memoriserlangueville

Comment votre ville préférée va faire de vous un expert en langues

Cadeau ! Votre formation gratuite : Une mémoire extraordinaire. Inscrivez-vous ci-dessous !

Bonjour à tous ! Aujourd’hui vous allez découvrir une technique ultime pour mémoriser le vocabulaire d’une langue. Le but est d’ici de mémoriser les mots de vocabulaire directement dans votre mémoire à long terme.
La semaine dernière, vous avez vu quels étaient les 100 petits mots les plus utilisés dans les conversations. Ces 100 petits mots sont la base de la communication dans n’importe quel langage. Apprendre à les repérer dans une conversation vous évite de passer trop de temps à comprendre le sens d’une phrase.
Ceci est très important lorsque vous apprenez à partir de DVD. Si vous ne voulez pas constamment lire les sous-titres pour comprendre le sens de la phrase, vous devez impérativement savoir repérer les 100 mots les plus utilisés.

Mais aujourd’hui, ce n’est pas de cela dont je vais vous parler. Non. Aujourd’hui, vous allez passer à l’étape supérieure.

 

Transformez votre ville préférée en espace de stockage

Votre ville préférée est l’endroit idéal pour stocker les mots clés du vocabulaire. A défaut d’avoir une ville préférée, votre ville de résidence fera parfaitement l’affaire.
Vous la connaissez comme votre poche. Peut-être pas entièrement, mais vous avez des boutiques favorites, des parcs où vous aimez marcher, des musées que vous aimez visiter, des bars où vous avez vos habitudes, et des écoles dans lesquelles vos enfants vont, ou bien vous allez vous-même.
Dans bon nombre de lieux dans votre ville (préférée ou de vie) vous avez vécu des souvenirs et des moments heureux. Comme vous l’avez déjà vu, les images associées aux souvenirs sont les plus fortes. Dès que les émotions entrent en jeu, elles forment des souvenirs puissants.

Voici comment vous pouvez stocker les mots de vocabulaire dans votre ville.

 Les noms, n’importe où dans la ville

Imaginez que vous soyez confronté au mot « shop » qui veut dire « magasin » en français. Vous allez le placer à l’entrée de votre magasin préféré. Vous devez transformer « shop » en image mentale.
Personnellement « shop » me fait penser à une choppe de bière. Je vais donc imaginer une chope de bière géante à l’entrée de mon magasin favori. Je la vois, je la sens, je la touche et je la goûte s’il le faut, mais elle se trouve à l’entrée de mon magasin favori.

 

 Le processus

Si on me demande comment on dit « magasin » en anglais, je vais immédiatement être téléporté mentalement devant mon magasin préféré. L’image de la choppe de bière géante va apparaître instantanément. C’est un peu comme Matrix, mais en mieux.

L’inverse se vérifie également. Si je vois le mot « shop », l’image de la choppe de bière géante va faire irruption de ma mémoire et me téléporter mentalement devant mon magasin préféré

 

C’est le même principe pour tous les noms : Usine -> « factory » (que je transforme en « facteur » et que j’imagine en équilibre au sommet de l’usine à la grande cheminée de ma ville)

 Les adjectifs dans les parcs

Les parcs sont des endroits merveilleux pour caser tous les adjectifs d’une langue. Comme vous avez décidé au préalable dans quel secteur vous allez mettre quel type de mot, vous savez que si vous voyez un adjectif, votre image se trouvera dans les parcs et les espaces verts !
Ne vous limitez pas à un seul parc. Prenez en autant que vous le désirez. Vous pouvez faire comme moi et prendre un parc que vous n’aimez pas tellement pour y caser tous les adjectifs négatifs, et un autre que vous adorez pour y mettre tous les adjectifs « positifs ».
Les couleurs peuvent être mises au jardin d’enfants (d’habitude des endroits très colorés). Faites comme bon vous semble et ce que vous préférez instinctivement, il n’y a pas de règle absolue. Déterminez juste où vous rangez vos adjectifs.
Le principe est le même que pour les noms,  le mot « shining » qui veut dire « brillant » me fait penser au film de Stanley Kubrick avec le gars à la hache. Je place cette image du film au-dessus de la grosse boule brillante (une sculpture de bronze) d’un parc que j’aime bien.

 

 Les verbes dans les complexes sportifs

 

Les complexes sportifs ont cela de bien que ce sont des lieux dans lesquels de nombreuses actions différentes prennent place. Une patinoire, un stade, un gymnase, un club de tir, un terrain de football ou de volley, un court de tennis, un golf etc.

De la même façon que pour les parcs, vous savez que vos images de verbes seront stockées dans vos complexes sportifs. Vous saurez déjà où chercher vos images, ce qui vous fera gagner un temps monstre pour récupérer votre vocabulaire étranger.

« to Shoot » veut dire « tirer » et mon image associée est une seringue (je sais, c’est glauque mais l’expression « se shooter » est assez commune finalement). J’imagine des gens tirer des seringues avec leurs arcs au stand de tir à l’arc. Je pourrai également imaginer l’équipe de foot de ma ville s’exercer au tir au penalty avec des seringues géantes. Libre à vous de prendre les images qui vous parlent le plus.

 Se rappeler des genres (féminin, masculins, neutre)

 

Il n’y a pas que l’anglais dans la vie et dans bon nombre de langues, les genres masculins et féminins (voire même neutre pour l’Allemand) sont importants. 
Une méthode qui va vous servir pour mémoriser les genres en même temps que vous mémorisez les mots est de diviser votre ville en autant de secteurs que de genres.
Si vous mémorisez l’Allemand, votre ville devra être découpée en 3 secteurs. (Un pour le neutre, un pour le masculin, un pour le féminin).
Par exemple vous pouvez mettre au nord tous les éléments masculins, au sud tous les éléments féminins et au centre tous les éléments neutres. Vous pouvez également prendre des repères visuels.

Tel quartier et tel quartier pour les mots masculins, tel quartier et tel autre pour les mots féminins etc.

Au delà du fleuve, je met les mots masculins, avant le fleuve je mets les féminins et les mots neutres dans la zone industrielle à l’Ouest. etc.

 

 Quelques conseils pour finir

Afin de clore cet article dense en beauté, voici mes derniers conseils quand vous vous lancerez dans cet exercice qui du coup deviendra beaucoup plus fun plutôt que de répéter pendant des heures les mêmes mots à l’infini.

 

 Une ville par langue.

Bien qu’il soit théoriquement possible de mémoriser plusieurs langues dans la même ville au moyen d’images multiples, je le déconseille car c’est source de confusion. Il vaut mieux utiliser une ville pour l’anglais, une pour l’Allemand, etc.

Faites vous confiance !

Cela peut sembler un peu rapide à mémoriser beaucoup de mots en peu de temps et vous serez peut-être amené à douter. Si votre image arrive directement en tête, c’est tant mieux ! De plus, ne perdez pas de temps à placer dans votre ville les mots que vous connaissez déjà par peur de les oublier.

 Soyez indulgents envers vous-même

Au début, il se peut que vous oubliez certaines images. Ce n’est absolument pas grave et c’est même normal. Vous n’imaginiez tout de même pas mémoriser à vie le vocabulaire étranger en ne l’ayant vu qu’une fois si ? En peu de répétitions, vos images deviendront solides. Parfois, une seule répétition est nécessaire pour mémoriser durablement

 Essayez d’augmenter votre rythme.

Si vous ne vous imposez pas un rythme minimum, le procédé va ralentir au bout d’un moment. Plus vous mémoriserez, plus vous serez tenté de prendre le temps de faire des images ultra détaillées (trop) de peur de les oublier. Relisez l’effet autoroute et mettez-vous au travail !

Vous possédez maintenant une technique ultime pour mémoriser le vocabulaire d’une langue étrangère. A vous de vous en servir pour avoir un avantage certain. 

Vous pouvez le faire, même si à la base vous vous trouvez nul en langues.

 

Ne serait-il pas jouissif de passer du statut de nul à celui d’expert en peu de temps de pratique, et le tout grâce à votre ville préférée ?

L’heure de la revanche a sonné ! <musique des Woo>

16 réponses
  1. Christophe Mongrédien
    Christophe Mongrédien dit :

    Merci pour cet article pratico-pratique et dont la mise en œuvre est très simple. J’imagine que nos lieux favoris prennent une consistance supplémentaire, chargés avec les mots et les images que l’on y a accroché… de la réalité augmentée en quelque sorte !

    Christophe

    Répondre
  2. Binh
    Binh dit :

    J’adore !
    J’avais déjà cherché à transformer le mot en image pour mieux m’en souvenir en utilisant sa traduction, mais transformer la prononciation du mot en image puis l’associer à l’image qui fait sens, ça c’est une découverte !

    Merci, je vais les faire pour chaque nouveau mot 😉

    Répondre
  3. valh
    valh dit :

    Bonjour
    Aïe! Avec mon sens de l’orientation, je sens que je vais avoir du mal à retrouver mes noms féminins ou masculins dispersés au nord ou au sud!
    Plus sérieusement, l’idée d’associer une image mentale au vocabulaire est extrêmement puissante, et les idées d’association (the shop-la choppe) sont très originales et personnelles, deux atouts reconnus pour la mémorisation…

    Répondre
    • JY Potion de vie
      JY Potion de vie dit :

      Salut valh et merci pour ton commentaire 🙂

      Le nord ou sud est une option parmi d’autres. Tu peux délimiter des quartiers ou même des villes voisines pour distinguer les genres 🙂
      Ou sinon centre ville – banlieue etc

      Répondre
  4. dom
    dom dit :

    Merci Jean-Yves !
    Tu viens de me donner la clé d’un ouvrage dans ma bibliothèque depuis une quinzaine d’année et dont je n’avais pas trouvé le mode d’emploi :
    LE PALAIS DE MEMOIRE DE MATTEO RICCI – Jonathan D. Spence – Plon
    chez Amazon, bien sur !
    Merci encore, ça va grave booster mon chinois 🙂

    Répondre
    • JY Potion de vie
      JY Potion de vie dit :

      C’est une extension de la méthode Loci. La méthode Loci suit une séquence. Là, chaque élément est indépendant les uns des autres mais se retrouve quand même… dans le désordre !
      ca tombe bien quand on apprend une langue, on n’a pas besoin de séquence !

      Répondre
  5. Clement
    Clement dit :

    Merci pour ces conseils (je suis tres mauvais en langues et ça va beaucoup m’aider).

    Cependant, j’ai 3 questions :

    Visiblement,pour mémoriser le voca d’une langue il faut beaucoup de chose différente dans la ville.
    Si on ne connait qu’une ville et que l’on fait 2 langues, comment fait-on ? Une de mes idées était de me balader dans des villages que je connais (je suis un campagnard ^^) pour retrouver ces actions. En plus, comme je compte utiliser cette technique pour l’Allemand, ce sera super utiles pour différencier les zone par genres.
    Mais…Est-ce faisable ?
    Et si je case des mots de voca d’allemand dans mon village d’enfance, pourrai-je, pour un sujet n’ayant aucun rapport (par exemple la geo ou l’économie) caser des mots/images/mot-clef de ce sujet dans mon village ?

    Enfin, dernière question :
    En anglais existe les verbes irréguliers et en allemand les verbes forts (les verbes qui se conjuguent bizarrement au présent/passe/Je-ne-sais-plus-quelle-temps).
    Comment puis-je me souvenir de leur conjugaison bizarre en utilisant la technique ?

    Désolé si je te semble exigeant avec toutes mes questions mais ta technique m’intéresse vraiment.

    Répondre
    • JY Potion de vie
      JY Potion de vie dit :

      Si tu dois mémoriser deux langues, prend deux villes Clément 😉

      Pour l’Allemand, il y a trois genres, donc tu devra la diviser en 3 secteurs pour ne pas les mélanger.

      Pour les verbes irréguliers et les verbes forts, je n’ai pas encore écrit d’article, mais j’y songe 😉

      Répondre
  6. gabriel
    gabriel dit :

    En cours d’anglais nous devons apprendre une 30aine de mots chaque semaine et oui , même en ecole sup !

    Le problème c’est que je n’ai que 30 secondes pour dire les 20 mots et je suis intérogé la semaine prochaine , juste pour utiliser ta méthode ou une semaine suffit a les ancrer ? Je ne veux pas que cela soit durable mais juste moins ennervant que du par coeur et surtout plus rapide et efficace 😉

    Répondre
  7. mylenia
    mylenia dit :

    Bonjour ! j’ai une question (désoler pour ce long post) :

    Quand j’entend un mot, je n’ai pas tout de suite une image qui me vient en tête (même si je l’ai déjà créer et utiliser), parfois il faut que j’y pense « consciemment ». Est ce que vous avez aussi expérimenter ce problème au début ? Et si oui, au bout de combien de temps arrive t-on a penser « en image » ?

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *