reprogrammer votre cerveau vers ce que vous désirez, vous allez devoir faire une bonne dose de reframing. Vous verrez, cela rend la vie plus légère !

Exercice :

Dans les trois premiers jours de la semaine prochaine, vous allez ré-interpréter en votre faveur TOUS les évènements auxquels vous êtes mêlés de prêt ou de loin ! Si Miranda vous fait une critique, c’est qu’elle est jalouse. Si quelque chose de bien vous arrive, n’attribuez pas cela à la chance mais demandez-vous ce que vous avez fait pour l’avoir.

C’est un exercice difficile, mais qui peut se révéler amusant par l’absurdité de certaines situations. Si cela vous fait rire et bien tant mieux ! N’oubliez pas que vous êtes un peu l’architecte de votre réalité. Si vous êtes persuadé(e) d’être un(e) looser, vous le serez vraiment et pour vous, et aux yeux des autres.

Le but est également de dédramatiser les situations, de prendre un peu plus de recul sur les choses.

Programme numéro 3 : Posez les bonnes questions

Le cerveau est incroyable. Posez-lui une question et il vous répondra. Où est ce que vous avez mal, là tout de suite ? Nul part vous êtes sûr(e) ? cherchez bien.

Si vous cherchez pendant un moment, vous allez commencer à ressentir des micro-douleurs quelque part !

Si vous vous posez la question « qu’est ce qui ne va pas chez moi ? pourquoi je foire toujours ? » , et bien vous aurez une réponse. Peut-être que vous allez gamberger longtemps, mais vous aurez une réponse à cette question, qu’elle soit absurde ou pas.

Si en revanche vous demandez à votre cerveau : « Comment je vais faire pour me rapprocher de mes rêves ? » Là encore, il vous trouvera des réponses, et vous avancerez.

D’ailleurs, avez-vous déjà pris le temps de vous demandez la simple question « Qu’est ce que je veux vraiment ?« . Ca a l’air bateau dit comme cela, mais vous seriez surpris de vous rendre compte du nombre de personnes n’ayant aucune idée de ce qu’elles attendent de la vie. Il se peut même que l’on vous regarde comme si vous habitiez une autre planète lorsque vous abordez le sujet. Véridique.

Un petit truc que j’utilise et qui marche bien consiste à fuir toutes les questions que je me pose et qui nécessitent une réponse tranchée en oui ou non. Placer un maximum de « comment » dans les questions que l’on se pose est également très bon, puisque que c’est grâce à cela que j’ai réussi à mémoriser des trucs que je pensais impossible !

Exercice :

Si vous n’y avez pas encore répondu, demandez à votre cerveau quelles sont vos attentes et vos rêves de vie. Ensuite, prenez conscience des questions que vous vous posez et changez les au besoin, de sorte d’obtenir quelque chose de positif de la réponse.

Il s’agit d’orienter votre cerveau vers la recherche de solutions plutôt que la recherche de condamnation. Remplacez les « est ce que » par les « comment ».

Programme numéro 4 : L’autosuggestion

Oui vous avez souri. L’autosuggestion ca fait penser à la méthode Coué (je vais bien, tout va bien). Et la méthode Coué, ca ne marche pas.

Sauf qu’une partie de la méthode Coué vient d’être validée scientifiquement. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter deux ressources :

« Improving performance on a creativity task via self-affirmation » J Dutcher, College of Humanities and Social Sciences, Carnegie Mellon University, 2010.

et

« Influence of reinforced smiling on affective response in an interview » de C. Kleinke et J. Walton, dans le Journal of personnality and social psychology, vol42. pp557-565

 

Bon maintenant, soyons clairs, ce n’est effectivement pas le fait de se répéter en boucle quelque chose que cela va arriver. La partie qui a été validée, c’est le fait d’adopter des comportements de recherche de l’attitude que l’on souhaite qui augmente les chances d’arriver au résultat recherché.

En gros, si je veux être heureux, c’est pas le fait de me dire « je suis heureux » tout seul qui va marcher, mais plutôt le fait de sourire.

Si vous voulez être confiant(e), adoptez une attitude de confiance dans votre posture, votre ton de voix, et soyez en conscients. Même si à la base vous ne l’êtes pas, vous le deviendrez.

Pas « d’exercice » pour cette programmation. Tout le monde sait faire de l’autosuggestion, et si vous avez fait les autres exercices, vous n’aurez pas besoin d’illustration.

Tous ces trucs ont marché pour moi, et s’ils peuvent vous inspirer vos propres méthodes de « reprogrammation » comme je les appelle, tant mieux ! L’idée est juste que tout peut changer et que parfois il suffit d’un rien pour changer radicalement de vision et de bien être…

Si l’histoire des exercices vous embête, fait trop « prof » ou vous ennuie profondément, n’hésitez pas à me le dire. Il s’agit juste d’une tentative de faire expérimenter les propos.

Merci de votre patience,

sing-post-cta-potion-de-vie

18 Commentaires

  • Super article !

    J’ai beaucoup aimé la partie sur le reframing.

    Mais au final, il vaut mieux fixer un frame qui nous plaît, ou ne pas en fixer du tout? 😉

  • Salut JY,

    Les techniques sont pour moi absolument inconnues mais c’est avec plaisir que j’ai lu ton article 😉 C’est vrai que notre réalité, nos pensées influent notre comportement.

    De même, l’image que l’on renvoie de nous va influer le comportement des autres. Les gens qui sourient beaucoup sont de suite plus appréciés que les autres 🙂

    Méthodes à essayer, merci!

    A plus,
    Pierre-Antoine

    • Salut Pierre-Antoine,

      Merci pour ton commentaire,

      Ces petits trucs existent dans différents champs d’application, les TCC, la sociologie, la psychologie de base, l’art-thérapie voir la PNL !
      Ca ne coute rien d’essayer, juste un peu de temps (et se souvenir d’essayer 😉 )

  • […] Jean-Yves, du blog Potion de Vie, nous propose un article me semble-t’il assez complet pour retrouver cette confiance. Il suggère 4 exercices ou habitudes, à prendre et à pratiquer régulièrement. Contrairement à […]

  • Coucou J-Y,

    Merci pour cet article !

    J’en profite pour te faire un p’tit coucou sur ton blog !

    Tu as raison de rappeler ces choses importantes : nous n’avons pas reçu à la naissance le mode d’emploi de notre cerveau, et il convient donc d’apprendre à nous en servir ! Et dans le bon sens, pour notre succès !

    J’adore tout ce qui est question de programmation au niveau du cerveau, donc j’ai bien apprécié ton article

    A tout bientôt

    Grégory

  • Alors là vraiment  » l’histoire des exercices » non seulement çà ne m’embête pas mais en plus je trouve que c’est particulièrement efficace.
    Il faut se colleter à la pratique pour avancer.
    Et comme internet nous noie sous des tonnes d’informations il est bon de trouver parfois un cadre qui nous structure un peu.
    Donc je vais pratiquer à la façon Grégory!

    • Salut Martine et merci de ton commentaire 🙂

      C’est bien le problème avec toutes les belles méthodes que l’on voit sur le net : Elles sont bien, mais on n’a pas de cadre pour les essayer !

      C’est un peu ma démarche quand je propose des exercices, c’est pour les rendre plus concrètes.

  • Bonjour, je viens de découvrir cet article, même s’il semble date de février, je visite ton blog pour la première fois…
    Je me passionne aussi pour toutes les découvertes récentes des neuro-sciences sur le cerveau , l’intuition, etc…
    Je viendrai faire un tour de temps en temps, car j’apprécie l’orientation et les thèmes traités ici.
    à bientôt, cordialement,
    Héléna

  • Pour le troisième exercice : « Posez les bonnes questions », on répond aux questions ou non ?

    D’ailleurs à quelle fréquence je peux répéter ces exercices (ils me plaisent bien :s)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.