Mémoire

Comment mémoriser le rubik’s cube

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Vous savez mémoriser le Rubik’s cube ? Vous l’avez déjà résolu ?

Moi non.

Enfin jusqu’à aujourd’hui.

Et pourquoi je n’y arrivais pas ? Parce que si la première étape est facile (faire une croix blanche), les autres sont pénibles, à cause d’un seul mot : Algorithme !

L’algorithme au rubik’s cube c’est une séquence de mouvements dans laquelle vous devez tourner les faces du cube dans un sens précis. Un mauvais mouvement et c’est mort.

Le problème c’est que ces algorithmes sont chiants comme la pluie, et difficiles à retenir.  Avec beaucoup de pratique, vous arrivez à ne même plus faire attention aux mouvements à force, un peu comme pour conduire une voiture ou saisir son code de carte bleue.

 

Mais au début ?

 

Au début c’est une torture psychique et je suspecte beaucoup de gens d’abandonner parce que HDH’D’H’A’HA par exemple, vous essayez une fois, puis deux, puis douze, mais avant que ce mouvement ne devienne automatique chez vous, attendez-vous à y passer un sacré nombre d’heures, et avec une soluce sous les yeux.

Le cube, même si c’est un défi, doit rester fun. Et mon but aujourd’hui, c’est de vous donner une technique temporaire pour mémoriser les algorithmes le temps que cela devienne automatique. Après, vous n’aurez plus besoin de cette technique.

Mémoriser le rubik’s cube : les algorithmes, la technique 

 

Mon but n’est pas d’écrire une soluce, parce que mon pote Tasukete (d’ailleurs passez voir son site, il est magnifique) le fait mieux que moi mais de vous fournir une technique puissante de mémorisation des algorithmes.

La technique est un mix entre Johnny Halliday/Ikea et comment avoir une bonne mémoire pour réussir.

 

Regardez ces faces :

 

 

Le crédit Image va a Planetcube !

 

Vous avez besoin de 5 faces dans un cube : la face du haut (H), de l’avant (A), de droite (D), de gauche (G) et du bas (B)

 

Votre première étape consiste à associer à chacune de ces faces un personnage mémorable. Vous pouvez prendre absolument n’importe quoi et n’importe qui, ca n’a aucune importance, du moment que chacune des images que vous choisirez vous évoque l’une des faces.

Par exemple :

Pour la face du haut (H), je choisis Homer Simpson

Pour la face du bas (B), je choisis Barbie

Pour la face de gauche (G), je choisis le bonhomme des cinémas GAUmont

Pour la face de droite (D), je choisis le droïde de Star Wars : R2D2 (au passage “R” comme “right” et “D” comme “droite” comme moyen mnémotechnique supplémentaire)

Pour la face avant (A), je choisis le Patrick Jane dans “the mentalist”. Pourquoi ? Absolument aucune raison, j’avais envie de le caser dans cet exercice. Mais si vous voulez vraiment un personnage qui commence par “AV” prenez un Avengers, ou n’importe quoi qui commence par A.

 

Prenez le temps de bien visualiser chacun des personnages que vous avez choisi ainsi que la face du cube qu’ils représentent.

Visualisez les mentalement à leur place sur un cube géant pour bien vous faire à l’idée.

 

Deuxième étape : Mémorisez les sens de rotation

 

Si vous voyez la notation A, ca veut dire que c’est la face avant qui tourne dans le sens des aiguilles d’une montre. Si vous voyez marqué  A (souligné), c’est que c’est le sens inverse.

Il vous faut un moyen mnémotechnique pour mémoriser cela.

Disons que chaque fois qu’il faut tourner dans le sens normal des aiguilles d’une montre, quelque chose de bénéfique se passe pour votre personnage.

Par exemple, si je vois “H“, j’imagine mon Homer Simpson en train de manger des donuts.

Si je vois par contre H cela veut dire que je dois tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Pour m’en rappeler, j’imagine quelque chose de mauvais ou bien une tuile arriver à mon personnage. Dans le cas présent (H), je peux par exemple imaginer mon Homer Simpson se faire griller par la foudre. 

 

 L’ordre des algorithmes

 

 

Comme ca, ce sera encore plus vite réglé ! 

 

 

Courage, vous y êtes presque !

Il vous faut un moyen pour retenir l’ordre d’apparition et d’utilisation des algorithmes pour résoudre le cube. Là encore, vous allez faire très simple.

Imaginez votre maison (ou celle de votre pote passionné de Rubik’s cube, ca ira très bien).

En premier lieu, vous avez la porte d’entrée, derrière vous avez le hall, après vous avez le salon, puis la cuisine, puis la montée d’escaliers, puis la chambre, puis la salle de bains etc.

 

L’ordre de ces pièces, c’est l’ordre de vos algorithmes. Avec vos images, vous allez construire des histoires mémorables pour vous souvenir des mouvements. En répétant ces histoires plusieurs fois, vous les intégrerez très rapidement.

Et bien créez maintenant !

 

Les faces du cube sont vos personnages.

Les sens de rotations sont les choses positives ou négatives qui arrivent à vos personnages.

L’ordre des algorithmes est déterminé par un endroit qui vous est familier (par exemple chez vous, ou chez un ami)

 

Votre but est de constituer des histoires mémorables  avec ces éléments. Ne cherchez pas à faire trop compliqué, prenez vraiment ce qui vous passe par la tête !

 

Mise en pratique : Les algorithmes du Rubik’s cube transformés en histoire mémorable.

 

 

Algorithme numéro 1 (la technique pour réaliser la croix blanche)

A H G H

 

Lieu : devant la porte d’entrée de chez moi

Histoire : Patrick Jane trébuche (A) devant Homer Simpson qui éclate de rire (H) dans le couloir. Le bonhomme des cinémas Gaumont ouvre la porte et plante sa faucille (G) dans le crâne d’Homer, qui s’effrondre en criant “Doh!” (H)

Répétez cette petite histoire intérieurement une ou deux fois pour bien l’ancrer dans votre mémoire à court terme. Les répétitions feront le reste.

 

Algorithme numéro2 : La technique de “l’ascenceur”

D B D B 

Lieu : Le hall juste derrière la porte d’entrée.

R2D2 arrive dans le couloir mais disjoncte (D) Barbie essaie de l’aider mais s’électrocute (B) R2D2 reprend ses esprits et danse (D). Barbie éclate de rire (B)

Terminé ! R2D2 grille, Barbie aussi, les deux rigolent. Point barre.

 

Algorithme numéro 3 et 4 (arrête à gauche et arrête à droite pour réaliser la deuxième couronne)

 

Là vous avez deux algorithmes pour la même fonction. Un pour déplacer une arrête du cube à gauche et l’autre pour déplacer une arrête à droite.

Mon troisième lieu est le salon. Je vais imaginer l’algorithme de gauche à gauche du salon, vers mon bureau et l’algorithme de droite à droite du salon, vers mon canapé et la table basse.

H G H G H A H A

 

Homer déboule furax dans le salon (H). Il balance le bonhomme des cinémas Gaumont par terre (G) . En même temps c’est normal, il vient de lui planter sa faucille dans la tête quand même hein ! Homer s’apprête à achever le bonhomme Gaumont par terre mais aperçoit un Donut sur mon bureau. Il le mange (H). Le bonhomme Gaumont se relève et remercie Homer de lui avoir épargné la vie (G). Homer lui dit “de rien” et continue à manger son Donut (H). Patrick Jane déboule aussi dans la pièce avec une tasse de thé à la main. Il aime bien le thé. (A) Homer se retourne et renverse la tasse de Patrick Jane sur lui, il se brûle (H) Patrick Jane est en colère contre Homer (A) 

 

L’histoire fait quelques lignes, mais dans votre tête ca prend quoi…. 10 secondes à imaginer ? Surtout que c’est la suite de ce qui se passe devant la porte d’entrée !

 

Pour l’autre algorithme, je suis toujours dans le salon, vers le canapé cette fois, à droite. Une histoire qui ressemble étrangement à l’autre se joue…

H D H D H A H A

 

Une solution possible est :

Prenez exactement la même histoire, mais remplacez le bonhomme des cinémas Gaumont par R2D2 et inversez les actions positives/négatives.

Mais :

Si l’effort est trop compliqué pour vous, créez une autre histoire :

 

Homer est content, il a mangé son Donut (H). Il se pose sur le canapé à côté de R2d2 qui regarde la télé (D). Homer se fait piquer par un moustique (H) R2d2 sursaute (D) Homer se cogne contre ma table basse (H) et bouscule Patrick Jane (décidément le pauvre !) qui tombe par terre (A).  Homer aide celui-ci à se relever (H), il le remercie (A).

Etc. etc.

 

Vous avez compris le principe !

 

 

 Attend, attend ! Ca marche vraiment ton truc ? 

 

Bien sûr que ca marche ! Mais le problème avec un article de blog, c’est que tu mets  1300 mots à écrire une technique qui est en fait assez simple à appliquer.

Les lieux que vous connaissez, vous ne pouvez pas les oublier, ils sont gravés dans votre mémoire à long terme. Vous n’avez pas besoin d’être présent dans votre maison pour vous souvenir de l’ordre des pièces.

Pareil pour vos histoires. Vous n’avez en fait que 5 personnages différents, c’est vite appris.

Les sens de rotation vous laissent assez libre de créer les histoires de votre choix. Vous pouvez vous défouler, profitez-en !

Je n’ai pas mis TOUS les algorithmes du Rubik’s cube, l’article serait beaucoup trop long. Vous avez compris le principe. Si vous n’avez pas assez de pièces chez vous, casez des histoires en bas du jardin ou dans la rue.

Essayez juste de mémoriser les 2-3 premiers algorithmes pour voir, vous verrez que les petites histoires restent plutôt facilement en tête ! (si vous avez bien pris le temps de créer vos images et les faire interagir entre elles !)

 

Sans technique, vous passez des heures à regarder les bouts de papier.

Avec la technique que je vous ai donnée, vous passez quelques minutes à créer les histoires, et après, plus besoin de papier, juste de la répétition.

 

Avec la pratique, les histoires disparaîtront et réaliser le Rubik’s cube deviendra comme conduire ou entrer son digicode.

Alors ? tentés d’essayer ?

sing-post-cta-potion-de-vie

36 Commentaires

  • Je n’avais jamais pensé à apprendre les formules de cette manière ! Apprendre les formules au début est une vrai torture, et celà rebute beaucoup de monde ! Au moins, avec cette manière, ça devient marrant. J’en informe très vite mes lecteurs sur playnetcube.fr !

  • Il existe plein de petites histoires comme ça. Je me rappelle vaguement une histoire de chaise 🙂 Les éléments (un voisin, etc) matérialisent plutôt une des facettes.
    Un bon complément.

  • C’Est marrant… j’ai jamais eu de problème pour résoudre le rubik’s cube.
    j’avais suivi un tuto pas à pas (sur rubikcube.fr je crois) deux/trois fois
    et ensuite, c’est de la répétition.
    J’ai jamais prêté attention aux formules, j’avais mes petites histoires faut dire…

    • Tu as bien de la chance, moi c’était vraiment la galère de le résoudre 🙂

      La technique que je présente est là le temps que la mémorisation devienne naturelle et automatique sans avoir de besoin conscient de penser à ces formules

  • Un bon moyen de retenir quelques formules effectivement, mais pour moi elle a quelques inconvénients..
    J’ai moi même “appris” pas mal de formules pour résoudre le Rubik’s Cube, et selon moi ta méthode ne marchera pas pour la simple et bonne raison qu’il y a trop de formules, donc trop d’histoires à créer dans sa tête et à retenir par la suite. Je veux dire que, biensur c’est un bon moyen de mémorisation mais selon moi ça n’est plus efficace, voir néfaste au delà d’un certain nombre de formules..

    • ma méthode marche puisque je l’utilise !
      Il n’y a pas tant de formules que cela…

      Quand j’ai mémorisé 1000 décimales de Pi, je peux t’assurer que c’était autre chose niveau complexité, il y avait bien plus de données…
      Pareil pour tous mes défis mémorisation en fait.
      Mémoriser les algorithmes du rubik’s cube n’est pas difficile. Celui qui peut être effrayé, c’est, comme toujours, celui qui ne prend pas la peine d’essayer 🙂

      • Certes, je n’ai pas pris la peine d’essayer, mais je pense que la meilleure technique reste de comprendre ce que l’on fait, comme ça on supprime toutes les formules ! 😉

        • Comprendre, c’est vrai permet de ne pas apprendre. MAIS
          1. c’est plus long de comprendre
          2. il faut refaire le raisonnement à chaque fois
          3. Il y a moult exemples de choses que nous avons apprises bêtement et c’est cet apprentissage qui nous a permis de le comprendre plus tard, quand nous étions prêt. Un seul exemple : “la bobinette cherra”. Qui savait que ce “cherra” était le futur de “choir” au moment où il apprit le conte du petit chaperon rouge ? Qui même connaissait le verbe choir ? Et qui le découvre aujourd’hui en lisant ces lignes ?

          • 1. C’est plus long, mais ça reste plus longtemps (ou ça revient plus vite)
            2. Il faut aussi refaire une histoire à chaque fois..
            3.Moi je viens de l’apprendre ! Je n’avais jamais entendu cette expression avant.

          • Ca ne reste longtemps que si tu éprouves un intérêt vis à vis de l’information ou que si cette information est importante/menaçante. Ton seul conseil pour mémoriser les formules du rubik’s cube apparemment c’est “Comprend les formules”, ce qui est beauuuuuuucoup plus long que de créer une dizaine d’histoires impliquant 5 personnages.

          • Comprendre sans mémoire, c’est se condamner à ré-apprendre sans cesse les mêmes choses en se disant “ah oui c’est vrai !”

            Pas mal du tout tes exemples nOOn, je confesse que je ne connaissais pas 😉

          • Matt : n’as tu jamais entendu “tire la bobinette et la chevillette cherra” que dit la grand mère quand on est à sa porte ??? Diantre !

          • Matt (again)
            Oui ça reste + longtemps, bien sûr. Mais non, l’histoire normalement est là pour rester, justement, la même.

  • Salut Jean-Yves,

    Excellentes tes histoires.
    Je vais tester tes algorythmes. j’ai un ami qui a un rubik’s cube dans son placard on va s’amuser 🙂

    J’ai vu quelqu’un le finir dans le métro il y a pas longtemps ça m’avait bluffé sur le coup car on sentait vraiment qu’il maîtrisait la chose.

    Dorian

  • Bonjour,
    Si vous saviez le nombre d’heures que j’ai passé plus jeune à essayer d’en finir un!!! Chose que je ne suis d’ailleurs jamais arrivé à faire…Il me semble qu’il doit être quelque pat à la cave, j’ai bien envie de réessayer maintenant que j’ai lu l’article, mais c’est pas gagné d’avance quand même 😉

  • Jamais réussi à résoudre le casse-tête du Rubik’s Cube. D’ailleurs, quand j’étais petit, j’avais triché ( oui, ce n’est pas bien !) en le démontant.
    Je vais réessayé avec cette méthode, j’en trouverai bien en vente dans une braderie près de chez moi.

  • AHAHA super inventif comme technique! ça m’a bien fait rire.
    j’essaierai à l’avenir avec cette méthode, même si ça risque de me prendre vite la tête quand même!

    à quand le livre “comment réussir à résoudre un Rubik’s Cube avec Homer simpson, Barbie, Gaumont, R2D2 et Patrick Jane?”

  • En fait il est assez facile de résoudre un Rubik’s Cube un fois les mouvements à faire pour constituer la première face appris (c’est la seule partie vraiment “mathématique”). Le reste n’est qu’une suite d’histoires très faciles à mémoriser (disponibles sur des sites divers et variés), la pensée s’associe très facilement aux mouvements des doigts et avec un peu d’entrainement, cela devient mécanique. On peut ainsi résoudre du premier coup un Rubik’s Cube alors qu’on y a pas touché depuis des mois, c’est ancré dans le cerveau.

  • J’ai 13 ans et j’arrive a resoudre le rubik’s cube en entier tres facilement mais a quand : “comment se souvenir de notre rubik’s cube et le faire en blind ( les yeux bandes apres un temps de memorisation ) ^^

  • J’arrive à faire le Rubik’s cube depuis une semaine grâce à ma sœur qui m’a raconté une histoire pour que je retienne les formules et ça marche vraiment !

    Par contre pour ne pas oublier, je pratique une fois par jour minimum !
    Bon le blind n’est pas encore à l’ordre du jour par contre, peut-être plus tard !

  • rubik’s cube appris en 3 petites séances du soir avant de se coucher grâce à ta technique
    c’est effectivement de la gnognote comparé aux 500 décimales de pi que j’avais apprise il y a peu
    au total 8 algorithmes à apprendre pour moi, pas bien compliqué, et ça épate tout le monde !

  • Ou est passé la face Postérieure ?
    Il me semble qu’un cube fait 6 faces et non 5.
    Tu ne prends comme exemple, que des formules simples, sans aucun demi-tour !
    L’idée me parait bonne. Mais comment ferais-tu pour mémoriser les erreurs de parités du 4x4x4 avec par exemple, comme formule :
    d2 P2 H2 g+ H2 d- H2 d+ H2 A2 d+ A2 g- P2 d2.
    merci pour ton retour.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.