Créativité Mémoire

Comment apprendre avec une technique nouvelle et révolutionnaire

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Comment apprendre avec une technique nouvelle et révolutionnaire

Je ne pouvais pas vous parler de cette technique nouvelle sans vous parler un peu de comment j’en suis arrivé à sa conception. Je me permets un peu d’histoire personnelle :

Mon histoire : comment nous sommes devenus des encyclopédies vivantes sur un sujet dont tout le monde se fout.

Il y a environ 15 ans, je passais beaucoup de temps à jouer aux cartes avec des amis. Pas le poker, pas la bataille mais les fameux jeux de cartes à collectionner comme Magic par exemple.

C’était notre petit rituel.

On savait que les vendredis et samedis soirs on passait jouer chez Dédé. Dédé était un mec très sympa, proche de la retraite. Il tenait un bar brasserie à l’ancienne qui n’avait que peu de clients les soirs, mais qui tournait bien entre 12h et 14h. Les soirs, il n’y avait que nous qui jouions aux cartes sur les banquettes vertes bouteilles, et il était fréquent que Dédé s’endorme sur le comptoir à force d’attendre que le temps passe. De temps à autres on le réveillait pour lui commander une glace ou un « croque-frittes » (un croque-monsieur avec des frittes).

Chaque semaine on jouait aux cartes à collectionner. On attendait ce moment comme des gamins attendent Noël.

On a rapidement abandonné Magic pour un jeu nettement plus amusant (et compliqué) : Vampire.

Le principe était simple : on jouait le rôle de très vieux vampires et notre but était d’engager des personnages pour manger le joueur sur notre gauche, tout en évitant de se faire manger par le joueur de droite. Et ce qui était bien, c’est qu’on pouvait jouer à 4 ou 5 facilement. Les cartes représentaient des personnages, des actions, des modificateurs d’action, des réactions, des coups politiques, des équipements etc.

Tout ce qu’il faut pour manger joyeusement à coups de crocs de vampires quoi.

L’autre particularité était qu’il existait des milliers de cartes chacune avec des règles spéciales, et le tout en anglais exclusivement. Chaque carte ne se jouait que dans une condition précise, avec un symbole précis, dans un ordre précis avec un effet précis, et qui pouvait être combiné avec d’autres.

Vous pourriez penser qu’essayer de retenir toutes ces cartes était une pure perte de temps. Et pourtant.

Le fait est que chaque semaine chaque joueur arrivait avec un « deck » (jeu) différent. Avec des cartes différentes. On était comme des alchimistes fous qui cherchaient des formules pour bouffer le fameux joueur de gauche et survivre au joueur de droite.

A force de jouer, il est arrivé plusieurs choses intéressantes qui de fil en aiguille sont à l’issu de cet article un peu spécial.

  1. A force de jouer, on en était venu à avoir mémorisé pratiquement toutes les cartes ET leurs règles d’application, parfois terriblement complexes. Soit des milliers de cartes différentes.
  2. On savait instantanément toute la carte dès qu’elle était jouée. La simple illustration suffisait à nous rappeler tout le reste du texte.

Par exemple un truc aussi indigeste que ça :

Un exemple de carte habituelle

Un exemple de carte habituelle

Vous ne comprenez rien à la carte ? C’est normal. Mais pour nous c’était aussi évident que le croque fritte de chez Dédé à 11h du soir. Ce que je veux dire par là, c’est que rien qu’en regardant l’illustration (pourtant très moche) on savait exactement à quoi on avait affaire. Quand je dis « exactement », ca veut dire EXACTEMENT. Imaginez que chaque joueur avait en moyenne une dizaine de cartes comme celle-ci avec leurs propres règles posées sur la table. Multipliez par 5 joueurs et vous aviez une bonne idée de tout ce qu’il fallait retenir en même temps.

Sans comptez les 7 cartes en main, les cartes éphémères, les cartes des autres joueurs sorties en dernière minute etc.

Et vous savez quoi ?

On y arrivait à l’aise.

Avec du recul, je me dis que quand même, on était de véritables fous. Des autistes, des geeks. Les gens qui ne connaissaient pas le jeu nous regardaient jouer avec un mélange de peur et d’admiration, un peu comme lorsque l’on regarderait « Rain-Man ».

La vérité est qu’on était aussi de vraies encyclopédies vivantes sur un jeu où on était peu à jouer en France (ces cartes n’ont d’ailleurs jamais été traduites en français, c’est un signe de l’engouement !). On avait mémorisé un jeu compliqué, rempli de règles et pourtant on s’amusait vraiment. De vraies barres de rire.

Et des prises de tête aussi. Mais surtout des moments énormes. Enfin c’est les souvenirs que j’en garde.

Mes cartes, je les ai gardées pour la plupart, et elles prennent la poussière dans un sac. Le temps a passé, la vie a fait son travail de changement, Dédé a revendu son bar et est parti à la retraite. Il sillonne la France en camping car aux dernières nouvelles.

Il y a peu de temps, j’ai ressorti les cartes, juste pour les regarder et me rappeler. 15 ans après certaines était si puissantes que je me souviens encore précisément de leurs règles sans la moindre erreur.

J’ai eu une idée.

Aussi folle que le croque-monsieur de 23h, mais à mon avis décisive pour apprendre à mémoriser autrement.

 

Apprendre avec une technique et mémoriser à long terme grâce aux cartes à jouer

Il y a peu de temps, Quentin, un étudiant de fac d’histoire me demandait de l’aide pour mémoriser ses dates. 200 dates. Je me suis dit qu’il était temps de tester ce qui me trottait dans la tête depuis un moment déjà. J’ai demandé à Quentin s’il était partant pour tester une méthode nouvelle que je n’avais jamais essayé avant sur de vraies connaissances. Il a répondu ok, il m’a fait confiance.

Le résultat, vous le connaissez.

L’Histoire de Quentin a montré qu’il était donc possible de transformer les cours les plus chiants et les plus indigestes en cartes à jouer pour les rendre faciles à mémoriser.

Mon idée est que je crois fermement qu’il est possible de transposer cette méthode à n’importe quel type de cours.

Attention ! Pour que cela marche, il est important d’avoir un support physique et non un simple logiciel sur ordinateur/mobile. Le contact avec quelque chose de concret, un objet, voire une oeuvre, fait toute la différence.

Pourquoi cette méthode marche ?

  1. Une carte vous permet de représenter beaucoup plus d’information sur une surface réduite qu’un bloc de texte indigeste. Vous apprenez beaucoup plus de choses rapidement
  2. Une carte est plus jolie à regarder, donc plus agréable et plus facilement mémorisable pour le cerveau. Vous apprenez plus facilement.
  3. L’illustration est la pièce maîtresse : elle permet de donner vie à vos informations. De leur donner un sens et donc de les rendre facilement mémorisables. Si vous ne donnez pas vie à vos informations complexes, vous ne les retiendrez jamais. Pour apprendre à donner vie à ce que vous cherchez à mémoriser, essayez cette technique de mémorisation (plus de 100 commentaires sur cet article au passage !)
  4. Les symboles, les couleurs et les illustrations de la cartes permettent de compresser vos données, un peu comme un fichier « Zip » qui contient énormément de choses une fois « dézippé ». Vous gagnez de la « place » dans votre esprit.
  5. Vous apprenez en jouant, donc c’est nettement moins une corvée. Parfois, c’est même un plaisir ! Demandez à Quentin…
  6. Créer les cartes est peut être un peu plus long au début, mais en le faisant vous commencez déjà à mémoriser, cela revient un peu à ce que je disais sur les gribouillis et la mémoire. Vous gagnez du temps et vous aurez moins besoin de réviser plus tard.

Comment créer des cartes qui fonctionnent pour vous

C’est un peu le graal que je cherche à atteindre en ce moment. Mais cette méthode ça MARCHE ! Cette semaine, Marie, une étudiante en médecine a commencé à créer ses propres cartes pour apprendre la médecine et les médicaments (vous savez ces trucs pour guérir avec des noms à coucher dehors).

Le tout est que vous vous créiez un jeu et pas simplement des cartes. Un jeu avec un but, jouable seul ou à plusieurs, sauf qu’à la place des vampires, ce sont des trucs à mémoriser dont vous avez besoin pour les examens et les concours… imaginez l’utilité et l’impact sur votre vie.

Je vous en parle dans le prochain article, mais j’aimerai que dans les commentaires ci-dessous vous me disiez : Quel est le cours le plus difficile à retenir pour vous ?






New Graphic

Votre formation gratuite dans votre boite E-mail : 



sing-post-cta-potion-de-vie

58 Commentaires

  • Salut Man !

    cours difficile : cours d’Arabe , chaque lettre de l’alphabet peut avoir 3 façon d’être écrite :), selon qu’il est placé au début/milieu ou à la fin :).

    Pour ma part je m’intéresser un moment au storyboard au cinema/pub/bd…, je me demander comment ont pouvait adapter cette technique pour transformer ce que l’on souhaite apprendre sous forme de storyboard, j’avais même prévus d’acheter un bouquin sur ce sujet, mais comme je suis le plus grosse faignasse du monde, je me suis dégonfler :’

    si ça peut te donner des idées pour les cartes.., après tout, le but du storyboard c’est de créer des vignettes d’image avec l’information condenser au max :O !

    http://www.amazon.fr/Lart-Story-board-Cin%C3%A9ma-Publicit%C3%A9-Animation/dp/2212122381/

    sinon tu pourras dire à Marie si elle veut bien partager ces cartes !

    Merki et tchuss

  • Salut !

    Pour rester dans la médecine… L’anatomie ( et oui c’est pas gagné d’avance ça)… facile quand c’est ce que l’on voit sur nous. Mais dès l’instant qu’on rentre plus profondément dans un corps constitué de multiples couches, parois qui sont loin d’être découpées de manière aussi structurée qu’un rubik’s cube… où chaque muscles, os, viscères, ligaments, tendons… (et leurs différentes organisations) sont structurés pour donner de l’ostéologie, de l’arthrologie, des fonctionnalités des plus complexes. Il faut connaitre dans le détail et dans le global … difficile de faire des liens, mais peut être aussi complexe que ce système de jeu de carte où chaque carte à une action suivant le contexte ?! Et où chaque catégorie de carte ( les gugusses, les actions, les remèdes… pour le jeu) représente une catégorie du corps humain ( muscle, os … ) y a certainement moyen de transposer ça !!

    • Oui, d’ailleurs si tu arrives à me sortir des « familles » de parties de cours d’anatomie à apprendre, je te les transforme en cartes 😉 Une famille pourrait être le système respiratoire, une le système osseux ..; etc.

    • mon avis à 10 cent :

      Je pense que le best manière d’attaquer , c’est d’essayer de comprendre la signification des termes souvent issue du latin ou du grec

      ex: foramen : fora = trou etc…. 🙂

      c’est vrai que ça doit être un peu plus long mais est ce que ça n’en vaut pas le peine 🙂
      (faudra aussi que je pense à commander « la médecine pour les nuls » 🙂

  • Ah oui bien sûr, dans les grandes lignes on peut avoir : le membre inférieur ( ostéologie et arthrologie) le membre supérieur ( idem ), la colonne vertébrale/cage thoracique ( idem ), l’appareil cardio vasculaire ( artere, veine, système lymphatique), appareil respiratoire, appareil urogénital, appareil digestif, crâne, système nerveux.

    Aussi des parties plus globales comme : le tronc ( thorax et abdomen), le petit bassin et la tête, le cou.

  • Moi pour mon examen d’entrée à l l’école d’avocat je serais bien tenté de te dire…

    Pour la procédure civile, le droit fiscal ou le droit des obligations… Voire même les libertés publiques.

    Comment est ce que tu représenterais disons la partie sur la résolution du contrat ?

    Cette technique me semble puissante en tout cas, et encore plus intéressante que les mind maps, mais uniquement si elle est bien « séquencée » je pense, i.e bien cerner le sujet et arriver a bien faire les liens entre les cartes !

    • Oui Quentin c’est exact, il faut partir dans la bonne direction et synthétiser correctement 😉
      Peux tu m’envoyer un exemple de procédure civile ou de droit fiscal ou droit des obligations ? Quelque chose de simple pour que je puisse te donner un exemple dans le prochain article. Tu me l’envoies sur le formulaire de contact, par mail 😉

  • Salut, pour moi un gros cours que j’adore et que j’aimerai connaître sur le bout des doigts est la chimie organique.

    D’une part il y a la nomenclature que je connais déjà bien mais qu’il est toujours possible d’approfondir pour pas mal de cas, les plus compliqués qui suivent des règles précises ou encore tous un tas de molécules qui ont des noms particuliers et uniques sans tenir compte des règles de nomenclature. (jeu de carte possible mais illustration de la molécules obligatoire)
    D’autres part il y a les réactions organiques!
    Il y en a une infinité évidemment mais que l’on peut regrouper par grosse FAMILLE puis par TYPE DE REACTION et pour chacune de ces réactions type, il y a tout un tas de DONNEES à connaître.

    Le truc c’est qu’il y a des sous familles, certains types de réaction peut appartenir également a des CATEGORIES identiques mais de familles différentes etc. (il y a des liens un peu partout)

    Personnellement, je pense qu’il est possible de classer les réactions organiques les plus importantes, mais il y en a tellement et pour chacune un flux de données trop important et spécifique à la réaction (cela comprend par ex: réactifs types, catalyseurs types, solvants types, règles spécifiques comme des conditions, mécanisme spécifiques,…)

    C’est peut-être sur ce dernier point que devrait porter un jeu de carte sur les réactions, je précise que les mécanismes des réactions peuvent être expliqué avec des mots lorsque que l’on s’y connait un peu même si l’illustration est fortement recommandée.

    Conclusion:
    jeux de cartes possibles: nomenclature et réactions

    Des tonnes de boulot en perspective en amont seront indispensables pour créer un jeu de carte en chimie organique 🙂

    PS: J’ai déjà commencé un fichier excel avec des « fiches » de réactions, voici le lien ou je l’ai stocké pour avoir une idée
    https://drive.google.com/file/d/0B2YCPcQaMUK0VktYTkltdnk2ZmM/edit?usp=sharing

    • Salut Alexandre,
      Oui tu as raison, l’illustration de la molécule est obligatoire. En fait la grosse illustration est vraiment vraiment importante car elle te sert de clé d’accès à ta mémoire. Elle symbolise ce que tu essaies de mémoriser. Dis toi que plus tu as de symboles/couleurs/icones sur ta carte, plus elle sera facile à retenir. Evite au maximum les pavés de texte, pense plutôt « mots clés » et pictogrammes.
      Si tu peux regrouper en familles c’est déjà génial, et c’est très bon signe pour la suite !
      Les familles de molécules formeraient par exemple la couleur de la carte.
      Les types de réaction seraient le corps de la carte, le texte pour lequel tu vas devoir utiliser des symboles, des icones, de la simplification quoi.
      Tu vois quand tu dis que certains types de réaction peuvent appartenir à des catégories c’est en fait génial. Tu peux symboliser ce type de réaction. Si c’est une explosion (je dis n’importe quoi) tu peux juste dessiner une mini bombe et t’auras plus besoin de texte.
      Tu pourras dupliquer ce petit symbole à toutes les autres cartes qui ont ce type de réaction.

      Commence par réfléchir à la structure de ta carte en général, n’essaie pas de trop vouloir la charger tout de suite. Certaines infos seront superflues, d’autres devront être synthétisées d’une manière ou d’une autre (soit par le jeu des icones, soit par des mots clés)
      Si tu penses « famille », c’est bon signe, ca te donne un classement déjà, une direction dans laquelle partir.

      Merci beaucoup pour ton google drive, ca reste un peu du chinois pour moi, je n’y connais rien, mais je vais essayer de te donner un exemple dans le prochain article pour voir 🙂

        • J’ai essayé un modèle de carte de molécule, mais vu que pour moi c’est du chinois, j’ai effectivement pris deux illustrations. Je ne sais pas si c’est mieux, mais tu peux faire les deux en fait.
          Si tu as du mal à retenir la molécule et sa structure, privilégie ceci dans ton illustration. Je te ferai voir dans le prochain article (je pense le publier mardi ou jeudi)

  • Hello Jean-Yves !
    Dans la suite de nos précédents échanges par mail, un domaine super complexe : le droit ! 😉
    En ce qui me concerne, pour les concours : le droit public et administratif…
    Merci pour tes articles !

  • Salut JY,
    Pour moi le cours le plus difficile à retenir est justement celui d’histoire en premier et ensuite celui de maths ^^
    Je me demandais du coup si pour l’histoire les cartes ça marcherait pour retenir un cours entier et pas juste des dates ? Parce je sens que je vais galérer pour apprendre mes cours pour le bac >.<

  • La physique ! Trop de formule partout c’est l’indigestion totale. Plein de lettre qui change de signification selon la formule et des unités diverse et varié. C’est horrible à retenir.

    Parfois le vocabulaire dans une langue aussi (pour moi le japonais) mais j’essai avec la technique de la ville.

  • Yo ! Ouais j’ai remarqué la même constatation mais avec les jeux vidéos comme Dota2 : 60 héros avec 4 sorts chacun + une bonne deux centaines d’objets à faire (avec des patrons nécessitant tels ou tels objets etc…), c’est fou !

    @Lyschan
    Pour l’histoire je fais un truc : tu as tes dates et les événements
    Par exemple : 1944 droit de vote des femmes
    Tu imagines à quoi peut ressembler ton chiffre 44 ( il y a un article sur le site 😉 ), pour moi ça sera une tronçonneuse.
    Donc je m’imagine un groupe de femme faisant irruption dans un bureau de vote armées de tronçonneuses voulant tout détruire.

    Mais ensuite tu peux rajouter d’autres choses, par exemple que c’est De Gaulle qui a accordé le droit de vote. (De Gaulle me fait penser au pénis FACILE HEIN ? haha 😉 )

    Donc je reprends l’histoire : un groupe de femmes fait irruption avec tronçonneuses et décide de couper toutes les testicules des mecs présents dans le bureau etc…

    Sinon pour les maths au bac ( je l’ai passé y a 2 ans), j’avais fait que des exercices, bcp d’entraînement : c’était pour avoir au fil du temps avoir  » la petite astuce « . La réflexion ce se travaille aussi ^^. Mais en gros, les exercices se répètent en général. Donc tu en fais un max et t’auras forcément un exercice qui aura la même tronche que celui que t’aura fait ! (j’ai 18 en faisant ça 😉 )

    Bonne continuation
    Henri

  • J’ai un besoin d’aide pour mémoriser l’ensemble de mes cours de droit, je reprend mes études après 20 ans abstinences !!, pouvez vous m’aider à mettre en place un méthode concrète que je puisse appliquer à la majorité de mes cours, je ne connais pas malheureusement ce jeu de carte du deck.

    Merci beaucoup.

    Pascaline

  • C’est peu comme les fiches des filles pour réviser les sciences naturelles à l’époque, les fiche était de petite taille, avec un grammage de 250 gramme, titre et sou-titre en feutre fluorescent, c’était beau à voir, jolie à regarder comme tu l’a dit
    Pour les maniaques du détail c’est du bonbon tous ça, le tout est de s’organiser et être attentif
    Toujours en vacances !

  • Bonjour,
    en faisant quelques recherches, je suis tombé très rapidement sur les jeux de cartes pockémon apparemment il en existe au moins 12 jeux de 60 cartes soit 720, ce qui fait de quoi stocker sur des images ludiques, qui peuvent aussi rappeler la jeunesse de certaines personnes.
    Ma question est : est ce que l’on peut associer plusieurs formules ou définition à une même carte, ou vaut-il mieux n’en stocker qu’une seule ?

    • Salut Philippe ! A mon avis, il vaut mieux faire plus de cartes avec ne seule formule que des cartes surchargées de plusieurs formules, mais c’est à l’usage que tu t’en rends compte si c’est trop ou pas, donc comme ça, je ne saurai te dire… Note que j’ai un patron à télécharger tout prêt si tu veux commencer à créer des cartes et que tu as photoshop, tu m’envoies un mail et je te le transfère 😉

      • Bonjour ,
        tout d ‘abord merci pour cette mine de conseils et d’infos ! Couché tard cette nuit mais ça vaut le coup !!
        Je me présente : j ai 39 ans (encore pour quelques heures!) , je suis prof d eps depuis 15 ans (capeps en 2001) et je me suis motivé pour passer l agrégation interne d eps . Raté l année dernière non par manque de travail mais par manque de méthodes et de connaissances !

        J’essai de faire simple ; après 15 ans de disettes ( pas vraiment mais bon …) je me lance dans l’agrégation d ‘eps qui consiste en 2 écrits de 6h chacun ( histoire de l eps depuis 1958 et un de pédagogie de l’es ) qui se déroule en janvier (2016).
        Après les écrits il y a les oraux avec des pratiques physiques , en avril .Pour aller aux oraux il faut avoir les écrits .
        Concrètement ma démarche de conseil ici est en premier lieu pour la prép. des écrits .
        Donc en histoire il y a 5 Thématiques( mixité en eps au cours de la Vème République par ex ) , et en péda 6 ( le développement de l’élève par ex ).
        Il existe une très grosse exigence des correcteurs sur la méthode mais aussi et surtout sur l’argumentation en terme de connaissances :
        dates ,citations,articles,textes de loi ,évolution sociale,politique,économique…. .Et c ‘est la que ça se complique . un thème va présenter une 30 aines de citations divers ( une citation =auteur, nom de l’article, éditeur ou ref et date ) .
        Donc pour l’histoire 150 citations est une très belle base de connaissances mais au secours !!!
        Voila j ai pensé pour mémoriser en histoire , au vu des articles (étant féru de jeu de rôle etc…):
        construction d’une map avec 5 régions (5thèmes) et des cartes (deck) correspondant à chaque région .
        dans chaque région des cartes avec des acteurs ( de l’eps, des sociologues,pédagogue etc…) des textes off ( des références aux textes programme eps ,école , société) .
        Mes questions :
        La difficulté en histoire c’est que je ne sais pas comment je peux faire pour faire ressortir les évolutions des conceptions , des idées sous jacents au thème ? faire une carte règle spécifique à la région ?
        Comment je peux jouer reellement sur cette carte et avec ces « deck »?

        Voila je ne sais pas si je fais bonne route j essai de construite ma première carte aujourd’hui

        Objectifs :
        Passer l’épreuves des écrits (fin janvier 2016) avec des connaissances automatisées et « articulables » entre elles !J ai caler mon emploi du temps de la semaine et week end sur cet examen ,je mets ma vie privée et sociale entre parenthèse pour chopper cet exam meme si je suis en poste dans mon lycée !

        MERCI beaucoup …

  • Je reviens encore dessus, la matière qui me pose le plus de difficulté c’est le corps humain appareil musculo squelettique, appareille circulatoire, système endocrinien et hemolymphatique.

  • Bonjour Jean-Yves, cette technique m’a l’air géniale (je jouais moi même à des jeux de cartes étant petit) et j’ai hâte de m’y lancer! Seulement j’aurais une question: comment faire ces cartes ? As-tu un site qui le permet?

  • Bonjour Jean Yves,

    J’ai entrepris une formation en droit fiscal, en dcg comptabilité, et je souhaiterais savoir comment faire pour mémoriser les règles fiscales de mon cours qui au complet est un classeur de plus de 600 pages.

    Mathieu

  • bonjour,

    je commence a apprendre les noms des os du squelette par coeur mais ne retint rien.
    Ainsi je serais avancé pour la rentée.
    Comment faire? Par le dessin, en associant le nom avec des images,

  • Personnellement j’ai un peu de mal avec les cours d’eco. Il y a beaucoup de notions a retenir et en plus, il faut les savoir sur le long terme (je rentre en Premiere ES avec une perspective de continuite en BTS commercial). Je pense me servor de cette technique afin de m’aider car ce que j’ai lu m’a vraiment convaincue. Merci bien

  • Bonjour,

    L’idée des jeux de cartes a soulevé une interrogation.
    Est-il possible par exemple à partir d’un deck de cartes Pokemon (ou autre) préexistantes, d’apprendre un cours ? Les illustrations étant fantaisistes et donc assez générales, je suppose qu’il est possible d’associer à un deck un cours d’économie par exemple.
    De manière concrète, et en ne se limitant pas qu’à l’illustration. On suppose que le type du Pokémon définit une partie du cours (les « feu » représentent le I du cours), que le plus puissant représente le 1), l’autre le 2), etc …
    Ensuite, avec l’illustration, par association d’idées, on replace le contenu des parties.

    Finalement, si le jeu nous intéresse, il est possible de restituer son deck de « cours », parce qu’on connaît les cartes qui le constituent, on peut aussi dire de quel type et le pokémon, et ainsi restituer le plan du cours, et de manière quasi-automatique, le cours en lui-même.

    Des avis sur une telle méthode s’il vous plaît ?

  • Bonjour,

    Je suis en vétérinaire et j’ai beaucoup de mal avec le cours d’anatomie (entre autre) et je trouvais l’idée des cartes sympa étant donné que j’ai extrêmement de mal à me concentrer quand je dois étudier mon cours ligne par ligne
    Mais le problème c’est que la quantité d’informations est énorme et la professeur très exigeante et très pointilleuse et je ne pourrais pas tout marquer sur une carte.

    Vous pensez quand même que cette méthode est applicable ? Ou est ce que je devrai envisager une autre méthode comme le mapping ? Là encore je ne saurai pas trop comment m’y prendre, pourriez vous me donner des conseils s’il vous plait ?

    Merci !

    • Si ton problème vient du fait que tu manques de place pour marquer les choses, t’auras les mêmes soucis avec le mapping où il faut que tu choisisses seulement un mot par branche. Je te suggère d’essayer de synthétiser beaucoup plus et de quand même essayer de créer une carte (diminue la taille de l’illustration au pire)
      Peut-être également qu’il te faut plusieurs cartes pour un meme sujet plutot que de tout vouloir mettre sur la meme

  • Bonjour,
    Perso, je dois apprendre environ 100 mots de vocabulaire en néerlandais par semaine et j’utilise une méthode qui ressemble beaucoup.
    Je dois écrire le mot en néerlandais sur une face de la carte et sur l’autre j’écris la traduction.
    Ca marche aussi, je suis devenue super forte alors que je suis française et que je n’ai fais que deux ans de néerlandais au lycée alors que les autres en font depuis le primaire.

  • Bonjour, je suis en prépa, et voilà ce système de carte m’intéresse car quand j’étais petit, j’y jouais beaucoup (Yu gi Oh).
    Il existe d’autre jeux comme par exemple Magic the gathering et Pokémon.
    Je me demandais donc, si il serait possible d’associer par exemple les carte Yu gi oh aux maths, les Magic à la physique et Pokémon à la chimie.
    Mais n’ayant pas le temps de créér les cartes et vu que les cours vont très vite, serait il possible d’associer une carte à un théorème par exemple….
    Bien sûr j’utiliserais par exemple la couleur, en fonction du chapitre, les dragons pour les théorèmes,……
    Et donc si certains d’entre vous ont déjà tester

    • Salut Louis, tout ce qui te permet de relier des théorèmes etc. à des choses que tu connais est une bonne idée, donc oui, si tu trouves un moyen, même tordu de relier cela à Yugi-Ho, Magic ou n’importe quoi d’autre, n’hésite pas à l’utiliser. Moi je l’ai fait pour un autre jeu de cartes qui s’appelle Vampire, et cela marchait très bien

      • Une autre question, j’ai vu que plusieurs personnes utilisaient ce système de carte. Je voulais savoir comment font il pour imprimer ces cartes? Où les laissent ils sur ordinateur?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.