Mémoire

Comment adapter les techniques de mémorisation à vos cours

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

Il existe des techniques de mémorisation pour à peu près tout ce qui existe. C’est vrai. Ceci dit, il faut bien comprendre une chose : vous ne pouvez pas mémoriser à long terme si vous ne comprenez pas ce que vous voulez retenir.

Cela peut sembler évident, mais je reçois quand même pas mal de mails de gens qui aimeraient bien avoir un bouton « enregistrer » comme on avait sur les bons vieux magnétoscopes.

C’est vrai que ce serait cool.

Mais en fait, ce bouton n’existe pas vraiment.

Enfin il existe pour des mnémonistes confirmés, mais sans doute pas pour vous.

 

 

unfair

Non mais pour qui tu te prends ?? 

 

Du calme, je vais vous expliquer, et en plus je vais vous donner une technique qui va beaucoup vous aider.

Imaginez que vous passiez beaucoup de temps à utiliser des techniques de mémorisation et que vous fassiez plein de défis mémoire comme ceux-ci.

Au bout d’un moment, vous auriez tellement d’associations imagées dans votre tête que vous n’auriez pas besoin d’en créer des nouvelles. A peu près tout ce qui existe vous évoquerait quelque chose que vous avez déjà mémorisé.

Mais avant d’en arriver là, vous devez être capable de faire travailler les techniques de mémorisation pour vous. Voici comment vous pouvez faire :

Comment adapter les techniques de mémorisation à votre cas

Quand j’étais gamin, en classe dessin, le prof nous avait demandé de dessiner notre voisin de classe. C’était marrant, tout le monde se dessinait les uns les autres.

Je me souviens que je commençais par la main. Je la dessinais du mieux que je le pouvais. Cela prenait du temps. Au bout de quelques minutes, certains élèves avaient fini leur dessin. Ok, ils n’étaient pas très réussis, mais eux au moins ils avaient fini. Moi, j’en étais encore à la main (même si j’avais dessiné la plus belle main de la classe).

Je me souviens que le prof était venu vers moi. Au lieu de me féliciter pour mon dessin de main, il m’avait dit :

« Si tu commences par les détails, tu n’auras jamais fini dans les temps et tu vas mal gérer l’espace à ta disposition ».

Et il avait raison. Je n’ai jamais terminé ce dessin, et je n’avais pas assez de place pour dessiner la tête comme je le voulais de toute façon.

 

Tout ceci pour dire quoi ?

 

Les techniques de mémorisation, c’est exactement la même chose.

Beaucoup de gens perdent énormément de temps à vouloir mémoriser l’intégralité de leurs cours, et l’intégralité, c’est aussi les détails (comme avec ma main en cours de dessin). Certes, débarquer et en mettre plein la vue avec un cours intégralement mémorisé fait toujours son petit effet.

Vous passez pour Jarod le caméléon (ou pour un autiste).

Cependant, souvenez-vous de ce que je vous ai dit plus haut : pour faire cela, vous devez déjà avoir emmagasiné pas mal d’informations dans votre mémoire. Un débutant ne peut pas avoir ce niveau tout de suite.

Si vous avez des problèmes à adapter les techniques de mémorisation à vos cours, c’est que vous manquez de pratique. Et vous ne devez donc pas perdre votre temps sur les détails.

barbapapa

Miam

La technique de la barbe-à-papa

Pour mémoriser efficacement et rapidement, vous devez créer des associations qui ont un sens pour vous. Vous devez donner vie à des tonnes de texte sans saveur.

Vous devez leur donner un sens. Les rattacher à des choses qui vous font plaisir, ou des choses bizarres, amusantes, drôles, voire un peu sexuées.

Quelque chose de mémorable.

Cette étape est primordiale pour TOUT ce que vous souhaitez mémoriser. Et par pitié, ne rentrez pas dans le faux débat du « les images ça ne marche pas pour moi« .

Si vous avez du mal avec les images, prenez les paroles des chansons de Katy Perry si cela marche mieux pour vous. Peu importe. L’important est d’associer à quelque chose que vous avez déjà dans votre mémoire à long terme.

Ensuite, ne faites pas comme moi en cours de dessin : partez du principal et attardez vous ensuite sur les détails.

 

C’est quoi le principal dans vos cours ? Le plan de ceux-ci bien sûr !

En mémorisant simplement le plan de vos chapitres, vous aurez déjà mémorisé sans vous en rendre compte beaucoup de contenu. Cela vous aura fait gagner un temps précieux et vous permettra d’apprendre plus vite.

Ensuite, suivant le temps dont vous disposez, vous avancerez vers les détails et vous adapterez les techniques de mémorisation qui vous plaisent le plus.

Comment mémoriser le plan de vos cours sans passer des heures à choisir une technique ?

En fait j’ai déjà rédigé pas mal d’articles qui peuvent faire cela. Vous en trouverez une bonne liste en cliquant ici.

Essayez en quelques-unes. Choisissez celle qui vous amuse le plus et essayez de mémoriser rien que les titres de vos chapitres et des sous-titres dans l’ordre.

Vous aurez vos fondations. Vous pourrez ensuite vous attaquer aux détails. Vous aurez une meilleure vision d’ensemble de la tâche qui vous attend.

Vous enroulerez autour de vos fondations de plus en plus de connaissances grâce aux techniques, un peu comme une barbe-à-papa qui s’enroule tout autour d’un bâtonnet. 

Si vous commencez tout de suite à vouloir mémoriser chaque information dans les moindre détails, vous allez rapidement vous décourager. Vous n’avez pas encore assez de pratique pour faire cela. Vous devez vous exercer, alors autant vous exercez sur quelque chose qui vous sera indispensable : votre plan de cours.

 

Le plus important

Certains cours sont compliqués à mémoriser, c’est comme cela. Vous devez faire en sorte de trouver des raccourcis, de créer des mnémotechniques efficaces. Les vôtres.

Ne cherchez pas la technique parfaite comme je cherchais à dessiner une main parfaite, mais cherchez plutôt une technique qui marche bien pour vous, puis ensuite faites en sorte de l’adapter à vos cours. Soyez flexible. Si vous ne l’êtes pas, rendez vos cours flexibles.

La mémoire est un art, devenez artiste.


sing-post-cta-potion-de-vie

24 Commentaires

  • Super article ! 🙂

    Je m’intéresse beaucoup à la mémoire, et aux moyens mnémotechniques, mais c’est vrai que j’ai du mal à les adapter, les utiliser pour mes cours ! ^^

    Ca m’arrive de faire quelques associations pour retenir des noms, ou des dates (table de rappel), mais sans plus.

    Sans doute parce que ça demande plus d’effort au début, que de se « lancer tête baissée » ! Pourtant, il est clair que ce serait certainement plus profitable sur le long terme, que de passer un peu plus de temps au début (car on ne maitrise pas encore totalement, comme tu le dis), pour mieux retenir !

    Un autre soucis: se contenter d’apprendre par cœur ne suffit pas… Il faut comprendre: et ça c’est parfois le plus difficile, je pense. Étonnamment, j’ai toutefois pu remarquer qu’en apprenant par cœur, quelques temps après, je comprenais mieux… ! Le cerveau a digéré l’information… ! Pas systématiquement, mais quelques fois, pour certains aspects du cours.

    Au plaisir !

    • Salut Nivek, le tout c’est de digérer l’information effectivement. Le meilleur moyen pour cela est de revoir même brièvement ses cours en soirée dans un milieu calme, sans interruption (voir l’article que j’avais écris sur le sanctuaire)

      Beaucoup de gens ne prennent pas le temps de faire cela et sont du coup constamment assaillis de nouvelles informations qui les fait décrocher

  • Bonjour,
    S’attarder sur les détails en second est quelque chose qui est valable pour beaucoup de choses dans la vie quand on y réfléchit bien. Je me servirai de ce conseil à la première occasion, m’occuper en premier des « fondations » comme vous les appelez et voir le reste ensuite.

  • On en apprend long sur les facultés de notre mémoire…
    Cependant pour ma part, je me dis que le pédagogie peut aussi être considéré comme un élément essentiel pour mieux assimiler les cours.

    Le cerveau ou autres aptitudes d’un élève peut être modelé par la manière dont les informations lui sont transmises également je crois

    • C’est vrai Emmanuel, mais Potion de vie n’a pas pour ambition de révolutionner la pédagogie des enseignants. Je me contente de partager des moyens qui m’ont permis d’apprendre seul, sans pédagogie extérieure assez efficace en ce qui me concerne.

      Si l’élève prend l’habitude d’apprendre seul, il sera plus fort, plus efficace, et apprendra mieux les informations difficiles.

  • Bonjour jean yves,

    si il y a une chose que j’ai retenu de ma période étudiante, c’est qu’il est beaucoup plus facile de retenir quelque chose qui nous intéresse. Quand je devais réviser mes cours d’histoire ou de droit, une simple lecture du cours me suffisait a retenir 80% du cours, par contre lorsque je n’aimais pas la matière je pouvais y passer des heures et j’avais des résultats pitoyable.

    C’est surement pour ça que j’ai choisis de travailler dans ma passion, c’est beaucoup plus simple.

    j’aime bien la phrase d’un commentaire, la mémoire est un art, devenez autiste ^^

  • Salut !

    Très bon article.

    A votre avis, Jean-Yves, combien de temps mettons-nous en moyenne à maîtriser correctement des techniques de mémorisation ?

    Merci.

  • Très bon article !
    Commencer par bien mémoriser le plan et avoir une vue d’ensemble, c’est super important. Je n’arrête pas de le répéter. Ton expérience en cours de dessin illustre vraiment très bien l’importance de la vue d’ensemble.
    Faire des associations demande un peu d’imagination au début. Mais avec de l’entrainement, c’est de plus en plus facile 😉

    A bientôt,
    Cindy

  • C’est toujours un bon coup d’avoir à sa disposition des techniques pour apprendre ses cours. Cela dit, cela pourrait servir également dans la vie de tous les jours. Moi, j’opte pour les fiches avec pas mal de couleurs pour égayer mes yeux et mon cerveau, cela m’a toujours bien servi.

  • « En mémorisant simplement le plan de vos chapitres, vous aurez déjà mémorisé sans vous en rendre compte beaucoup de contenu. »

    Parfois oui… et parfois non 🙂 !

    Quand les titres sont : « définition », « objectifs », « étapes », « principes fondateurs » ou encore « classification », ça n’aide pas beaucoup à connaitre le contenu ^^ » ! D’autant plus si c’est un plan commun à plusieurs chapitres d’une même matière.

    Mais j’avoue que pour d’autres, ça aide. Enfin, si on a pas appris un minimum, faut pas compter sur l’inspiration quand on sera devant sa copie pour certaines matières ! Sauf si notre seul objectif c’est d’avoir 4/20… Il y a certaines choses qu’on ne peut tout simplement pas inventer : le nom de certaines personnes importantes, des faits historiques, des explications compliquées.
    Mais si on a appris suffisamment le cours, ben déjà, connaitre le plan ça peut aider à savoir ce qu’attend le correcteur : si la question demande d’expliquer Truc muche et que y a justement un titre du cours qui dit « Truc muche » ben on sait déjà quelle partie du cours on va devoir déballer. Pis ça aide aussi visuellement je trouve. En découpant par partie, je visualise mieux mon cours donc devant ma copie c’est plus facile pour mon cerveau. Si par exemple devant mon brouillon, je ne marque que 2 ou 3 idées pour tel paragraphe alors que je sais qu’il fait les 3/4 de ma fiche, y a un soucis :-p ! Donc je creuse plus. Après, la façon de creuser, là j’avoue que je sais pas trop comment je m’y prends.

    J’ai une manière de mémoriser un peu… étrange ^^’ !

    Je ne suis pas sûre d’avoir été très claire dans mon explication O_o ! Les partiels sont en train de me ratatiner le cerveau, je deviens confuse dans mes propos X_x

  • PS. Aurais-tu une méthode pour vérifier « rapidement » et sans douleur si l’on a bien retenu quelque chose d’assez long ?

    Parce que pour les cours, si je récite que dans ma tête, ben j’ai du mal, je ne sais plus ce que j’ai déjà évoqué, c’est trop abstrait en fait.
    En récitant à l’oral, je finis par avoir la voix cassée donc je bois donc ça remplit ma vessie donc ça m’interrompt dans mes révisions.
    Et à l’écrit, ça prend un temps FOU (sans compter que ça finit parfois par faire mal au poignet et aux doigts…)

    • Je pense que le principe d’apprendre le plan ne sert pas à connaître son cours, je pense que ça sert juste à avoir la structure en tête et que c’est ça qui va faciliter beaucoup de choses. J’ai utilisé cette technique très longtemps. En fait c’était le seul moyen que je trouvais de donner un sens à mon cours, au parcours qu’il pouvait suivre. Et du coup le contenu de chaque partie prend tout son sens. Et on est sûr de rien oublier, puisqu’on a le contenu ultra-résumé. Du coup j’avais mon cours sous forme de fiches (avec les couleurs tout ça) + une fiche super belle avec le plan. Et ça m’aidait beaucoup pour la seconde partie évoquée : vérifier ce que je savais. Pour ça, mon meilleur allié était un tableau (veleda). J’écrivais très rapidement les mots clés, tout en me récitant (mais en pensant plus vite que je ne parlais) ce que je savais : j’utilisais donc un mélange d’oral (mais très très rapide, comme si j’étais dans une secte), de pensées et d’écrit, mais en très très rapide =) Et ce pour chaque partie de mon plan!

  • Bonjour,
    c’est étrange comme les conseils pour la mémoire recoupent ceux pour l’apprentissage des langues. J’ai appris le portugais avec la méthode assimil en trois mois (bon je parle pas parfaitement) et l’apprentissage est très lié au contexte des textes étudiés. Je sais qu’à mon arrivée au Brésil j’avais été épaté de résultat.
    Ma conclusion, c’est que mes 12 ans d’étude de l’anglais en cours avec la méthode de l’éducation nationale ont vraiment servi à rien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.