Confiance en soi

Comment vaincre le blues de la rentrée

Ecrit par Jean-Yves Ponce

Recevez nos meilleurs conseils pour booster votre mémoire et maximiser vos chances de réussite 

L’été est fini et un vent de déprime souffle tout autour de vous et commence même à vous atteindre.

Il s’agit du blues de la rentrée.

Vous avez 3 choix possibles :

  • 1-Vous hibernez et vous reprendrez le cours d’une vie normale au printemps prochain. Bonne chance et à l’année prochaine !
  • 2- Vous déprimez comme le reste du monde. C’est dur, il va y avoir des grèves et la fin du monde est prévue pour le 21 décembre de toute façon alors à quoi bon ? Vous devenez un peu comme Monsieur Caillou.
  • 3- Vous continuez à travailler sur votre « plan d’évasion », celui qui vous permettra de trouver le sentier secret vers vos aspirations et votre vie de rêve sous les cocotiers <insérez ici toute la littérature de développement personnel qui vous motive le plus>. En gros, vous allez de l’avant.

 

Evidemment, la meilleure solution c’est la troisième, mais si c’était si facile que cela tout le monde le ferait non ?

Oui. Enfin pas tout le monde non. Certains continueraient à avoir le blues quand même, parce que si tout le monde l’a c’est qu’il doit y avoir une raison non ?

 

La vérité est qu’on s’en fout de la raison.

 

Des fois, la vie est pénible, surtout à la rentrée. Comme dirait mon pote Rocky,

l’important n’est pas de frapper fort, mais d’encaisser les coups et continuer à aller de l’avant.

 

Le climat ambiant est pesant à la rentrée, surtout lorsque le temps passe de l’été à l’hiver sans passer par l’automne, du jour au lendemain. Votre objectif est de surmonter ce passage le plus rapidement possible, car s’il dure un peu longtemps…

votre plan d’évasion vers la liberté tombera à l’eau.

Vous finirez comme mon ami Edouard.

 

Alors peu importe la raison, vous devez trouver les ressources nécessaires pour regagner confiance et vous le savez bien au fond. Et la bonne nouvelle, c’est que vous savez déjà faire, mais votre mémoire autobiographique vous joue des tours.

Comment vaincre le blues de la rentrée sans cure de luminothérapie à 1000 €

 

Vous avez déjà été confronté(e) à des situations de crise ou de déprime. Parfois vous avez pris des mauvaises décisions, mais même si vous êtes particulièrement malchanceux(se) vous avez également pris des bonnes décisions.

Vous avez réussi à faire face.  Et parfois même, vous avez fait preuve d’idées originales pour venir à bout des difficultés.

 

Et parfois c’était assez grisant parce que vous avez rebondi à une vitesse hallucinante ! A tel point que vous hésitiez à y croire. Vos proches vous ont peut être pris pour un(e) maniaco dépressif(ve) à l’époque d’ailleurs.

 

La bonne nouvelle c’est que tout ceci est stocké dans votre mémoire autobiographique. La mauvaise nouvelle, c’est que c’est rangé au milieu des autres souvenirs, rangés n’importe comment, au milieu des choses sans importance comme les paroles des tubes de l’été et les petits soucis du quotidien.

 

Quand j’étais gosse, ma mère enrageait parce que ma chambre était un véritable foutoir. Il y a avait des LEGOs partout. D’ailleurs ces derniers m’ont permis de découvrir l’existence de la fameuse « mémoire secrète ».

Le problème avec tous mes LEGOs, c’est que je ne retrouvais plus tout ce que je voulais à force. Je perdais mes supers héros en casque de chevaliers et collants bleus. Puis je les retrouvais des mois après, quand j’en n’avais plus besoin.

 

Et bien vos souvenirs, c’est la même chose. Vos souvenirs, c’est votre chambre mal rangée. Si vous me dites que vous n’avez jamais eu de chambre mal rangée :

 

Haha, très drôle !Tu m’as redonné le sourire en septembre, bravo !

 

Mais alors l’idée c’est quoi ?

 

L’idée c’est que vous remettiez la main sur les souvenirs dans lesquels vous avez pris les meilleures décisions, les souvenirs qui vous ont fait passer le blues de la rentrée (ou n’importe quel blues d’ailleurs).

L’idée c’est de remettre la main sur ce souvenir et de l’utiliser là maintenant tout de suite pour redevenir la personne hallucinante qui a fait face avec succès. Et vous allez commencer maintenant.

Je vais vous faire fumer le cerveau moi, ca va pas traîner.

 

Etape 1 : Quelle est la dernière fois que vous avez eu un contexte difficile et que vous vous en êtes sorti(e) ?

 

Répondez à cette question en recherchant ces souvenirs, et identifiez les tournants qui vous ont fait passer ce cap. Posez la question à votre cerveau. Ne le lâchez pas avant d’avoir eu la réponse.

Est-ce que vous aurez une réponse ? Oui.

Parce que le cerveau est programmé pour vous donner une réponse. Il va pas vous donner la réponse dès que vous lui demandez par contre. L’idée c’est de laisser cette question tourner en arrière plan de votre vie, jusqu’à ce que vous ayez la réponse.

 

Pourquoi faire cela ?

 

1- Pour remettre la main sur vos souvenirs de victoire

2- Pour vous faire chercher autre chose que des sources de déprime comme celles qui vous entourent.

 

Quand vous aurez la réponse, il va se passer un truc.

 

Soit votre déprime sera partie, soit des bribes de souvenirs vont remonter à la surface. C’est très bien ! Maintenant passez à l’étape 2 !


Etape 2 : Identifiez vos ressource cachées

 

Comment avez-vous surmonté la situation ? Grâce à quoi ? Qu’est ce qui vous a aidé ? Qu’est ce qui au contraire vous a ralenti ? Sur quoi devez-vous miser pour vous donner un coup de boost ? Vers qui devez vous vous tourner ? Qui devez-vous fuir comme la peste ?

Vous pensiez à quoi ? Vous faisiez quoi comme activité ? Comment avez vous géré votre stress à ce moment précis ? Quelle a été LA bonne nouvelle qui vous a redonné espoir ?

Comment auriez-vous fait à l’époque face à la déprime d’aujourd’hui ?

 

Une fois que vous aurez vos réponses, votre but est d’essayer de reproduire la formule là tout de suite, dès que la déprime pointe le bout de son nez. Vous devez rechercher votre meilleur « vous » et le rappeler à la rescousse.

Depuis que je fais ça, je me connais mieux, je gère mieux la déprime passagère, et j’avance plus vite.

 

Accédez vous aussi à votre mémoire autobiographique. Ce n’est qu’une chambre mal rangée, mais si vous vous en donnez la peine, vous retrouverez vos vieux supers héros, quelque part coincés entre les LEGOs et les paroles des tubes pourris de l’été.

 

TACATA <message subliminal>

sing-post-cta-potion-de-vie

12 Commentaires

  • Je trouve que la question « Quelle est la dernière fois que vous avez eu un contexte difficile et que vous vous en êtes sorti(e) ? » est trop vague.
    C’est quoi un « contexte difficile » ? Je me suis disputé avec ma copine la semaine dernière, c’est un contexte difficile ?
    J’ai un partenaire qui m’a annoncé qu’il ne ferait pas ma promo cette année malgré avoir empoché 5000 euros lors du dernier lancement, c’est un contexte difficile ?
    Je précise quand même que ton article est vraiment agréable à lire, bravo pour ton humour qui vise juste 😉
    PS: vire les pubs Adsense elles gâchent ton blog, si tu veux voir comment gagner avec les pubs Adsense sans gêner tes visiteurs réguliers va faire un tour sur le module de la formation sur Adsense, j’explique comment faire

  • Effectivement je crois bien que je suis aussi touché par ce fameux blues de la rentrée … dur dur de s’y remettre mais bon il faut faire avec pour le moment.

    En fait ce n’est pas trop le fait d’aller au travail qui me gène parce que je ne dois pas me mentir … je ne vais pas à la mine ou à la chaine tous les matins … mais c’est plutôt cette frustration de me dire que toutes ces heures passées chez mon employeur sont autant d’heures que je ne passe pas sur mes projets perso …

    Bon pour le coup je passe quand même du temps à travailler « pour moi » au boulot. Je fias parti de ceux qui ont choisi le 3eme choix … Il faut juste que je garde le cap et fasse preuve de patience maintenant 🙂

    • Courage Xavier, n’oublie pas que tu es un Samouraï ! 😉

      Bon, tant que tu arrives à avancer sur tes projets persos, c’est quand même très positif, tu avances un peu (bien sûr pas autant que tu le voudrais) c’est mieux que de stagner et d’attendre le soir, quand t’es trop fatigué pour oeuvrer.

  • Solution : s’exiler au fin fond de la Papouasie avec son petit baluchon sur l’épaule 😉 ! Vivre d’amour et d’eau fraiche, quoi de mieux hein ?

    C’est marrant, tout le monde parle de la rentrée , au infos ils ne font que ça avec des mots comme « déprime », « grisaille », « retour de vacances ». Je pense aux gens qui :
    -n’ont pas pu avoir de vacances et pour qui ça ne change pas grand chose le mois de septembre
    -ceux qui justement partent en septembre haha ^^

    Et surtout : ceux qui ont un métier épanouissant et pour qui ce n’est pas une torture de se lever le matin et de bosser (qu’ils soient salariés ou indépendants).

    On vit vraiment dans une société qui considère que le travail est forcément horrible et qu’il est inutile de vouloir changer ça. Ils se lèvent tôt, s’arrachent les heveux en essayant de préparer leurs enfants qui courent dans tous les sens, roulent comme des malades pour pas arriver en retard, souffle pendant 8h, se tapent les bouchons du retour et s’affalent dans le canapé en disant « mon dieu, encore une autre journée pareille demain… »

    Les gens attendent le week-end pour être heureux voire leur retraite.

    C’est s^ru, on est en conditions de crise alors on se prive et quand on a un boulot, même s’il est merdique, on s’y accroche. Mais diantre, faut quand même se bouger pour essayer de changer ça. Je n’encourage pas à démissionner et à s’offrir ce truc hors de prix qui nous fait plaisir. Mais de se fixer des tâches au quotidien qui mises bout à bout pourront changer la vie. Se former en parallèle de son boulot, chercher un autre boulot (attention à la clause de non concurrence, lisez bien votre contrat), voire se construire son propre boulot. Économiser, investir dans des lieux sûrs, revoir son budget si on ne peut pas réduire ses factures (exemple : les opérateurs téléphoniques et les FAI proposent souvent des promo donc si notre contrat est arrivé à expiration, pourquoi ne pas voir s’il y a moins cher ?!)

    Ça changera pas du jour au lendemain et c’est sûr ça demande du travail mais au final, si c’est pour dire ADIEU au fameux blues de la rentrée, ça me semble valoir le coup.

    Je crois que j’ai divagué, pardon ^^’.

  • Jamais évident la rentrée, surtout en période de crise.

    Et cette année le « contexte difficile » je connais, Ma société a eu de nombreuses dépenses exceptionnelles qu’il a fallu gérer, j’ai eu beaucoup plus de travaux dans mes appartements que prévu et pour finir mes revenus ont un peu stagnés cette année et je viens de recevoir mon IR et la CSG arrive dans peu de temps…..

    Mais tout ça je le savais alors que faire, déprimer, c’est pas mon style mais avec l’ambiance autour de moi je me suis préparé pour la rentrée.

    La dernière semaine d’août j’ai repris le travail avec plus d’acharnement, je me suis fixé de nouveaux objectifs commerciaux (un montant a atteindre et surtout une date limite pour l’atteindre) et je me suis pris une séance SPA/Hammam afin de bien me détendre.

    Se lamenter sur ses erreurs ne sert pas a grand chose, autant les assumer et en tirer des leçons pour le futur. Comme le disait Audiad : « Les conneries c’est comme les impôts, on finit toujours pas les payer » ^^

  • J’ai récemment abordé le même sujet, comme quoi ce truc est dans la tête de tout le monde ! A mon avis, il suffit de peu de choses pour eviter une grosse dépression hivernale, et principalement de changer d’air et de sortir de ses habitude..

  • Oui, le contexte difficile que j’ai eu… C’est quand j’ai révisé pendant ~30 mins pour un examen et que c’était ma première note au dessus de la moyenne dans cette matière, comme quoi en une demi-heure on peut en abattre beaucoup…

    Je pense que c’est vraiment ça ce qui m’a donné un coup de boost dans mes études (en plus je l’ai fait sans technique de mémorisation à l’époque 😛 ), savoir que certaines ressources intellectuelles sont cachées… 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.