Confiance en soi Mémoire

Neuroplasticité : comment avoir un super cerveau

neuroplasticité
Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Neuroplasticité : La dernière fois, alors que je roulais en voiture, j’écoutais une émission radio dans laquelle Teddy Riner était interviewé.

Il parlait de Paris 2024 et de sa volonté de reparticiper au plus haut niveau, de ne pas abandonner.

En gros, c’est le retour de Teddy, et c’est déjà admirable en soi au niveau de la volonté et de l’état d’esprit.

Mais là où il risque fort de faire la différence, ce n’est pas dans sa façon d’utiliser ses muscles, mais plutôt son cerveau,

Car Riner, comme certains génies dans d’autres domaines maîtrise parfaitement l’art de la neuroplasticité.

Et si vous l’utilisez aussi, alors rien ne pourra jamais vous arrêter dans vos buts ultimes.

Avant de commencer, je tenais à vous remercier pour votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux sur la chaîne et je vous en suis infiniment reconnaissant.

Cet article sera riche d’inspiration et d’enseignement, et afin de ne rien manquer, je vous recommande de vous abonner et de télécharger la carte mentale récapitulative

Pour résumer de façon très simple la neuroplasticité, c’est ce qui fait que votre cerveau est comme de la pâte à modeler. Vous pouvez le façonner pour qu’il devienne performant là où vous voulez qu’il le devienne.

Lors de l’interview de Teddy Riner, il a dit quelque chose de très important et pour lequel vous devriez vous inspirer.

“Je vais aller chercher des compétences au sol, et pour cela, il faudra que j’aille au Brésil, et dans les pays de l’Est.”

La neuroplasticité selon Teddy Riner

Alors qu’il est déjà multiple médaillé et déjà au sommet de son art depuis de nombreuses années, Teddy Riner estime qu’il peut aller chercher des compétences, de la même façon que vous iriez vous acheter un nouveau portable avec un meilleur appareil photo ou une nouvelle paire de baskets.

Et c’est une leçon très importante car en focalisant votre attention sur une compétence qu’il vous manque et en la pratiquant de façon acharnée, vous allez non seulement devenir plus performant, mais en plus vous irez même jusqu’à modifier la forme réelle de votre cerveau

Mais vous n’avez pas besoin d’être un sportif médaillé pour modeler votre cerveau à votre guise avec la neuroplasticité..

Lorsqu’Albert Einstein est mort en 1955, les gens ont absolument voulu savoir s’il avait un cerveau différent des autres.

Et effectivement ce fut le cas. Les scientifiques se sont rendu compte que les aires du traitement numérique et spatial étaient particulièrement développées. Beaucoup plus que la moyenne.

Autre exemple troublant : celui des chauffeurs de taxi londoniens qui ont la réputation de mémoriser toutes les rues de Londres, de tête, sans aide extérieure. C’est même un prérequis pour obtenir leur précieuse licence.

Et bien ces chauffeurs de taxis ont également un cerveau différent, avec un traitement spatial beaucoup plus développé et beaucoup plus de connexions neuronales.

Un cerveau plus gros donc, mais également plus performant, avec plus de neurones.

Et c’est là que vous pouvez intervenir, en cherchant à créer dans votre cerveau une substance rare, et au moins aussi précieuse que l’or : la myéline

La myéline, c’est ce que d’autres appelleraient la matière grise. Il s’agit d’une substance qui recouvre vos neurones, les renforcent, et les rendent beaucoup plus efficaces et rapides pour transmettre l’information.

Pour prendre un exemple, au niveau de la vitesse, c’est comme si votre cerveau passait d’une connexion modem 56K directement à la fibre,

Et au niveau de la robustesse de vos neurones, c’est comme si c’était un réseau électrique vétuste de fils dénudés à un réseau protégé par des gaines renforcés.

Car la myéline, c’est bien une substance qui protège vos neurones et qui ralentissent le déclin cérébral.

Alors comment on active cette fameuse myéline ?

Faire comme Teddy Riner est un bon point de départ.

Votre vie est un jeu vidéo de neuroplasticité

Aller chercher les compétences qui vous manquent est un point de départ idéal. Tant que vous ignorez qu’elles existent ou que vous ne faites pas l’effort d’aller pratiquer ces compétences, alors votre cerveau n’aura rien de plus que les autres.

Mais imaginons un instant que votre vie soit comme un jeu vidéo grandeur nature.

Vous êtes le héros d’un jeu qui devient de plus en plus fort avec le temps. Pour débloquer l’accès à certains pouvoirs, vous avez souvent besoin de prérequis et de progresser dans des sous compétences.

Imaginons que vous souhaitiez devenir le Teddy Riner de votre métier. Prenons par exemple le métier d’avocat.

Vous avez passé tous les prérequis des diplômes et maintenant, il est temps d’acquérir de nouvelles compétences.

Vers lesquelles vous tourneriez-vous ?

Peut-être allez-vous devenir maître dans l’art de la rhétorique, pour devenir le champion incontesté des plaidoiries ?

Ou peut-être allez-vous concentrer vos efforts sur la mémorisation du Droit, et de toutes ses nuances ?

Vers quoi allez-vous modeler votre cerveau ?

Quelle est votre stratégie à long terme ?

Comme Teddy Riner, quelles sont les compétences que vous allez devoir aller chercher, que n’aviez pas imaginé et qui vont vous aider à prendre l’ascendant ?

Une fois que vous avez déniché les compétences qui feront la différence dans la perspective de vos objectifs, il est temps de passer à l’action.

L’un des livres les plus complexes et en même temps les plus passionnants que j’ai pu lire, c’est Peak d’Anders Ericsson et Robert Pool.

Dans ce livre, dont vous pourrez retrouver la chronique complète ici, j’ai pu découvrir comment on devait faire pour réellement progresser dans un domaine.

La différence fondamentale entre les champions et les légendes.

Le concept de pratique délibérée. C’est votre maîtrise de la pratique délibérée qui fera sécréter à votre cerveau la précieuse myéline dont il a besoin pour modeler votre cerveau.

La plupart des gens excellents dans leur domaines pratiquent leurs compétences et connaissance sans relâche.

Jusque là oui, rien de nouveau. Si vous souhaitez améliorer votre service au tennis, vous allez devoir passer énormément de temps.

Certains affirment même 10 000H.

Mais vous aurez beau passer 10 000h à taper la balle jaune, si vous voulez vraiment modeler votre cerveau pour atteindre les sommets, vous allez devoir trouver un moyen de faire de la pratique délibérée.

C’est-à-dire vous entraîner sur un point précis de votre service, et de progresser par petites touches sur cet aspect chirurgical.

En d’autres termes, vous devrez devenir un obsessif de l’optimisation sur les moindres détails des compétences que vous visez.

En pratiquant de façon chirurgicale et délibérée, votre cerveau va se mettre à sécréter la fameuse myéline.

Vos connexions neuronales vont s’améliorer, se renforcer. Vous deviendrez plus rapide, et cela modifiera votre cerveau.

Encore une fois, vous n’avez pas besoin d’être dans un domaine sportif.

Je peux vous prendre deux exemples personnels qui n’ont rien à voir avec le sport.

Mes exemples

Lorsque je m’entraîne à mémoriser des informations comme des livres ou lorsque je fais mes défis mémoire, je fais de la pratique délibérée, car je progresse constamment, et probablement qu’à terme, moi aussi j’aurai l’aire du traitement spatial dans mon cerveau qui sera plus développée que la moyenne.

Lorsque je suis tous les jours sur Twitch pour avancer dans l’écriture de mes livres, je fais de la pratique délibérée, en direct, et j’améliore mes compétences d’écriture.

Je suis systématiquement mon nombre de mots écrits, j’améliore ma vitesse, ma concentration dans l’écriture, je change de posture pour optimiser un peu plus mon process d’écriture.

Je définis une feuille de route claire qui me permet de me mettre au travail plus vite, sans hésitation.

Je choisis la bonne ambiance sonore pour maintenir ma concentration. J’améliore ma vitesse de frappe de façon délibérée, et je me mets à utiliser d’autres techniques dont vous n’avez probablement jamais entendu parler mais qui me permettent de progresser chaque jour, d’augmenter la qualité de mes livres, ainsi que la quantité.

Vous l’avez compris : la pratique délibérée va exiger que vous passiez du temps à vous améliorer spécifiquement sur un point de votre compétence cible et que vous optimisiez le tout. C’est cela la neuroplasticité.

Si rien que cela vous démarquera de l’immense majorité des gens qui ont des rêves plein la tête mais qui se chercheront des excuses pour ne pas passer à l’action le moment venu, il vous manque quand même un élément : la durabilité.

Neuroplasticité et durabilité

Performer, sécréter de la myéline pour avoir un super cerveau, c’est bien.

Mais durer, sans jamais perdre la motivation, c’est mieux.

Comme Teddy Riner, vous allez devoir vous relever de vos échecs. Après sa dernière médaille à Tokyo, il a du trouver les ressources nécessaires pour repartir vers le haut et se remotiver, alors qu’abandonner aurait été plus facile.

Comment VOUS allez pouvoir trouver les ressources nécessaires pour rebondir lorsque votre motivation ne sera plus au rendez-vous ?

L’entretien de votre motivation sera la clé pour tenir sur la durée.

Alors comment pouvez-vous faire concrètement pour ne pas perdre la flamme ?

Là encore, la réponse réside dans la neuroplasticité.

Votre cerveau est notamment particulièrement sensible au flux d’informations que vous lui transmettez.

Si par exemple vous l’abreuvez d’informations en provenance des médias, alors il va concentrer son temps et son énergie sur cette source.

D’autre part, vous l’avez déjà remarqué et on l’a déjà abordé sur Potion de vie : votre entourage et l’énergie qu’ils vous renvoient vont directement influencer sur votre capacité à durer.

Lorsqu’il s’agit de pratiquer délibérément sur la compétence de votre choix, rapprochez-vous des experts et trouvez-vous un mentor.

A défaut de mentor, un bon livre sur votre sujet aura un bien meilleur effet positif sur votre motivation à long terme que de consommer du contenu purement dans le divertissement.

De manière générale, pour entretenir votre motivation, passionnez-vous pour votre cerveau et son fonctionnement, et vous n’aurez plus jamais à vous soucier de choses comme les coups de fatigue ou bien la procrastination car vous saurez comment votre propre machine fonctionne.

Décortiquez les livres qui vous feront progresser et qui vous bouleverseront dans vos convictions.

Par exemple : que pensez-vous de la méthode Coué qui consiste à s’envoyer des affirmations positives à haute voix devant le miroir.

« Chaque jour, je vais de mieux en mieux »

Cela pourrait prêter à sourire n’est-ce pas ? Un véritable cliché du développement personnel.

Pourtant, sachez que cette méthode trouve des preuves de son effet bénéfique sur le cerveau.

En d’autres termes, Pour entretenir la flamme et modeler durablement votre cerveau et réaliser vos rêves, vous allez devoir vous habituer à sortir de votre zone de confort et remettre en cause vos convictions.

Et pour vous, ça commence maintenant !

sing-post-cta-potion-de-vie

Laisser un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.