Mémoire

Par coeur ou mémorisation ? comment ne pas oublier

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Bonjour à toutes et à tous. C’est une question qui revient souvent. Mémoriser c’est bien, garder en mémoire c’est mieux. Et le problème, c’est qu’on a tendance à oublier au bout d’un moment.

Aujourd’hui, vous allez découvrir des astuces pour ne pas oublier ce que vous mémorisez.

 Des répétitions oui, mais avec la bonne méthode

 

Si vous ne répétez pas ce que vous mémorisez à un moment ou à un autre, vous finirez par oublier.

Vous apprenez des choses avec aisance. Vous mémorisez le vocabulaire d’une langue étrangère avec une facilité déconcertante, pour le fun vous vous mettez à mémoriser tout un tas de choses comme tous les pays du monde ou les stations de métro de Paris. Même les chiffres ne sont plus un problème pour vous.

Vous vous sentez comme un gamin qui découvre qu’il a des pouvoirs cachés.

 

Seulement voilà, pour une raison inconnue, malgré tout, vous oubliez des choses.

 

Vous avez probablement négligé les répétitions.

 

 La répétition par coeur

Lorsque vous apprenez par coeur quelque chose, vous vous basez exclusivement sur la répétition. Vous répétez mécaniquement et sans arrêt des informations froides jusqu’à ce que l’information passe de votre mémoire de travail à votre mémoire à long terme.

C’est ainsi que vous avez fini par apprendre vos tables de multiplications quand vous étiez enfant par exemple.

Le premier problème avec le par coeur, outre son aspect pénible, c’est sa faiblesse.

L’apprentissage par coeur sature votre mémoire à court terme de répétitions incessantes. Votre mémoire à court terme ne peut retenir que 7 types de données en même temps. 

Autant dire que vous êtes vite saturés et qu’au-delà de 7, vous oublierez fatalement la plupart de vos informations.

Le deuxième problème de l’apprentissage par coeur est son manque de vivacité. Votre cerveau cherche la stimulation constamment. C’est pourquoi il retient mieux ce qui sort de l’ordinaire.

 

Une superbe voiture qui passe en bas de chez vous, la phrase choquante prononcée par votre collègue de bureau, l’odeur de votre pâtisserie préférée, la sensation de l’eau qui n’aurait pas dû être aussi chaude etc.

Le dernier décret sur la taxation des parcs d’attraction ou l’évolution du PIB de la Norvège ne sont pas des informations stimulantes. Sauf si bien sûr, ce sont vos passions.

Le cerveau oublie ce qui est banal et sans saveur.

Il fait le ménage. 

 

Vous avez beau répéter par coeur pendant des semaines pour vos examens, les informations restent chiantes, donc sans saveur, et donc seront nettoyées par votre cerveau dès lors qu’il ne les jugera plus « utiles », ce qui veut parfois dire avant le dit examen !

 La mémorisation

 

Lorsque vous utilisez des techniques de mémorisation pour améliorer votre mémoire par exemple, vous stockez vos informations directement dans votre mémoire à long terme.

Ce qui laisse la mémoire à court terme vierge et disponible pour d’autres choses. Vous pouvez apprendre 8 cours en même temps et sans rapport si vous le souhaitez et garder un taux de restitution incroyable.

De plus les informations que vous mémorisez avec les techniques que vous apprenez ici sont vivantes et mémorables par essence. Vous bousculez votre cerveau et il adore cela !

Cependant, et c’est l’erreur que font 90% des gens qui mémorisent : Ils sont tellement confiants d’avoir des informations inoubliables qu’ils ne répètent jamais.

 

Si vous ne répétez pas, vous oublierez, même si l’information était par essence « vivante et mémorable ». Car  les mécanismes internes de votre cerveau vont penser que ces informations ne sont pas utiles.

 A quelle fréquence répéter pour ne pas oublier ?

A mon sens, la réponse à cette question ne peut être résumée en une courbe.   Cela dépend de plusieurs facteurs.

 Le mode de mémorisation utilisé.

Si vous apprenez par coeur, vous devrez répéter longtemps et souvent. Dans l’exemple d’un examen, vous devrez répéter votre apprentissage par coeur au moins partiellement une fois par jour (totalement durant les premiers jours même) pendant quelques semaines, puis deux fois par semaine lorsque vous serez plus à l’aise, et au minimum une fois toutes les deux semaines, pour ne pas risquer de pertes d’informations.

En moyenne, au bout de 3 mois après un examen, vous perdez la plus grosse partie de ce que vous avez mémorisé par coeur si vous n’avez pas répété.   L’apprentissage par les techniques de mémorisation implique également des répétitions (fallait pas rêver hein !), mais beaucoup moins nombreuses.

Voici à titre d’exemple mes répétitions lorsque je mémorise des informations neutres.   1 fois par jour l’ensemble des données le lendemain et le surlendemain   1 fois tous les trois jours la deuxième et troisième semaine   2 fois par semaine le deuxième mois   1 fois par mois au delà du troisième mois   Cela suffit à ancrer de façon très durable l’information dans ma mémoire.

Dans le cas de certaines applications (mémorisation des pays du monde par exemple) je répète 5 capitales et pays par jour environ.

 L’émotion attachée à l’information

Votre courbe d’apprentissage ne sera pas la même si vous mémorisez des informations qui vous passionnent.   Auriez-vous besoin d’une répétition quotidienne si vous deviez mémoriser les informations sur votre marque préférée ? Probablement pas.

 L’état de votre cerveau   Je parle du point de vue « santé et hygiène » . Les substances qui détruisent vos neurones influent sur votre courbe d’apprentissage.   Vous aurez évidemment besoin de plus de répétitions et vous aurez l’agacement de constater que vous perdrez certaines informations que vous pensiez parfaitement mémorisées.

Un cerveau fatigué n’est pas non plus très vif lorsqu’il s’agit de mémoriser. Il a tendance à se concentrer sur les fonctions « vitales » d’abord.   Avez-vous remarqué que vous vous souveniez beaucoup moins bien des évènements neutres des journées où vous étiez fatigué que lorsque vous étiez parfaitement reposés ?

Un manque de sommeil chronique (dépend de votre métabolisme, mais à votre place je me méfierai des capacités de mon cerveau en dessous de 6h par nuit) implique un cerveau moins performant, donc plus long à mémoriser.

 Votre détermination

Habituellement, cela va avec la passion, mais pas toujours. Vous n’étiez pas passionné par mémoriser vos tables de multiplication, pourtant, vous avez eu la détermination d’y parvenir, que ce soit par la pression de vos parents ou par peur de ne plus suivre à l’école.   Il en va de même pour ce que vous mémorisez. Vous aurez besoin de moins de répétitions si vous avez la volonté de retenir l’information.

 L’utilité de l’information   Vous pouvez tout mémoriser. Vous pouvez même garder à vie tout ce que vous avez fait durant telle semaine en particulier. Il vous suffit de répéter la technique de cet article.   Mais est-ce que cette information vous sera vraiment utile ?

Si votre information est utile professionnellement ou personnellement, vous procéderez à des répétitions inconscientes au quotidien, donc vous n’aurez à répéter que ce que vous n’utilisez pas beaucoup et beaucoup moins souvent.

En résumé, si vous êtes un(e) passionné(e) de cuisine, que vous travaillez dans un grand restaurant, que vous avez une bonne hygiène de vie et que vous êtes fermement décidé(e) à retenir toutes les recettes de votre plat préféré, seules quelques répétitions suffiront à retenir l’information à vie.   Si vous êtes passionné(e) de moto, que vous travaillez dans un garage avec 4h de sommeil par nuit, et que pour X raison vous avez besoin de mémoriser des notions de droit immobilier, il vous faudra beaucoup de répétitions pour y parvenir, que ce soit par coeur ou par technique

… mais moins par technique de mémorisation quand même !

sing-post-cta-potion-de-vie

25 Commentaires

  • Article intéressant et assez complet. Je suis d’accord avec toi sur le fait que la répétition est importante dans le fait de passer l’information court terme à long terme.
    Mais ça dépend quand même beaucoup de l’émotion au moment de vivre la mémorisation.
    Lorsqu’il y a une émotion très forte, un évènement peut resté gravé dans le cerveau sans aucune répétition à ce moment là. Notre problème c’est que nous ne sommes pas capables de reproduire cette émotion sur commande pour faciliter la mémorisation. Alors ce qui fait que c’est en général complètement vrai ce que tu dis : il faut répéter et ne jamais sous-estimer la force de la répétition.

    • Salut Frederic et merci pour ton commentaire,

      Même avec les meilleures techniques de mémorisation, je me suis rendu compte que t’étais obligé de répéter régulièrement si tu voulais ancrer les informations.

      Souvent tu es confronté à des informations sans émotions et que tu as envie de retenir. Le seul moyen est de les rendre absurdes. Pour les émotions attachées aux souvenirs, effectivement tu n’as pas -trop- besoin de répéter

  • Bonjour Jean-Yves

    Voilà encore un bon article.

    J’utilise aussi la répétition espacée dans le processus de mémorisation.

    J’applique la méthode de Buzan: révision après 1h00, un jour, une semaine, un mois.
    Bien sûr ces temps ne sont qu’indicatif, mais après environ 1 mois, les informations sont bien ancrées dans la mémoire à long terme.

    Pour le vocabulaire des langues étrangères, j’utilise des logiciels « intelligents » comme Mosalingua pour iPhone. C’est très efficace mais cela demande un peu de discipline.

    Pour tes lecteurs intéressés, je laisse le lien vers un article sur la méthode fonctionnelle d’apprentissage de Tony Buzan qui est basé entre autre sur la répétition espacée.

    A très bientôt

    Cyril

  • Bonjour Jean Yves,

    merci pour cet article c’est très intéressant d’avoir différents retour sur les rappels. Personnellement comme Cyril j’applique les méthodes de Buzan même si au final comme tu l’explique très bien cela dépend du thème.

    Je pense qu’au final le plus important dans les rappels c’est de faire ses propres expériences pour voir ce qui nous convient le mieux.

    Merci encore pour ces articles tu es toujours très actif c’est génial.

    • Merci pour tes mots Sébastien 🙂

      Oui, chacun a son propre rythme de répétition. J’ai pensé qu’il était intéressant d’indiquer les miens pour simple indication, car je ne pense pas que les courbes et autres théories soient applicables pour tout le monde. Trop de facteurs entrent en ligne de compte.
      Certaines choses n’ont pas besoin de répétition pour s’en souvenir.

  • J’ai perdue ma grand me8re il y a 4 ans, elle pisasat sa vie dans sa cuisine et ce qui me la rappelle le plus c’est quand je fait ces fameux petits plats.La tarte aux pommes avec la recette de sa pe2te e0 tarte que j’ai apprise avec elle et les autres recettes que j’essaye de reproduire pour retrouver son gout : la charlotte au chocolat, les pigeons en cocotte, les pomme de terre e0 la cre8me avec du persil, ces coquilles st Jacques, ces choux e0 la cre8me La liste est longuePetit e0 petit j’y arrive et j’ai l’impression qu’elle est pre8s de moi dans ces moments le0Merci M Long pour ce joli post(Moi aussi c’est la premie8re fois que je laisse un commentaire)

  • Bonjour M. Jean-Yves PONCE

    Je suis actuellement en PACES ( concours médecine, dentaire, sage-femme…), et j’ai un gros problème, je pense que j’aurais du vous contacter plus tôt…

    En fait, j’ai travaillé sérieusement tout au long du semestre ( le concours est dans 2 semaines et demi ), j’ai appliqué la méthode su space-learning, sauf que je trouve que mes répétitions étaient trop sérré et depuis mi-octobre, je me suis retrouvé avec des journées rempli de plus de 10 cours à réviser !!!!
    M’étant fixé de toujours travailler selon ma planification, je voulais accomplir tout ce qui était écris dans mon agenda, mais vu la quantité de choses à faire, je consacrais moins de temps à chaque cours, et je ne les voyais que très superficiellement… Du coup il y a certains cours que je ne connais toujours pas sur le bout des doigts…
    Pour vous illustrer, voici comment était organisé ma planification ( rentrée le 8 septembre, et concours le 16 décembre ) : révision d’un cours le jour même, ensuite J+1, J+2, J+3, J+4, J+5, J+6, J+7 et je garde ensuite toujours cet intervalle d’une semaine. Mais c’était une grosse erreur… Je pense que j’aurais du faire des intervalles de 2 semaines et j’aurais dû marquer mes priorités dans mon agenda ! Ainsi, j’aurai eu des journées moins chargées et je pourrai pu faire des apprentissage de meilleur qualité.
    Les cours qui arrivaient en Octobre ‘agissait de cours très dense comme l’histologie ou la biologie de la reproduction, par exemple des cours de 20 à 30 pages en une journée.
    Mais je trouvais que ce n’étais pas rentable de rester 10h sur un cours de 30 pages et de l’apprendre par coeur, donc je me contentais de relire plusieurs fois toute en visualisant grâce à des images mentales ! Ceci à très bien marcher pour le cours sur le tissu nerveux malgré des détails que je ne retient toujours pas, toutefois, pour les autres cours il y a toujours beaucoup de détails que je ne connais pas.

    J’aimerai savoir si vous pouvez analyser mes erreurs, ce qui n’allait pas dans mon organisation, et j’aimerai également savoir si vous auriez des solutions à mon problème, s’il vous plaît ?

    Et puisque je ne l’ai pas trouvé sur votre site, j’aimerai savoir si vous pourriez faire un article sur les répétitions selon quelles sont actives ou passives ?

    Pour le par cœur, je sais que les répétitions doivent être actives, mais quand est-il de l’usage des techniques de mémorisations ? Et vous dîtes que le par cœur n’est pas utile, moi même je déteste, le par cœur, mais il y a des cours où j’étais obligé de les apprendre par cœur et aujourd’hui je l’en souviens très bien ( tout en ayant fait un travail de compréhension avant bien sûre ! )

    Merci d’avance, et au passage votre site est excellent !

    • Bonjour Thomas, je pense que votre « erreur » a été le trop grand nombre de répétitions que vous ne pouviez pas vous permettre étant donné votre formation intense. Vous auriez du espacer un peu plus notamment après le J+3 ou vous pouvez directement passer à un J+6ou7
      Ce n’est pas si grave de ne pas connaitre les détails et d’utiliser des techniques juste de lecture, mais à un moment il va falloir étoffer tout cela et vous « poser » sur papier pour vous tester et éviter que l’information ne disparaisse (ce qui arrivera si vous ne le faites pas).
      Entendu pour l’idée d’articles, merci bien 🙂

      • Bonjour,

        Merci de votre réponse.

        Pensez-vous que tout est jouable sachant qu’il ne reste plus que 2 semaines ? Pouvoir être parmi les meilleurs classés et obtenir une bonne moyenne ( pas moins de 11 ) ?

        Je vous rappelle que j’ai travaillé sérieusement mais qu’à cause de mes intervalles de répétitions étaient trop sérré, du coup journée trop chargée, et donc travaille plus superficiel. Et j’ajoute que j’aime ce que je fais mais je ne sais si ça pourra grandement aider en 2 semaines…

        Sauriez-vous quelle technique de mémoration ultra efficace pourra m’aider à remédier à ce problème ?
        Je le regrette amèrement, me dire que j’aime ce que je fais, alors qu’il y en a qui n’aime pas ce qu’ils font mais seront beaucoup mieux classés que moi car il était mieux organisé me fait vraiment de la peine…
        Sachant que si j’avais bien faite mon organisation, et en plus du fait que j’aime ce que je fais, j’aurais pu finir carrément dans le top 30, mais bon c’est trop tard et il faut chercher des solutions.
        Merci de vos conseils dans le message précédent mais auriez-vous des conseils plus précis pour réussir à m’en sortir ?

        Merci de votre compréhension.

        • A J-14, vous n’avez pas le temps de créer un système. Tout ce que vous pouvez faire maintenant, c’est procéder à des répétitions et synthétiser vos informations (ne perdez pas de temps dans les détails, c’est beaucoup d’efforts pour peu de résultats). Ne répétez pas 100 fois la même information par jour : 1 fois suffit, mais TOUS les jours.
          On pense à tort que répéter 150 fois un cours le même jour le fera mieux rentrer, mais c’est faux. Ce qui compte c’est les répétitions qui viennent après le premier jour.

  • Merci de vos conseils !

    Ils m’ont été assez utile, et m’ont permis d’au moins limiter les dégâts…

    Maintenant, pour se nouveau semestre, j’aimerai mettre en place un nouveau système en prenant en compte votre avis pour ne pas me tromper encore une fois.

    Que pensez-vous de ce système : J0 ( apprentissage le jour même ), J+1, J+2, J+4, J+7 ( 2 fois de suite ), J+14 ( 2 fois de suite) , J+21 ( jusqu’à la fin ). L’échéance se situe mi-mai.

    Merci de vos conseils, j’aurai dù vous consulter bien avant, je le regrette amèrement hélas, votre blog est excellent !! Bonne continuation !

    • Comme pour tout système de travail ou de révision, je dirai de faire un système basique, pas trop contraint par le temps sinon cela peut vite ajouter de la corvée à une tâche déjà exigeante 🙂
      Teste déjà sur quelques cours et affine ton système APRES.

      • Bonjour M. PONCE,

        Merci de votre réponse si spontanée, et encore merci de vos conseils.

        Toutefois, je n’ai pas clairement compris ce que vous vouliez dire dans votre première phrase. Que voulez-vous dire par système « basique », et les intervalles que j’ai désormais choisi sont-ils assez bien espacés ? Je sais qu’on ne peut pas savoir sans tester mais, au moins c’est LARGEMENT moins pire que les intervalles que je choisissais avant ( c’était la catastrophe, journée trop chargée, moins de temps consacrée à chaque répétition, travail superficielle, répétition inutile…)

        Encore merci de vos conseils, et j’attends avec impatience votre article sur les répétitions passives ( relecture ) et active ( répétition mentale ) 😀

        • Je pense que vos intervalles sont bien plaçés, mais que ce n’est qu’à l’usage que vous en serez vraiment sûr 😉 Peut-être vous aurez besoin d’espacer plus, peut-être moins.. Le piège est de vouloir faire trop de répétitions la même journée en pensant que cela dispensera des jours suivants (ce qui est faux). L’actualité étant assez chargée (sortie de mon nouveau livre lundi) je pense que les articles sur la question vont mettre encore un peu de temps à sortir 😉

          • Encore merci de votre réponse M.PONCE.

            Bonne continuation et je souhaite que votre livre connaitra le succès qu’il mérite :-).

  • Bonjour Jean-Yves,

    Je suis en train de dévorer votre blog.

    Votre article a suscité mon intérêt dans le sens ou j’ai un exposé à réviser pour le 3 novembre et ceci a attiré mon attention, il s’agit d’un commentaire destiné à Thomas.

    « A J-14, vous n’avez pas le temps de créer un système. Tout ce que vous pouvez faire maintenant, c’est procéder à des répétitions et synthétiser vos informations (ne perdez pas de temps dans les détails, c’est beaucoup d’efforts pour peu de résultats). Ne répétez pas 100 fois la même information par jour : 1 fois suffit, mais TOUS les jours. »

    – est-ce que cela signifie qu’il vaut mieux que je relise mon texte une fois par jour tous les jours au lieu de plusieurs fois par jour mais de façon espacée ?

    – avez-vous une technique de mémorisation pour apprendre facilement un texte ?

  • Bonjour,

    Je suis en PACES cette année et j’aimerais savoir ce que vous préconisez pour apprendre des cours très longs de 10 pages et plus ? Sachant que de nouveaux cours arrivent en même temps ? Il me parait impossible de TOUT apprendre par coeur d’un coup et j’ai peur de saturer, de me dégoûter des cours sachant que je dois tenir quand même toute l’année. Pensez-vous que juste lire et relire avec beaucoup de compréhension en utilisant la méthode du spaced-learning permettrait d’emmagasiner toutes ces informations sur le long terme ?

    Merci d’avance pour votre réponse !

    • Je ne préconise pas le par coeur déjà.

      Juste lire et relire ne suffit pas, vous devez trouver un moyen de vous interroger pour voir si vous avez bien compris. Après oui, du spaced learning carrément mieux. Vous devez également le plus possible mettre vos cours en mind maps avant de les recevoir (après, vous n’avez plus le temps) de façon à avoir une vision « aérienne » et pouvoir anticiper les infos plus importantes, et pour commencer votre travail de synthèse. Ce n’est pas grave si vos mind maps ne sont pas top, tant qu’elles existent…

  • Bonjour,

    Je passe le JLPT N4 en décembre. C’est un examen de Japonais. Je suis vraiment débutant, mais je voulais me lancer un défi…
    Il me reste 3 mois et demi, pour apprendre les alphabets syllabiques et les kanji, et quelques mots de base. Je pense qu’avec cette technique, je retiendrais beaucoup plus durablement tout ce qu’il faut!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.